Les graines


J’aime bien cette citation, on peut penser que nos gestes d’aujourd’hui sont semé pour demain et espérons que nous récolterons ce qui a de mieux
Nuage

 

Les graines

 

 

« Les graines sont invisibles. Elles dorment dans le secret de la terre jusqu’à ce qu’il prenne fantaisie à l’une d’elles de se réveiller. »

Antoine de Saint-Exupéry

Un enfant se relève immédiatement après qu’une voiture lui ait roulé sur la tête


Il y a des jours qu’on se demande pourquoi des enfants meurent jeunes et d’autres jours comment des enfants ont pu survivre à un évènement qui logiquement serait mortel
Nuage

 

Un enfant se relève immédiatement après qu’une voiture lui ait roulé sur la tête

 

 

MARLIE BEAUDIN

Incroyable. Un enfant et une femme ont eu beaucoup de chance, malgré ce qui s’est produit. Alors qu’ils marchaient paisiblement dans la rue, un enfant et une femme ont été victime d’un accident. Une voiture qui roulait à toute allure a percuté une autre voiture stationnée, qui a roulé sur les piétons. 

Le jeune s’est immédiatement relevé, même si la voiture lui avait carrément roulé sur la tête, pour porter secours à la femme toujours au sol. Heureusement, le choc n’a pas été mortel. L’incident s’est produit le 21 janvier 2014.

http://www.journaldequebec.com/

Le saviez-vous ► L’ordinateur «Mac» d’Apple fête ses 30 ans


Il y a 30 ans, il n’y avait pas beaucoup de familles qui avaient un ordinateur, IBM, Microsoft et Macintosh des concurrents qui ont voulu atteindre le grand public. Aujourd’hui, que soit Apple ou Microsoft, dans presque toutes les maisons, il y a au moins un ordinateur au pays
Nuage

 

L’ordinateur «Mac» d’Apple fête ses 30 ans

 

Le Machintosh original a été commercialisé le 24 janvier 1984. Photo Apple

 

NEW YORK – Il y a trente ans, bien avant l’invention de l’iPhone et de l’iPad, le groupe américain Apple révolutionnait déjà l’informatique en lançant l’ordinateur Macintosh, resté le symbole d’une rivalité légendaire avec Microsoft.

«Le Mac était un saut quantique vers l’avant», raconte Randy Wigginton, l’un des premiers salariés d’Apple. «Nous n’avons pas tout inventé, mais nous avons tout rendu accessible et facile. C’était le premier ordinateur avec lequel les gens pouvaient jouer et dire: c’est cool».

Avant la présentation du «Mac» le 24 janvier 1984, les ordinateurs sont de coûteuses machines pour le monde du travail, commandées par du texte rédigé dans un langage quasi incompréhensible pour qui n’est pas programmateur de logiciel.

Le nouvel appareil d’Apple change cela et ouvre la voie à une utilisation de l’ordinateur par le grand public, grâce à une interface graphique proposant de cliquer simplement sur des icônes avec une souris, un appareil inventé dans les années 1960 par un ingénieur de l’institut de recherche Stanford décédé l’an dernier, Doug Engelbart, et que le Mac va populariser.

Ces manoeuvres simples en apparence requièrent des capacités, en termes de mémoire et de processeur, énormes pour les ordinateurs de l’époque, mais Apple va malgré tout s’efforcer de conserver des prix accessibles pour les consommateurs.

Il n’est pas rare alors de payer 10 000 dollars ou plus pour un ordinateur, mais le premier Mac s’affichera à 2500 $ pour 128 kilooctets de mémoire dynamique RAM.

«BIG BROTHER»

Au-delà du produit lui-même, la publicité d’une minute annonçant la sortie du Mac, diffusée en plein Superbowl quand les secondes publicitaires à la télévision américaine sont les plus chères, est restée une référence.

Le spot dirigé par le réalisateur de Blade Runner et Alien, Ridley Scott, s’inspire de l’univers du roman 1984 de George Orwell, avec un écran représentant «big brother» fracassé par une sportive aux couleurs d’Apple.

Derrière la métaphore, c’était «un énorme coup» contre IBM, l’acteur majeur à l’époque sur le marché des ordinateurs, indique Daniel Kottke, un ingénieur qui faisait partie de l’équipe de développement du premier Mac.

