La nomophobie, nouveau mal du siècle


Êtes-vous namophobe? Il semble que plusieurs utilisateurs de téléphone intelligent ont plusieurs symptômes, car toute leur vie s’organise autour de cet objet.
Nuage

 

La nomophobie, nouveau mal du siècle

 

La

Photo Fotolia

Tandis que les Journée mondiales sans téléphone portable s’étalent du 6 au 8 février 2014, la nomophobie, cette peur maladive de se retrouver un jour sans mobile, gagne de plus en plus de personnes et commence même à se soigner au sein de centres spécialisés.

La nomophobie désigne la peur excessive d’être séparé de son téléphone. L’une des rares études menées sur le sujet remonte à 2012 et démontre que les deux-tiers des Anglais se disent angoissés à l’idée de perdre leur téléphone. En France, une unité à Lyon est même spécialisée dans cette pathologie.

Pour Stéphanie Berthelon, psychologue au Centre de traitement du stress et de l’anxiété de Lyon, il n’y a pas de portrait-type de personnes victimes de nomophobie:

«Si la personne utilise son téléphone pour se distraire, il peut devenir dépendant aux jeux, jusqu’à ce que cela devienne obsédant. Dans d’autres cas, le mobile sert à se rassurer, à avoir le contrôle sur son environnement, à tout vérifier».

Elle constate que pour les jeunes (15/20 ans), le vie sociale s’organise désormais autour du smartphone.

«Le problème de dépendance se pose quand cela a un impact négatif sur sa vie sociale, professionnelle ou encore conjugale, lorsque le contact avec son téléphone devient exclusif» explique Stéphanie Berthelon.

Parmi les signes révélateurs de nomophobie figure évidement l’absence de détachement de l’utilisateur de son mobile, lequel ne prête plus attendu à quiconque et se coupe peu à peu de son entourage pour s’enfermer dans sa propre bulle. Pire encore, il peut aussi se révéler agressif en cas de difficulté, plus ou moins longue, à se servir de son téléphone portable. Dans tous ces cas de figure, les proches doivent s’inquiéter et les aider à consulter.

Pour que l’objet ne prenne pas le pouvoir, les psychologues disposent de méthodes basées sur la compréhension (à quoi me sert mon téléphone, en ai-je réellement besoin?) et des exercices comportementaux destinés à progressivement se détacher et à se libérer du terminal mobile.

Les 6, 7 et 8 février sont décrétés Journées mondiales sans téléphone portable, sous le thème cette année «Alerte texto: Enlèvement de la langue française». Cet événement est organisé tous les ans depuis 2001 par l’écrivain Phil Marso.

Site officiel des Journées mondiale sans portable.

7 réponses à “La nomophobie, nouveau mal du siècle

  1. Perso , je n’ai toujours pas de téléphone portable ….J’ai souvent pensé que ce me serait utile ( toujours pour la même raison : en cas de malaise ) , mais je n’en ai pas , un jour ……surement ? Un cadeau de Manu ???

    • moi je trouve cela pas mal pratique … mais j’en fait quand même pas une maladie .. comme ou j’étais depuis quelque jours je n’avais pas accès a internet mais je pouvais appeler ou texter sans courir après un téléphone

      • C’est sur ,d’ailleurs je l’écris , je pourrais programmer le No de mon fils par exemple et l’appeler en cas de besoin d’aide dans la rue ..Sérieusement , je compte bien me renseigner sur les prix etc….( avec l’aide de Manu )

  2. je n’ai pas de « fesses-bouques », j’ai un vieux « samsung » que mes loved ones m’ont offert il y a qqs années, mais je l’oublie souvent à la maison ou de le charger… 🙂 long story, short: je peux vivre sans portable et/ou internet, ce que je fais pendant les vacances… 🙂

  3. j utilise a petite dose, pour me joindre en cas de blem, le tel fixe je l’utilise aussi rarement, si ya une personne ami blog qui en ce moment je soule au tel pour une raison speciale, lol mais sinon je ne suis pas voix telephonique ni texto, parceque l’ordi a pris la place en fait et c est pas mieux, pas pour l echange justement j’en suis accro, mais du temps que je passe et que je devrai me reposer

  4. J’en avais un pour le travail et quand j’ai cessé d’aller au boulot je me suis débarrassé de ce fil à la patte. Maintenant je pense qu’il serait préférable d’en posséder un lors de mes promenades photos où je croise très peu de gens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s