Tous les jours


C’est important d’apprécier la vie de tous les jours, les gens que l’on côtoient, même si on ne les connaît pas mais on les rencontre souvent. Cela empêche les autres d’être invisible a nos yeux. C’est aussi l’environnement qui nous entourent, il y a tant de chose pour s’émerveillée si ce n’est que le jour s’étire de plus en plus en longueur vers le printemps
Nuage

 

Tous les jours

 

On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement et pas assez de ce qu’on voit tous les jours …

Madame de Genlis

Les croisements entre chiens sont parfois surprenants


Il est vrai que les différentes races de chien que nous connaissons aujourd’hui, sont issues de croisements Cependant, ce qui m’inquiète, quand cela devient une compétition, je me demande jusqu’ou ces gens peuvent aller. Une chose que j’espère, c’est qu’entre le père et la mère, que c’est la mère qui est toujours le plus gros chien
Nuage

 

Les croisements entre chiens sont parfois surprenants

 

Un pitbull? Non. Un husky? Mieux, un pitsky! C’est le nom qu’on pourrait donner à cet adorable toutou, fruit d’un croisement entre un husky et un pitbull.

Ces mélanges, repérés par nos confrères américains du Huffington Post, qui auparavant faisaient le cauchemar des amateurs de chiens à pedigree, sont maintenant appréciés à leur juste valeur.

pitsky

Le concours canin du Westminster Kennel Club ne s’y est pas trompé en autorisant les chiens croisés à participer à la compétition. Ni les maîtres d’ailleurs, qui postent régulièrement sur Imgur les photos de leurs plus étonnants compagnons à quatre pattes.

Moitié teckel, moitié golden retriever

2 Moitié schnauzer et moitié caniche

3 Moitié husky, moitié corgi

4 Moitié husky, moitié Chow chow

5 Moitié teckel, moitié chihuahua

6 Moitié Corgi, moitié caniche

7 Moitié husky, moitié caniche

8 Moitié dalmatien, moitié corgi

9 Moitié husky, moitié pitbull

Moitié carlin, moitié beagle

Moitié Yorkshire terrier, moitié caniche

Moitié chihuahua, moitié beagle

Moitié malamute de l’Alaska et husky

Moitié corgi, moitié bergé allemand

Moitié caniche, moitié husky

Moitié westie, moitié Yorkshire terrier

Moitié carlin, moitié caniche

Un croisement entre chihuahua, Jack Russell et papillon

Moitié Loulou de Poméranie, moitié Jack Russell terrier

http://www.huffingtonpost.fr/

Le Saviez-Vous ►Charlot a 100 ans


Le cinéma muet, et noir et blanc a immortalisé un des plus grands acteurs de l’époque Charlie Chaplain. C’est un de ceux qui malgré la technologie cinématographique avancée et sa disparition depuis déjà plusieurs années, il est l’un de ceux qui restera le plus longtemps aussi populaire qu’à l’apogée de son art
Nuage

 

Charlot a 100 ans

Charlie Chaplin dans les années 20/Crédits photo : Rue des Archives/BCA

EN IMAGES – Le 7 février 1914, dans un court-métrage intitulé «Charlot est content de lui», apparaissait pour la première fois le personnage créé par Charlie Chaplin. En 65 ans de carrière et 80 films, l’artiste a délivré quelques-uns des plus grands classiques du cinéma.

 

Le Kid, 1921/Crédits photo : Rue des Archives/BCA

La Ruée vers l’or, 1925/Crédits photo : Rue des Archives/Suddeutsche Zeltung

Les Lumières de la Ville, 1931 /Crédits photo : Rue des Archives/RDA

Les Temps Modernes,1936/Crédits photo : Rue des Archives/RDA

Le dictateur, 1940/Crédits photo : Rue des Archives/BCA

 

http://www.lefigaro.fr/

Une mère d’adolescente désespérée À 13 ans, elle est en amour avec un homme de 23 ans


