Respect


On ne peut pas aimer tout le monde, c’est impossible, et ceux qu’on aime, c’est différent d’une personne a l’autre. Mais, malgré tout, on ne peut juger une personne parce qu’elle ne nous attire pas. Tout le monde a le droit d’être bien traité au premier contact
Nuage

 

Respect

 

Tu n’as pas besoin d’aimer tout le monde … Mais chaque personne mérite, dans un premier temps, d’être traitée avec respect …

Anonyme

Un chien tente de ramener à la vie son compagnon décédé, la vidéo déchirante du jour


Après avoir vue cette vidéo, je pense qu’on ne peut plus nier de la connaissance de la mort des animaux. Ce chien cherche vraiment a réveiller son compagnon pour poursuivre leur route
Nuage

 

Un chien tente de ramener à la vie son compagnon décédé, la vidéo déchirante du jour

 

Qui a dit que les animaux n’avaient pas de sentiments de peine ou de joie envers leurs compères ? Ceux qui le confirment changeront sûrement d’avis après avoir vu la vidéo publiée ci-dessous et pour cause.

Dans celle-ci – filmée par un amateur,Juan Raul Quinones, et mise en ligne sur sa page YouTube – un chien errant tente de réaniminer son compagnon décédé après avoir été percuté par un camion à Nuevo Leon, au Mexique. Pour ce faire, la petite bête désemparée aboie pour appeler à l’aide, donne des coups de pattes, bouscule et tourne autour de son copain inactif, en vain. C’est une scène aussi terrible que troublante – qui ressemble fortement à celle que pourrait vivre deux humains en détresse .

 

http://www.meltybuzz.fr/

Le Saviez-Vous ► Les frères Siamois : Chang et Eng


Il y a des cas de d’enfants siamois qui ont été notés au temps du Moyen-âge, mais le terme Siamois est venu beaucoup plus tard. À la naissance de Chang et Eng, quelque part dans le pays de Siam. Mais c’est plus tard encore que le terme Siamois est venu définir les bébés fusionnés Au temps ou les personnes différentes étaient des curiosités touristiques …
Nuage

 

Les frères Siamois : Chang et Eng

 

Le terme siamois désigne des jumeaux reliés entre eux par une partie du corps. On doit cette appellation à Chang et Eng Bunker, premiers jumeaux connus fusionnés nés en Thailande en 1811, le pays s’appelait à l’époque le Royaume de Siam.

 

Quand deux personnes sont inséparables, on dit parfois que ce sont des siamois. A l’origine, les Siamois étaient les gens du Siam, ce pays que l’on appelle aujourd’hui la Thaïlande. C’est là qu’un jour, vinrent au monde deux frères étranges. Deux frères qui ne faisaient qu’un…

L’histoire commence un matin de mai 1811, dans un petit village de pêcheurs, pas loin de la rivière Kwaï. Nok attend un bébé et voici venu le moment où elle doit accoucher. Très vite, elle comprend au visage de la sage-femme que les choses se passent mal. Il n’y a pas un mais deux bébés. Et surtout, ils sont attachés l’un à l’autre par le sternum !

La pauvre femme n’imaginait même pas qu’une chose pareille puisse exister. Complètement désemparée, elle décide d’appeler ses enfants Chang et Eng – gauche et droite. Même si Nok l’ignore, ce n’est pas la première fois que de tels bébés viennent au monde. On trouve déjà trace de « jumeaux fusionnés » dans des écrits du Moyen Age. Mais face à ces « monstres », la science est totalement impuissante.

De toute façon, il n’est nullement question de science dans les campagnes du Siam. C’est la superstition qui règne en maître et l’on voit dans ces enfants le présage de bien des malheurs. On dit même que le roi Rama aurait décidé de les condamner à mort. Mais la sentence ne sera jamais exécutée.

Chang et Eng grandissent donc en s’accommodant de leur particularité.

