Quand un chat présente ses excuses à un autre chat


Deux chats, un qui semble vexé, l’autre qui semble vouloir se faire pardonner. Réussira-t-il a reconquérir l’amitié de son ami blessé ?
Nuage

 

Quand un chat présente ses excuses à un autre chat

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : youtube – LonelyAtma

Mais qu’a-t-il donc bien pu se passer entre ces deux matous ?

L’un a visiblement fait de la peine (beaucoup de peine) à l’autre, qui blessé et malheureux lui tourne le dos et refuse d’écouter ses excuses.

A-t-il mangé ses croquettes ? L’a-t-il réveillé pendant sa sieste ? Pire encore, l’a-t-il trahi en faisant ami-ami avec un chien ?

Nous ne connaîtrons certainement jamais la vérité…

Mais une chose est sûre, le chat de gauche ne compte pas laisser son ami lui faire la tête plus longtemps.

Tout doucement, il pose sa papatte sur le dos de son copain vexé. Mais cette approche ne rencontre aucun succès…

Puisque la méthode douce ne fonctionne pas, il n’a pas d’autre choix que d’opter pour une autre… beaucoup moins douce !

http://wamiz.com/

LES 10 OBJETS BIZARRES LES PLUS VOLÉS


Quand quelqu’un ou une entreprise parle avoir été victime de vols, on pense à des objets très chers, genre cellulaire, télévision, bijoux, etc. Pourtant, il y a des vols qui sortent de l’ordinaire qui sont parfois surprenants
Nuage

 

LES 10 OBJETS BIZARRES LES PLUS VOLÉS

 

La sève qui sert à fabriquer du sirop d’érable est l’objet d’un trafic intense.

[CC / Sterling College]

Bijoux, voitures, téléphones portables… Ces grands classiques ne représentent qu’une infime partie de tout ce qui peut être volé, recyclé, revendu, trafiqué, par les professionnels de la « fauche ». Un véritable inventaire à la Prévert.

C’est la presse américaine qui se fait l’écho de cet improbable classement des objets les plus insolités convoités par les voleurs contemporains à partir de données cumulées par des organismes officiels. Si ce classement n’a rien de scientifique, il est en revanche révélateur de l’imagination des malfaiteurs et des attentes du « marché ».

La lessive arrive en tête des produits atypiques les plus volés. Non seulement car le produit est cher et objet d’une forte demande au marché noir, mais aussi parce qu’il peut servir de base dans la composition de certaines drogues. Enfin, l’absence de numéro de série facilite grandement l’opération. La marque Tide est particulièrement prisée des voleurs.[CC/ Jonseidmans]

Les médicaments destinés à combattre les symptômes de l’allergie (anti-histaminiques) sont très convoités par les voleurs. Non seulement car beaucoup de patients considèrent que les produits vendus en officine sont trop chers, mais aussi parce que ces substances peuvent être l’objet d’un usage récréatif. A fortes doses, elles peuvent en effet entraîner des hallucinations ou des sensations de bien-être, avant de déclencher de pénibles effets secondaires [CC / Sunshinecity]

Le test de grossesse est un grand classique des statistiques du vol. La demande est tellement forte, ont constaté les auteurs de l’étude, que les produits volés sont écoulés à des tarifs proches de ceux pratiqués dans les points de vente légaux. [CC / Esparta]

Il faut une certaine technicité pour voler les pots catalytiques des voitures. Néanmoins, l’objet est très convoité par les voleurs en raison des métaux rares qu’il contient : platine, rhodium et palladium. [CC / performancemuffleraz]

Si les plaques des bouches d’égout ne sont pas constituées d’un métal rare, elles sont néanmoins régulièrement dérobées. C’est en effet l’occasion de s’approprier d’un coup une forte masse de métal, toujours monétisable. Aux Etats-Unis, des trappes sont ménagées dans les camions des voleurs pour opérer en toute discrétion. [CC / Andrew Kelsall]

Le vol de Nutella est un exercice pratiqué à l’échelle mondiale. En Allemagne, 5000 kilos de la précieuse pâte à tartiner ont été récemment dérobés. Aux Etats-Unis, un trafic important a été démantelé à l’université de Columbia. [CC / Chaojikazu]

