Nos talents


Nous avons tous un talent pour quelque chose, et nous devons l’exploiter pour nous-même et pour les autres
Nuage

 

Nos talents

 

Ne cachez pas vous talents; mettez-les plutôt à profit. À quoi sert un cadran solaire placé à l’ombre?

Benjamin Franklin

Etats-Unis: un réparateur de piscine sauve un écureuil de la noyade


Une vidéo de 1 heure qui démontre la ténacité au travailleur de sauver un petit écureuil qui a eu la mauvaise idée de tomber dans une piscine. Ce fut long pour ce petit rongeur de sortir de sa léthargie, mais le résultat en valait la peine
Nuage

 

Etats-Unis: un réparateur de piscine sauve un écureuil de la noyade

Entrez la légende de la vidéo ici

ANIMAUX – Cet écureuil n’aurait pas dû s’approcher trop près de la piscine… mais il peut s’estimer heureux. Alors qu’il était en train de se noyer, le rongeur a été sauvé par un homme qui l’a sorti de l’eau avant de lui administrer un massage cardiaque et de l’installer à l’ombre pour l’aider à reprendre ses forces.

Vous pouvez assister à la scène au début de la vidéo ci-dessus (l’histoire se termine bien).

L’auteur de ce beau sauvetage s’appelle Rick Gruber, un réparateur de piscine de Phoenix (Arizona), qui a filmé l’opération et a publié la vidéo sur Youtube, comme le rapportent nos collègues du HuffPost américain. Intitulée « le jour où j’ai sauvé un écureuil de la noyade », la vidéo d’une heure montre toute la ténacité de cet homme, qui dit aimer tous les animaux et a depuis reçu le surnom de « Squirrel Whisperer » (« l’homme qui murmurait à l’oreille des écureuils »).

http://www.huffingtonpost.fr

Le Saviez-vous ► Quand les animaux se révèlent plus humains que les Hommes


Il y a des chiens, des chats et autres animaux qui ont marqué l’histoire des gens par leur présence, leur actions ont changer la vie de bien façon
Nuage

 

Quand les animaux se révèlent plus humains que les Hommes

 

Réputés pour avoir un sixième sens, les animaux sont capables de prédire des catastrophes naturelles, ils sentent quand les choses tournent mal et peuvent s’avérer être les « Hommes » de la situation. D’autres ont de vrais sentiments pour leurs pairs. Voici les animaux les plus braves et fidèles !

1 – Le labrador sauveur du 11 septembre et de l’ouragan Katrina

© Wikimedia Commons

Jack est revenu de loin. Retrouvé dans une rue et recueilli lorsqu’il avait 10 mois, ce labrador est devenu un vrai héro. Il est notamment connu pour avoir aidé à sauver des victimes des décombres des tours du World Trade Center et des gravas laissés par l’ouragan Katrina en 2005.

2 – La chatte qui a bravé les flammes pour sauver sa portée

© Wikimedia Commons

Quand le garage dans lequel Scarlett et ses chatons vivait a pris feu, elle les a transportés un a un hors du danger, écopant de graves brulures sur le corps, avant de tomber inconsciente sur le sol.

3 – L’éléphant qui veille son ami piqué par un serpent

Alors que l’éléphant blessé s’écroule, l’autre reste avec lui, l’aidant à se relever. Quand il succombe de sa morsure, tous les autres éléphants sont venus se recueillir sur son corps.

4 – Le chat qui a détecté le cancer de sa maîtresse

© Flickr – Mindaugas Lickus

Fidge, le chat de Wendy Humphrey, s’est mis a sauté sur sa poitrine pendant plusieurs semaine, la poussant à aller voir un médecin. Une tumeur de la taille d’un pois a alors été détecté et enlevé. Le sixième sens de son chat a probablement sauvé la vie de sa maîtresse !

5 – Hachiko, le chien le plus fidèle au monde !

© Flickr – Creative Commons

Hatchiko accompagnait chaque jour son maître jusqu’à la gare et revenait l’attendre chaque soir à son retour du travail. Quand le maître meurt au travail en 1925, Hatchiko continue chaque jour pendant 7 ans à venir l’attendre à la gare. Il devient ainsi très célèbre au Japon, obtenant même une statue en son honneur.

