Les oiseaux noirs


Tous, nous avons des moments difficiles à vivre, et cela, il est impossible de tous les éviter. Cependant, c’est l’attitude que nous avons face à ses événements malheureux et le temps que nous leur accordons quand on ne peut pas changer les choses
Nuage

 

Les oiseaux noirs

 

« On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d’y faire leur nid. »

Proverbe Chinois

La touchante histoire de Trip et Yoga, deux chats handicapés inséparables


 

Les animaux handicapés ont des ressources extraordinaires pour survivre surtout s’ils ont un foyer qu’ils seront nourris et protégés
Nuage

La touchante histoire de Trip et Yoga, deux chats handicapés inséparables

Par Charlotte Grenier

Crédits photo : Almost at Home Ohio

Trip et Yoga sont deux félins très spéciaux. Tous deux handicapés et présentant des difficultés à se déplacer, ils n’en sont pourtant pas moins chats !

Et ils comptent bien prouver qu’un animal aux besoins un peu particuliers peut aussi être un très bon compagnon.

Le destin difficile de Trip et Yoga

Trip est une petite chatte rayée souffrant de ce qu’on appelle l’hypoplasie cérébelleuse, une maladie cérébrale créant des troubles dans la coordination des mouvements du chat. Par conséquent, Trip rencontre certaines difficultés lorsqu’elle se déplace et a du mal à tenir debout.

Yoga, elle, est une chatte blanche qui a été victime d’une blessure à la colonne vertébrale, la rendant incapable d’utiliser son arrière-train. Elle a donc droit à un petit charriot qu’elle utilise pour se déplacer dans la maison, quoi qu’elle sache aussi se débrouiller sans, et porte presque toujours une couche.

Ambassadrices des chats handicapés

Toutes deux disponibles à l’adoption, elles sont actuellement prises en charge par l’association Almost Home Ohio, aux États-Unis, spécialisée dans les animaux aux besoins très particuliers. Trip et Yoga, devenue les meilleures amies du monde, y attendent donc leur future famille…. Mais pas sans rien faire !

Car les deux félins aux lourds handicaps sont en quelque sorte devenus les porte-paroles des animaux qui, comme eux, ont des besoins spéciaux. Ils ont droit à leur propre page Facebook, où l’on peut suivre leurs aventures à travers de nombreuses photos et vidéos.

Cette page permet également de sensibiliser le public à leurs handicaps, et de montrer que ceux-ci n’affectent en rien le caractère des deux boules de poils. Essayer d’attraper la lumière d’un laser, paresser sur les genoux d’un humain ou encore s’amuser avec de l’herbe à chat… Le quotidien de ces deux adorables minettes est digne de n’importe quel autre, et elles ont l’air de mener une bien belle vie. Une vraie source d’inspiration et un exemple à suivre !

> La preuve en vidéo :

Entrez la légende de la vidéo ici

http://wamiz.com/

Astuce geek : 5 raccourcis indispensables pour votre navigateur Internet


 

Des petits trucs qui pourraient être pour éviter de toujours utiliser la souris. J’ai essayé ses raccourcis de clavier sur Google Chrome et cela fonctionne bien
Nuage

Astuce geek : 5 raccourcis indispensables pour votre navigateur Internet

raccourcis navigateur internet

Pour gagner du temps dans sa navigation Internet, connaître les principaux raccourcis clavier est un must.

FLORENCE SANTROT

metronews.fr

CONSEILS – Comment rouvrir une fenêtre fermée par erreur ? Comment faire une recherche inversée sur une image ? Comment naviguer incognito ? metronews vous répond.

Que vous utilisez Chrome ou Firefox, voici cinq raccourcis qui vont vous faciliter la vie dans votre usage quotidien de votre navigateur Internet. La touche Contrôle sera utilisée sous Windows, Commande (ou Pomme) sous Mac.

