Les maringouins en retard de trois semaines


J’ai vu le premier moustique hier, C’est assez inhabituel étant donné que nous sommes en fin du mois de mai. Disons que ce n’est pas une venue attendue, on pourrait bien s’en passer. Mais bon, qu’ils soient en retard ou non, ils vont venir nous hanter pour déguster notre sang. Mais nous pouvons minimiser la prolifération en enlevant les eaux stagnantes autour de nos demeures
Nuage

Les maringouins en retard de trois semaines

 

Les maringouins ont trois semaines de retard, cette... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Les maringouins ont trois semaines de retard, cette année.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Brigitte Trahan

(Trois-Rivières) Les maringouins ont trois semaines de retard, cette année et il est à parier que personne ne s’en plaindra.

Pour le biologiste Richard Vadeboncoeur, directeur du développement des affaires chez GDG Environnement, qui oeuvre dans le contrôle biologique des insectes piqueurs depuis près de 20 ans, c’est toutefois du jamais vu.

Habituellement, le contrôle biologique des larves de moustiques se fait au tout début d’avril, dit-il. Cette année, les équipes n’ont pu amorcer le contrôle qu’à la fin d’avril.

À cause du froid, les petits trous d’eau, lieux de prédilection pour le développement des moustiques, gelaient la nuit.

À ce jour, malgré tout, les traitements à effectuer dans les municipalités qui veulent exercer un contrôle de nuisance sont à toutes fins utiles terminés, indique M. Vadeboncoeur.

Quant aux maringouins, les biologistes constatent qu’ils sont à l’état de nymphes, présentement, donc qu’ils feront leur apparition d’une journée à l’autre.

Ce retard n’est malheureusement pas une aussi bonne nouvelle qu’on pourrait le croire à première vue.

C’est qu’il existe plusieurs espèces de moustiques qui font leur entrée tour à tour à différents moments du printemps et de l’été. Il risque donc d’y avoir «un chevauchement des espèces printanières en plus des espèces estivales qui vont commencer à sortir. Elles risquent de s’additionner», prévoit le biologiste.

Malheureusement pour les amateurs de pêche, les mouches noires, elles, ont réussi à se développer selon le même calendrier que les années précédentes, indique le porte-parole de GDG.

La firme trifluvienne sera impliquée, cette année, dans un programme de surveillance bonifié des moustiques dans le grand Montréal. À l’aide de 200 stations, les maringouins seront piégés et identifiés dans les laboratoires de GDG.

Le nombre de municipalités qui ont recours à un contrôle biologique d’insectes piqueurs ne cesse de grandir au Québec, indique Richard Vadeboncoeur, mais ce n’est pas tant pour prévenir le redoutable virus du Nil occidental que pour éliminer la nuisance des moustiques quand les citoyens veulent profiter des plaisir de la terrasse ou du grand air,explique-t-il.

C’est plutôt au cours des canicules de juillet et d’août que les moustiques vecteurs du VNO sont présents.

Pour cette raison, GDG a émis un communiqué, hier, rappelant qu’un moyen simple de contribuer individuellement à diminuer la prolifération des moustiques est d’éliminer la présence d’eau stagnante ou de flaques d’eau dans des objets comme des pneus, des brouettes ou des tas de feuilles mortes, ces petites quantités pouvant favoriser l’éclosion très rapide d’une nouvelle génération de moustiques.

http://www.lapresse.ca/

3 réponses à “Les maringouins en retard de trois semaines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s