Projet zéro décibel : à la recherche du dernier endroit sur ​​Terre sans aucun bruit humain


Le silence absolu existe-t-il sur Terre ? Surement pas dans les villes, c’est exclu !! Dans les régions les plus arides, il y a les avions, les bateaux et les animaux qui y vivent. Je pense qu’on peut rechercher un silence apaisant, mais avec des bruits de fond comme les vagues, les chants des oiseaux … Car le silence total fini par nous rendre plus nerveux
Nuage

 

Projet zéro décibel : à la recherche du dernier endroit sur ​​Terre sans aucun bruit humain

 

Atlantico.fr/Atlantico.fr – Projet zéro décibel : à la recherche du dernier endroit sur ​​Terre sans aucun bruit humain

George Foy, journaliste et écrivain franco-américain, a raconté sa quête de silence absolu dans un livre intitulé « Zéro Décibel ». Surprise : l’endroit le moins bruyant du globe n’est pas le havre de paix qu’il imaginait.

Le métro n’est pas tendre avec nos oreilles. Sur certaines lignes, le niveau sonore au sein d’une rame peut dépasser 100 décibels. C’est suffisant pour endommager l’ouïe d’une personne fréquemment exposée à une telle nuisance sonore. Pour George Foy, journaliste et écrivain franco-américain, le vacarme du métro est le bruit le plus insupportable qui soit. De ses nombreux trajets sous terre est née son obsession : trouver l’endroit le plus tranquille sur Terre.

Il a raconté sa quête de silence absolu dans un livre intitulé « Zéro Décibel ». George Foy n’est pas le seul à avoir cherché ce lieu : des médecins, des écologistes et des individus lambda ont aussi essayé. Tous ont échoué. Foy, lui, a bel et bien trouvé l’endroit le moins bruyant du globe, même s’il ne s’agit pas du havre de paix qu’il imaginait. C’est à cet emplacement qu’il a découvert qu’il existe un seul bruit humain auquel personne ne peut échapper… 

Asseyez-vous un moment, fermez les yeux et tendez l’oreille. Qu’entendez-vous ? Même si vous pensez être dans un lieu silencieux, vous allez sans doute rapidement remarquer le ronronnement d’un ordinateur, le tic-tac d’une horloge ou encore le léger bourdonnement d’un réfrigérateur. Nous sommes constamment entourés par le bruit, qu’il s’agisse d’un léger chuintement ou d’un boucan invraisemblable.

Dans ces conditions, où se réfugier ? Sous l’eau ? Nous ne sommes malheureusement pas équipés. De plus, même les baleines sont importunées par le bruit de l’océan. Et sur la terre ferme ? Les images satellites permettent déjà d’éliminer tous les endroits éclairés à la lumière artificielle, souligne le site de la BBC. Il faut aussi tirer un trait sur tous les chantiers d’exploitation forestière, les terres agricoles, les mines, les routes etc.

L’Antarctique semble être un bon candidat… si l’on exclut les avions utilisés par les chercheurs, les bateaux de tourisme (plus fréquents qu’on ne pourrait le croire) et les nombreux appareils scientifiques disséminés sur le territoire polaire. Sans parler des cris très désagréables produits par les éléphants de mer. 

D’autres régions éloignées peuvent venir à l’esprit : la forêt amazonienne, le Sahara, la Sibérie… Problème : aucune n’échappe aux nuisances sonores causées par les avions. Par temps clair, le grondement d’un gros appareil peut s’entendre à 160 km.

« Même si vous êtes loin d’une route, vous n’êtes jamais loin d’un couloir aérien », résume Gordon Hempton, un écologiste acousticien de renom, plus connu sous le pseudo de « Sound Tracker » (« traqueur de sons »).

Etant donné qu’il n’existe aucun lieu parfaitement silencieux, le but du jeu se réduit donc à trouver l’endroit où il n’y a aucun bruit pendant le plus longtemps possible. Gordon Hempton a passé ces 30 dernières années à répertorier les rares zones qui ne sont polluées par aucun bruit d’origine humaine pendant au moins 15 minutes. Et au fil du temps, la liste de Gordon Hempton ne cesse de diminuer.

Il en reste encore 12 en Amérique du Nord : la forêt humide de Hoh, dans l’Etat de Washington ; le parc national de Haleakala, à Hawaï ; le parc national des Prairies au Canada… L’acousticien garde les autres endroits secrets. La plupart de ses recherches portent sur les Etats-Unis et le Canada, mais il a aussi investigué en Allemagne, en France, en Espagne, en Suisse, en Asie et en Amérique latine. Il a ainsi découvert un lieu dans la forêt équatoriale.

Dans sa quête de silence absolu, George Foy s’est finalement rabattu sur une des salles construites spécialement à cet effet, appelées chambres anéchoïques, et dont les parois absorbent les ondes sonores ou électromagnétiques. Mais à peine quelques minutes passées dans cette bulle hermétique, le journaliste a dû se rendre à l’évidence. Le silence n’était pas total. Son propre corps – sa respiration, son rythme cardiaque, le bruit de son cuir chevelu au contact de sa main – se faisait entendre.

« Le seul moment où vous entendez le silence absolu, c’est quand vous n’êtes plus en mesure de l’entendre, puisque vous êtes mort », a-t-il conclu.

http://www.atlantico.fr/

2 réponses à “Projet zéro décibel : à la recherche du dernier endroit sur ​​Terre sans aucun bruit humain

  1. Personnellement , je ne supporte plus le silence absolu ( même si il n’est jamais vraiment complet ) , je ne sais pas pourquoi , mais je trouve çà angoissant ….
    Ce n’était pas le cas autrefois …..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s