1. Rouvrez une page fermée par erreur

Control/Commande+Majuscule+T : cette combinaison permet de rouvrir un onglet récemment fermé. Si vous avez supprimé par erreur une page Internet et que vous voulez la retrouver, c’est la solution la plus simple car elle prend moins de temps que d’aller fouiller dans son historique. Selon les navigateurs, vous pouvez ainsi en rouvrir plusieurs et remonter peu à peu dans le passé. Pratique aussi pour espionner un proche…

2. Faites une recherche inversée sur une image

Après avoir fait une recherche dans Google Images, si vous voulez aller plus loin et faire une recherche inversée sur une image en particulier, attrapez l’image avec votre souris (clic gauche) et vous la déplacez pour la lâcher dans la barre de recherche.

3. Ouvrez un lien dans une nouvelle fenêtre

Il vous suffit de maintenir la touche Contrôle (Windows) ou Commande (Mac) appuyée juste avant de cliquer sur un lien pour que celui-ci s’ouvre dans un nouvel onglet. La page sur laquelle vous êtes reste active. Le lien sera ouvert « en fond » c’est-à-dire que la page sur laquelle vous êtes restera active. A vous de choisir quand vous souhaitez basculer sur l’autre page fraîchement ouverte.

4. Naviguez de manière anonyme

Pas envie que votre entourage sache que vous appréciez consulter certains types de sites ? Vous voulez éviter certaines publicités ciblées en raison de cookies ? Rien de plus simple. Il suffit de lancer une page en navigation privée. Pour cela, ouvrez une nouvelle fenêtre avec la combinaison de touches suivante : Contrôle/Commande+Majuscule+N. Les pages vues ne seront pas enregistrées dans l’historique, il n’y aura pas de trace dans les cookies, etc. Vous naviguerez incognito. En revanche, en cas d’activité répréhensible, sachez que vous pouvez toujours être identifié.

5. Gagnez du temps avec l’extension « .com »

Pas envie de taper « .com » à la fin de chaque URL ou presque ? Il suffit d’utiliser al combinaison de touches Contrôle+Entrée pour ajouter « .com » à la fin d’une adresse (et www au début).

Et en bonus :

– Contrôle/Commande + F : lancer une recherche dans la fenêtre active ou l’onglet actif

– Contrôle/Commande + T : ouvrir un nouvel onglet

– Contrôle/Commande + W : fermer l’onglet en cours

– Contrôle/Commande + Majuscule + N : ouvrir une nouvelle fenêtre en navigation privée

– Contrôle/Commande + flèche gauche : revenir à la page précédente

– Contrôle/Commande + flèche droite : aller à la page suivante

– Contrôle/Commande + L : active la barre de recherche du navigateur pour écrire un ou des mots puis presser Entrée et lancer une requête sans utiliser sa souris ou son touchpad.

– Contrôle/Control + tabutation : passer d’un onglet à l’autre (de la gauche vers la droite)

– Contrôle + Majuscule + tab : passer d’un onglet à l’autre (de la droite vers la gauche)

– Contrôle/Commande+Majuscule+R : recharger une page en vidant le cache du navigateur (plus de mémoire tampon de la page).

http://www.metronews.fr/

Allergies: mettre un terme aux atchoums


Les allergies saisonnières commencent un peu tardivement à cause de l’hiver qui a pris du temps avant de nous quitter. Certaines allergies peuvent maintenant avoir un traitement qui vont diminuer les symptômes de moitié voir même plus.
Nuage

 

Allergies: mettre un terme aux atchoums

 

Le très long hiver a eu au moins un avantage, celui de retarder le début des... (Photo Digital/Thinkstock)

PHOTO DIGITAL/THINKSTOCK

MARIE ALLARD
La Presse

Le très long hiver a eu au moins un avantage, celui de retarder le début des allergies aux pollens. Un Québécois sur cinq souffre d’allergies respiratoires (aux pollens, acariens, animaux ou moisissures). Bonne nouvelle: de nouveaux traitements de désensibilisation aux allergènes, offerts en comprimés, viennent d’être approuvés par Santé Canada. Troquez enfin vos mouchoirs contre de l’espoir.