Un jour, alors qu’ils se baignent dans la rivière après avoir été vendre leurs œufs sur le marché, ils sont repérés par un Anglais. Un commerçant anglais qui voit dans leur difformité un fabuleux potentiel à exploiter. Les garçons ont 17 ans, on leur parle de voyage à travers les océans, d’Europe, d’Amérique… Ils ne sont pas longs à convaincre même si, dans les faits, il s’agit de les exhiber comme des curiosités.

La chose est relativement courante à l’époque. On parle même de « zoos humains ». La Vénus hottentote a fait un malheur, on se bouscule pour apercevoir une femme à barbe ou un nain, et le cupide Anglais se dit donc que ses jumeaux fusionnés vont attirer les foules.

Effectivement, Chang et Eng deviennent très populaires. Et comme ils sont originaires de ce mystérieux pays qu’est le Siam, la presse les surnomme « les frères siamois ».

Cette vie de tournées à travers le monde dure une dizaine d’années. Puis, aspirant à un peu de tranquillité, les frères décident de s’installer en Caroline du Nord. Ils achètent une plantation et des esclaves, ils prennent un nom américain : Bunker. Ils obtiennent la nationalité américaine… Et, plus étonnant peut-être, ils se marient. Ils épousent deux sœurs, les filles d’un pasteur, qui vont leur donner 21 enfants.

Sans doute n’aurait-on plus jamais entendu parler des frères siamois s’il n’y avait eu la Guerre de Sécession. Le conflit les appauvrit considérablement et ils n’ont d’autre choix, pour nourrir leur famille, que de repartir en tournée.

Ils travaillent alors avec Barnum. On les voit à Londres, à Paris… A Paris, un professeur se propose même de les opérer pour les séparer. Mais la chose ne se fait pas. Sur le bateau du retour, Chang fait une attaque. A partir de là, sa santé décline. Et au matin du 17 janvier 1874, lorsque Eng se réveille, il se rend compte que son frère est mort. On lui suggère alors de tenter une séparation d’urgence, mais il refuse et meurt quelques heures plus tard.

La nouvelle va faire le tour du monde. Il est vrai que les jumeaux fusionnés sont rarissimes. Chang et Eng Bunker n’étaient ni les premiers ni les derniers. Ils demeurent cependant les plus célèbres. Ce sont les frères siamois.

http://www.lesoir.be/

http://www.savoir-inutile.com/

L’intimidation entraîne des séquelles à long terme sur la santé


L’intimidation fait beaucoup de tort. Il est clair qu’avec Internet, il est très important d’agir à la source pour éviter qu’il y a des conséquences plus tard
Nuage

 

L’intimidation entraîne des séquelles à long terme sur la santé

 

Plus un enfant est victime d'intimidation pendant longtemps, plus les... (Photothèque La Presse)

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Plus un enfant est victime d’intimidation pendant longtemps, plus les conséquences pour sa santé seront importantes et de longue durée, préviennent des chercheurs américains.

Les scientifiques de l’Hôpital pour enfants de Boston ont été les premiers à se pencher sur les conséquences combinées de l’intimidation, autant à l’école primaire qu’au secondaire.

L’auteure principale, la docteure Laura Bogart, a expliqué que l’étude démontre qu’une intimidation à long terme a un impact grave sur la santé générale de l’enfant et que ses effets négatifs peuvent s’accumuler et s’aggraver avec le temps.

La docteure Bogart et son équipe se sont intéressés à 4297 enfants ou adolescents, de la fin de leurs études primaires à la fin de leurs études secondaires. Les participants ont été périodiquement questionnés au sujet de leur santé physique et mentale, tout comme au sujet de l’intimidation.

Les chercheurs ont déterminé que l’intimidation, à tout âge, est associée avec une détérioration de la santé physique et mentale, avec une augmentation des symptômes de dépression et avec un recul du sentiment de valeur de soi. Les participants victimes d’intimidation chronique éprouvaient aussi plus de difficultés à pratiquer des activités physiques comme la marche ou la course.