La sève brute qui sert à fabriquer le sirop d’érable est un produit apparemment anodin, mais en fait très précieux. Il en faut 40 kilos pour produire un kilo de ce sirop prisé des Canadiens. Le prix de la sève fluctue avec les conditions climatiques et se situe actuellement à un niveau très élevé. En 2012, plus d’une douzaine de personnes ont été arrêtées et un fructueux trafic démantelé. [CC / Sterling College]

Pourquoi s’embêter à aller au magasin pour acheter des massifs ou des plantes en pots quand on peut simplement les voler aux voisins. Si ce type de vol ne relève pas du crime organisé, il est néanmoins pratiqué à grande échelle. Certains végétaux, comme les cactus ou les plantes, peuvent avoir une valeur très élevée. [CC / Grahamabones]

Plus classiques, les petits bateaux sont régulièrement dérobés, surtout en été. Le matériel de pêche, le gréement ou l’équipement électronique sont souvent l’objectif prioritaires des malfaiteurs, mais c’est parfois l’embarcation complète qui est est escamotée. [CC / Barryskeates]

La production de viande de boeuf ne suit pas encore la demande en hausse. Conséquence logique : le prix au kilo augmente, et donc la demande au marché noir. Il n’en fallait pas plus pour que les voleurs s’intéressent de près aux barquettes des supermarchés, objets désormais d’une attentive surveillance.

http://www.directmatin.fr/

Des moteurs placés dans des cellules humaines


Je trouve épatant de voir en vidéo réagir les nanomoteurs. Si cela peut permettre de meilleurs traitements, avec moi d’effets secondaires, alors c’est une très belle avancée nanotechnologie
Nuage

 

Des moteurs placés dans des cellules humaines

 

Des nanomoteurs dans une cellule humaine vivante 

Photo :  Mallouk lab, Penn State University

Première : des minimoteurs ont été insérés à l’intérieur de cellules humaines vivantes.

Mieux, le Prof Tom Mallouk et ses collègues de l’Université Penn State ont réussi à les propulser avec des ondes ultrasoniques et à les diriger magnétiquement.

Si les ondes permettent de contrôler les mouvements (avancer, tourner, etc.) des nanomoteurs, le recours au magnétisme permet en plus de les orienter. En outre, il est possible de les déplacer de façon autonome, indépendamment l’un de l’autre.

Cette percée représente un pas supplémentaire vers la création de véhicules moléculaires qui pourront, par exemple, être utilisés pour libérer des médicaments à des endroits spécifiques du corps. Cette capacité permettra de renforcer les effets bénéfiques d’un traitement et d’en limiter les effets néfastes.

Ces moteurs composés de particules de métal sont en forme de fusée.

« Alors que ces nanomoteurs se déplacent et se cognent dans les structures à l’intérieur des cellules, celles-ci montrent des réponses mécaniques internes qui n’ont jamais été observées à ce jour. »— Prof Tom Mallouk

Cette recherche est l’exemple vivant montrant qu’il est possible d’utiliser des nanomoteurs synthétiques pour étudier la biologie cellulaire d’une nouvelle façon, affirment les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Angewandte Chemie International Edition.

 

http://ici.radio-canada.ca/

Ces lapins "viennent de réécrire les livres d’histoire" !


En Grande-Bretagne, les archéologues ont eu une aide tout à fait spécial qui ont permis de découvrir des trésors d’une autre époque.
Nuage

 

Ces lapins « viennent de réécrire les livres d’histoire » !

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : guppiecat – Flickr

Les fameuses boules de poils aux grandes oreilles vivent sur le site touristique Land’s End dans les Cornouailles. Il s’agit de la pointe etrême sud-ouest de la Grande-Bretagne. Et grâce à eux, les archéologues de l’association Big Heritage ont fait de passionnantes découvertes. Les lapins ont en effet mis au jour en creusant leur terrier, tout simplement, des objets datant de quelque 8 000 années. Parmi eux, des pointes de flèches et outils en silex.

