Australie : un homme plonge d’une falaise et se trouve nez à nez avec un requin blanc


Je pense que ce gars va y penser deux fois avant de plonger en haut de cette falaise. Il y a de quoi a dire Ouf ! Il l’a vraiment échappé belle
Nuage

 

Australie : un homme plonge d’une falaise et se trouve nez à nez avec un requin blanc

 

A l’aide de sa Go Pro, qu’il avait accroché sur sa tête, le jeune homme a pu capturer des images impressionnantes de sa mésaventure.

 

 

Le jeune australien a eu plus de peur que de mal. La scène est digne d’un cauchemar. Quelques secondes après avoir sauté du haut d’une falaise à priori sans danger, le plongeur se retrouve tout d’un coup nez à nez avec un requin à la taille impressionnante. D’abord paniqué, il essaie d’échapper au requin qui parait plutôt calme, mais qui le rattrape par la suite sans toutefois le blesser. Finalement, le jeune homme réussit à atteindre les rochers et s’en sort sain et sauf. Situé à l’entrée du port de Sydney, cet endroit est un lieu où les groupes de jeunes ont l’habitude de venir sauter pour s’amuser.

http://www.atlantico.fr

Le Saviez-Vous ► Top 10 des moyens de contraception insolites voire un peu flippant


Il fut un temps, que les moyens contraceptifs pour ne pas avoir d’enfant étaient plus un coup de chance qu’une méthode plus ou moins efficace. Certaines de ces méthodes étaient très dangereuses voir même mortelles
Nuage

 

Top 10 des moyens de contraception insolites voire un peu flippant

Crédits photo (creative commons) : Daniel Lobo

Par Emma

  • Vous trouvez les préservatifs désagréables, la pilule contraignante et le stérilet dégueu ? Et bah estimez vous heureux parce qu’avant les moyens de contraception c’était pas ça

  • Du mercure

  • Autrefois (avant que l’on ne se rende compte que c’était quand même très très dangereux), les gens étaient convaincus que le mercure avait tout plein de vertus médicinales. En Chine par exemple, on conseillait donc aux femmes qui ne voulaient pas d’enfants de boire du mercure chaud. Ça marchait plutôt bien, bon par contre après elles ne faisaient pas forcément très long feu.

  • De la merde de croco

    De nombreux documents datant du deuxième millénaire avant J.C témoignent du fait que les Égyptiennes utilisaient comme moyen de contraception un mélange de merde de crocodile, de miel et de carbonate de sodium qu’elles s’inséraient dans le vagin. Une idée pas si conne que ça puisqu’il a par la suite été prouvé que les excréments de crocodiles étaient légèrement alcalins, à l’instar des spermicides modernes.

  • Du Coca-Cola

    Dans les années 50, la rumeur selon laquelle l’acide carbonique présent dans le Coca tuait les spermatozoïdes était très à la mode. Du coup, de nombreuses femmes avaient pris l’habitude de s’offrir une petite douche vaginale au Coca après chaque relation Oui, tout ça devait coller joyeusement.

  • De l’urine de mouton

    Au Moyen-Âge, on recommandait en effet aux femmes qui ne voulaient pas tomber enceintes de boire de l’urine de mouton et/ou du sang de lapin. Une méthode qui, on préfère vous prévenir, nécessite quand même d’avoir le cœur bien accroché.

  • Des testicules de castor

    Au XVIe siècle, les Canadiennes étaient certaines que le meilleur moyen de ne pas tomber enceinte était de boire un grand verre d’alcool dans lequel avaient délicatement infusé des testicules de castor. Une méthode a priori aussi peu ragoutante qu’efficace.

  • Des intestins de porc

    D’après de nombreux historiens, les préservatifs existaient déjà dans l’Égypte Ancienne et la Grèce Antique. Faute d’avoir découvert les bienfaits du latex, les hommes utilisaient à l’époque des intestins de porc ou de tout autre animal pour protéger leur sexe. Bon, niveau sensations ça ne devait pas être top, mais n’empêche que ça marchait bien.

