Des chatons, et de bonnes résolutions !


Je ne prends aucune résolution de fin d’année, a chaque matin est une résolution de faire mieux. Cependant, cette petite vidéo résolution, ou pas, vous fera sûrement sourire
Nuage

 

Des chatons, et de bonnes résolutions !

 

Par Sophie Le Roux
Crédits photo : Youtube – Funnycatsandnicefish

Comme chaque année, nous sommes nombreux à avoir pris toutes sortes de bonnes résolutions, bien conscients qu’il sera très difficile de toutes les tenir…

Et nous ne sommes pas les seuls. Ces adorables chatons ont eux aussi décidé de mener l’existence la plus douce possible en 2014 !

Etre un meilleur ami, manger sain, faire de l’exercice pour garder la forme, arrêter de jouer sur l’ordinateur toute la longue journée, apprendre de nouvelles choses, rester positif et optimiste, se faire de nouveaux copains…et surtout, être heureux : voilà un excellent programme non ?

 

http://wamiz.com

Les 7 petites astuces incidents de cuisine


En cuisine, quand il arrive un incident mieux vaut réagir vite, que ce soit le feu, une blessure … le temps d’agir peut parfois faire la différence
Nuage

 

Les 7 petites astuces incidents de cuisine

Une cuisine peut vite devenir un environnement dangereux. Le feu, la chaleur du four, l’eau du robinet sont des éléments auxquels on ne fait pas toujours attention. 

!  Il suffit d’un moment d’inattention pour se blesser et se retrouver à l’hôpital. Ainsi, pour minimiser ces incidents, lisez ces astuces ci-dessous :

1. Feux de graisse :

Lorsque la graisse prend feu, n’essayez pas de l’éteindre à l’aide de l’eau. Si vous le pouvez, éteignez le feu et recouvrez la casserole avec un couvercle ou bien avec un torchon. Éteignez les flammes restantes avec du sel ou de la levure.

Conseils :

Si vous faites frire du poulet, assurez vous qu’il soit bien sec avant de le plonger dans la friture.

2. Autres feux:

Lorsque votre four prend feu, fermez la porte et le feu s’éteindra automatiquement. Si le feu débute dans un appareil ménager tel que le micro-onde ou bien le toaster, débranchez le.

Conseils :

Faites attention aux vêtements que vous portez, un peignoir ou un tablier mit en vrac peuvent facilement prendre feu lorsque vous cuisinez !

3. Coupures :

Placez un chiffon propre sur votre blessure et appuyez fortement dessus. N’enlevez surtout pas le morceau de tissu mais ajoutez-en un autre au dessus du premier et appuyez fortement, cela empêchera le sang de couler tout en lui permettant de continuer de circuler dans les autres parties du corps.

Conseils:

Pour éviter les coupures, affuter vos couteaux. Vous aurez plus tendance à vous couper avec un couteau mal aiguiser étant donné que vous forcerez sur celui-ci pour couper.

4. Intoxication alimentaire :

Votre corps rejette toute sorte de nourriture lors d’une intoxication alimentaire et cela s’exprime par des vomissements ou bien par de la diarrhée. Ne vous nourrissez surtout pas tant que votre système digestif n’est pas guérit. Avalez un mélange d’eau et de jus de pomme.

Conseils:

Avant de faire à manger, regardez toujours la date de péremption de vos produits alimentaires, laissez les produits surgelés au congélateur, séparez la nourriture cuite de la cru. Assurez-vous que votre réfrigérateur fonctionne correctement et qu’il est à bonne température. Puis, lavez vous bien les mains avant de cuisiner.

5. Brûlures

Le premier geste à faire est de passer la brûlure sous l’eau froid pendant au moins 20 minutes. Continuez en appliquant des compresses sur la partie brûlée. Cependant, si la brûlure est plus large que celle de votre main, rendez vous à l’hôpital.

Conseils:

Lorsque vous cuisinez, il est préférable que vous restiez dans votre cuisine, d’autant plus si vous faites cuire de l’huile à haute température. C’est comme cela que les majeurs accidents arrivent. Dernier petit conseil, retirez tous combustibles hors de la chaleur.

6. Ebouillantement

Boire une boisson chaude ou croquer un morceau de pizza au fromage sortant du micro onde peu causer des brûlures douloureuses et vous ébouillanter. Ainsi, sucez un glaçon jusqu’à ce que la brûlure s’arrête. Ensuite, rincez votre bouche à l’aide d’un mélange de sel et d’eau chaude (la moitié d’une cuillère de sel). Le sel est un aliment antiseptique et vous aidera à désinfecter la brûlure.