Des lapins en or

« Il semble que des gens importants ont été enterrés ici il y a des milliers d’années – probablement en raison de la vue imprenable. Nous avions une chance sur un million que des lapins fassent une découverte aussi étonnante » raconte au Daily Mirror Dean Peaton, le chef de l’équipe envoyée sur le site.

« Ils ont creusé deux petits terriers l’un à côté de l’autre, et tous ces trésors ont été sortis de terre. Personne n’en connaît encore l’ampleur, mais c’est une véritable mine d’or. Une famille de lapins vient de réécrire les livres d’histoire » s’exclame-t-il.

Et les lagomorphes suivent de près l’avancée des recherches.

En vrais passionnés d’archéologie, les lapins « sont très curieux et sortent pour regarder ce que nous faisons » raconte le chercheur.

Près du parc d’attractions installé à Land’s End, un jeu de piste baptisé « archeobunnies » (archéolapins) pourrait bientôt voir le jour. C’est en tout cas ce qu’aimerait mettre en place l’équipe de Big Heritage.

L’histoire ne dit pas en revanche si la petite famille a été récompensée pour son travail, avec des carottes par exemple…

http://wamiz.com/

Russie: trois ans de camp pour un écologiste critique des JO de Sotchi


On entend partout des nouvelles des Jeux Olympiques de Sotchi et moins des conséquences qu’ont ces jeux sur les gens qui ont protesté, les gens qui ont subi de graves conséquences. Je pense sérieusement qu’on devrait cesser ce genre d’évènement vu que cela va au-delà de l’esprit compétition.
Nuage

 

Russie: trois ans de camp pour un écologiste critique des JO de Sotchi

 

Le tribunal régional de Krasnodar (sud) a rejeté... (PHOTO MIKHAIL MORDASOV, ARCHIVES AFP)

 

Le tribunal régional de Krasnodar (sud) a rejeté l’appel d’Evgueni Vitichko, géologue et membre d’une association régionale de défense de l’environnement du Caucase du Nord (EWNC), a constaté une correspondante de l’AFP.

PHOTO MIKHAIL MORDASOV, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
KRASNODAR, Russie

La justice russe a confirmé mercredi en appel la condamnation à trois ans de camp d’un militant écologiste qui dénonçait les impacts sur l’environnement des travaux de préparation des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, qui battent actuellement leur plein.

Le tribunal régional de Krasnodar (sud) a rejeté l’appel d’Evgueni Vitichko, géologue et membre d’une association régionale de défense de l’environnement du Caucase du Nord (EWNC), a constaté une correspondante de l’AFP.

M. Vitichko avait été condamné en 2012, avec un autre militant, Suren Gazarian, à une peine de trois ans avec sursis pour avoir créé une ouverture dans une clôture dressée dans une zone protégée. Sa peine a été commuée en prison ferme fin 2013.

http://www.lapresse.ca/

La plus grande extinction de la vie animale a eu lieu en 60 000 ans


La Terre aurait connu 5 extinctions de la vie animale, mais celle qui a fait le plus de dégâts s’est échelonnée pour une période d’environs 60 000 mille ans. 60 000 mille ans pour nous c’est beaucoup, mais pour la Terre, ce n’est qu’un espace de temps assez court
Nuage

 

La plus grande extinction de la vie animale a eu lieu en 60 000 ans

 

Vu la brièveté de l'extinction, il est possible... (Photo Salvatore Allegra, AP)

 

Vu la brièveté de l’extinction, il est possible qu’une seule éruption catastrophique ait déclenché un effondrement presque instantané des éco-systèmes de la planète, selon les chercheurs.

PHOTO SALVATORE ALLEGRA, AP

Agence France-Presse

La plus grande extinction de la vie animale et végétale dans l’histoire de la Terre s’est produite il y a environ 252 millions d’années en seulement 60 000 ans, une période très brève en âge géologique, selon une estimation publiée lundi.

Précédemment, les chercheurs estimaient que cette période avait duré moins de 200 000 ans.

Cet événement, qui a probablement résulté de gigantesques éruptions volcaniques, a fait disparaître plus de 96% des espèces marines et 70% de la vie sur la terre ferme.