  • De l’eau dans laquelle du métal a été refroidi

    D’après le gynécologue grec Soranos, qui a vécu au IIe siècle après J.C, le meilleur moyen de contraception était de boire de l’eau dans laquelle un forgeron avait refroidi du métal. Et effectivement, en plus de vous refiler tout un tas de maladies du genre insuffisance rénale, déficience neurologique ou mort, cette eau avait le mérite de rendre stérile en deux temps trois mouvements.

  • Des saignées

    Durant des siècles, les médecins étaient convaincus que le sperme n’était que du sang devenu blanc sous l’influence de l’humeur., (…) le Français Jacques Ferrand recommandait donc une bonne grosse saignée. Complètement amoindri, l’homme renonçait alors de bon cœur au sexe. C’est vrai que l’abstinence, ça fonctionne plutôt pas mal comme moyen de contraception.

  • Du jus de citron

    Remontant au Talmud, cette méthode consistait à s’insérer dans le vagin une éponge imbibée de jus de citron. L’acide citrique était alors censé tuer tous les petits spermatozoïdes qui essayaient de taper l’incruste dans votre utérus.

  • Des graines de papaye

    En Asie du Sud et du Sud Est, les graines de papaye ont longtemps été utilisées par les hommes qui souhaitaient copuler sans se soucier de sans faire des enfants.  Pour cela, il leur suffisait d’ingérer quotidiennement quelques graines de papaye. Ces dernières réduisaient de façon substantielle le nombre de spermatozoïdes présents dans leur sperme, parfois jusqu’à arriver à une stérilité totale. Une stérilité qui avait en plus le mérite d’être totalement réversible.

 

http://www.topito.com

Un chatouilleur en série à Boston


Drôle de méfaits ! Malgré que ce chatouilleur en série, n’est pas bien dangereux, je trouve quand même inquiétant qu’une personne réussit à entrer aussi facilement dans les logements et qui en plus sont occupés par des hommes
Nuage

 

Un chatouilleur en série à Boston

 

(CC / jafsegal / Flickr)

Il prend son pied en chatouillant ceux des autres. La police de Boston (nord-est des Etats-Unis) est sur les dents depuis quelques jours? à cause d?un mystérieux « serial chatouilleur ».

Celui-ci s’introduit en pleine nuit dans des maisons et des appartements pour faire des guilis aux pieds de ses cibles endormies. Il prend ensuite la fuite une fois son curieux forfait commis.

Ce fétichiste des pieds ne recule devant rien pour atteindre ses proies, puisqu’il parvient à crocheter les serrures des portes et à échapper à la surveillance du voisinage, à la manière d’un cambrioleur expérimenté. Sauf que lui ne vole jamais rien, se contentant de provoquer des rires nocturnes.

« Mon colocataire s’est réveillé en pensant que le chat lui léchait les orteils, avant de voir un homme cagoulé accroupi dans sa chambre. Il était effrayé », a expliqué David Master, un étudiant, à la chaîne locale WCVB.

Au moins trois victimes se font fait connaître, toutes chatouillées vers 5h du matin par l’inconnu farceur. A ce jour, la police n’a trouvé qu’un seul lien entre ces affaires : toutes les victimes sont des hommes.

http://actualite.portail.free.fr

Vin Los: l’homme qui voulait devenir célèbre grâce à ses tattoos


Trop c’est comme … trop !! Si une compagnie fait une faillite, si une compagnie est reliée a un scandale ? Sera-t-il toujours fière de son tatouage. ? Enfin, personnellement, je n’aime pas du tout
Nuage

 

Vin Los: l’homme qui voulait devenir célèbre grâce à ses tattoos

 

Le mannequin Rick Genest, surnommé Zombie Boy, ne sera plus le seul modèle québécois à avoir son visage recouvert de tatouages. Il semblerait qu’il a quelque peu inspiré Vincent Langlois, 24 ans, aussi connu sous le pseudo de Vin Los et originaire de Granby.