Enfin un traitement en comprimés

Bonne nouvelle pour ceux qui éternuent, se mouchent et se frottent les yeux à répétition de la fin du mois de juillet au mois d’octobre, allergiques au pollen de l’herbe à poux. Santé Canada a autorisé, le 10 avril, la vente de Ragwitek, le premier comprimé qui vise à traiter l’allergie à l’herbe à poux, fabriqué par Merck Canada. Vous avez bien lu: il ne s’agit pas d’un nouvel antihistaminique, mais d’un traitement de désensibilisation sous forme de pilules, garanti sans piqûres.

Le Dr Rémi Gagnon, président de l’Association des allergologues et immunologues du Québec, prédit «un engouement» pour le Ragwitek. Déjà, Santé Canada avait donné son aval, en mars 2012 et en décembre 2013, à deux premiers comprimés d’immunothérapie contre l’allergie aux graminées, Oralair et Grastek. Cette allergie – dont la saison s’étire de mai à juillet – est toutefois moins fréquente que celle à l’herbe à poux, «qui est très proéminente dans la région de Montréal», indique le Dr Gagnon.

L’immunothérapie dite sublinguale – parce que les allergènes sont placés sous la langue – «est probablement une des meilleures nouvelles qui soient arrivées dans le monde de l’allergologie au Québec, depuis des lunes, dit le Dr Guy Tropper, de la clinique privée Avant Garde Médical. Ça change notre façon d’aborder le traitement des allergies respiratoires.»

Guérir l’allergie

Longtemps, les patients allergiques se sont fait dire de prendre des antihistaminiques (Claritin, Reactine, Aerius, etc.), des corticoïdes et de s’encabaner à l’air conditionné.

«La grande nouvelle, c’est qu’on a maintenant une façon de traiter l’allergie, pas juste les symptômes», souligne le Dr Tropper.

Le principe de l’immunothérapie est connu depuis longtemps. Il consiste à administrer de petites doses de la substance à laquelle l’organisme est allergique, afin de lui faire acquérir, peu à peu, une tolérance à cet allergène.

Au Québec, jusqu’à tout récemment, ce n’était offert que par des injections répétées, faites sous supervision médicale. Ce qui implique de prendre rendez-vous, se déplacer, se faire vacciner, puis patienter 30 minutes dans la salle d’attente du médecin… chaque semaine.

«L’immunothérapie par injection, ça fonctionne chez les gens très motivés, environ 1 à 2% des allergiques, observe le Dr Tropper. Mais en réalité, ça laisse 98 % des gens sans traitement.»

Se traiter à la maison

Le traitement sublingual est beaucoup plus simple. Seule la première dose d’Oralair, des Laboratoires Paladin, doit par exemple être prise sous supervision médicale. Le patient peut s’autoadministrer les autres doses. Il suffit de placer un comprimé sous la langue jusqu’à sa dissolution complète, puis de l’avaler. Et ce, tous les jours à partir de quatre mois avant le début de la saison pollinique des graminées, et jusqu’à la fin de celle-ci, trois années de suite.

«On s’est aperçus que la muqueuse qui est sous la langue oriente la réaction immunitaire vers la tolérance, explique le Dr Tropper. Quand les bébés se mettent toutes sortes de choses dans la bouche, c’est une façon d’amener leur système immunitaire à ne pas réagir de façon allergique.»

De 50 À 60% d’amélioration

Le plus beau, c’est que ça marche. À la demande du Collège des médecins, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a fait une revue de la littérature portant sur l’immunothérapie sublinguale, datée de septembre dernier.

Il en ressort que ce traitement engendre «une diminution significative de l’ensemble des symptômes de la rhinite allergique et de la conjonctivite allergique» et de «la consommation de médicaments contre la rhinite allergique».

L’immunothérapie sublinguale est jugée sûre, car elle n’a causé ni anaphylaxie ni mort.

Ce traitement est d’ailleurs utilisé «depuis plusieurs années dans la plupart des pays de l’Europe et de l’Amérique du Sud, ainsi qu’en Asie et en Australie», souligne l’INESSS.