6 – Geo, le chiot qui sauve la vie d’un garçon de 10 ans

© Facebook

Ce chien n’a pas hésité à venir au secours de son maître de 10 ans qui allait se faire renverser par un camion. Il a récolté quelques pattes cassées mais tout le monde est en vie !

7 – Les pigeons pendant la guerre

© Wikimedia Commons

Alors qu’ils sont plutôt détestés dans les villes de nos jours, il ne faut pas oublier que les pigeons ont joué un rôle clé dans les deux Guerre Mondiale. Plus de 200 000 d’entre eux ont été enrôlé par les militaires américains pour surveiller et transmettre des messages au péril de leur vie. D’où l’expression « se faire tirer comme un pigeon » !

8 – Mitzy, chat fidèle

© Imgur

Alors que sa maitresse s’est faite hospitalisé pour une crise cardiaque, Mitzy a dû passer trois semaines sans la voir. Au moment des retrouvailles, le chat ne voulait sous aucun prétexte quitter ses genoux.

9 – Le désormais célèbre chat qui sauve un enfant des griffes d’un méchant chien

http://www.linternaute.com

Les sucres raffinés: un côté givré, un côté… addictif


Nous sommes envahis par des aliments tout préparés, transformés, pour économiser dit-on, du temps et de l’énergie pour passer plus de temps à faire ce que nous aimons, après une dure journée de travail. On nous montre des déjeuners soi-disant bons pour la santé alors qu’il y a un gros pourcentage de sucre raffiné, juste pour se donner bonne conscience … Et nous voyons maintenant les conséquences d’avoir fait les mauvais choix
Nuage

 

Les sucres raffinés: un côté givré, un côté… addictif

 

La consommation de sucres raffinés est associée à la prise de poids, à... (Photos.com)

Photos.com

Pierre Pelchat
Le Soleil

(Québec) La consommation de sucres raffinés est associée à la prise de poids, à l’obésité, au diabète de type 2, aux problèmes cardiaques et à l’hypertension, mais il y a plus. Un des effets insidieux de ces produits est d’amener les gens à en consommer de nouveau.

C’est ce qu’a expliqué, mardi, le Dr Robert Lustig, de l’Université de la Californie, à San Francisco, lors d’une conférence à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Le Dr Lustig s’est fait connaître au cours des dernières années par ses interventions publiques sur les effets néfastes sur la santé de la surconsommation de sucres raffinés comme ceux que l’on trouve dans les boissons gazeuses, les céréales et les desserts.

Se référant à des études, le pédiatre a expliqué que les sucres raffinés provoquent des changements au foie et au cerveau qui amènent les consommateurs à en ingurgiter de nouveau dans un court délai.

Le professeur Michel Lucas de la Faculté de médecine de l’Université Laval a comparé cette forme de dépendance à celle du tabac.

«Ça induit des changements métaboliques qui font en sorte que vous avez plus envie de sucres raffinés. C’est un peu comme la cigarette», a-t-il commenté.

Par ailleurs, le Dr Lustig a indiqué qu’une calorie provenant d’une boisson gazeuse est nettement plus dommageable que celle d’une autre source, comme la viande. Des recherches ont montré que la consommation d’une cannette de boisson gazeuse de 150 calories augmentait de 11 fois le risque de développer un diabète de type 2 par rapport à un autre produit sans sucres raffinés avec le même nombre de calories.

Un autre conférencier, le Dr David Ludwig, de l’École de médecine de Harvard, a remis en question l’efficacité des diètes en faible gras pour perdre du poids. Or, pour compenser, des personnes ont augmenté leur consommation d’hydrates de carbone, dont les sucres raffinés. Or, les excès de sucre se transforment en gras.

«Ç’a toujours été le message des dernières années. Moins vous consommez de gras, moins vous allez être gras, alors que ça peut être le contraire à cause de tous les mécanismes qui sont impliqués dans la surconsommation de produits à indice glycémique élevé ou de sucres», a expliqué le professeur Lucas.

M. Lucas a déploré le marketing des grands de la restauration rapide, particulièrement auprès des jeunes, pour inciter à la consommation des produits avec des sucres raffinés.

«Leur publicité délivre du bonheur. Ils sont associés au petit déjeuner. C’est de la foutaise. C’est uniquement du marketing pour être bien positionné pour faire accroire aux gens qu’ils ont une bonne conscience.»

Il reconnaît qu’il est possible de réduire son poids en diminuant la consommation de sucres raffinés.