Ceux qui avaient été intimidés dans le passé et qui l’étaient toujours présentaient les pires performances.

Les auteurs estiment que leur étude témoigne de nouveau de l’importance de lutter contre l’intimidation le plus tôt possible.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical Pediatrics.

http://www.lapresse.ca/

La résistance croissante aux antiobiotiques inquiète


De plus en plus de gens présentent des résistances aux antibiotiques. Avant on prescrivait en guise de prévention, sans laisser le corps prendre les moyens pour combattre. Dans certains pays, on peut acheter sans ordonnance de la pénicilline. Bref, des infections qui se guérissaient au bout de quelques jours, trainent en longueur et d’autre problèmes peuvent s’ajouter à cause du système humanitaire affaiblie.
Nuage

La résistance croissante aux antiobiotiques inquiète

 

null. Photo :  antibioticawareness.ca

La résistance croissante des microbes aux antibiotiques est devenue une menace à l’échelle de la planète, mettent en garde l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les autorités sanitaires de nombreux pays.

Aux États-Unis, l’organisme fédéral de santé (CDC) a estimé récemment que la résistance des bactéries aux antibiotiques faisait chaque année « au moins 23 000 morts », à peu près autant que les morts par armes à feu.

Patrice Courvalin qui dirige à l’Institut Pasteur, le Centre national de référence de la résistance aux antibiotiques en France, pense qu’il s’agit d’un problème « majeur ».

« Le problème n’est pas seulement de ne plus pouvoir traiter une maladie, mais de devoir un jour tirer un trait sur 20 à 30 ans de progrès médical », explique-t-il.

Au Royaume-Uni, la principale conseillère du gouvernement pour la santé, Sally Davies, qualifie la résistance aux antibiotiques comme une « menace planétaire » comparable au réchauffement climatique et au terrorisme.

Ce phénomène est pourtant naturel : il s’agit de l’apparition, par un processus de sélection, de souches mutantes de bactéries devenues « insensibles » au médicament.

Les infections provoquées ne répondent plus aux traitements, ce qui entraîne une maladie plus longue à traiter, un danger accru de transmission, un surcoût, et surtout un risque de décès plus élevé.

Pour l’OMS, l’usage « inapproprié » des antimicrobiens est la première cause de résistance autant dans les pays pauvres, où les doses administrées peuvent être trop faibles, que dans les pays riches, où les utilisations peuvent être, au contraire, excessives.

Dans les pays riches, on assiste en outre à la multiplication dans les hôpitaux d’infections « nosocomiales » sur des patients affaiblis, par des bactéries résistantes comme des staphylocoques dorés.

L’Institut des maladies infectieuses et immunitaires au Canada estime qu’un patient sur neuf admis à l’hôpital chaque année, soit 250 000 Canadiens au total, contracte une infection nosocomiale, et que 8000 en meurent.

Dans le monde occidental, la moitié des antimicrobiens sont destinés aux animaux d’élevage, une pratique qui contribue à augmenter les résistances d’organismes comme les salmonelles qui peuvent se transmettre à l’homme, affirme l’OMS.

Dans un rapport récent, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) notait une tendance à la hausse significative de la résistance d’animaux d’élevage à des antibiotiques cruciaux en santé humaine.

http://ici.radio-canada.ca/

Un pasteur qui se croyait invulnérable se fait mordre par un serpent et meurt


Croire en Dieu, ne signifie pas de jouer avec le feu. Nul n’est invulnérable sur terre, croyant ou athée. Je pense que croire aveuglément est un bien mauvais conseil
Nuage

 

Un pasteur qui se croyait invulnérable se fait mordre par un serpent et meurt

Crédit Reuters

« Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom […] ils prendront des serpents, et s’ils boivent quelque (breuvage) mortel, il ne leur fera point de mal. » 

C’est l’un des commandements de l’Evangile selon le culte pentecôtiste. Un commandement appliqué au pied de la lettre par Jamie Coots. Ce pasteur du Kentucky (à l’est des Etats-Unis), issu d’une famille de manieurs de serpents depuis trois générations, est mort dimanche des suites d’une morsure, en plein tournage de l’émission « Snake Salvation ».

