Le sel des routes affecte les papillons


L’effet du sel qu’on étend le long des routes se retrouve dans les plantes en bordure. Certaines variétés servent de nourriture aux papillons. L’effet du sel a un impact sur ces bestioles dépendant du sexe
Nuage

 

Le sel des routes affecte les papillons

 

Un papillon monarque Photo :  PC/Marco Ugarte

Le salage des routes en hiver paraît modifier le développement de certains papillons et écourter leur vie, selon une recherche américaine.

Les chercheurs ont analysé le développement de papillons qui se nourrissent de l’asclépiade et de ses fleurs, une plante qui pousse très souvent sur le bord des routes. Ils ont ainsi étudié les monarques et les papillons blancs, en mettant surtout l’accent sur le monarque, qui se nourrit presque exclusivement d’asclépiade.

En comparant l’asclépiade ramassée à proximité d’une route dans le Minnesota à celle venue d’une prairie éloignée de toute chaussée, les biologistes ont constaté que les herbes venant des bords de route peuvent avoir dans leurs tissus une teneur en sel jusqu’à trente fois supérieure à la normale. Ils soulignent que des quantités de sel encore plus importantes sont utilisées en hiver en zone urbaine.

Les chercheurs notent que quand les papillons se nourrissent des herbes de bord de route, leur taux de sel augmente nettement, avec différents effets selon leur sexe. Chez les mâles, le sel surdéveloppe les muscles utilisés pour voler, alors qu’il fait le contraire chez les femelles. En revanche, ces dernières voient la taille de leur cerveau augmenter, mais pas les mâles.

Les scientifiques ont aussi constaté qu’un accroissement modéré du sel absorbé par les papillons peut avoir des effets bénéfiques chez ceux-ci. Une quantité excessive est cependant toxique et entraîne une plus grande mortalité.

Par exemple, le taux de survie des chenilles des papillons monarques nourris avec l’asclépiade des bords de route était nettement plus faible, à 40,5 %, que chez celles élevées avec des herbes d’une prairie, qui était de 58,2 %.

L’étude est parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

D’autres recherches ont déjà montré que le sel routier peut brûler le feuillage des végétaux, dessécher leurs racines et modifier les propriétés des sols. Le sel a également un impact sur l’écosystème des lacs et des rivières.

http://ici.radio-canada.ca

Une réponse à “Le sel des routes affecte les papillons

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s