Conseils:

Si vous avez des enfants, achetez des ustensiles qui changent de couleur quand la nourriture est trop chaude.

7. Etouffement

Lorsque vous vous étouffez, retirez la nourriture de votre bouche mais n’examinez pas votre bouche à l’aide de vos doigts. Demandez de l’aide aux personnes qui vous entourent pour vous aider à tousser afin de faire disparaître le blocage. Si cela est sans succès, courbez vous afin qu’ils vous donne un coup sec entre les omoplates à l’aide de la paume de la main pour que vous puissiez tousser.

Conseils :

Coupez de petits morceaux de viande. Puis ne buvez pas trop d’alcool avant ou pendant le repas.

http://www.selectionclic.com

Les armes tueront bientôt plus que la route aux États-Unis


Des statistiques de décès entre les accidents de la route, est les armes à feu au Canada et États-Unis, qui devraient en faire réfléchir plus d’un surtout à ceux qui sont pour les armes comme chez nos voisins américains. Les résultats sont clairs.
Nuage

 

Les armes tueront bientôt plus que la route aux États-Unis

 

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Denis Arcand | La Presse

 

Au Canada comme dans tous les pays en paix sur leur territoire, on a bien plus de risques de mourir à cause d’une auto que d’une arme à feu. Même si la société exige et obtient des normes de sécurité automobile de plus en plus sévères, on trouve normal que les morts de la route soient plus nombreux que les morts par balle. C’est un pis-aller logique, parce que les morts par balle, sauf exception, ne sont pas des accidents. Ce sont surtout des suicides et des meurtres.

On compte chaque année au Canada environ six fois plus de décès imputables au suicide et cinq fois plus de décès imputables aux accidents de la route que de morts attribuables aux homicides, selon les statistiques fédérales. Au Canada, seulement un tiers des meurtres sont commis avec une arme à feu. En 2009, il y a eu 3890 morts imputables au suicide et 2618 aux accidents de la route. Le nombre de morts par balle était de 743 en 2004. C’est normal: il y a beaucoup de voitures et peu d’armes à feu.

Mais aux États-Unis, où il y a plus d’armes à feu (300 millions) que de véhicules particuliers (environ 260 millions), il y a déjà beaucoup de morts par balle. Les accidents de la route font de moins en moins de victimes et il y a de plus en plus de morts par balle. Tellement, qu’en 2015, les armes à feu devraient dépasser l’auto comme principal vecteur de morts violentes aux États-Unis.

Dans 10 États américains, le taux de mort par balle a déjà dépassé le taux de mortalité automobile, montre une étude récente du Violence Policy Center (VPC), un organisme de réflexion de Washington qui fait du lobbying pour le contrôle des armes à feu. Le VPC a publié cette étude à l’occasion du premier anniversaire de la tuerie de l’école primaire Sandy Hook, au Connecticut, et juste avant la période des Fêtes, durant laquelle se concentrent un tiers des décès causés par des accidents de la route.

2015: l’année charnière

Le service de recherche de l’agence de presse, après avoir analysé des statistiques publiques, a prédit que dès 2015, aux États-Unis, les armes à feu feront plus de morts (32 929) que les accidents de la route (32 036).

Cette situation est d’autant plus frappante que 90% des foyers américains possèdent une voiture et qu’il se trouve au moins une arme à feu dans moins du tiers des foyers.

Le VPC note que parmi ces États, l’Alaska, l’Arizona, le Colorado, l’Indiana, l’Utah et la Virginie ont des lois parmi les plus permissives en matière d’armes à feu.

Fait intéressant, le VPC note aussi que la hausse des statistiques n’est pas causée par «des méchants armés qui tuent, ou qui se font tuer par des bons armés», comme le représentent souvent les partisans du libre port d’arme. Un peu moins des deux tiers des morts par balle sont le résultat de suicide à l’échelle des États-Unis; et même si on prend juste les suicides par balle, ces derniers sont plus élevés que les morts de la route en Alaska, Utah, Nevada, Oregon, et dans l’État de Washington. Environ un tiers des décès par balle sont des meurtres.

Au Canada, 80% des morts par balle sont le résultat de suicides. Environ 15% sont des meurtres. Dans les deux pays, les accidents liés au maniement d’armes à feu expliquent moins de 5% des morts par balle.

