Les chats aussi sont fous de Fruit Ninja !


La technologie ne sert pas juste pour l’être humain, le chat peut y trouver son compte avec certains jeux qui l’incite a essayer d’attraper les trucs qui bougent
Nuage

 

Les chats aussi sont fous de Fruit Ninja !

 

Par Sophie Le RouxCrédits photo : Youtube – Fabulous Mr. Pug

Vous pensiez que Fruit Ninja ne rendait fous que les humains ? Vous vous trompiez ! Les chats aussi adorent ce célèbre jeu.

Comme vous, ils peuvent passer des heures à couper des fruits sur leur tablette, sans jamais se lasser.

Mais tous ne jouent pas de la même façon. Chacun sa technique Certains y vont franco, à deux pattes, d’autres préfèrent utiliser leur bouche, tentant désespérément de s’offrir un festin fruité.

Et puis il y a ceux qui aident gentiment leurs humains.

Et vos matous, jouent-ils eux aussi à Fruit Ninja ou d’autres jeux sur votre tablette ? Il existe de plus en plus d’applications dédiées aux chats. Si vous en craigniez pas trop pour votre iPad, n’hésitez pas à les télécharger !

 

http://wamiz.com/

Le Saviez-Vous ►Lénine retrouvé intact dans l’Antarctique


Ce n’est vraiment pas la plus belle chose qu’on peut voir dans un endroit les plus froids de la Terre. Preuve, que le plastique, même en pays froid, ne se désagrège pas très vite … que Lénine ou autre
Nuage

 

Lénine retrouvé intact dans l’Antarctique

 

L’Antarctique est parfois stupéfiant. Des explorateurs canadiens et britanniques, qui se rendaient à pied au Pôle d’inaccessibilité (POI), la zone du continent la plus éloignée de la mer, ont eu la surprise de se trouver face à un buste de Lénine.

«Nous étions à environ 6 km de notre destination signalée par notre GPS, lorsque nous avons remarqué un point noir à l’horizon», ont indiqué les trois Britanniques et un Canadien.

«Depuis quarante-huit ans, il n’aurait dû être qu’un tas de neige», ont-ils ajouté.

L’objet, en matière plastique, avait été placé là par une expédition soviétique parvenue au POI en 1958.

Le buste était planté sur la cheminée d’une vieille cabane à environ deux mètres au-dessus du niveau de la neige. Le révolutionnaire russe est mort il y a tout juste 83 ans, un 21 janvier.

http://www.liberation.fr/

Vente d’une lettre écrite à bord du Titanic le soir du naufrage


Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de vendre ce genre chose, je peux comprendre que cela peut intéresser les collectionneurs. Cependant, je pense, que cela devrait appartenir à un musée
Nuage

Vente d’une lettre écrite à bord du Titanic le soir du naufrage

 

Le Titanic... (Photothèque Le Soleil)

Le Titanic

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

Agence France-Presse
LONDRES

Une lettre écrite à bord du Titanic le jour de son naufrage, la seule connue à ce jour, sera mise aux enchères fin avril en Angleterre, a annoncé mardi la salle de vente.

Rédigée par Esther Hart, rescapée du Titanic, elle n’a jamais été envoyée. La Britannique devait l’expédier à sa mère après le retour du paquebot à Southampton, dans le sud de l’Angleterre, en avril 1912.

La lettre a été rédigée la nuit du dimanche 14 avril 1912, juste avant que le Titanic ne percute un iceberg. Le mari d’Esther Hart, Benjamin, figure parmi les quelque 1500 disparus.

Esther Hart et sa fille Eva ont elles été secourues. Âgé de sept ans au moment des faits, Eva Hart a été jusqu’à sa mort en 1996 l’une des rescapées du navire les plus célèbres.

Acquises il y a environ vingt ans par un collectionneur, la lettre et son enveloppe sont aujourd’hui entre les mains de la société Henry Aldridge & Son auctioneers. Le lot sera mis aux enchères le 26 avril à Devizes, dans le sud-ouest de l’Angleterre, et devrait atteindre 120 000 euros (182 700 $CAN).

«L’importance de cette lettre est majeure. À notre connaissance, c’est la seule à avoir été écrite en ce jour fatidique», a souligné Andrew Aldridge, chargé des reliques du Titanic à Henry Aldridge & Son auctioneers.

Dans sa lettre, Esther Hart raconte avoir été malade la veille. Elle écrit également qu’elle et sa fille devaient chanter le lendemain soir sur une des scènes du Titanic.