«Les études nous montrent de 50 à 60 % d’amélioration dès la première année de l’immunothérapie sublinguale, indique le Dr Gagnon. C’est au moins aussi efficace que le sous-cutané.»

Est-ce à dire – rêvons un peu – qu’un patient traité avec des comprimés de désensibilisation à l’herbe à poux pourrait se passer d’antihistaminiques en août?

«Certainement», répond le Dr Gagnon.

Le principal hic semble le coût élevé des pilules, d’environ 4 à 5$ par jour pour les traitements de l’allergie aux graminées, remboursés par plusieurs assureurs.

Malgré ce prix, «beaucoup de gens se sont intéressés à la désensibilisation sublinguale aux graminées, peut-être plus que ce à quoi on s’attendait, note le président de l’Association des allergologues. Pour l’herbe à poux, ils devraient être encore plus nombreux».

Autre excellente nouvelle pour ceux qui se mouchent à l’année: des comprimés de désensibilisation aux acariens devraient arriver d’ici «un an et demi ou deux ans», prévoit le Dr Gagnon.

Ceux contre l’allergie au pollen de bouleau devraient suivre, ce que Santé Canada refuse de confirmer. Toute demande reçue «est de nature confidentielle et exclusive jusqu’à ce qu’elle soit approuvée», précise Leslie Meerburg, de Santé Canada.

http://www.lapresse.ca/

Des spermatozoïdes vieux de 17 millions d’années découverts en Australie


Heureusement que ces spermatozoïdes sont fossilisé, sinon un savant fou voudrait peut-être reproduire la créature. Même, si l’animal est petit, il appartient a un lointain passé
Nuage

 

Des spermatozoïdes vieux de 17 millions d’années découverts en Australie

 

Une équipe de chercheurs a découvert les plus vieux spermatozoïdes fossilisés,... (PhotosIn)

PHOTOSIN

Agence France-Presse
Sydney

Une équipe de chercheurs a découvert les plus vieux spermatozoïdes fossilisés, appartenant à des crustacés qui vivaient il y a quelque 17 millions d’années, sur un site riche en trouvailles préhistoriques, dans le nord de l’Australie.

«Il s’agit des spermatozoïdes fossilisés les plus anciens jamais découverts selon les données géologiques», a annoncé mercredi le paléontologue Mike Archer, de l’université de Nouvelle-Galles du Sud.

Les spermatozoïdes, géants par rapport à l’animal qui les produisait, ont été trouvés sur le site Riversleigh, tout au nord de l’Etat australien du Queensland.

Ils étaient enroulés à l’intérieur des organes reproducteurs d’ostracodes, des crustacés d’eau douce ou d’eau marine microscopiques.

Riversleigh est un site préhistorique de 100 km carrés classé au Patrimoine mondial de l’humanité, qui regorge de fossiles anciens, dont une espèce de kangourous carnivores ou d’ornithorynques munis de dents. Ses fossiles datent de l’Oligocène (-34 à -23 millions d’années) et du Miocène (-23 à -5 millions d’années).

«Nous avons pris l’habitude d’avoir de belles surprises» à Riversleigh, a déclaré le scientifique, qui travaille sur ce site depuis 35 ans.

«Mais la découverte de spermatozoïdes fossiles, avec leur noyau cellulaire, était totalement inattendue» et «on se demande ce que l’on va pouvoir encore découvrir dans ces sédiments géologiques», a-t-il ajouté.

L’équipe de Mike Archer avait effectué une collecte en 1988 et envoyé ses échantillons à un spécialiste des ostracodes, John Neil, de l’université La Trobe de Melbourne, qui s’est aperçu que les fossiles contenaient des tissus mous.

Le rôle des déjections de chauve-souris

Plusieurs spécialistes ont été consultés, dont Renate Matzke-Karasz, de l’université Ludwig Maximilian à Munich (Allemagne), et Paul Tafforeau, du Synchroton de Grenoble (France).

