Les troubles bipolaires, c’est quoi exactement ?


Seul un médecin peut diagnostiquer une maladie mentale, cependant savoir reconnaitre les symptômes peut permettre une diagnostique plus rapide et une meilleur prise en charge. Ce qui est important autant pour la personne souffrant de troubles que pour son entourage
Nuage

 

Les troubles bipolaires, c’est quoi exactement ?

 

Les troubles bipolaires, c'est quoi exactement ?

Egalement connus sous le nom de « maladie maniaco-dépressive », les troubles bipolaires se caractérisent par des fluctuations extrêmes de l’humeur, avec une alternance de périodes d’excitation et de dépression, entrecoupées de périodes normales.

Les conséquences d’une telle oscillation peuvent être particulièrement graves dans tous les domaines, financier, social, professionnel, familial, etc.

Troubles bipolaires : alternance d’excitation et de dépression

Il nous est tous arrivé de passer de l’euphorie à la colère, c’est-à-dire d’une humeur extrême à une autre. Cette alternance n’a eu aucune conséquence. En revanche, chez les personnes atteintes de troubles bipolaires, cette fluctuation est persistante, douloureuse et invalidante.

Cette maladie touche 1% de la population et se déclare généralement entre 15 et 24 ans, autant chez les hommes que chez les femmes. Par extrapolation aux Français de plus de 15 ans, cela fait 500.000 personnes.

Les sujets qui souffrent de cette maladie psychique oscillent perpétuellement entre trois états plus ou moins fréquemment et plus ou moins intensément :

1) L’état maniaque

Euphorie ou irritabilité, augmentation de l’estime de soi, idées de grandeur, accélération des pensées, fuites des idées, forte augmentation des activités, diminution du besoin de sommeil, etc. Or cet état d’hyperactivité peut avoir des conséquences fortement dommageables, comme par exemple des dépenses inconsidérées d’argent. À noter que le terme « maniaque » ou « manie » au sens psychiatrique désigne un état d’excitation anormal et non pas les manies au sens populaire désignant des habitudes stéréotypées.

2) L’état dépressif

Tristesse, perte d’intérêt, fatigue, ralentissement psychique et moteur, modification de l’appétit et du sommeil. Cette humeur dépressive peut avoir de fortes répercussions dans le domaine social et professionnel, sans oublier un risque suicidaire.

3) L’état normal

Des conséquences dramatiques

Comme indiqué ci-dessus, la période d’excitation extrême, tout comme celle de la dépression, peuvent entraîner des comportements à risques dans tous les domaines.

En plus de la souffrance personnelle et du risque de suicide (qui peut aussi survenir durant l’état maniaque), les conséquences professionnelles des troubles bipolaires peuvent être sérieuses : démission irréfléchie, conflits, instabilité professionnelle, comportement agité, licenciement……

Au niveau familial, les conflits conjugaux sont fréquents : divorce, séparation, répercussion sur les enfants, mais aussi perte d’amis…, etc.

Les prises de risque sont parfois inconsidérées : rapports sexuels non protégés, excès de vitesse, défis dangereux, délits, agression physique, consommation d’alcool, de drogues……

Les troubles bipolaires se soignent

Il est possible de stabiliser l’évolution des troubles bipolaires en régulant l’humeur à l’aide de traitements pharmacologiques (psychotropes), d’une psychothérapie (psychanalyse, thérapie cognitive et comportementale) et d’une psychoéducation.

Les médicaments

Episodes maniaques et dépressifs : thymorégulateur (lithium), anticonvulsivants (divalproate de sodium), antipsychotiques atypiques (olanzapine, rispéridone, aripiprazole), voire antidépresseurs.

Traitement de fond : normothymique (régulateur de l’humeur), soit lithium ou antipsychotique atypique (olanzapine, rispéridone, aripiprazole).

Les psychothérapies

La psychothérapie tient une place importante dans la prise en charge du patient souffrant de troubles bipolaires. Et les mesures psychothérapeutiques sont spécifiques à chaque patient.

La psychoéducation

Informer le malade et son entourage (psychoéducation), fait également partie du traitement. L’action personnelle du malade est au moins aussi importante que les médicaments et l’aide psychothérapeutique.

Hélas, la prise en charge est souvent trop tardive avec des retards de diagnostic. D’où l’importance de connaître cette maladie et de savoir la reconnaître.

par Isabelle Eustache
Sources : Dossier de presse Lilly, mars 2004. HAS, Guide, « La prise en charge d’un trouble bipolaire », décembre 2010. HAS, troubles bipolaires, mai 2009,
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-09/ald_23__gm_troubles_bipolaires_web.pdf

http://www.e-sante.fr/

5 réponses à “Les troubles bipolaires, c’est quoi exactement ?

  1. L’article est sérieux et très juste. On peut aussi évoquer la difficulté pour le patient à accepter la maladie, la lourdeur du traitement avec ses effets secondaires (prise de poids, fatigue, problèmes rénaux et nombreux autres risques…), l’épreuve des hospitalisations…
    Les troubles bipolaires sont devenus une affection à la mode ces derniers temps, mais leur vision en est souvent erronée, les médias les attribuent à n’importe qui pour l’aspect « excessif » presque valorisant, mais on a tendance a oublier toute la souffrance qu’implique la véritable pathologie.

  2. Cette maladie est très grave et c’est difficile de emmener quelqu’un dont on doute un trouble bipolaire de ce faire soigner, il ne veule pas et réponde qu’il sont pas malade où fou le sujet est encore très tabou dans certaine famille. Je connais quelqu’un dans la famille de mon conjoint qui en est atteint où peut-être même scysofrène elle reste seule as peur de se faire voler est très agressive parfois, et elle as des comportement bizarre elle se promène à pied avec des valises et elle fait peur à bien des gens du village qui la trouve extrêmement bizarre , on ne sais que faire car elle refuse d’aller à l’Hôpital et son âge commence à avancer elle a 64 ans et elle empire en vieillissant. Et la famille ne peut rien faire elle a une fille mais elle n’arrive pas elle même à l’aider, on n’ignore quoi faire avec un tel cas, elle est dangereuse pour elle même elle dort par terre oufff et je passe les crise de folie quel a , elle as beaucoup de manie et se défend violemment si on veut parler avec elle d’aller voir un médecin, et parfois en public elle semble normal, mais ses épisodes sont rare.

      • j’ai répondu vite … vue que je faisait autre chose en même temps, mais si vous appeliez le CLSC ils vous donnerons probablement la marche a suivre

        moi j’ai fait rentré quelqu’un contre sa volonté a l’hopital en appelant la police de ma ville alors que lui était a Montréal .. Ils sont venu chez moi pour que je leur montre lll’émail que j’avais recu ..et ils ont contacté la police de Montréal et ils sont allez avec l’ambulance le ceuiillir

        Bon disons que la personne n’était pas vraiment contente .. j’ai marché dans mes petits souliers .. sauf qu’avec le temps il a fini par savoir qu’il avait une maladie mentale .. un peu similaire aux troubles bipolaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s