«Mais le message le plus important, c’est de manger des vrais aliments non transformés, qui sont produits par nos agriculteurs, les fruits et légumes d’ici. On dit qu’on n’a plus le temps de cuisiner. Encore un autre message du marketing alimentaire de dire qu’on n’a pas le temps. Je m’excuse, mais cuisiner du poisson, ça prend 5 à 10 minutes», a-t-il conclu.

http://www.lapresse.ca/l

Oui ce livre est bien relié avec de la peau humaine. Mais pourquoi?


On parle beaucoup d’un livre qui aurait été authentifié comme vraie que la reliure a été faite avec la peau humaine. La peau d’un dos d’une femme, plus précisément. Il semble qu’il fut une époque, cette pratique était assez courante, du moins en France
Nuage

 

Oui ce livre est bien relié avec de la peau humaine. Mais pourquoi?

 

Les Destinées de l’âme par Arsène Houssaye, relié avec de la peau prélevée sur le dos d’une femme. HARVARD

par Étienne Goetz

Fascinant autant que révulsif: la bibliopégie anthropodermique. Pardon? Rien de très compliqué, il s’agit des livres reliés avec de la peau humaine.

Cette pratique est bien réelle et Harvard vient de confirmer qu’elle détient un exemplaire de cette pratique: la copie des Destinées de l’âme, une méditation du Français Arsène Houssaye, détenue par la Houghton bibliothèque est bel et bien recouverte de chair humaine, indique le site The Verge. Les tests sont formels, assure le conservateur de la bibliothèque. C’est sûr à 99%.

Note laissée par Ludovic Bouland, page 1. HARVARD

Pourquoi donc appliquer de la peau humaine sur un livre? Cette idée n’est pas le fait de l’auteur lui-même, mais d’un de ses amis, explique l’institution dans un post de blog. Au milieu des années 1880, Arsène Houssaye a présenté son livre à Ludovic Bouland, médecin reconnu et bibliophile. Comme le livre traite de l’âme et de la vie après la mort, le docteur a donc tout «naturellement» relié le livre avec la peau d’une patiente atteinte de troubles psychiatriques et morte à la suite d’une attaque. Le médecin a d’ailleurs pris soin de laisser une note pour expliquer sa démarche.

«Ce livre est relié en peau humaine parcheminée, c’est pour lui laisser tout son cachet qu’à dessein on n’y a point appliqué d’ornement. En le regardant attentivement on distingue facilement les pores de la peau. Un livre sur l’Ame humaine méritait bien qu’on lui donnât un vêtement humain: aussi lui avais-je réservé depuis longtemps ce morceau de peau humaine pris sur le dos d’une femme. Il est curieux de voir les aspects différents que prend cette peau selon le mode de préparation auquel elle est soumise. La comparer par exemple avec le petit volume que j’ai dans ma bibliothèque, Sever. Pinaeusde Virginitatis notis qui lui aussi est relié en peau humaine mais tannée au sumac.»

L’autre ouvrage auquel fait référence le médecin, De integratis & corruptionis virginum notis de Séverin Pineau, a été relié par Marcellin Lortic, un célèbre relieur parisien . A croire que la bibliopégie anthropodermique est un art français par excellence, et pas si rare que ça.

Note laissée Par Ludovic Bouland, page 1. HARVARD

Le terme de «bibliopégie anthropodermique», utilisé pour désigner le livre relié en peau humaine, apparaît au moins dès le XVIe siècle. Cette pratique était assez courante. Les aveux d’un criminel étaient parfois reliés avec leur propre peau. D’autres personnes demandaient aussi à être immortalisé sous forme de livre pour rester avec leur famille ou leur amant. Une version chic du chien empaillé. 

http://www.slate.fr/

NASA: l’exploration spatiale habitée vouée à l’échec


Je sais bien que les technologies spatiales avancent n’a grand pas et cela permet d’aider dans d’autres domaines sur terre. Cependant aller coloniser Mars m’apparait aussi une mauvaise gestion des ressources actuelles. Je présume qu’on disait la même chose lors de la première expédition sur la lune, mais il y a une différence majeure entre Mars et la lune, si ne fut que la distance et d’une situation de non-retour. Peut-être dans 20 ans, nous serions assez avancées mais pour l’instant, nous en sommes probablement très loin. C’est comme si la NASA vendait la peau de l’ours avant de l’avoir tuer
Nuage

 

NASA: l’exploration spatiale habitée vouée à l’échec

 

NASA: l'exploration spatiale habitée vouée à l'échec

Photo NASA

Jean-Louis Santini

 

WASHINGTON – Un rapport de l’Académie américaine des sciences épingle le programme d’exploration spatiale habitée de la NASA, qu’elle considère voué à l’échec, et la perte de la dominance des États-Unis dans l’espace, préconisant de retourner sur la Lune avant de conquérir Mars.