Sauf que le jeune mannequin, montréalais depuis 4 ans, a choisi des mots plutôt qu’un squelette à tatouer sur sa peau. Et pas quelques-uns. Ce sont au total une centaine de tatouages qui recouvrent son corps, allant d’adjectifs à des noms de villes du monde entier, où à son projet d’avenir, «Fame», tatoué en plein milieu de son front. Un bon moyen de ne pas oublier ses objectifs le matin devant le miroir!

«Je veux voyager, je veux partir partout dans le monde. Si une marque a besoin d’un mannequin à l’international, je pourrai représenter toutes ces villes avec London ou Paris écrits sur mon corps».

«Obsédé» par la culture du mainstream

Vin Los souhaitait se démarquer sur le marché du mannequinat et devenir une représentation de la culture mainstream qui l’«obsède». Et cela fonctionne! En attendant de réaliser ses rêves et de partir travailler pour de grandes marques internationales, comme Diesel (comme l’avait fait avant lui Rick Genest), le jeune homme enchaîne les entrevues dans les médias et devrait bientôt apparaître dans les pages du magazine Dress to Kill.

Fasciné par la culture populaire, Vincent Langlois est ambitieux. Il veut une carrière internationale à l’image de celles de Lady Gaga ou Nicki Minaj.

«La culture populaire c’est la seule culture qui est partout la même dans le monde entier. Lady Gaga, les Beatles, c’était partout sur la planète», a expliqué celui qui n’a pas peur que les marques soient frileuses face à tous ses tatouages. «Cela peut me freiner pour des marques qui ne vont pas oser, mais d’autres vont m’appeler juste à cause de mes tatouages», a-t-il expliqué.

Quant à la peur de regretter ses gestes lors de ses vieux jours, Vin Los est serein:

«À 70 ans, personne n’a un corps parfait. Je mange bio, si je continue à entretenir mon corps comme ça, je pense que je vais bien vieillir».

On lui souhaite en effet de ne jamais regretter d’avoir inscrit «Guilty» juste en dessous de «Fame» sur son front.

Par Katia Tobar
Crédit photo: Courtoisie / Maxime Girard-Tremblay

http://www.stylelistquebec.ca/

Un crabe à la carapace violacée!


Parmi la population de crabes des neiges, certains affichent des couleurs différentes de la majorité, certains sont bleu d’autres plutôt violets. Si vous entendez un pêcheur vous raconter ses histoires de pêche, cette histoire de crabe violet est vraie
Nuage

 

Un crabe à la carapace violacée!

 

Des gens du milieu qui ont déjà vu...

 

Des gens du milieu qui ont déjà vu des crabes violacés disent n’en avoir jamais vu un d’une couleur aussi aussi franche.

Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Des crabes, Darry Noël en a vu dans sa vie, mais un de couleur violacée comme celui qu’il a pris mardi, il peut les compter sur les doigts de ses mains de pêcheur. Le phénomène serait en fait à ce point rare que bien peu de crabes à la carapace mauve ont pu être aperçus jusqu’à présent au Québec.

«J’en ai pêché peut-être 7 ou 8 en plus de 30 ans», s’est exclamé le pêcheur de Sept-Îles, qui savait que sa prise peu commune ferait jaser. «On l’a sorti de la cage et photographié, c’est toujours surprenant.»

D’autant plus que les couleurs étaient éclatantes, des gens du milieu disent même n’en avoir jamais observé un d’un mauve aussi franc.

«C’est exceptionnel», soutient le chercheur et chef de la section Sciences benthiques de l’Institut Maurice-Lamontagne, Bernard Sainte-Marie. «J’en ai vu que deux ou trois dans toute ma carrière. Je n’ai pas de données statistiques, mais je pense que c’est encore moins fréquent que les homards bleus», a-t-il indiqué. Le nombre de homards au corps bleuté est estimé à un sur trois millions.

Variation génétique

C’est une variation génétique qui est à l’origine des teintes non traditionnelles du crabe ou du homard.

«Leur couleur est composée de différents pigments, dont le rouge et le bleu sont les principaux», affirme M. Sainte-Marie. «Chez des individus, un des pigments sera exprimé beaucoup plus fortement que l’autre, et c’est ça qui va dicter son apparence.»