Une étude au microscope a révélé que les fossiles contenaient des organes internes parfaitement préservés, dont les organes sexuels.

Les spermatozoïdes mesurent quelque 1,3 millimètre, soit une taille légèrement supérieure à celle du crustacé. Ils renferment leur noyau, qui contenait autrefois les chromosomes et l’ADN de chaque animal.

Le site où vivaient ces animaux il y des millions d’années était alors occupé par une vaste forêt tropicale.

Les petits ostracodes «vivaient dans une pièce d’eau, à l’intérieur d’une grotte, dans laquelle tombaient les déjections de milliers de chauve-souris», a expliqué le scientifique.

La quantité de déjections a certainement entraîné des niveaux élevés de phosphore dans l’eau, a précisé une autre scientifique de l’université de Nouvelle-Galles du Sud, Suzanne Hand, spécialiste des chauve-souris disparues et de leur rôle dans la conservation des fossiles de Riversleigh.

Le niveau élevé du phosphore pourrait avoir contribué à la fossilisation des tissus mous des crustacés, «comme le montrent quelques rares exemples de conservation de tissus mous dans des dépôts riches en (déjections de) chauve-souris en France», a-t-elle ajouté.

Ce n’est pas la première fois que des tissus mous presque parfaitement conservés sont trouvés à Riversleigh. Les scientifiques avaient ainsi trouvé des insectes préhistoriques toujours dotés de leurs muscles internes, grâce à la fossilisation des bactéries qui consommaient les tissus mous de ces créatures.

Les résultats de la recherche viennent d’être publiés dans «Proceedings of the Royal Society B», revue de référence pour les sciences biologiques.

http://www.lapresse.ca/

Jeune enfant attaqué en Californie Son chat le sauve des crocs d’un chien errant


Un chien qui attaque est un chien qui a été mal élevé par son maitre. Mais ce qui est assez inusité est de voir ce chat défendre son maitre. Les  chats par leur nature, ne sont pas du genre a défendre leur maitre. ce matou est courageux et très fidèle
Nuage

 

Jeune enfant attaqué en Californie

Son chat le sauve des crocs d’un chien errant

 

TVA Nouvelles d’après CNN

On dit souvent que le chien est le meilleur ami de l’homme, mais ce jeune garçon pourra toujours compter sur son chat.

Alors qu’il faisait de la bicyclette dans la cour, le petit Californien s’est fait attaquer par un chien errant qui a commencé à le mordre et à le trainer sur une bonne distance.

Sur les images de différentes caméras de surveillance, on peut très bien voir le chien arriver, faire le tour d’un véhicule stationné avant de s’en prendre vicieusement au garçon.

Il n’en fallait pas plus pour que le chat de la famille, Tara, se jette sur le chien le faisant fuir instantanément.


(Crédit photo: capture d’écran, CNN)

Le chat a même commencé à courir derrière le chien pour s’assurer qu’il ne reviendrait pas.

Le garçon s’en est tiré sain et sauf, malgré de bonnes morsures.

http://tvanouvelles.ca/

Prévenir les otites en toute simplicité


Pour diminuer les visites à l’hôpital et les antibiotiques lors d’otites il existe une méthode a le porté de tous et n’est heureusement pas onéreux. On le conseille aux bébés, mais aussi aux enfants. Je pense même qu’on devrait tous prendre cette habitude d’une bonne hygiène nasale
Nuage

Prévenir les otites en toute simplicité

 

La Dre Annie Lapointe, oto-rhino-laryngologue à Sainte-Justine et... (Photo Alain Roberge, La Presse)

La Dre Annie Lapointe, oto-rhino-laryngologue à Sainte-Justine et professeure adjointe de clinique à la faculté de médecine de l’Université de Montréal.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

MARIE ALLARD

La Presse

Voici un moyen simple et peu coûteux d’empêcher les abondantes sécrétions nasales de bébé de se rendre jusqu’à ses oreilles… et de dégénérer en otite !