Des années plus tard, Eva Hart s’est souvenue que sa mère avait récupéré la lettre dans la poche du manteau de son père après le sauvetage.

Lundi prochain, une autre lettre, écrite un an après le naufrage du paquebot par une rescapée américaine, sera vendue aux enchères à New York. Rédigée le 18 avril 1913, elle raconte la nuit de la catastrophe

http://www.lapresse.ca/

Huiles essentielles, restez prudentes !


Les huiles essentielles sont utilisées pour divers usages. Mais, il faut quand même faire attention, car certaines huiles pourraient être dangereuses si elles sont mal employées
Nuage

 

Huiles essentielles, restez prudentes !

 

Le soir, veillez à ne pas en vaporiser les sprays favorisant l’endormissement pendant plus de 15 minutes avant de vous coucher afin d’éviter les maux de tête. ©Phovoir.

Le soir, veillez à ne pas en vaporiser les sprays favorisant l’endormissement pendant plus de 15 minutes avant de vous coucher afin d’éviter les maux de tête. ©Phovoir.

    Détente, douceur, stimulation : du soin apaisant au geste beauté, les huiles essentielles sont couramment utilisées en aromathérapie et en phytothérapie. Mais attention, à chaque produit sa propriété ! Voici mesdames quelques astuces pour en faire bon usage. Et profiter des bienfaits des huiles essentielles.

    De la relaxation de la peau à la purification de l’air ambiant en passant par l’apaisement du stress, tout est permis avec les huiles essentielles. Tout, ou presque… En effet, ces produits obtenus par distillation de substances végétales ne sont pas dénués de risque. A haute dose ou en contact direct avec les muqueuses fines (comme les paupières), les huiles essentielles peuvent déclencher une réaction cutanée.

    Principes trop actifs ?

    Certains principes actifs riches en phénols – comme le thym, l’origan ou la sarriette – sont en effet connus pour leurs propriétés irritantes à haute concentration. D’autres substances comme la sauge ou le thuya, enrichies en cétone, peuvent favoriser des convulsions de type« épileptogène ».

    • Avant chaque utilisation, agitez le flacon ou le spray afin de bien homogénéiser le produit. Puis diluez une dose d’huile essentielle à dix doses d’huile végétale (amande douce, germe de blé ou avocat) pour réduire ces effets dermocaustiques.

    • Evitez toute utilisation près des yeux ou des zones sensibles de votre peau. Les huiles essentielles doivent également être éloignées des femmes enceintes ou allaitantes. Par leur fort pouvoir pénétrant, les substances actives peuvent franchir les parois du placenta et/ou se retrouver dans le lait maternel.

    • Autres points, pour une action optimale, mieux vaut utiliser des produits issus de l’agriculture biologique purs (non coupés ou mélangés à des molécules de synthèse). Par ailleurs, si vous suivez un traitement homéopathique, attendez une heure après la prise de vos granules avant d’utiliser une huile essentielle, sous peine d’annuler totalement l’efficacité

      Synergie beauté  Grâce à leur solubilité dans les corps gras, les huiles essentielles peuvent aussi faire un très bon liant dans votre crème de jour. Ajoutez-y quelques gouttes et l’action hydratante (ou émolliente pour les masques) n’en sera que renforcer ! Sachez que les extraits à base de rose, de baobab, d’Aloe vera ou d’Ylang-Ylang nourriront en profondeur les peaux sèches. Pour les natures grasses, préférez les huiles à base de jojoba, de bourrache ou de romarin. Enfin, le noyau d’abricot permettra de nourrir les dermes mixtes.

      Petit rappel, les huiles extraites du citron et du genévrier réagissent mal la lumière naturelle du fait de leurs propriétés photo-sensibilisantes. Conséquence, les risques de brûlures ou d’éruptions cutanées augmentent. Evitez donc ces produits en cas d’exposition au soleil

      .

      • Source : Mes huiles essentielles pour les nuls, Elske Miles. First Editions.
      • Ecrit par : Laura Bourgault – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

       

      https://destinationsante.com

      GIEC: le Canada pas à l’abri des impacts des changements climatiques


      Le rapport est clair, mais depuis des décennies que les scientifiques font des alertes, mais le message ne passe pas. Nous sommes avec des changements climatiques, des inondations, des chaleurs ou des froids extrêmes, des accumulations de neige, des algues vertes, la liste est longue, et pourtant, on en fait encore trop peu.
      Nuage

       

      GIEC: le Canada pas à l’abri des impacts des changements climatiques

       

      Les Canadiens ne seront pas immunisés contre les impacts des changements... (Photo: archives La Presse)

      PHOTO: ARCHIVES LA PRESSE

      BOB WEBER
      La Presse Canadienne

      Les Canadiens ne seront pas immunisés contre les impacts des changements climatiques, laisse croire le plus récent rapport du Groupe intergouvernemental d’experts de l’ONU sur l’évolution du climat (GIEC), publié lundi.

