Comment identifier une personne qui fait un AVC ?


Savoir reconnaitre les signes d’AVC peut sauver une personne voir même minimiser les conséquences d’une attaque … Tout est une question de minutes
Nuage

 

Comment identifier une personne qui fait un AVC ?

Moins d’un Français sur deux sait identifier une personne qui fait un AVC. Une statistique trop basse quand on sait qu’une personne fait un AVC toutes les 4 minutes, que 62 000 en décèdent dans les 6 mois suivants, et que chaque minute de perdue c’est 2 millions de neurones détruits. (Toutes les sept minutes, une personne succombe à une maladie du cœur ou à un AVC au Canada (Statistique Canada, 2011c).

La soudaineté doit alerter

Dans un AVC, le premier point qui doit alerter c’est la soudaineté des symptômes.

« Il n’y avait rien de particulier et d’un seul coup, il se passe quelque chose » explique le Pr Thierry Moulin, Président de la Société française neurovasculaire. La victime manifeste alors les premiers signes de l’AVC. 

La perte d’une fonction

Le principal signe de l’AVC c’est la perte brutale d’une fonction comme la motricité. La fonction motrice d’une moitié du corps peut être altérée, une perte de force de la main, la bouche qui se tord, se paralyse, ou encore la jambe qui se dérobe, par exemple.

Bref, « on a un déficit moteur soudain » explique le Pr Thierry Moulin. 

La perte du champ visuel

Une personne qui fait un AVC peut avoir brutalement une perte totale ou partielle du champ visuel. La vision d’un oeil peut être touché ou une partie du champ visuel d’un côté voire devant les deux yeux.

Les troubles de la parole

Si la personne a soudainement des difficultés à parler,  prononcer ses phrases de façon intelligible ou encore à trouver ses mots, il faut suspecter un AVC. 

Un trouble de l’équilibre

Tout d’un coup, une personne à côté de vous perd l’équilibre, ne parvient plus à tenir debout, il y a une incohérence dans ses mouvements. Il peut s’agir d’un AVC.

Des troubles sensitifs

Parmi les autres signes d’alerte de l’AVC, on peut citer les troubles sensitifs. Par exemple, la victime ne sent plus un côté de son corps, comme engourdi ou avec des fourmillements.

Pas n’importe quel mal de tête !

Souvent, on pense que le premier signe d’alerte de l’AVC c’est le mal de tête. Or « la notion de céphalée n’est pas à lui seul un stigmate de l’AVC » souligne le Pr Moulin.

C’est la céphalée très violente et brutale seule ou ajoutée aux autres signes cités ci-dessus qui doit alerter sur l’AVC. 

Agissez vite : 1 minute de perdue c’est 2 millions de neurones détruits

Si vous observez un ou plusieurs de ces symptômes sur une personne de votre entourage, agissez immédiatement en appelant le 15.(911 Canada)  Pour être efficace :

– Décrivez ce qui se passe (les symptômes de la personne notamment)

– Notez et informez les secours de l’heure à laquelle se sont manifestés les premiers symptômes.

– Dites au secours si la personne prend des traitements, souffre de maladies…

– Allongez la personne et rassurez-la.

Remerciement au Pr Thierry Moulin, Président de la Société française NeuroVasculaire, Service de neurologie, CHRU Besançon.

http://sante.planet.fr/

Une réponse à “Comment identifier une personne qui fait un AVC ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s