Il se rappelle d’une «grande bataille» au sein du conseil d’administration sur l’opportunité de diffuser cette publicité jugée «non convenable», mais finalement «restée dans les mémoires de tous ceux qui l’ont vue».

Plus qu’avec IBM, la rivalité qui va entrer dans la légende sera toutefois avec Microsoft, qui sort en fin d’année suivante la première version de son système d’exploitation Windows, devenu inséparable du PC.

«Je pense que (le patron-fondateur d’Apple aujourd’hui décédé) Steve Jobs cultivait l’idée de l’opposition entre Windows et le Mac», note Daniel Kottke.

«Steve Jobs s’en prenait toujours à Microsoft, mais c’est vraiment devenu vif quand Microsoft a sorti Windows. Il disait qu’ils nous avaient copié», raconte-t-il. «L’interface utilisateur graphique du Mac a été reprise par Microsoft, qui l’a appelée Windows.»

SURVIE À L’HEURE DU MOBILE

Les prouesses du Mac dans la mise en page et l’édition de photo ont fait son succès dans le monde artistique et dans la presse.

Mais Microsoft a pris la tête du marché grand public, en se concentrant sur les logiciels installés sur les ordinateurs que ses partenaires, comme HP ou Dell, fabriquaient pour des prix bien inférieurs à ceux du Mac.

Au fil des années, le Mac original ressemblant à une grosse boîte grise avec son lecteur de disquettes a évolué vers une ligne d’ordinateurs réunissant des portables fins et très puissants ou un modèle de bureau cylindrique.

Quelque 16,5 millions d’exemplaires ont encore été vendus sur l’exercice achevé fin septembre, mais depuis la fin des années 2000, le Mac a cédé le rôle de vedette dans la galaxie Apple à d’autres appareils comme l’iPhone ou l’iPad. Avec l’essor du mobile, la rivalité s’est aussi déplacée de Microsoft vers Google, dont le système d’exploitation Android domine aujourd’hui le marché des smartphones et des tablettes.

http://fr.canoe.ca/

Quand le dindon inspire un détecteur chimique portable


Les téléphones intelligents vont devenir de plus en plus fonctionnels pour diverses applications. Avant avoir un cellulaire qui n’est pas nécessaire pour le travail était un luxe, mais aujourd’hui, il devient, de plus, indispensable. S’ils ont réussi faire le cellulaire un détecteur de produit chimique … Alors que sera-t-il possible de faire demain
Nuage

 

Quand le dindon inspire un détecteur chimique portable

 

Les dindes changent de couleur

Les dindes changent de couleur Photo :  Valerie Burtchett/Université Berkeley

Des scientifiques se sont inspirés du dindon pour créer un détecteur capable de signaler la présence de substances chimiques dangereuses dans l’air à l’aide d’un simple téléphone cellulaire.

La peau de la tête et du cou du dindon a la capacité de changer de couleur, passant du rouge au bleu et du bleu au blanc, grâce à des « paquets » de collagène parsemés de vaisseaux sanguins très denses. Les Coréens et les Japonais le surnomment pour cette raison « oiseau aux sept visages ».

L’espacement entre les fibres de collagène se modifie lorsque les vaisseaux sanguins se dilatent ou se contractent au gré des humeurs du dindon, affirme l’étude publiée mardi par la revueNature Communications. Et c’est la taille des espaces entre ces fibres qui change la façon dont la peau reflète la lumière, faisant ainsi varier la couleur de l’animal.

L’équipe de chercheurs a reproduit ce phénomène naturel à l’aide d’un virus inoffensif pour l’Homme (des bactériophages M13), dont la structure ressemble aux fibres de collagènes.

Ces bio-senseurs changent de couleur lorsqu’ils sont exposés à des vapeurs chimiques.

« Dans notre laboratoire, nous étudions comment la lumière est créée et change de nature, et ensuite nous utilisons ce que nous apprenons pour fabriquer de nouveaux appareils », explique Seung-Wuk Lee, qui enseigne la bio-ingénierie à l’Université de Californie, à Berkeley.