Il y a des bizarreries des fois !!! Comment il se fait que selon le code de la loi sur le consentement sexuel est quand même assez clair quoique trop permissive pour l’âge, cette jeune fille ne remplit pas du tout les conditions juridiques et que la mère n’a pas eu le support pour protéger sa fille d’un adulte qui a profité de sa naïveté ? Ce gars si ce n’est pas un pédophile alors c’est quoi ?
Nuage

 

Une mère d’adolescente désespérée

À 13 ans, elle est en amour avec un homme de 23 ans

 

À 13 ans, elle est en amour avec un homme de 23 ans

Crédit photo : TVA Nouvelles

Par Claudie Côté | TVA Nouvelles

Que feriez-vous si vous appreniez que votre fille de 13 ans est en couple avec un homme de dix ans son aîné? C’est la situation à laquelle est confrontée Nancy, une mère de famille de Montréalqui lance, dans un reportage diffusé à J.E. ce soir, un appel à l’aide. Sa fille Julie entretient une relation amoureuse et sexuelle avec Xavier, qui a 23 ans.

«J’aimerais que ça se règle au plus vite, que ma fille ne soit plus en danger. Qu’elle recommence sa vie d’adolescente, parce que ce gars-là l’a fait vieillir de 15 ans dans sa tête», lance Nancy à sa sortie du poste de police.

La mère de famille n’en est pas à sa première rencontre avec les policiers. Elle cherche désespérément à mettre fin à la relation entre Julie et Xavier.

Une histoire d’amour peu banale

L’adolescente a rencontré son copain à la station de métro Frontenac. Dès le départ, ce fut l’amour fou. Ils avaient des points en commun et partageaient la même passion pour la bande dessinée.

«Elle m’a dit qu’il avait 17 ans. Je me suis dit: « Ça se peut ». Mais plus je le regardais, plus je me disais que c’était impossible», raconte Nancy.

Le début de relation a été chaotique. Nancy désapprouvait l’union et a informé Xavier que sa fille était mineure. Malgré tout, Julie a toujours trouvé le moyen de revoir Xavier.

«Il allait la chercher à l’école. Elle manquait les cours. Ça a commencé comme ça… et ça s’est mis à aller très mal. C’est une enfant. Il a 23 ans. Je ne comprends pas.»

Pour sa part, Julie est souvent triste et revient à la maison avec des ecchymoses. Elle avoue que Xavier est contrôlant, jaloux et qu’il voit même d’autres filles. Dans de grands moments de détresse, l’adolescente s’automutile.

«J’ai dit : « Ça suffit, il n’est plus question que tu vois ce gars-là ». Elle a fugué. Je l’ai retrouvée. Je voulais porter plainte, mais les policiers m’ont dit qu’il n’y avait rien à faire. Le lendemain, elle a pris un paquet de pilules pour se suicider», soupire la mère.

Sa mère est finalement arrivée juste à temps. À bout de nerfs, elle a de nouveau interpellé la police.

«Ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas rien faire. Parce que Julie ne veut pas porter plainte. Et que c’est la loi. Voyons, elle est en amour avec. C’est une enfant. Je suis dépourvue, je ne sais plus quoi faire!»

Consentement sexuel

Au Canada, l’âge de consentement sexuel est fixé à 16 ans. Il est donc criminel pour un adulte de faire des attouchements, ou directement ou indirectement, à une personne de moins de 16 ans à des fins sexuelles. Même chose pour l’incitation à des activités sexuelles.

«Le législateur a statué qu’en bas de 16 ans, le jeune n’a pas la maturité pour donner un consentement valable et éclairé», explique le criminaliste Me Robert La Haye.

Il y a toutefois quelques nuances. Pour les adolescents de 14 et 15 ans, la loi stipule qu’ils peuvent consentir à des activités sexuelles, mais la différence d’âge entre les partenaires ne doit pas excéder cinq ans.

«Les délinquants s’exposent à des peines allant de 45 jours à dix ans de prison», ajoute Me La Haye, affirmant qu’il n’y a que les policiers qui peuvent intervenir dans ce genre de situation. «Il faut aller porter plainte. Il faut aller voir la police. Ce sont eux qui sont mandatés pour faire régner la paix».

