Le Saviez-vous ► L’origine de la formule magique Abracadabra


 

Abracadabra, un mot qui dans l’esprit des enfants, et peut-être certaines grandes personnes aurait de la magie … Et pourtant … rien n’est magique !
Bref, ce mot ne date pas des contes des mille et une nuit, il est encore plus vieux, il fait parti en fait du monde de la superstition, de monde occulte ….
Nuage

 

L’origine de la formule magique Abracadabra

La formule sous la forme d’un triangle inversé

Abracadabra! Un mot anodin, aux consonances enfantines, qu’on entend encore parfois dans la bouche de magiciens en herbe pour époustoufler leur assistance et sortir un lapin de leur chapeau haut-de-forme

Mais réduire le pouvoir cette formule « magique » à de simples spectacles de magie serait une grave erreur… ABRACADABRA fait partie de ces rares mots qui possèdent une histoire vieille de plusieurs millénaires, alliant superstition, occultisme et démonologie!

Une des plus vieilles traces de l’utilisation du mot Abracadabra dans la littérature se trouve dans le poème Liber Medicinalis daté du IIe siècle, écrit en latin par un dénommé Serenus Sammonicus (un contemporain de l’empereur Caracalla) et dont voici une proposition de traduction:

« La fièvre que les Grecs appellent hmitritaion est plus dangereuse. (…) Ecrivez sur un morceau de papier ABRACADABRA, puis répétez ce mot autant de fois qu’il y a de lettres dans le mot, mais en retranchant chaque fois une lettre, de sorte que le tout ait la figure d’un cône. Cela fait, suspendez avec un fil de lin le morceau de papier au cou du malade. »

Selon Serenus, cette simple formule aurait donc la faculté de soigner une malade atteint d’une fièvre mortelle! Mais d’où sort-il cette croyance? C’est ici que les avis des spécialistes commencent à diverger.

Selon certains, dont l’abbé Migne dans son Dictionnaire des Sciences occultes (1846) (source: Google Books), Abracadabra est un mot dérivé du démon Abraxas popularisé par la secte des Basilidiens qui le considère comme le Dieu suprême. Quelle est donc cette mystérieuse secte? C’est un mouvement religieux fondé au IIe siècle par Basilide, un disciple de Simon le Magicien, qui pense que chaque homme posséde deux âmes, une bonne et une mauvaise, expliquant ainsi assez brillamment le conflit perpétuel entre les pulsions et la raison.

Sacrilège suprême pour les Chrétiens, Basilide considère également que Jésus-Christ n’est qu’un simple démon envoyé sur Terre par Abraxas…

Médaillon à l'effigie d'Abraxas

Médaillon à l’effigie du démon Abraxas (aussi appelé Abrasax)

Abraxas aurait donc donné Abracadabra… Mouais, on a de sérieuses raisons d’être sceptique. Certes, les dates coïncident: les Basilidiens et le poème de Serenus Sommonicus appartiennent à la même époque, le IIe siècle après Jésus Christ. Mais étymologiquement, ça ne tient pas vraiment la route, et cela n’explique pas du tout la dernière partie de la formule magique…

Une deuxième explication est tirée directement d’une phrase en hébreu fondatrice de la chrétienté: Ab (le père), Ben (le fils), Ruach hakodesh (et le Saint-Esprit).

Non, si vous voulez mon avis, l’explication se trouve plutôt du côté de la formule araméenne qu’aurait prononcé Dieu en personne « Evra kedebra », c’est à dire « je créerais selon mes paroles ».

 

Talisman Abracadabra

Talisman Abracadabra utilisé jusqu’au XVIIIe siècle pour chasser la maladie!

Quoi qu’il en soit, le texte de Serenus Sammonicus fait mouche parmi ses contemporains, en atteste la multitude de talismans ABRADADABRA retrouvés par les archéologues. Et la tradition ne s’arrête pas de sitôt, preuve en est cette phrase tirée du livre The Troublesome Voyage of Captain Edward Fenton écrit par une certaine Eva Rimmington Taylor… au XVIe siècle!

« Banester sayth he healed 200 in one yer of an ague by hanging abracadabra about their necks », que l’on pourrait traduire par quelque chose du genre « Banester déclara qu’il avait soigné 200 malades de la fièvre en un an en faisant pendre le talisman abracadabra autour du cou des patients ».

extrait-The-Troublesome-Voyage-of-Capt-Edward-Fenton

Extrait de The Troublesome Voyage of Capt. Edward Fenton d’Eva Rimmington Taylor

Et ça ne s’arrête pas là! Deux siècles plus tard, c’est sous la plume de Daniel Defoe, l’auteur génial de Robinson Crusoé, que l’on retrouve une mention de la formule magique dans son Journal de l’Année de la peste (1720). Il y décrit les différentes méthodes utilisées pour se protéger de la maladie durant la grande peste de Londres de 1665… dont fait partie l’usage d’un talisman ABRACADABRA, tout comme dans la Rome antique!

Mais avec les progrès de la médecine les rites anciens se meurent et depuis le XIXe siècle, plus personne n’a recours à la méthode de Serenus Sammonicus pour chasser la maladie. Ce sont maintenant les magiciens qui s’approprient la puissance de la formule magique… Tout fout l’camp!

http://www.etaletaculture.fr

Une réponse à “Le Saviez-vous ► L’origine de la formule magique Abracadabra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s