Les chercheurs ont créé une application mobile, le iColour Analyser, pour montrer qu’une photo des bandes de couleur du biosenseur prise par un téléphone portable peut être utilisée pour identifier les toxines.

À l’avenir, les chercheurs espèrent utiliser le même procédé pour un test permettant de détecter des cancers ou d’autres maladies en analysant l’haleine.

http://ici.radio-canada.ca/

Démographie: ce que le papier toilette et les couches-culottes peuvent vous apprendre sur un pays


Qui aurait cru que le fait de savoir comment de papier de toilettes, couches pas juste pour les bébés mais aussi pour les adultes, serviettes hygiéniques peuvent donner des indices sur la démographie et ou l’économie d’un pays ?
Nuage

 

Démographie: ce que le papier toilette et les couches-culottes peuvent vous apprendre sur un pays

 

Ce que le papier toilette peut vous apprendre sur un pays. | Flickr/Wickerfurniture | Flickr

NTERNATIONAL –

Etudier l’évolution démographique des différents pays à travers leur consommation de produits d’hygiène?

Âmes écolo-sensibles, s’abstenir!

Euromonitor International, un cabinet spécialisé dans l’étude de marché, s’est penché sur les couches (pour bébés et personnes âgées), le papier toilette et les serviettes hygiéniques pour déterminer l’âge d’une population et son évolution d’ici 2018.

Et le résultat est… étonnant. Pas très glamour, ces produits peuvent en fait s’avérer utiles pour jauger l’économie et la démographie d’un pays, comme le montre cette carte:

carte

Photo: euromonitor.typepad.com

Invasion de couche-culottes

Comme l’a remarqué le Washington Post, les pays développés comme les Etats-Unis, le Canada, le Brésil et l’Afrique du Sud consomment une quantité plus importante de papier toilette, ce qui s’expliquerait par le nombre élevé de salles d’eau par habitant.

D’autres pays en développement avec une population jeune, comme le Mexique, l’Asie du Sud et une partie du Maghreb, devraient, eux, voir leur consommation de couches augmenter fortement entre 2013 et 2018.

La Chine, en particulier, est en train de vivre un boom des couches-culottes avec l’assouplissement de la politique de l’enfant unique (la consommation de couches en Chine est passée de 1 à 6 milliards de dollars entre 2012 et 2013).

L’hygiène féminine dans le monde arabe

Autre constat: c’est dans des pays musulmans comme l’Iran, le Pakistan et l’Egypte que les produits hygiéniques pour femmes se vendent le mieux.

« Lilas », le leader tunisien des produits d’hygiène, a d’ailleurs fait une entrée remarquée en Bourse, devenant l’introduction la plus importante en Tunisie en 2013.

L’Europe incontinente

A chaque âge ses petits tracas. Du côté de l’Europe (France, Espagne, Grande-Bretagne, Italie, Portugal) et du Japon par exemple, c’est l’incontinence qui prime, signe d’un taux de naissance faible et d’une population vieillissante.

Beaucoup d’informations à « absorber », finalement (excusez le jeu de mot)!

 

http://www.huffingtonpost.fr/

Découverte d’une nouvelle espèce de dauphin d’eau douce


Grâce a l’ADN, ils peuvent savoir si un animal qui pourtant ressemble à d’autres, mais avec quelques différences est une nouvelle espèce. Ils peuvent donc affirmer que ce dauphin est inconnu et donc une très belle découverte
Nuage

 

Découverte d’une nouvelle espèce de dauphin d’eau douce

 

Le dophin de la rivière Araguaia

Le dophin de la rivière Araguaia Photo :  PLOS ONE

Des scientifiques ont découvert au Brésil une cinquième espèce de dauphin d’eau douce, une première depuis presque 100 ans.

Environ 1000 bêtes (Inia araguaiaensis) vivraient dans le bassin du Rio Araguaia, une des plus grandes rivières du Brésil, écrivent les chercheurs dans la revue PLOS One.

Les dauphins de rivière – caractérisés par leur long bec leur permettant de chasser des poissons dans la boue au fond des rivières – sont parmi les plus rares créatures du monde. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), seules quatre espèces sont connues, et trois d’entre elles sont gravement menacées. L’une des espèces les plus connues, le dauphin de Chine ou Baiji, s’est éteinte il y a environ sept ans.