Nancy a bien essayé de porter plainte. Lors de la fugue, d’abord, puis lors de la tentative de suicide de sa fille. Pour des raisons qui lui échappent, les policiers auraient refusé d’aller de l’avant.

«Vous faites le 911, pis ils peuvent rien faire. On a l’air ridicule. Je l’aime beaucoup ma fille. Je vais tout faire pour la protéger. C’est comme ça. C’est une mère qui parle.»

C’est finalement lors d’une troisième tentative que la police a accepté d’enregistrer la plainte de Nancy, mais la mère est loin d’être rassurée.

«J’attends toujours des nouvelles des enquêteurs. Ça prend du temps. Ma fille va à l’école. J’ai peur qu’il aille la rejoindre. Elle est fragile.»

Au moment d’écrire ces lignes, Nancy n’avait toujours pas eu de nouvelles des enquêteurs.

Le Service de police de la Ville de Montréal n’a pas voulu accorder d’entrevue à J.E. par rapport à cette histoire.

http://tvanouvelles.ca/

Jeux olympiques: l’envers du décor


Je comprends que les gens puissent vouloir encourager les athlètes aux JO d’hiver de Sotchi, comme a tout autre JO, mais pourtant, nous sommes, de plus, en plus conscients des conséquences négatives (à moins de vouloir faire l’autruche) de tels événements sportifs, des drames humains et environnementaux. Alors sommes-nous donc complices si on se ferme les yeux devant de tels crimes ? Car suivre les Jeux Olympiques, c’est cautionné aussi le fait qu’on détruit la vie des gens, qu’on cache la pauvreté pour le spectacle !!!
Nuage

 

Jeux olympiques: l’envers du décor

 

Tatyana Samokhval a tenté de consoler sa mère,... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Tatyana Samokhval a tenté de consoler sa mère, Valentina Khlystova, devant les ruines de sa maison qui a été démolie en septembre 2012 pour permettre le passage des canalisations d’égouts du village olympique de Sotchi.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

NATHALIE COLLARD
La Presse

Qui dit Jeux olympiques dit revitalisation urbaine. Les transformations nécessaires pour aménager une ville en vue d’un événement d’une telle envergure ont plusieurs effets positifs sur le tissu urbain, mais elles ont aussi, parfois, des conséquences négatives pour les populations locales: éviction, démolition, embourgeoisement, etc.

Dans un rapport du Centre on Housing Right and Evictions des Nations unies (le COHRE, un comité qui a cessé ses activités en 2011), les auteurs notent qu’entre 1988 et 2008, les Jeux olympiques ont déplacé plus de 2 millions de personnes dans le monde, en plus de provoquer une flambée des prix de l’immobilier. Et c’est sans parler du «nettoyage social» qui a lieu avant le jour J: on cache les sans-abri et les prostituées, on efface des quartiers en décrépitude, on revitalise des coins de la ville sans prendre en considération les besoins des résidants… Bref, on procède à un grand nettoyage.

Jeux d’hiver 2014: Sotchi

On avait promis les Jeux les plus propres de l’histoire, mais la réalité est tout autre: dans la petite ville d’Akhshtyr, aux limites du site olympique, les gens se plaignent d’un immense dépotoir illégal à ciel ouvert grand comme trois terrains de football, selon l’Associated Press. Les travaux de construction ont également asséché le puits qui alimente la ville en eau. Quant à l’autoroute hypermoderne inaugurée en présence du président Vladimir Poutine, elle a forcé la démolition de plusieurs immeubles. Plus loin, on note la destruction de forêts et la contamination d’une rivière. Des milliers de personnes ont été déplacées. Dans la ville de Sotchi, on compte au moins 100 immeubles d’appartements qui sont désormais classés inhabitables.

Jeux d’été 2012: Londres

Les Jeux olympiques de 2012 étaient une belle occasion de revitaliser l’East End de Londres, mais l’agressivité et le peu de considération du London Development Agency ont laissé des cicatrices. Parmi les histoires les plus médiatisées, celle des 425 résidants de Clays Lane évincés de leur logement qui se trouvait à l’emplacement du futur village des athlètes. On a aussi procédé à un véritable nettoyage social: les prostituées et les sans-abri devaient disparaître. On évalue à environ 80 le nombre d’hôtels de passe qui ont été fermés par la police londonienne entre 2010 et 2012. Dans la foulée des Jeux, c’est aujourd’hui au tour des résidants de Carpenters Estate, dans le quartier multiethnique de Stratford, aux limites du site olympique, d’être victimes des effets de l’embourgeoisement.