Le rouge est d’ailleurs le seul pigment qui résiste à la chaleur, ce qui explique leur couleur après la cuisson. La chair de ces crustacés à la coloration inusitée est aussi comestible.

Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts a compté sur un crabe mauve parmi les vedettes de son aquarium l’an passé.

«C’était la première fois qu’on en voyait un, il provenait de Rivière-au-Renard», se souvient la biologiste du centre, Annie Beaulieu, qui aurait été preneuse «c’est certain», de celui de Sept-Îles.

«Je n’aurais jamais pensé que ça aurait pu intéresser un musée», lance Darry Noël,

qui raconte que son crabe des neiges violet est mort naturellement quelques heures après sa capture. Il a bien essayé de le conserver en le mettant au congélateur, mais la variation de température lui a fait perdre sa couleur.

«Ce sera pour la prochaine fois», blague celui qui possède désormais une nouvelle histoire de pêche à raconter!

http://www.lapresse.ca/

La NASA reporte le lancement d’une soucoupe expérimentale


Il faudra se le dire, quand cet engin prend sera lancer, plusieurs vont sûrement penser que des visiteurs de l’espace viennent envahir la Terre.
Nuage

 

La NASA reporte le lancement d’une soucoupe expérimentale

 

Le véhicule expérimental qui devait être lancé par la NASA. Le véhicule expérimental qui devait être lancé par la NASA. Photo :  PC/AP Photo/NASA

L’agence spatiale américaine a reporté à plus tard le lancement d’un véhicule expérimental ressemblant à une soucoupe volante qui devait avoir lieu mercredi. Le lancement doit mettre à l’essai des technologies qui pourraient éventuellement être utilisées lors d’une mission vers la planète Mars.

Une porte-parole de la NASA a expliqué que les conditions météorologiques sont responsables de cette annulation. Le prochain essai pourrait avoir lieu le 14 juin.

Depuis quelques décennies, la NASA utilise le même parachute pour réduire la vitesse de ses véhicules spatiaux entrant dans l’atmosphère martienne. Cependant, des parachutes plus grands et plus résistants seront requis pour ralentir les véhicules spatiaux plus lourds qui transporteront des objets ou des astronautes.

Au moment du lancement, un ballon transportant le petit véhicule s’élèvera d’Hawaï. Peu après, le véhicule allumera le moteur de sa fusée qui le transportera à une altitude de 55 kilomètres.

Des ballons vont ensuite se gonfler afin de réduire la vitesse supersonique de l’engin. Enfin, un parachute se déploiera afin d’assurer un amerrissage en douceur.

http://ici.radio-canada.ca

Internet : Le crime en ligne entraîne 3,3 milliards $ de pertes


 

Le vol d’identité, les vols de cartes de crédit, les informations personnelles que l’on met sur les réseaux sociaux tels que numéro de téléphone, adresse etc .. Des conversations qui peuvent intéresser dans le domaine de la cybercriminalité finissent par couter cher. On ne peut pas tout protéger, mais sur Internet, on peut limiter les risques
Nuage

 

Internet

Le crime en ligne entraîne 3,3 milliards $ de pertes

 

Photo AFP

Le crime en ligne, qui prend souvent la forme de cartes de crédit clonées, entraîne des pertes de 3,3 milliards $ au Canada. Plusieurs experts s’attendent à ce qu’il continue de gonfler.

La société de sécurité informatique McAfee, qui appartient au fabricant de processeurs Intel, vient de lever le voile sur une étude à ce sujet.

Selon McAfee, les pertes atteignent 445 milliards $ dans le monde. Celles du Canada équivalent à 0,17 % du produit intérieur brut, soit 3,3 milliards $.

Les pertes réelles sont probablement plus grandes, a indiqué Messaoud Abda, directeur du programme sur la criminalité économique à l’Université de Montréal.