Les scientifiques pensent que cette nouvelle espèce s’est séparée d’autres dauphins de l’Amazone il y a plus de 2 millions d’années. La nouvelle espèce serait d’ailleurs très proche du dauphin d’eau douce de l’Amazone, ou boto.

« Il est très similaire aux autres », estime l’auteur principal de l’étude Tomas Hrbek, de l’Université fédérale d’Amazonas, au Brésil. « C’était quelque chose qui était très inattendu. [Les dauphins ont été découverts dans un endroit] où les gens les voient fréquemment, ce sont de grands mammifères. Le truc c’est que personne n’a vraiment regardé. C’est très excitant », ajoute-t-il.

L’espèce de la rivière Araguaia est plus petite et possède plus de dents que les autres dauphins d’eau douce. Mais c’est en analysant des échantillons d’ADN provenant de dizaines de dauphins que l’équipe de chercheurs a conclu que l’animal était bel et bien une nouvelle espèce.

Les chercheurs sont aujourd’hui préoccupés par l’avenir du dauphin du Rio Araguaia, dont la survie est mise en péril par l’agriculture, la construction de barrages hydroélectriques et la pêche. Ils espèrent qu’elle soit classée comme une espèce vulnérable.

http://ici.radio-canada.ca/

L’ampleur des dégâts à L’Isle-Verte en images


Un incendie en plein hiver dans une résidence pour personnes âgées c’est un rendez-vous avec une nuit d’enfer. Un homme a raconté a la télé que sa mère a téléphoner d’apporter une échelle, un manteau, qu’elle ne pouvait rentré dans l’appartement, Il s’est rendu vers son balcon, lui a parlé, mais n’a pu la sauver. Aujourd’hui, ils vont entamer les recherches des corps
Nuage

 

L’ampleur des dégâts à L’Isle-Verte en images

 

Les flammes ont ravagé jeudi une résidence pour personnes âgées de L’Isle-Verte, une petite municipalité du Bas-Saint-Laurent. Les photos de la tragédie montrent la violence de cet incendie.


L'incendie s'est déclaré peu après minuit jeudi dans la Résidence du Havre.

L’incendie s’est déclaré peu après minuit jeudi dans la Résidence du Havre. Le feu, attisé par les vents forts, a rapidement embrasé le bâtiment. On y trouvait aussi un CLSC, une pharmacie et un salon de coiffure. Photo : Infodimanche.com


L'immeuble abritait une cinquantaine de pensionnaires, sans compter le personnel soignant.

L’immeuble abritait une cinquantaine de pensionnaires, sans compter le personnel soignant. La majorité des résidents se déplaçait en fauteuil roulant ou à l’aide d’une marchette, selon la mairesse suppléante, Ginette Caron. Photo : Infodimanche.com


Un voisin, Pascal Fillion, raconte qu'à 1 h du matin, le bâtiment était complètement en feu.

Un voisin, Pascal Fillion, raconte qu’à 1 h du matin, le bâtiment était complètement en feu : « On entendait crier à l’intérieur. Le feu était intense, comme un feu de paille ». Photo : Infodimanche.com


Le travail des pompiers a été compliqué par des vents de 60 à 70 km/h et des températures de - 20 degrés.

Le travail des pompiers a été compliqué par des vents de 60 à 70 km/h et des températures de – 20 degrés. « Une nuit d’enfer », selon le chef des pompiers de la municipalité, Yvon Charron. Photo : Infodimanche.com


Martin Deslaurier raconte comment sa grand-mère a perdu la vie dans l'incendie.

Martin Deslauriers raconte comment sa grand-mère de 80 ans a perdu la vie dans l’incendie. Il explique qu’elle a appelé un de ses petits-fils à l’aide : « Elle était au deuxième étage. Il a essayé de la sauver avec une échelle. Elle est décédée sur la galerie. » Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Robert Bérubé, un homme de Laval, est arrivé jeudi matin à L'Isle-Verte, très inquiet pour sa mère.

