Des sans-abri recrutés pour nettoyer Fukushima


Il est vraiment important de décontaminer Fukushima, mais quand on voit comment certains sous-traitants s’y prennent, c’est un scandaleux. Profitant des gens sans ressources pour les faire travailler dans des endroits les plus dangereux et se a moins de coûts est un exemple de l’idiotie et l’immoralité humaine
Nuage

 

Des sans-abri recrutés pour nettoyer Fukushima

Des entreprises sous contrat avec le gouvernement les embauchent pour assurer les travaux de décontamination autour de la centrale nucléaire. Certains sont payés en dessous du salaire minimum.

«Sans décontamination, pas de reconstruction», répète le gouvernement japonais qui veut reconquérir le plus rapidement possible la plus grande partie des territoires contaminés. Près de trois ans après la catastrophe de Fukushima, l’État fait travailler quelque 10.000 hommes pour nettoyer la surface hautement contaminée autour de la centrale ravagée, qui s’étend sur près de 2000 km². Près de 35 milliards de dollars ont été investis par l’État pour cette tâche. Mais le projet initial de décontamination a pris du retard et pourrait se prolonger jusqu’en 2017.

Alors que les volontaires manquent à l’appel, un reportage de l’agence Reuters décrit comment des sans-abri sont recrutés aux alentours de Fukushima par des entreprises de nettoyage financées par les autorités. Les contrats du ministère japonais de l’Écologie sont particulièrement lucratifs dans les zones les plus radioactives où un salarié peut gagner jusqu’à 100 dollars supplémentaires par jour. Dans des zones exposées à de forts niveaux de radiation, les SDF sont notamment chargés de vider des maisons abandonnées, remuer la terre, couper l’herbe ou encore balayer autour du site.

Un secteur mal contrôlé

Pour s’occuper de cette contamination, le ministère a signé des accords avec près de 733 entreprises japonaises, rapporte Reuters. Or certains de ces sous-traitants sont gérés par lesyakuzas (mafia japonaise) via des sociétés écrans. Selon la police, beaucoup de ces intermédiaires profitent de la vulnérabilité de leurs recrues.

 «Je trouve juste des gens et les envoie au travail. (…) Je leur fais gagner de l’argent en échange. C’est tout. Je ne m’implique dans ce qui se passe après», explique l’un d’eux.

Après la déduction des frais de nourriture et de logement, des travailleurs ont vu leur salaire réduit de 50 centimes par rapport au salaire horaire minimum à Fukushima, qui s’élève à 6,50 dollars.

«Nous sommes une cible facile pour les recruteurs. Nous sommes tous réunis ici avec nos sacs dans cette gare et nous sommes faciles à localiser. Ils n’ont qu’à nous dire: «Vous cherchez du travail? Est-ce que vous avez faim», a témoigné Shizuya Nishiyama, un SDF qui a travaillé à Sendai, une ville située à 60 km de Fukushima dans le nord-est du Japon.

Selon le journaliste, les yakuzas ciblent également les personnes endettées ou souffrant d’un handicap psychologique. Le gouvernement japonais ne dispose pas d’estimations sur le nombre de SDF travaillant à la décontamination des sites dévastés.

http://www.lefigaro.fr/

3 réponses à “Des sans-abri recrutés pour nettoyer Fukushima

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s