      Des scientifiques réputés soutiennent que le rapport, dévoilé dimanche au Japon, montre que des transformations sont en route et que les délais dans les actions pour parer à ces bouleversements ne font que réduire les solutions possibles.

      Le rapport du GIEC s’attarde aux impacts des changements climatiques et aux façons de s’adapter à la nouvelle réalité. Il est le fruit du travail de plus de 2000 scientifiques et d’experts provenant de 70 pays.

      «Nous n’avons plus la latitude de choisir entre atténuation et adaptation», a dit lundi Debra Davidson, une sociologue de l’Université de l’Alberta et auteure principale du rapport.

      «Nous sommes déjà pris dans un scénario de réchauffement climatique pour lequel l’adaptation sera absolument nécessaire si nous voulons conserver une qualité de vie raisonnable», a affirmé Mme Davidson.

      Le rapport soutient qu’un virage sera nécessaire dans les pratiques en agriculture. Bien que certaines études prédisent des conditions de récolte plus favorables dans des secteurs plus au nord, les perturbations en termes de précipitations de pluie et de neige causeront des problèmes, laisse-t-il entendre.

      «Il y a toujours eu certaines prédictions prévoyant de meilleurs cultures dans certains secteurs, a dit John Smol, un biologiste de l’Université Queen’s en Ontario. Mais si l’augmentation de la fréquence des sécheresses se poursuit, quel sera le coût économique de dix ans de sécheresse?»

      Certains lacs au Canada connaissent déjà une hausse de la prolifération d’algues à des niveaux qui ne peuvent être attribués au lessivage des terres cultivées, a-t-il fait valoir. Des menaces pèsent sur des espèces de poisson populaires comme la truite grise en raison des changements de tendance de dégel printanier et d’englacement hivernal.

      Les inondations, aussi, pourraient représenter un enjeu au Canada, a prédit Andrew Weaver, député du Parti vert en Colombie-Britannique et auteur principal de versions précédentes du rapport. Le nombre et la valeur des réclamations d’assurance sont déjà en croissance marquée au Canada, a-t-il souligné.

      Le rapport prévient que l’écosystème d’eau douce de la vaste forêt boréale qui s’étend presque d’un océan à l’autre est globalement menacé.

      «Des degrés de changements climatiques associés à des scénarios d’émissions (de gaz à effet de serre) de moyens à élevés posent des risques élevés de bouleversements abruptes et irréversibles à l’échelle régionale dans la composition, la structure et les fonctions des écosystèmes d’eau douce et territoriaux», souligne-t-on.

      Selon MM. Weaver et Smol, le rapport démontre que bon nombre de pratiques devront être revues au cours des prochaines décennies, telles que la gestion de l’eau, l’agriculture et la préparation aux désastres naturels.

      M. Weaver a fait valoir que les Canadiens doivent se préparer dès maintenant à une augmentation de la demande d’eau potable de la part des États-Unis.

      «Les projections sur le climat montrent qu’il y a beaucoup plus d’eau au Canada et beaucoup moins dans le sud aux États-Unis. (…) Il y aura des enjeux de transport de l’eau qui seront soulevés dans un avenir rapproché que nous le souhaitions ou non», a exprimé M. Weaver.

      M. Smol a dit croire que l’ensemble des infrastructures du pays démontrent une vision de l’environnement naturel qui devient rapidement dépassée.

      Des groupes environnementaux n’ont pas tardé à renouveler leur appel à l’action en se basant sur le nouveau rapport.

      Équiterre a soutenu que le GIEC «indique clairement que les coûts de l’inaction ou de l’action entreprise trop tard seront très élevés».

      Il a fait valoir la nécessité pour le Québec et le Canada d’avoir une stratégie énergétique basée sur la réduction de la dépendance au pétrole.

