La folie des chaussures


Si je m’achète une paire de souliers par années, c’est beau … et encore c’est une paire d’espadrilles et celle que j’ai déjà sont pour la maison, pour finir de les user à la corde .. J’avoue ne pas comprendre cette passion pour les souliers qui souvent sont des talons hauts ce que je n’ai pas … Que d’argent gaspillé pour des souliers qui passent plus de temps dans le placard qu’aux pieds des femmes
Nuage

 

La folie des chaussures

 

OLIVIA LÉVY
La Presse

La passion pour les chaussures frise la folie. Il est parfois difficile de comprendre ce phénomène grandissant. Au moindre petit chagrin, de nombreuses femmes s’offrent une paire de chaussures et se sentent mieux. D’autres se distinguent en portant des souliers originaux ou des talons vertigineux. Au-delà de l’utilité d’en porter pour marcher, les chaussures sont devenues des accessoires incontournables qui reflètent une partie de notre personnalité.

Les Américaines occupent le premier rang mondial de la consommation de chaussures. Elles achètent près de huit paires par année. Les Françaises les suivent de près au deuxième rang avec six paires et sont ainsi les championnes européennes. Pour ce qui est des Canadiennes, elles sont plus sages avec environ quatre paires par année.

«Les chaussures représentent beaucoup plus qu’un simple objet du quotidien, explique la sociologue française Coline Lett, coauteure de Tout savoir sur les femmes et leurs chaussures (éditions Kawa). Il existe des raisons historiques. Au XIXe siècle, avec l’essor du capitalisme et les débuts de l’industrialisation, les bourgeois portent des costumes sombres et veulent ainsi se différencier de l’aristocratie oisive qui porte des tenues extravagantes. Les hommes veulent manifester leur prise de pouvoir sur le monde. Leurs chaussures prennent des formes simples. Mais comme il faut bien montrer son appartenance à une classe sociale supérieure, les femmes poursuivent la compétition vestimentaire selon le modèle aristocratique et continuent de consommer de manière ostentatoire. D’où la légitimité historique des femmes à collectionner des vêtements et des chaussures», poursuit la sociologue.

Plaisir coupable

L’achat de chaussures est une grande source de plaisir, tout comme le fait de les accumuler. Cette joie s’accompagne parfois d’une culpabilité. Dans une garde-robe, la femme aura besoin de bottes, sandales, ballerines, escarpins, baskets, mocassins.

«Les femmes cachent souvent leurs achats comme si elles avaient un peu honte de dépenser pour des choses sans grande utilité. C’est un vrai plaisir narcissique», estime Coline Lett.

«Les femmes ont cette illusion que cet objet va les transformer totalement» Pierre Hardy, créateur de chaussure

Au fil des années, les chaussures sont devenues incontournables et l’engouement autour de cet objet est réel. Mais pourquoi les chaussures plus que les robes, les bijoux ou les chapeaux?

«Les femmes sont plus compulsives dans l’achat de chaussures peut-être parce qu’il est plus facile de trouver chaussure à son pied que de dénicher la robe parfaite, explique la psychologue Julie Roussin. Dans une société où l’idéal de beauté est la minceur, il est plus simple d’être belle et coquette avec de jolies chaussures malgré des complexes liés au poids. La gratification est plus directe et facile surtout qu’une chaussure sera rarement moins belle sur moi que dans la vitrine.»

Se sentir belle, voilà une bonne raison d’aimer les chaussures qui nous magnifient et nous donnent confiance.

«Se sentir attirante augmente l’estime de soi tout comme le désir de séduire. Le soulier est l’objet érotique par excellence et il est le plus prisé chez les gens qui souffrent de fétichisme», ajoute Julie Roussin.

Il peut également dévoiler un trait de caractère. Dans le documentaire God Save My Shoes, la chanteuse des Black Eyed Peas, Fergie, en grande passionnée, déclare qu’une paire de chaussures raconte notre histoire, révèle notre personnalité et peut changer la façon dont une femme se perçoit. D’ailleurs, une étude de l’Université du Kansas a démontré que le style de chaussures porté par une personne permet de se faire une idée de sa personnalité. La chaussure est un indicateur du statut social dans de nombreux cas.

Ainsi, une chaussure griffée à un prix insensé sera certainement portée par une personne qui a un salaire élevé. Des chaussures colorées seront associées à des extravertis. Des souliers pratiques et fonctionnels à des gens agréables, les timides optent pour des modèles neutres et les bottines signalent une certaine agressivité.

«Les femmes trouvent toujours une raison d’acheter des souliers», déclare Inès de la Fressange, ex-mannequin et ambassadrice du chausseur français Roger Vivier. «C’est la femme qu’on aimerait être et qu’on imagine. C’est l’équivalent des jouets quand on était enfant. On a l’impression que toute notre vie sera transformée par ce seul accessoire très puissant. C’est magique. D’un seul coup, les souliers peuvent tout changer dans notre allure. On peut avoir du style, être chic, et changer notre silhouette grâce à une paire de chaussures.»

Pour le livre Tout savoir sur les femmes et leurs chaussures, Vanessa Genin a interrogé les Françaises sur le rapport qu’elles entretiennent avec leurs chaussures. Au-delà de l’esthétisme, rien n’est innocent dans le choix des souliers.

«Les fonctions des chaussures sont multiples. Une femme décidera de porter des talons hauts lorsqu’elle aura une réunion et qu’elle devra négocier. Ça lui donnera de l’assurance. On mettra aussi un talon haut pour paraître plus grande et élancée. Des femmes plus âgées mettront des baskets pour se rajeunir. C’est un vrai outil et un allié qui permet d’exprimer une certaine féminité», explique Vanessa Genin.

Selon elle, le premier critère quand on achète des chaussures est le confort… sauf que la réalité est tout autre puisque 73% des Françaises se plaignent de douleurs aux pieds.

Finalement, les chaussures sont au centre de la vie. «En faisant parler les femmes de leurs chaussures, j’ai appris beaucoup sur leurs préoccupations, que ce soit l’importance de leur apparence, de maîtriser leur corps, et de s’insérer dans leur milieu professionnel», confie Coline Lett, sociologue.

50 000 euros pour les chaussures royales

La reine Marie-Antoinette, qui aimait beaucoup la mode, possédait 500 paires de chaussures. Elle avait un domestique qui s’occupait exclusivement de leur entretien. L’année dernière, lors d’une vente aux enchères à l’hôtel Drouot, à Paris, des chaussures de soie rose et vert de Marie-Antoinette ont été adjugées 50 000 euros (62 460 euros avec les frais).

Céline et son placard merveilleux

Céline Dion possède plus de 3000 paires de chaussures. La chanteuse a spécialement aménagé un immense placard où son porte-chaussures est entièrement automatisé. Il lui suffit d’appuyer sur un bouton pour faire défiler devant ses yeux ses milliers de paires.

http://www.lapresse.ca

3 réponses à “La folie des chaussures

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s