Un nez électronique à la place du stéthoscope ?


Et pourquoi pas, si ce nez pouvait déceler l’hypertension artérielle pulmonaire ou l’insuffisance pulmonaire alors je pense qu’avec les années, ce nez serait aussi perfectionné pour d’autre maladie.
Nuage

 

Un nez électronique à la place du stéthoscope ?

 

 

Et si les médecins se fiaient davantage à leur… nez ? L’INSERM et Technion – une entreprise israélienne spécialisée dans les nanotechnologies – viennent de mettre au point un… nez artificiel ! Bien plus qu’un gadget, ce dispositif médical encore en expérimentation pourrait aider au diagnostic de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). Et cela à partir d’un simple échantillon d’haleine. Mais si !

L’idée de ce NA-NOSE pour HTAP – c’est son nom –  est de  « pouvoir différencier la signature olfactive – spécifique de certaines maladies comme l’hypertension artérielle pulmonaire via une analyse de l’haleine », précisent les auteurs. Et plus précisément à partir de marqueurs de prélevés dans un échantillon d’air soufflé.

« Renifler la maladie »

L’objectif est donc de prévenir une insuffisance cardiaque, le stade aggravé de la maladie. Et l’enjeu n’est pas des moindres car les symptômes typiques tels que l’essoufflement, les douleurs thoraciques ainsi que les malaises de la maladie passent – à en croire les chercheurs – trop souvent inaperçus.

« Grâce à cette nouvelle technologie, nous gagnerons également du temps par rapport aux techniques de dépistage existantes qui mobilisent longuement un personnel très qualifié afin d’effectuer des échographies cardiaques et des épreuves d’effort ».

Le fonctionnement de ce « nez » expérimental est basé sur la « la séparation chromatographique gazeuse des composants volatils présents dans l’air expiré ». Cette technique permet de différencier les cellules saines de celles, malades.

A noter que ce dispositif doit encore être expérimenté chez la souris. « Il s’agit de leur induire la maladie pour tester l’expression des récepteurs olfactifs au niveau des cellules vasculaires », concluent les auteurs.

http://destinationsante.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s