MH370 : le point sur l’enquête et les recherches


On ne sait toujours pas ce qui est arrivé au MH370 de Malaysia Airlines. Bien des hypothèses ont été émit et écarté après quelques enquêtes. Mais l’avion est toujours introuvable, malgré les faux espoirs depuis un mois. On pense avoir détecté les signaux des boites noires, cela reste a confirmer pour enfin comprendre cette étrange disparition
Nuage

 

MH370 : le point sur l’enquête et les recherches

 

On ignore toujours où se trouve le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars, malgré l'opération de recherches internationale engagée dans l'océan Indien.

On ignore toujours où se trouve le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars, malgré l’opération de recherches internationale engagée dans l’océan Indien. © AFP PHOTO / CHAIDEER MAHYUDDIN

Source AFP

Un mois après la disparition du vol MH370, on ignore toujours où se trouve le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars, malgré l’opération de recherches internationale engagée dans l’océan Indien. Les autorités australiennes estiment néanmoins avoir circonscrit la zone où l’avion se serait abîmé après la détection de signaux acoustiques au large des côtes occidentales de l’Australie.

Les signaux

Le responsable des opérations, Angus Houston, a fait état lundi de signaux « compatibles » avec les ultrasons émis par les boîtes noires, à la fréquence de 37,5 kHz, captés par une sonde américaine immergée à 2 000 km environ à l’ouest de Perth (ouest de l’Australie). Ces détections constituent « la meilleure piste » concrète depuis le 8 mars, mais les enquêteurs ne disposent toujours pas de la preuve formelle de la présence de l’avion. De plus, la balise qui émet ces signaux dispose d’une autonomie moyenne de trente jours, ce qui signifie qu’elle peut cesser d’émettre à tout moment.

Boîtes noires confirmées

Si la présence des boîtes noires est avérée, les autorités devront déployer un engin submersible pour explorer les fonds, à 4 000 ou 5 000 m, dans l’espoir de repérer l’épave de l’avion. Alors seulement les opérations de plongée destinées à ramener les boîtes noires pourront commencer. Cette étape est « un processus très intensif et long », prévient Anthony Brickhouse, professeur associé à la Embry-Riddle Aeronautical University aux États-Unis.

Les experts ont néanmoins beaucoup appris de l’accident du vol AF447 Rio-Paris en juin 2009. Un Airbus A330-200 d’Air France avait disparu au-dessus de l’Atlantique après un problème lié à une sonde de vitesse et une mauvaise appréciation de la situation par le personnel de navigation. Les enquêteurs savaient où chercher et des morceaux de l’appareil avaient été retrouvés cinq jours plus tard. Mais il avait fallu 23 mois pour retrouver les boîtes noires et en savoir plus sur le drame qui avait coûté la vie à 228 personnes.

Absence de boîtes noires

Si les signaux ne proviennent pas des boîtes noires du vol MH370, les recherches repartent à zéro, obligeant les enquêteurs à reprendre la quête de débris en surface et la difficile exploration des fonds marins. Ils pourraient utiliser des drones sous-marins et des ROV (remote operating vehicules), robots munis de caméras haute définition. Dans le cas du vol AF447, néanmoins, on avait une idée précise de la localisation de l’épave.

L’hypothèse terroriste

Cette hypothèse a surgi au début de l’enquête lorsque les autorités malaisiennes ont révélé la présence sur le vol MH370 de deux passagers iraniens munis de passeports volés et ont indiqué par ailleurs que l’avion semblait avoir été délibérément dérouté. Mais Interpol estime qu’ils n’étaient sans doute que des migrants cherchant à se rendre en Europe. La police malaisienne a annoncé la semaine dernière que tous les passagers avaient été « blanchis » par l’enquête.

« La crédibilité de cette théorie est assez faible », estime Terence Fan, expert en aéronautique à Singapour. « Personne n’a revendiqué (un éventuel détournement), ni transmis des exigences, ni proféré des menaces spécifiques contre Malaysia Airlines ou la Malaisie en général. Je pense que nous recherchons d’abord un problème technique. »

La piste des pilotes

La Malaisie affirme que l’avion n’a pu être dérouté que par un pilote expérimenté. Ses systèmes de communication semblent avoir été coupés à peu près au moment de sa disparition, opération nécessitant une bonne connaissance des instruments du cockpit. L’attention s’est portée sur le commandant de bord, Zaharie Ahmad Shah, 53 ans, et son copilote, Fariq Abdul Hamid, 27 ans. Mais l’enquête n’a pas mis au jour d’anomalies dans l’existence des navigateurs et la piste semble froide.

Un avion-fantôme

La Malaisie a annoncé le 15 mars que l’avion avait vraisemblablement volé pendant près de 7 heures après avoir disparu des radars. Des cas d' »avions-fantômes » sont survenus par le passé : en 2005, un avion de la compagnie grecque Helios Airways avait volé pendant quatre heures avant de s’écraser. L’enquête a déterminé qu’un défaut de pressurisation avait rendu les pilotes inconscients. Les 121 passagers et membres d’équipage avaient péri.

Certains experts avancent l’hypothèse que les pilotes du vol MH370 aient pu être confrontés à des circonstances similaires et qu’ils aient voulu ramener l’avion à Kuala Lumpur avant d’en perdre le contrôle. La distance parcourue par le Boeing avant de tomber en mer dans l’océan Indien – calculée à partir des dernières observations radars et de relais satellitaires – semble indiquer qu’il a volé jusqu’à épuisement de ses réserves de carburant.

« Pour les pilotes, en cas d’incident grave, les priorités sont : piloter, naviguer, communiquer », explique Anthony Brickhouse.

http://www.lepoint.fr/

2 réponses à “MH370 : le point sur l’enquête et les recherches

  1. C’est terrible ce drame, en plus de toutes ces personnes décédées, c’est toujours un mystère… Après que tu m’aies écrit que tu as vu quelques bernaches, moi la petite curieuse, je suis allée voir du côté de la rivière des Outaouais, elle est encore tout en glace mais de l’autre côté du barrage de Carillon, il y a un peu d’eau et tout comme toi, j’en ai vu quelques-unes, enfin le printemps est belle et bien de retour, que du bonheur! Bise et bon mardi dans la joie!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s