Découverte à l’UdeM Une méthode pour détecter les faux médicaments


Je ne comprends vraiment pas comment des gens peuvent faire confiance aux médicaments acheter sur le web, alors qu’ils peuvent y laisser leur vie. C’est donc à l’arrivé au Canada que ces colis peuvent être interceptés. Si cette nouvelle méthode sauve du temps, ils peuvent donc inspecter plus de colis
Nuage

Découverte à l’UdeM

Une méthode pour détecter les faux médicaments

 

Une méthode pour détecter les faux médicaments

Crédit photo : Archives Agence QMI

Des chercheurs de l’Université de Montréal ont mis au point une méthode fiable et rapide pour détecter les médicaments de contrefaçon, selon le Journal Forum.

Selon Philippe Lebel, étudiant à la maîtrise au Département de chimie de l’Université de Montréal qui a développé cette méthode, l’analyse prend cinq fois moins de temps qu’il en faut actuellement aux services douaniers à la frontière, soit 10 min au lieu de 50.

«Notre approche ne cible pas uniquement le produit actif dans le médicament, a expliqué la professeure Alexandra Furtos. Elle vise plutôt à mettre au jour par une technique de balayage les composés inconnus, soit ceux qui sont analogues à l’élément actif. C’est là l’originalité de la méthode.»

Les faux médicaments sont un véritable fléau pour la santé publique.

«Les ventes mondiales de médicaments contrefaits s’élevaient, en 2010, à 75 billions de dollars, selon l’Organisation mondiale de la santé», a indiqué Philippe Lebel.

Par exemple, le citrate de sildénafil, connu sous son nom commercial de Viagra, ainsi que deux autres médicaments pour le dysfonctionnement érectile, Cialis et Levitra, seraient parmi les médicaments les plus contrefaits dans le monde.

L’achat en ligne de médicaments d’ordonnance expose l’acheteur à de graves risques pour sa santé.

«Ces médicaments sont souvent fabriqués dans des garages, où les conditions sanitaires sont mauvaises. Ils peuvent être faits de moins d’éléments actifs, voire en être dénués, a expliqué la chercheuse Karen Waldron. Pire, ils peuvent contenir une substance différente qui peut entraîner des effets secondaires importants.»

Ainsi en 2008, à Singapour, 150 patients atteints d’hypoglycémie grave causée par une baisse brutale du taux de sucre dans le sang ont dû être hospitalisés. Quatre d’entre eux sont morts et sept ont subi des lésions cérébrales. Ils auraient pris des médicaments contrefaits pour le dysfonctionnement érectile qui contenaient en fait du glyburide, une substance utilisée dans le traitement du diabète.

http://tvanouvelles.ca

3 réponses à “Découverte à l’UdeM Une méthode pour détecter les faux médicaments

  1. C’est vrai que les gens qui ne sont pas rembourser à 100% avec la sécu et la mutelle vont sur le web pour faire des économies, mais c’est bien sûr à leurs rique et périls, il faut bien connaitre la société qui vent les médocs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s