« Même après avoir perdu la moitié de son doigt suite à une morsure, après avoir vu plusieurs ecclésiastiques mourir pour la même raison, Jamie Coots pensait toujours qu’il devait accepter les morsures et suivre sa sainte destinée », indique le site de la chaîne National Geographic.

 

http://www.atlantico.fr/

Les morsures de chats sont plus graves qu’on ne le pense


Même si nous aimons beaucoup nos chats, il est quand même important d’éviter de se faire mordre ou griffer par ces poilus. Sinon, prendre des mesures pour éviter l’infection
Nuage

 

Les morsures de chats sont plus graves qu’on ne le pense

 

Les chats ont des petites dents pointues qui peuvent s’enfoncer profondément dans les tissus mous. Crédit photo: Flickr/Red Junasun

Les morsures de chat vues aux urgences conduisent une fois sur trois à une hospitalisation, et au bloc opératoire dans deux cas sur trois, rapporte une étude réalisée dans un hôpital américain.

Et si l’on sous-estimait les morsures de chat? C’est la question qui vient à l’esprit lorsque l’on découvre l’étude que vient de publier le Dr Brian Carlsen dans leJournal of Hand Surgery. Avec ses collègues de la Mayo Clinic de Rochester (États-Unis), il a repris les dossiers des 193 patients traités entre 2009 et 2011. La moitié était arrivée par les urgences, le reste via la consultation de médecine générale. À la grande surprise des chirurgiens américains, près d’une fois sur trois il a fallu hospitaliser la victime (en moyenne trois jours), et cela s’est même terminé au bloc opératoire pour les deux tiers d’entre eux, afin de pouvoir nettoyer correctement la blessure. En France, on estime entre 250.000 et 500.000 le nombre de morsures, tous animaux confondus, survenant chaque année. Elles conduisent à près de 70.000 recours aux soins.

Complications fréquentes

Les morsures de chat, qui comptent pour 10 à 15 % de l’ensemble des accidents, sont en effet considérées comme des plaies sales. Car la salive des chats est bourrée de germes qui ne sont pas précisément les amis de l’homme. Le plus fréquent, commun d’ailleurs aux chats et aux chiens, est Pasteurella multocida, qui se trouve dans la flore buccale normale de 70 à 90 % des chats. C’est d’ailleurs le germe qui a été retrouvé sur 19 des 50 mises en cultures bactériologiques effectuées dans l’étude américaine.

«Les chats ont des petites dents pointues qui peuvent s’enfoncer profondément dans les tissus mous et inoculer des bactéries dans des espaces fermés, comme les gaines des tendons, les articulations, les os».

Un peu comme si une aiguille souillée s’était plantée profondément dans la chair. D’où la nécessité d’un lavage immédiat et soigneux de la plaie à l’eau et au savon.

D’ailleurs, les complications se sont avérées fréquentes avec 6 abcès, 14 lésions tendineuses, 2 lésions de nerfs et 14 réductions de mobilité de l’articulation lors des visites de suivi. Les auteurs signalent que la présence d’un gonflement, d’une rougeur ou une morsure en zone sensible (articulation, tendon) constituent les trois facteurs de risque de complication qui justifient d’un traitement vigoureux, notamment par antibiotiques.

La majorité des morsures de chat se produisent aux mains ou aux poignets et, dans l’étude de la Mayo Clinic, 44 % des blessures s’étaient en outre produites au niveau d’un tendon ou d’une articulation. Le danger est alors que l’infection n’abîme ces deux structures au-delà de la seule réaction inflammatoire.

En cas de simple griffure, le geste recommandé consiste à nettoyer la plaie à l’eau savonneuse ou avec un désinfectant.

http://sante.lefigaro.fr/