      Selon l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), «la tendance actuelle des émissions de gaz à effet de serre bouleversera le climat à un point qui dépassera nos limites d’adaptation au cours de ce siècle».

      http://www.lapresse.ca/

      Ça fait peur : un reptile marin avec des dents en aiguille


      On voit toutes sortes d’animaux préhistoriques plus ou moins bizarres. Mais, celui-là est assez particulier. Ce genre de museau est très particulier, comme s’il s’est trompé de côté. En bref, sa particularité, fait de lui un animal unique en son genre qui a existé, il y a des milliards d’années
      Nuage

      Ça fait peur : un reptile marin avec des dents en aiguille

       

      Représentation d’Atopodentatus unicus, le fossile découvert en Chine. Ses dents, très nombreuses, servaient probablement de filtres © Nobu Tamura, cc by nc nd 3.0

      Représentation d’Atopodentatus unicus, le fossile découvert en Chine. Ses dents, très nombreuses, servaient probablement de filtres © Nobu Tamura, cc by nc nd 3.0

      Un reptile aquatique de près de trois mètres de long a été découvert en Chine. Ce fossile à l’aspect inhabituel avait des centaines de dents qui servaient probablement à filtrer la nourriture.

      Le reptile découvert en Chine vivait il y a environ 240 millions d’années et devait se servir de ses dents en forme d’aiguille pour filtrer la nourriture du fond des mers. Il possédait aussi un rostre vertical lui donnant un aspect tout à fait inhabituel.

      Les faits : une nouvelle créature originale découverte en Chine

      Des paléontologues décrivent dans Naturwissenschaften un nouvel animal fossile découvert dans le sud-ouest de la Chine. Cette créature avait un aspect plutôt effrayant : elle possédait des centaines de dents en aiguille et un rostre vertical. L’espèce appelée Atopodentatus unicus vivait au Trias moyen et a été trouvée dans la faune de Luoping, datée du Trias et située dans la province du Yunnan. La faune de Luoping est exceptionnellement bien conservée et comprend une grande diversité d’animaux marins : des arthropodes (crustacés, limules, etc.), poissons,reptiles, bivalves, gastéropodes, bélemnites, ammonites, échinodermes, brachiopodes,foraminifères, etc.

      Atopodentatus unicus fait partie du clade des sauroptérygiens, un groupe de reptiles aquatiques qui s’est développé à partir d’ancêtres terrestres. Les sauroptérygiens étaient très présents pendant le Mésozoïque, ou ère secondaire, avant de s’éteindre à la fin de cette ère. Le squelette du fossile que les chercheurs ont découvert était quasiment complet et mesurait environ 2,75 mètres du « museau » à la queue. La morphologie du nouveau fossile ne ressemble à aucune autre espèce de reptile connue à ce jour.

      Décryptage : un reptile atypique par sa dentition

      Dans leur article, les chercheurs expliquent qu’ils ont nommé ce reptile Atopodentatus unicus à partir du latin atopo en raison de sa dentition atypique et dentatus pour « dent ». Le terme unicussouligne sa morphologie unique à ce jour.

      La région de Luoping (en rose), où ont été trouvés les restes d’un reptile atypique, se trouve dans le sud de la Chine (représentée en haut à gauche), dans la province du Yunnan (ici en gris clair). En jaune, la préfecture de Qujing.

      La région de Luoping (en rose), où ont été trouvés les restes d’un reptile atypique, se trouve dans le sud de la Chine (représentée en haut à gauche), dans la province du Yunnan (ici en gris clair). En jaune, la préfecture de Qujing. © Croquant, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

      Le fossile découvert près du village de Daozi (Dawazi) appartient aux diapsides. D’après les scientifiques, c’était probablement un animal aquatique ou semi-aquatique. Les principales caractéristiques qui le rendent si original sont donc son rostre vertical et sa dentition.

      En effet, le rostre, ou « museau » de l’animal, se courbe fortement vers le bas, et de façon verticale. De plus, l’extrémité antérieure de la mandibule (l’os de la mâchoire) s’étend à la fois dorsalement et ventralement pour former une structure qui évoque une pelle. La spécialisation des mâchoires et de la dentition indique que le reptile se serait adapté à une alimentation trouvée au fond des mers.

      No panic : des dents faites pour filtrer

      La dentition du fossile forme une barrière, qui rappelle un peigne. Elle compte entre 175 et 190 dents délicates dans chaque branche des mâchoires supérieure et inférieure. Certaines dents ressemblent à des aiguilles et d’autres à des lames. Au centre de la mâchoire du haut qui porteune fissure palatine, les dents sont organisées verticalement en 35 arrangements.

      D’après les chercheurs, cette dentition était bien trop fine et fragile pour permettre de s’attaquer à de grosses proies. Elle devait plutôt servir à filtrer les vers marins et autres petites créatures des fonds océaniques. La forme inhabituelle de la mandibule en forme de pelle permettait probablement de ramasser la nourriture que les dents devaient ensuite filtrer.

      http://www.futura-sciences.com/