«Les chiffres sont conservateurs en sachant que l’économie passe de plus en plus par internet. C’est inquiétant et alarmant parce qu’ils ne cessent d’augmenter.»

Le danger est dans les mains du commun des mortels, démontrait un sondage de Norton Symantec en octobre dernier. Près du tiers des gens qui ont un téléphone mobile ont été exposés au cybercrime. Environ 56 % suppriment des messages provenant d’inconnus. Par contre, 42 % de ceux qui vont sur les réseaux sociaux négligent de se déconnecter une fois qu’ils ont terminé.

Un crime caché

Le crime numérique est sournois car il ne fait pas peur, contrairement à un voleur en chair et en os.

«La technologie est rendue tellement banale que les gens ne sentent plus la menace, a indiqué M. Abda. Une perte de 100 $ ou une commande sur internet qui n’est pas livrée, ça ne semble pas gros. Une fois que les pertes sont chiffrées collectivement en temps, argent, productivité et intrusion dans la vie privée, elles sont énormes.»

Le vol d’identité est la fraude ultime pour le consommateur qui n’en est pas conscient au quotidien.

«Les gens sont d’une naïveté sans borne lorsqu’ils échangent avec leurs amis sur Facebook, a indiqué Michel Picard, expert en crime économique chez Analys6 Groupe Conseils. Même en personne, ils ne réalisent pas que d’autres personnes peuvent écouter la conversation. Pour le bon fraudeur, il s’agit seulement de connaître les questions de sécurité posées à la banque.»

De plus, un numéro de carte de crédit volé peut voyager vers un autre continent et servir à fabriquer une fausse carte en 24 heures. Le travail des services policiers devient ainsi plus ardu.

«Ça prend effectivement des équipes et de moyens importants pour traquer ces réseaux, a souligné Michel Picard. Mais nous sommes rendus là parce que beaucoup de gens se sont fait avoir.»

Comment sensibiliser le public ? Messaoud Abda suggère la publicité négative, qui a un impact psychologique.

«Il faut montrer aux gens ce qui arrive lorsqu’ils ne font pas attention, un peu comme le fait la SAAQ avec les accidents automobile», croit-il.

Comment se protéger contre la fraude en ligne

Une simple dose de prudence injectée dans le quotidien érige une barrière entre le consommateur et le cybercriminel.

Deux experts ont indiqué à Argent que les solutions sont souvent simples. Il s’agit de Messaoud Abda, directeur du programme sur la criminalité économique à l’Université de Montréal, et de Michel Picard, expert en crime économique chez Analys6 Groupe Conseils.

Question: Quelle est la première mesure à prendre ?

Messaoud Abda: «Revenons à la base. Si je n’utilise pas mon téléphone le soir, j’éteins. Je n’ouvre pas mon accès Wi-Fi n’importe où. Les fabricants fournissent des piles de durée imbattable pour dire que leurs produits sont de qualité, pour que nous soyons toujours branchés [mais c’est dangereux].»

Q: Le fabricant peut-il protéger ses clients en sécurisant ses appareils ?

Messaoud Abda: «Le problème est l’utilisateur. Beaucoup ne mettent pas de mot de passe sur leur téléphone. Ils n’activent pas de pare-feu. Les clients doivent se discipliner.»

Q: Est-on en sécurité si l’on utilise un mot de passe familier ?

Michel Picard: «Ceux qui utilisent le nom de leur chien vont finir par se faire avoir. C’est une question de gros bon sens.»

Q: Quelles sont les habitudes à adopter sur les réseaux sociaux ?

«Tout le monde trouve que l’information que l’on échange est banale. La personne qui a un intérêt va les croiser. Prenez un nom et un numéro de téléphone. Allez sur Facebook et vous avez sa date de naissance, ses amis et sa mère. Vous créez une identité. Vous allez à la banque et pouvez remplir une carte de crédit.»

Q: Comment répondre aux commerçants qui demandent des renseignements personnels ?

Michel Picard: «Je ne comprends pas pourquoi je dois donner mon code postal lorsque j’achète des piles. Je dis toujours non.»

http://www.journaldequebec.com