Jeux d’été 2008: Pékin

À la veille des Jeux d’été de 2008, le défi était grand pour Pékin: réaménager la vieille ville et l’ouvrir au tourisme international qui allait connaître son apogée en août 2008. Comme à Londres, on fait disparaître les mendiants et les drogués, qui jurent dans le paysage. Sauf qu’au lieu de les déplacer vers un autre quartier, on les envoie dans des camps de rééducation (selon des informations fournies par Amnistie internationale). Au total, 1 million de personnes auraient été déplacées, dont 300 000 au centre-ville de Pékin seulement. Et c’est sans compter les maisons rasées, les quartiers démolis, les communautés anéanties. La ville est prête à temps, mais à quel prix?

Jeux d’été 2016: Rio De Janeiro

Rio s’apprête à accueillir non pas un, mais deux événements sportifs d’envergure internationale: la Coupe du monde de la FIFA en juin prochain et les Jeux olympiques en 2016. C’est donc un véritable électrochoc qui est administré à la métropole et, sans surprise, ce sont les plus pauvres qui écopent. En plus de la construction d’un nouveau stade et des installations olympiques, on veut doter Rio d’une infrastructure hôtelière et d’un système de transports efficace qui permettra de circuler aisément lorsque la ville sera assaillie de visiteurs provenant des quatre coins du monde. Pour construire ces nouvelles infrastructures, on démolit. On a déjà évincé 170 000 habitants des favelas, et ce n’est pas terminé.

Jeux d’été 1976: Montréal

L’art dans la rue. C’était l’objectif du projet Corridart mené par l’architecte Melvin Charney, un corridor d’oeuvres de 8 km dans la rue Sherbrooke, entre l’avenue Atwater et le boulevard Pie-IX. Une soixantaine d’artistes participent à l’événement qui doit durer tout le mois de juillet 1976. Mais dans la nuit du 13 au 14 juillet, sur l’ordre du maire Jean Drapeau, les cols bleus détruisent tout et les débris sont envoyés à la fourrière municipale. Huit artistes entament des poursuites contre la Ville, mais l’affaire traîne en longueur et ne se règle qu’en 1988. La Ville accorde finalement une somme de 4000$ à 5000$ à chaque artiste. On qualifiera l’incident de «plus gros cas de censure d’art public au Canada».

http://www.lapresse.ca/

Découverte de traces de pas vieilles de 800 000 ans


On rêve tous de laisser sa trace dans l’histoire, et ces gens, il y a plus de 800 000 mille ont laisser leur trace pour qu’ils puissent être redécouverts à notre époque et ainsi rajouter quelques hypothèses sur la présence humaine a cette époque
Nuage

 

Découverte de traces de pas vieilles de 800 000 ans

 

Les traces humaines trouvées sur la côte est de la Grande-Bretagne

Les traces humaines trouvées sur la côte est de la Grande-Bretagne Photo :  AP/British Museum

Des scientifiques britanniques ont découvert des traces de pas humains en Angleterre datant d’au moins 800 000 ans, faisant d’elles les plus anciennes empreintes trouvées hors d’Afrique et la première preuve d’une présence humaine dans le nord de l’Europe à l’époque.

Une équipe de chercheurs du British Museum, du National History Museum et de l’Université de Londres a découvert des empreintes de cinq personnes en bord de mer dans de la boue d’un ancien estuaire à Happisburg, sur la côte est du pays.

Il existe seulement deux sites plus anciens et ils sont situés tous les deux en Afrique : à Laetoli en Tanzanie, où on a retrouvé des traces datées de 3,5 millions d’années, et à Koobi Fora au Kenya (1,5 million d’années).