Le remède: traiter les armes comme les autos

Ce qui rend ces statistiques intéressantes (et désespérantes pour les Américains), c’est que les morts de la route et le taux de décès routiers par 100 000 habitants baissent assez rapidement (environ 25% de moins depuis 2006). Cela s’explique en grande partie par le resserrement des règlements et lois sur la sécurité routière, tout comme celui des normes gouvernementales de construction automobile.

Des milliers de morts qu’on croyait inévitables sont maintenant évitées.

Le Violence Policy Centre souligne que les armes à feu, par contraste avec les autos, sont le seul produit de consommation publique qui ne soit aucunement réglementé aux États-Unis.

Et l’organisme note avec regret que si on appliquait aux armes à feu la même approche que celle utilisée dans l’automobile, il y aurait moins de morts et de blessés par balle aux États-Unis.

TABLEAU DÉCÈS – BALLES/ROUTE (Taux par 100 000 hab.)

État/ par balle/ de la route/ Taux par balle/ Taux sur route

Alaska/ 104/ 84/ 14,89 %/ 12,03 %

Arizona/ 856/ 809/ 12,98 %/ 12,27 %

Colorado/ 583/ 565/ 11,60 %/ 11,24 %

Indiana/ 735/ 715/ 11,44 %/ 11,13 %

Michigan/ 1095/ 977/ 10,98 %/ 9,80 %

Nevada/ 406/ 255/ 15,36 %/ 9,65 %

Oregon/ 417/ 394/ 10,90 %/ 10,30 %

Utah/ 260/ 256/ 9,34 %/ 9,19 %

Virginie/ 836/ 827/ 10,61 %/ 10,49 %

Washington/ 623/ 580/ 9,35 %/ 8,70 %

États-Unis/ 31236/ 36361/ 10,19 %/ 11,87 %

Canada/ 743(2004)/ 2618(2009)/ 2,40%(2004)/ 6,50%(2010)

http://auto.lapresse.ca

Californie Un cercle mystérieux dans un champ


Est-ce l’oeuvre des extra-terrestres ? J’en doute !! D’ailleurs, il y a déjà eu des documentaires sur le web, sur la façon de faire des crop circle. Et puis la bande qu’on voit en bas a droite, est peut-être le passage des gens qui ont fait ce genre de truc
Nuage

 

Californie

Un cercle mystérieux dans un champ

 

Crédit photo : gracieuseté, CNN

La photographe Julie Belanger a fait parvenir sa photo à CNN iReport.

TVA Nouvelles d’après CNN

L’image a l’air de sortir tout droit d’un film de science-fiction et pourtant, elle a été photographiée il y a seulement quelques jours en Californie.

Il s’agit d’un étrange motif incrusté dans un champ de la petite ville de Chualar, située à environ deux heures au sud de la Californie.

Communément appelés cercles de culture, ou « crop circle » en anglais, le phénomène a rapidement attiré les foules.

C’est d’abord la photographe aérienne Julie Belanger qui a aperçu l’étrange phénomène dans le champ alors qu’elle le survolait en hélicoptère avec son mari lundi matin.

«Peu importe ce que c’était, c’était beau, vraiment beau», a-t-elle raconté à la chaîne KSBW affiliée à CNN.

Plusieurs se sont déplacés pour tenter de comprendre ce qui avait pu se passer.

Le propriétaire de la ferme, Scott Anthony, 58 ans, était absent au moment des faits a été alerté par des voisins.

Il a accordé une entrevue à CNN où il a décrit le motif «complexe» qui ressemblait à une «puce d’ordinateur». Il a ajouté qu’il était «déconcerté de la façon dont ça avait été fait».

Sans trop comprendre comment tout ça avait pu se produire, il a expliqué que le motif ne semblait pas avoir été brûlé, mais plutôt que les branches avaient été pliées.

Mais comme son champ sert également la culture de brocoli et de pois, il a rapidement dû se débarrasser du motif qui attirait trop de curieux.

Sa décision de raser le cercle a déçu de nombreux passionnés de phénomènes inexpliqués comme Debra Falanga qui aurait souhaité que des gens puissent «y aller et ressentir l’énergie».

D’autres, plus sceptiques, croient plutôt qu’il s’agit d’un canular, comme le fondateur du Skeptic Magazine.

«On dirait des enfants qui ont fait ça, a dit Michael Shermer. C’est difficile de prouver quoi que ce soit, mais on a très peu de preuves d’extra-terrestres qui auraient atterri n’importe où, mais une tonne de preuve de farceurs qui font des canulars.»