«La poursuite de la présente approche de la NASA, qui développe un système de lancement et un vaisseau pour voler au-delà de l’orbite terrestre tout en continuant à exploiter quasiment seule la Station spatiale internationale (SSI) jusqu’à la moitié des années 2020, le tout avec un budget ne couvrant pas l’inflation, est une invitation à l’échec et aux désillusions», écrivent les auteurs de ce document de 286 pages produit par le National Research Council.

L’agence spatiale américaine ne donne pas de calendrier mais sa principale ambition est d’envoyer des astronautes capturer un astéroïde avant d’aller sur Mars.

En outre, juge ce comité d’experts indépendants, cette situation «peut aussi faire perdre la perception internationale de longue date selon laquelle les Etats-Unis sont la nation spatiale dominante».

«Les États-Unis sont leaders dans l’exploration humaine de l’espace depuis plus de 50 ans et nos activités en orbite terrestre avec nos partenaires touchent à leur fin avec l’achèvement de la SSI», souligne Jonathan Lunine, directeur du Centre de recherche spatiale à l’Université Cornell, co-président du comité qui a rédigé le rapport.

«En tant que nation nous devons décider maintenant comment nous engager dans l’exploration spatiale habitée au-delà de l’orbite terrestre d’une manière durable», ajoute-t-il.

«Parmi le petit nombre de destinations possibles, comme un retour sur la Lune, la plus distante et difficile est de poser des hommes sur Mars, ce qui doit être par conséquent notre but ultime. Tous les programmes spatiaux de nos partenaires potentielles tendent vers cet objectif», souligne le scientifique.

Mais faire avancer l’exploration humaine de l’espace lointain nécessitera des décennies et des centaines de milliards de dollars, estime le rapport.

Coopérer avec la Chine

Bien que les auteurs ne fassent pas de recommandation budgétaire particulière, ils estiment qu’il n’y a aucune possibilité d’aller sur Mars avec le budget américain actuel.

«Notre comité a conclu que tout programme d’exploration habitée exigera non seulement un budget adéquat mais aussi un soutien des dirigeants de la nation», insiste Mitchell Daniels, président de l’Université Purdue, co-président du comité d’experts, dans une critique du président Barack Obama et du Congrès.

«Un tel engagement ne peut pas changer de direction avec chaque élection car nos dirigeants sont essentiels pour la mise en oeuvre des investissements durables du pays dans les vols spatiaux habités», juge-t-il.

Le rapport estime que le succès d’un tel programme nécessite un consensus national sur l’objectif et une coopération internationale, y compris avec la Chine, considérée par Washington comme un rival.

Les auteurs avancent également trois approches potentielles pour conquérir Mars, dont deux prévoient un retour préalable des Américains sur la Lune.

Ils estiment que retourner sur le sol lunaire favorisera une coopération internationale, étant donné l’intérêt que cette destination suscite chez d’autres nations. De plus cela permettrait de mettre au point des technologies d’atterrissage et des modules d’habitation utiles pour de futures missions martiennes.

L’administration Obama a aussi retenu une mission vers un astéroïde avant d’aller sur Mars. M. Obama avait abandonné l’idée d’un retour sur la Lune en 2010, jugée trop coûteuse, qui figurait dans le programme de conquête de la planète rouge de son prédécesseur George W. Bush.

Mais ces experts estiment que capturer un astéroïde nécessitera de nombreuses technologies sans utilité pour aller sur Mars.

Réagissant à ce rapport, la NASA a assuré «avoir déjà fait d’importants progrès pour aller sur Mars et qu’elle continuera dans cette direction».