Robert Bérubé, un homme de Laval, est arrivé jeudi matin à L’Isle-Verte, très inquiet pour sa mère. « C’est tellement cruel », dit-il. Il raconte que la peur de sa mère était de périr dans les flammes. Elle devait bientôt célébrer ses 100 ans. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Des citoyens viennent observer ce qu'il reste de la Résidence du Havre.

Des citoyens viennent observer ce qu’il reste de la Résidence du Havre. Il n’y avait pas de gicleurs dans l’ancienne partie qui a été détruite par l’incendie. L’autre partie, construite au début des années 2000, toujours debout, était équipée de gicleurs. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Le foyer était situé tout juste aux abords de la route 132. Sa disparition est comme une plaie béante dans le village

Le foyer était situé tout juste aux abords de la route 132. Sa disparition est comme une plaie béante dans le village, constate notre journaliste Joane Bérubé. Photo : SQ


En fin de matinée jeudi, une fumée dense enveloppait toujours une partie du village.

En fin de matinée jeudi, une fumée dense enveloppait toujours une partie du village. Une douzaine de maisons aux alentours de la Résidence du Havre ont été évacuées. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Les équipes s'activaient encore sur les lieux de l'incendie en fin de matinée jeudi.

Les équipes s’activaient encore sur les lieux de l’incendie en fin de matinée jeudi. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada

http://www.radio-canada.ca/

Une invention de Québec voyage dans l’espace


Alors qu’il n’y a pas nécessairement de médecin a bord d’une navette spatiale, grâce a une invention québécoise, ils peuvent quand même recevoir un diagnostic en moins de 10 minutes … De quoi à rendre jaloux, les gens qui attendent des heures et des heures a l’urgence ou dans une clinique
Nuage

 

Une invention de Québec voyage dans l’espace

 

Alors que le temps d’attente moyen en urgence était de 17 heures 30 minutes au Québec l’an dernier, dans l’espace, des astronautes malades obtenaient un diagnostic en dix minutes.

Leur secret? Le Microflow : un appareil à fibre optique, à peine plus gros qu’une boîte à chaussure, capable de déterminer la nature d’une maladie dans un temps record.

Une invention de l’Institut national d’optique (INO) de Québec, déjà largement applaudi par le désormais célèbre Chris Hadfield, qui a été le premier à expérimenter le nouvel outil, alors qu’il était commandant de la station spatiale internationale.

La technologie est composée de deux fibres, plus petites qu’un cheveu, qui sont connectées ensemble. « On a percé un trou dans la fibre optique pour permettre au liquide de passer et ça va dans l’instrument. L’analyse se fait de façon automatique sans avoir besoin de l’interprétation d’un spécialiste », explique le PDG de L’INO, Jean-Yves Roy.

En fait, ce qu’on appelle dans le jargon le cytomètre en flux était déjà utilisé dans les hôpitaux, mais c’était sa taille, énorme, qui posait problème. L’Agence spatiale canadienne et la NASA ont donc demandé à l’INO de concevoir un cytomètre « de poche », adapté pour l’espace. 

La NASA avait néanmoins émis de sérieux doutes quant aux chances qu’avait l’INO de réussir à développer la technologie dans le délai de 18 mois.

« Ils disaient que si on y parvenait, l’avancée technologique serait presque aussi importante que le bras canadien en terme de valeur pour le développement de l’espace. »— Jean-Yves Roy, PDG de l’INO

Contre toute attente, 18 mois plus tard, c’était mission accomplie pour l’équipe de l’institut de Québec.

De passage à Québec, mercredi, pour célébrer les 25 ans de l’INO, Chris Hadfield a expliqué qu’il s’agissait d’une avancée indispensable, d’autant plus que les séjours dans l’espace sont de plus en plus longs.

Développement du Microflow

« Vers la lune, vers Mars, c’est nécessaire de savoir les changements de la santé pendant quelques mois, pendant quelques années, dans l’apesanteur, cet environnement est différent », note-t-il.

L’INO a fait breveter l’invention. Ses responsables ont savouré leur succès dans l’espace, mais ils reviennent maintenant sur terre. Une entreprise a été créée à Québec afin de commercialiser les applications terrestres du cytomètre.

L’INO estime que le Microflow pourrait être très utile notamment en région éloignée ou dans les hôpitaux débordés.

http://ici.radio-canada.ca/