Quoi qu’il en soit, il reste que l’oeuvre reste assez impressionnante.

http://tvanouvelles.ca

Un millier de candidats pré-sélectionnés pour coloniser Mars


Plus de 200 000 personnes se sont offertes pour un allée sans retour vers Mars. Avec les milliards qui vont être dépensés pour un projet qui va peut-être se concrétiser et que la réussite est loin d’être assuré alors qu’il y a vraiment des choses beaucoup plus urgente a faire sur Terre
Nuage

 

Un millier de candidats pré-sélectionnés pour coloniser Mars

 

PHOTO NASA / AFP

Une photo provenant du robot Curiosity, sur la surface de Mars.

LA HAYE – Plus d’un millier de personnes ont été pré-sélectionnées pour participer à un groupe d’éventuels premiers colons de la planète Mars en 2025, a-t-on appris jeudi auprès de la société Mars One, à l’origine du projet.

Alors que plus de 200 000 personnes originaires de 140 pays s’étaient inscrites pour faire partie de cette première vague de colonisation, 1058 ont été retenues pour la deuxième phase des sélections, a indiqué la société néerlandaise dans un communiqué.

«Le défi avec 200 000 inscrits est de séparer ceux que nous pensons être capables, mentalement et physiquement, de devenir les ambassadeurs humains sur Mars, de ceux qui prennent la mission moins au sérieux», a assuré Bas Lansdorp, co-fondateur et PDG de Mars One, cité dans le communiqué.

Le projet de Mars One, qui veut financer cet aller simple pour la planète rouge par des émissions de télévision notamment, fait de nombreux sceptiques malgré le soutien du Néerlandais Gerard ‘t Hoofd, prix Nobel de physique 1999.

La société va sélectionner, en plusieurs phases, les 24 colons potentiels répartis en six groupes de quatre personnes.

Ces sélectionnés devront passer plusieurs séries de tests physiques, médicaux et mentaux, et participer à des «simulations, notamment en groupe, avec un intérêt particulier pour leurs capacités physiques et émotionnelles», a ajouté Mars One.

La société avait annoncé en décembre avoir signé un contrat de 250 000 dollars avec Lockheed Martin Space Systems, la division Espace du groupe de défense américain, pour étudier le concept d’un engin d’atterrissage. Cet engin devrait d’abord être envoyé vide sur la planète rouge en 2018.

Jusqu’à présent il n’y a eu que des missions robotiques sur Mars, toutes menées avec succès par la Nasa. Les États-Unis sont néanmoins déterminés à envoyer des astronautes sur cette planète d’ici une vingtaine d’années.

Outre la difficulté de trouver les 6 milliards de dollars nécessaires, selon les estimations, le projet de Mars One, comptant sur des financements privés, fait face à de nombreux obstacles.

En plus de l’incapacité de revenir sur Terre pour les astronautes, ces derniers devront vivre dans de petits habitats, trouver de l’eau, produire leur oxygène et cultiver leur propre nourriture.

Or, Mars est un grand désert dont l’atmosphère est surtout constituée de dioxyde de carbone et où la température moyenne est de -63 degrés Celsius.

http://www.journaldequebec.com

Alberta Ils mettent le feu à leur voiture pour se réchauffer


Avec le froid qu’il fait, ce n’est pas vraiment le moment pour se perdre même en auto. Ces deux hommes, ont drôlement improvisé pour se réchauffer et survivre à la froideur de la nuit alors que leur cellulaire aurait pu les sortir du pétrin en très peu de temps
Nuage

 

Alberta

Ils mettent le feu à leur voiture pour se réchauffer

 

Crédit photo : archives TVA Nouvelles

Par Bryan Passifiume | Agence QMI

Perdus sur un chemin rural de l’Alberta, deux hommes ont décidé de mettre le feu à leur voiture pour survivre au froid glacial.

L’histoire s’est produite dimanche soir dernier alors que les deux hommes se dirigeaient à bord d’une automobile Honda vers Lethbridge, dans le sud de la province. Ils se sont égarés sur une route secondaire, entre Pincher Creek et la réserve indienne de la nation Piikani. À cause de la chaussée glissante, leur voiture s’est retrouvée enlisée dans la neige.

Avec la nuit qui tombait et croyant être isolés au milieu de nulle part en plein hiver, les deux hommes ont craint le pire. Ils ont alors retiré les sièges de la voiture et les ont enflammés afin de produire un peu de chaleur. Mais cela ne suffisait pas et ils ont décidé de se servir de toute la voiture comme feu de camp géant.