L’archéologue du British Museum, Nick Ashton, a qualifié la découverte – annoncée vendredi et publiée dans la revue scientifique PLoS ONE – « d’exceptionnelle » et de « lien tangible avec nos premiers parents humains ».

Conservées dans des couches de limon et de sable pendant des millénaires avant d’être exposées par la marée basse l’année dernière, les traces ont été rapidement photographiées et analysées, notamment à l’aide d’un balayage 3D.

Ces traces proviennent d’un groupe comprenant au moins deux enfants et un adulte de sexe masculin. Les individus pourraient être une famille se nourrissant sur les rives d’une rivière que les scientifiques croient être l’ancienne Tamise, à côté de prairies où vivaient bisons, mammouths, hippopotames et rhinocéros.

Les chercheurs pensent que les humains qui ont laissé les empreintes pourraient s’apparenter à l’Homo antecessor, dont les restes fossilisés ont été trouvés en Espagne et qui a disparu il y a environ 800 000 ans.

M. Ashton estime que les empreintes datent d’il y a 800 000 ans à 1 million d’années. Elles seraient ainsi au moins 100 000 ans plus anciennes que les premières preuves de vie humaine précédemment découvertes en Grande-Bretagne.

Il s’agit d’une découverte importante, car il y a 700 000 années, la Grande-Bretagne avait un climat chaud de style méditerranéen. La période antérieure était beaucoup plus froide, semblable à la Scandinavie moderne.

« Cela nous fait reconsidérer la capacité de ces premiers peuples à faire face à des conditions un peu plus froides qu’aujourd’hui », affirme l’archéologue du Natural History Museum, Chris Stringer.

« Peut-être qu’ils avaient des adaptations culturelles au froid il y a 900 000 ans que nous n’avions même pas jugées possibles. Portaient-ils des vêtements? Avaient-ils fait des abris, des brise-vent et ainsi de suite? Utilisaient-ils le feu à l’époque? », poursuit-il.

Cette découverte arrive à point pour le British Museum, dont la nouvelle exposition intituléeGrande-Bretagne: un million d’années d’histoire humaine doit débuter la semaine prochaine.

http://ici.radio-canada.ca/

Création de peau vascularisée


Dans un avenir très rapproché, les grands brûlés pourront compter sur une aide de taille pour soigner leurs plaies. Si tout va selon, les espoirs des chercheurs, cela sera une très belle avancée pour les victimes
Nuage

 

Création de peau vascularisée

 

Représentation de la peau humaine 

Photo :  iStockphoto

Pour la première fois, des scientifiques suisses ont réussi à fabriquer en laboratoire des cellules de la peau humaine comprenant des capillaires sanguins et lymphatiques.

Les capillaires (par analogie à la finesse des cheveux) sont les plus fins et plus petits vaisseaux sanguins. Ils relient les veinules aux artérioles, à l’extrémité de la circulation sanguine.

Les chercheurs de l’Université de Zurich ont ainsi réussi à isoler tous les types de cellules présentes dans la peau et à les agencer de façon à créer un greffon tout à fait semblable à la peau humaine en termes d’épaisseur et d’apparence.

Cette nouvelle peau s’est très bien implantée chez le rat. Elle sera d’ici quelques mois testée chez l’homme.

Chaque année, environ 11 millions de personnes sont victimes de brûlures sévères. Résultats : des plaies profondes causées par la combustion qui guérissent lentement et qui entraînent des cicatrices à vie.

Le seul moyen de traiter adéquatement ce type de plaies est la greffe de peau fonctionnelle de pleine épaisseur. Or, seulement une petite surface de ce type de peau peut être retirée d’un patient lors d’une chirurgie. Et cette greffe crée de nouvelles cicatrices.

La conception de peau en laboratoire devient donc une solution intéressante, d’autant plus qu’elle peut être créée à partir des cellules du patient et que son apparence sera très similaire à celle de la peau humaine.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Science Translational Medicine.

Le saviez-vous?


En
octobre 2013, des chercheurs de Toronto affirmaient pouvoir utiliser des imprimantes permettant de créer des objets en trois dimensions pour guérir les grands brûlés en reproduisant la peau humaine.

http://ici.radio-canada.ca/