Outre des éruptions de méga-volcans, de nombreuses autres hypothèses avaient été avancées pour expliquer cette vaste extinction de la fin de l’ère Permienne (-298 à -252 millions d’années), dont la chute d’un astéroïde ou des événements environnementaux cataclysmiques, notent les auteurs de cette étude parue dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont effectué de nouvelles datations d’échantillons de roches volcaniques prélevés en Chine et déterminé que l’extinction s’était produite en seulement 60 000 ans.

«Nous avons pu déterminer le moment et la durée de l’extinction quasiment en terme absolu», explique Sam Bowring, le principal auteur.

«Comment peut-on imaginer la disparition de 96% de tout ce qui vivait dans les océans en quelques dizaines de milliers d’années?» s’interroge-t-il, en ajoutant: «Une extinction exceptionnelle nécessite une explication exceptionnelle.»

Les chercheurs ont découvert que 10 000 ans avant l’extinction, les océans ont enregistré un accroissement de carbone qui s’explique probablement par une forte augmentation du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère.

Cela pourrait avoir entraîné une acidification des océans et une montée des températures des eaux océaniques de 10 degrés ou plus, mettant fin à la majeure partie de la vie marine.

«Quel que soit l’événement responsable de cette vaste extinction, il a dû se produire rapidement pour déstabiliser la biosphère avant que la majorité de la vie végétale et animale ait eu le temps de s’adapter pour survivre», suppute Seth Burgess, du MIT.

La nouvelle estimation de la durée de cette extinction conforte la théorie d’éruptions volcaniques massives en Sibérie ayant déversé des substances chimiques volatiles dans l’atmosphère et les océans, dont du CO2.

Vu la brièveté de l’extinction, il est possible qu’une seule éruption catastrophique ait déclenché un effondrement presque instantané des éco-systèmes de la planète, selon les chercheurs.

La Terre a connu cinq extinctions. La dernière, il y a 65 millions d’années a tué 50% des espèces, dont les dinosaures. Elle a apparemment été provoquée par la chute d’un astéroïde.

http://www.lapresse.ca/

«L’effet Nathalie Simard» aura été de courte durée


Beaucoup se souviennent de Nathalie Simard quand elle a dénoncé son gérant Guy Cloutier. Cela a donné à plusieurs victimes de faire le pas et dénoncer à leur tour. Avec les années, les dénonciations ont diminuées et pourtant, les agressions sexuelles chez les enfants sont toujours aussi fréquentes
Nuage

 

«L’effet Nathalie Simard» aura été de courte durée

 

Nathalie Simard a brisé le silence à propos... (Archives La Presse)

Nathalie Simard a brisé le silence à propos de son ex-imprésario en 2004. Durant les deux années suivantes, le taux de dénonciations pour agression sexuelle a grimpé en flèche.

ARCHIVES LA PRESSE

Février 2004. La chanteuse Nathalie Simard porte plainte à la Sûreté du Québec contre son ex-agent Guy Cloutier. Un mois plus tard, le populaire imprésario arrive, menotte aux poings, au palais de justice de Montréal.

> Les victimes doivent «briser le silence»

> «Je l’aime encore, même s’il n’y a aucune raison de l’aimer»

Son arrestation fait l’effet d’une bombe. Au départ: le doute.

Pourquoi cet homme riche, père de famille de surcroît, s’en serait-il pris à des enfants? Puis, la vérité éclate. Cloutier reconnaît avoir agressé son ancienne protégée et un autre mineur. La première fois, l’enfant-vedette avait 11 ans.

Au cours des deux années suivantes, des femmes qui ont longtemps gardé le silence s’inspirent de la chanteuse et portent plainte contre leur agresseur. Le taux de dénonciations grimpe en flèche. Dix ans plus tard, l’«effet Nathalie Simard» se fait-il encore sentir?

Premier constat: la hausse des dénonciations a été éphémère. Les taux d’infractions sexuelles enregistrés ces dernières années par les corps policiers du Québec sont les plus bas depuis 10 ans.

Les signalements d’agressions sexuelles retenus par la Direction de la protection de la jeunesse affichent aussi une légère baisse.

Y a-t-il moins de crimes sexuels commis au Québec pour autant? Y a-t-il moins de jeunes victimes?