«La voiture a été complètement détruite. Ils ont pris cette décision parce qu’ils avaient peur de mourir de froid», a expliqué le porte-parole de la GRC, le caporal Jeffrey Feist.

Près des secours

 

Le matin venu, les hommes ont constaté qu’ils se trouvaient non loin d’une maison et s’y sont rendus pour demander de l’aide. Conduits à l’hôpital, ils ont été traités pour des brûlures et des engelures mineures. Un d’entre eux a été arrêté à cause de mandats émis contre lui.

Le caporal Feist a indiqué que les deux hommes possédaient des téléphones cellulaires et que ceux-ci auraient dû les utiliser.

«Lorsque vous voyagez l’hiver, préparez-vous au pire et transportez une trousse d’urgence», a souligné le policier.

«Nous ne recommandons pas de mettre le feu à sa voiture pour produire de la chaleur. Demeurez plutôt à l’intérieur de votre voiture et, surtout, appelez le 911, si vous le pouvez.»

http://tvanouvelles.ca

Sans-abri dans les rues de Montréal Une équipe spéciale du SPVM pour les aider


Il fait vraiment froid que beaucoup préfèrent rester à la maison au chaud s’ils ne sont pas obligés de sortir. Ce froid sibérien n’aide pas les sans-abris et a Montréal des policiers font le tour des itinérants pour voir s’ils sont en difficulté. C’est une belle initiative des Services de Police de la ville
Nuage

 

Sans-abri dans les rues de Montréal

Une équipe spéciale du SPVM pour les aider

 


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

TVA Nouvelles

Le froid sibérien qui frappe la province de plein fouet force le Service de police de la Ville de Montréal à adapter leurs tactiques. Pour une première fois, le SPVM a mis sur pied une équipe exclusivement dédiée au service des sans-abri par temps froid.

Avec des températures avoisinant les -30 degrés, les itinérants se retrouvent parfois dans de fâcheuses positions. Depuis lundi, à chaque quart de travail, deux patrouilleurs sont affectés uniquement aux sans-abri.

Des constables comme Mathieu Brassard et Maxime Bolduc connaissent bien la plupart des itinérants du centre-ville et, surtout, savent où ils se tiennent et où ils dorment.

«En général, quand on fait des vérifications comme ça, pour leur santé, on a une bonne réception. On a des personnes qui sont contentes de nous voir et elles sont étonnées souvent. Elles ne s’attendent peut-être pas à une intervention de ce style-là», affirme l’agent Brassard.

«On sait que le jour de l’An, c’est une nuit très occupée pour nous. Plus de 1000 appels dans les premières heures de la nuit cette nuit. On voulait s’assurer d’avoir des ressources qui ne faisaient que ça», poursuit le commandant Ian Lafrenière, porte-parole du SPVM.

Sur le Plateau Mont-Royal, juste en dessous du viaduc Van Horne, TVA Nouvelles a été à même de constater l’abri de fortune d’un itinérant qui avait tout installé pour pouvoir survivre au froid. Lors de notre passage, il n’était pas sur place. Les policiers ont quand même vérifié les lieux.

«On peut voir à l’intérieur, il y a vraiment un système d’étalage qui est bien. Tout en pierre et il peut vraiment mettre des conserves. Il a même ses livres», explique l’agent Bolduc.

Un peu plus tard, les constables Brassard et Bolduc réveillent un itinérant. Ils veulent s’assurer que tout va bien. Il s’assure qu’il est en sécurité et qu’il pourra passer la journée à l’extérieur sans danger.

«Tu ne te gênes pas, s’il y a quelque chose, hein? Tu sais qu’ils sont juste à côté? Tu es au courant?», insiste le constable Brassard.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Cette tournée nous amène dans des endroits insoupçonnés, comme les « peep-shows  » du centre-ville, ou certains itinérants se réfugient dans les cabines de visionnement de vidéos pornos pour dormir.

«Elle vient dormir soit dans les cabines ou, des fois, elle va dormir chez une de ses amies qu’on connaît bien, qui la ramène souvent», raconte l’agent Brassard.

À l’entrée du métro Sherbrooke, TVA Nouvelles a rencontré Michel, qui a lui-même déjà dormi dans la rue par grand froid.

«C’est comme la fin du mois quand ils reçoivent leur chèque, ils prennent un coup. Et, à un moment donné, ils sont cassés. Et là, ils s’en retournent dans la rue», de dire Michel.

En fin de journée, d’autres patrouilleurs du froid prennent la relève, et ce, jusqu’à ce qu’il fasse beaucoup moins froid.

http://tvanouvelles.ca/