«Ce rapport est probablement le plus franc quant au fait que nous n’avons pas d’objectif clairement énoncé dans notre programme d’exploration spatiale habitée», avoue aussi John Logsdon, ancien directeur du Space Policy Institute à Washington. «Je ne pense pas que ce rapport change quoi que ce soit», regrette-t-il aussi.

http://fr.canoe.ca

Le koala câline les arbres pour mieux se rafraîchir


Quand on parle de koala, on l’imagine facilement coller après un arbre. Alors que ce genre de comportement est en fait une solution pour que l’animal puisse se rafraichir lors de la saison chaude
Nuage

 

Le koala câline les arbres pour mieux se rafraîchir

 

Lorsqu’il fait chaud, le koala colle la plus grande surface possible de son corps à l’écorce de l’arbre.
Crédits, : Len and Nyetta/Flickr

Lorsque le soleil tape et que le koala est mollement étendu sur un arbre, il ne fait pas que dormir. Il se rafraîchit aussi, nous apprennent des chercheurs australiens.

Si la cigale de Le Fontaine avait été koala, elle n’aurait pas dansé aux temps chauds. Elle aurait plutôt câliné des arbres. Voilà ce que nous apprennent des zoologues de l’Université de Melbourne, dans une étude publiée dans Biology Letters .

Comme tous les animaux à sang chaud, le koala doit s’efforcer de conserver une température interne constante quelle que soit celle de l’air ambiant. Pour lutter contre la chaleur, deux solutions s’offrent généralement: on peut transpirer ; mais le koala transpire très peu, préférant haleter et lécher sa fourrure. Deuxième solution: se cacher dans des fourrés ou sous la terre ; mais le koala, prudent, préfère regarder le monde depuis la canopée à l’abri des prédateurs.

Membre étendus, le ventre collé à l’arbre

Nathalie Briscoe et ses collègues de Melbourne ont donc voulu savoir comment les koalas résistaient aux épisodes de canicules. Ils ont équipé 37 d’entre eux de colliers équipés d’émetteurs radio et en ont suivi 130 de plus dans le sud australien. Les zoologues ont analysé le comportement des koalas durant la journée: posture, activité, hauteur et localisation dans les arbres… Ils ont aussi noté la température de l’air ambiant et relevé la température à la surface des différentes espèces d’arbres où logeaient les marsupiaux.

Les zoologues ont alors découvert que, plus la température augmente, plus les koalas adoptent une posture spécifique: les membres étendus, ils collent la plus grande surface possible de leur corps, en particulier le ventre où leur fourrure est moins dense, à l’écorce des troncs ou des principales branches. Et ils s’installent d’autant plus près du sol que le thermomètre grimpe.

Gros câlins à l’acacia noir

Pour ces gros câlins, les animaux ne choisissent pas n’importe quel arbre: l’acacia noir, relativement dédaigné par temps frais car ses feuilles ne sont pas au menu de l’animal, est choisi dans 29 % des cas par temps chaud. Et pour cause: le tronc de l’acacia noir est en moyenne de 5 à 7 degrés plus frais que l’air ambiant, bien davantage que les goûteux eucalyptus.

Les chercheurs ont calculé que pour un mâle de 11,3 kilos, et avec une température extérieure de 35°C, une position optimale assurerait 68 % du refroidissement nécessaire.

«On ignore si, en adoptant cette position, le koala capte la fraîcheur de l’arbre ou, ce qui est plus probable, transmet sa chaleur interne à l’arbre pour mieux l’évacuer», précise le Dr Baptiste Mulot, responsable vétérinaire au zoo de Beauval, le seul en France à accueillir des koalas.

Se rafraîchir sans perte d’eau

Les câlins présentent un autre avantage: «On peut supposer que cette technique de conduction de la chaleur lui permet de se rafraîchir sans perte d’eau», ajoute le vétérinaire.

Or le koala boit très peu et risque de se déshydrater très vite lorsque la température grimpe.

Cette découverte, notent les zoologues australiens en conclusion de leur étude, devrait nous amener à mieux mesurer l’importance de préserver les habitats naturels des mammifères arboricoles, en particulier avec le réchauffement climatique. Car le koala n’est peut-être pas l’unique inventeur de l’arbre-climatiseur: singes, jaguars, oiseaux ou invertébrés pourraient bien user de la même tactique.

«Lorsqu’on voit un jaguar allongé sur un arbre avec les pattes qui pendent, on pense toujours qu’il se repose, note Baptiste Mulot. Mais lui aussi est peut-être en train de se refroidir…»

http://www.lefigaro.fr