«Malheureusement non», répondent sans détour tous les intervenants interviewés par La Presse.

«Les dénonciations, ce n’est que la pointe de l’iceberg», confirme la directrice du développement de l’expertise au Centre d’expertise Marie-Vincent, Mélanie M. Gagnon.

Une agression sexuelle sur 10 est signalée aux services policiers, selon plusieurs études réalisées au Canada sur le sujet.

«On ne peut pas dire que les abus sexuels sur des enfants sont moins fréquents qu’avant. C’est encore trop présent», lance Mme Gagnon, qui voit passer annuellement au centre quelque 250 enfants de moins de douze ans victimes d’agressions sexuelles.

Ce centre montréalais, créé à l’époque de l’éclatement de l’affaire Cloutier, est unique au Canada. Il offre sous un même toit tous les services dont les jeunes victimes ont besoin.

Il y a dix ans, les services n’étaient pas adaptés à cette clientèle, indique Mme Gagnon. Les petits devaient rencontrer les enquêteurs dans un poste de police, souvent dans les mêmes locaux que les agresseurs. Ils devaient se rendre à l’hôpital pour subir des examens.

Aujourd’hui, un médecin du CHU Sainte-Justine se déplace au Centre Marie-Vincent. La police et la DPJ aussi. Les enfants suivent ensuite une thérapie sur place.

«Ça sécurise l’enfant de savoir qu’il revient toujours au même endroit», explique Mme Gagnon.

Autre changement majeur: il y a quelques années à peine, la DPJ n’avait pas le droit d’intervenir auprès d’une famille sur la seule base d’un «risque» d’agression, explique Marie-Jo L’Espérance, travailleuse sociale chargée de l’évaluation des signalements d’agressions sexuelles au Centre jeunesse de Montréal.

Par exemple, lorsque la DPJ apprenait qu’une mère de famille avait un nouveau conjoint pédophile, elle n’avait pas les pouvoirs légaux d’agir. Il fallait attendre que le pire survienne.

Le problème a été résolu en 2007 alors qu’un nouveau motif de signalement – le risque sérieux d’agressions sexuelles – a été créé grâce à un changement à la Loi sur la protection de la jeunesse.

Voilà pour les notes d’espoir. Sur une note plus pessimiste, la majorité des petites victimes sont agressées par un proche. Plus troublant encore, selon Mme Gagnon, la moitié des mamans qui viennent consulter avec leur enfant ont elles-mêmes été agressées durant leur enfance.

«Prétendue excuse» de l’agresseur

Michèle Roy, du Mouvement contre le viol et l’inceste, voit aussi beaucoup de jeunes femmes franchir les portes de son organisme. Elles sont dans la vingtaine. Elles ont été agressées dans leur enfance par un père, un beau-père ou un proche.

«Faites le calcul. Ces filles-là ont été agressées alors que l’affaire Guy Cloutier battait son plein. Leur père ou leur beau-père ne pouvaient pas ignorer que c’était un crime. On en parlait partout», déplore l’intervenante d’expérience.

«Dans les années 1950, la prétendue excuse du père abuseur était que sa femme ne voulait plus faire l’amour et qu’elle était toujours enceinte, alors il se tournait vers sa propre fille, se rappelle Mme Roy. J’avais l’impression qu’on avait évolué sur cette question, qu’il y avait eu une prise de conscience. Il faut croire que non.»

Les victimes attendent en moyenne 13 ans avant de demander de l’aide, selon les données du Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS).

«Ça signifie que c’est encore tabou, surtout lorsque ça se passe à l’intérieur de la famille», dit Chantal Robitaille, intervenante au CALACS de Châteauguay.

Briser des tabous

L’affaire Cloutier a permis de briser des tabous concernant les agresseurs.

«Les gens ont tendance à penser que les viols surviennent juste le soir dans le fond d’une ruelle et qu’ils sont commis par des inconnus, alors que c’est vraiment dans l’entourage que ça arrive», souligne Maude Chalvin, du Regroupement québécois des CALACS.

Autre point positif: le réseau d’aide aux victimes est mieux financé et plus connu, indique Arlène Gaudreault de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes.

http://www.lapresse.ca/