Il existe un truc efficace, simple, peu coûteux, avec peu ou pas d’effets secondaires, pour prévenir les otites. Ce truc, c’est de laver tous les jours, été comme hiver, les cavités nasales des tout-petits à l’aide d’une solution saline.

Il faut dire que les enfants produisent un minimum d’un litre de sécrétions nasales par jour, selon le centre hospitalier mère-enfant Sainte-Justine – encore plus quand ils sont malades. Et que les sécrétions abondantes ont tendance à se rendre jusqu’aux oreilles, ce qui a tôt fait de dégénérer en otite.

« Nous avons fait un projet de recherche sur le Salinex utilisé régulièrement, dit la Dre Annie Lapointe, oto-rhino-laryngologue à Sainte-Justine et professeure adjointe de clinique à la faculté de médecine de l’Université de Montréal. Ça a vraiment montré une diminution de la quantité d’otites chez les enfants qui l’utilisaient. »

Essai clinique concluant

Vingt-neuf enfants âgés de 6 mois à 5 ans souffrant d’otites moyennes aiguës à répétition (soit au moins quatre otites en six mois ou six en un an) ont participé à cet essai clinique. La moitié s’est soumise au lavage des cavités nasales à l’aide de solution saline – deux compte-gouttes pleins étaient appliqués par narine, quatre fois par jour (avant chaque repas et au coucher), davantage lors de rhumes. L’autre moitié ne l’a pas fait.

Résultat : après trois mois, le taux mensuel d’otites par enfant n’était que de 0,35 chez ceux qui utilisaient la solution saline, contre 1,08 chez ceux qui ne l’employaient pas. En moyenne, les enfants qui ont effectué les irrigations nasales ont été assujettis à deux traitements antibiotiques de moins.

« Cette simple manoeuvre leur permet d’éviter les visites à l’urgence, les retraits de garderie, les coûts associés, l’absentéisme au travail des parents, etc. », lit-on dans le rapport de l’essai clinique déposé par Marie-France Stephenson, dans le cadre de sa maîtrise en sciences biomédicales sous la direction de la Dre Lapointe, en 2009.

Oubliez le «mouche-bébé»

Faut-il aspirer les sécrétions avec un mouche-bébé ou une poire, après avoir appliqué la solution de type Salinex ?

« Nous ne le recommandons pas, répond la Dre Lapointe. Comme ces objets rentrent dans le nez et que l’enfant peut bouger, on risque de traumatiser la muqueuse et de causer plus de problèmes. »

La bonne technique consiste simplement à placer l’enfant sur le dos, puis à verser deux compte-gouttes complets de solution dans chacune de ses narines.

« Ça pousse les sécrétions vers l’arrière, ce qui fait que l’enfant les avale, explique la Dre Lapointe. C’est comme tirer la chasse d’eau des toilettes, c’est mécanique. »

Sainte-Justine recommande d’effectuer cette hygiène nasale dès la naissance, quotidiennement. En été, l’irrigation doit être faite deux fois par jour, une fréquence qui monte à quatre fois par jour en hiver et à cinq ou six fois par jour en cas de rhume ou de congestion. Une technique différente est préconisée quand l’enfant sait se moucher, vers l’âge de 3 ans, au grand soulagement des petits et de leurs parents.

> Consultez la brochure « L’hygiène nasale, comment procéder » du CHU Sainte-Justine.

Recette maison de solution pour hygiène nasale

 

Dans une casserole, faire bouillir, pendant 10 minutes :

– 4 tasses d’eau du robinet ;

– 1/4 c. à thé (2 ml) de bicarbonate de soude ;

– 1 c. à thé (5 ml) de sel de table.

Agiter la solution, puis laisser refroidir.

Bien laver à l’eau chaude savonneuse ou au lave-vaisselle la petite bouteille et le compte-gouttes de solution (Salinex) avant de les réutiliser.

Garder les surplus de solution au réfrigérateur, pendant sept jours maximum.

Source : CHU Sainte-Justine

http://www.lapresse.ca