Quand un nuisible crapaud-buffle devient une «fashion victim»


On comprend que les Australiens sont aux prises avec le crapaud-buffle, qu’ils sont obligé de les tués a tout prix. Alors que faire avec tout ces crapauds.. j’avais vu dans un documentaire qu’ils en faisaient de l’engrais mais maintenant ces crapaud rentre dans la mode … Cependant, je ne suis pas sur que je serais porté sur la chose et encore moins m’en faire un fétiche
Nuage

 

Quand un nuisible crapaud-buffle devient une «fashion victim»

 

Les crapauds sont teints à Millau, à la... (Photo REMY GABALDA, AFP)

Les crapauds sont teints à Millau, à la mégisserie (tannerie de petites peaux) Alric, spécialisée dans la coloration des peaux d’agneau.

PHOTO REMY GABALDA, AFP

SANDRA LACUT
Agence France-Presse
PARIS

Il était une fois un crapaud-buffle, déclaré catastrophe écologique en Australie, qu’une bonne fée polonaise décida de métamorphoser en précieux accessoire de mode vendu aux quatre coins de la planète.

Cette histoire, qui a tout d’un conte de fées moderne écrit à plusieurs mains, entre Cairns (nord-est de l’Australie), Paris et Millau (Aveyron), suscite autant l’engouement des hommes que celui des femmes qui portent la peau du batracien teinté en fuchsia, bleu turquoise, jaune curry ou vert vif, en bracelet, ceinture, sautoir, porte-monnaie, sac ou minaudière.

Même les plus classiques ont troqué l’or et les perles pour cet hypnotique grigri des temps modernes, au cuir fragile et dont les yeux sont remplacés par des cristaux ou des pierres semi-précieuses.

Tout commence à Paris il y a près de trois ans.

«Un ami m’avait offert une petite grenouille néozélandaise porte-bonheur empaillée qui me dégoûtait, mais a fini par me fasciner», raconte l’instigatrice de cette métamorphose, Monika Jarosz, 35 ans, installée dans une ancienne laiterie de Belleville.

Arrivée en France il y a 12 ans, d’Ostrowiec Swietokrzyskie en Pologne, cette jeune femme brune au teint pâle a débuté dans le mannequinat avant de faire ses débuts comme styliste.

La designer, Monika Jarosz.

PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP

 

PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP

«Sorcellerie»

«Plus je touchais la grenouille et plus l’idée de créer quelque chose de très fort comme un bijou a pris forme. Mais j’adore les animaux et il fallait que ce soit de la récupération», ajoute-t-elle.

Monika s’adresse alors à des restaurants cuisinant des cuisses de grenouille… en vain. Puis elle découvre l’existence d’un crapaud-buffle venimeux provenant d’Amérique du Sud, introduit en Océanie il y a plusieurs décennies pour y détruire les coléoptères. Il a tellement proliféré et muté que les défenseurs de l’environnement se joignent aujourd’hui à l’armée australienne pour capturer et tuer le batracien devenu nuisible à l’écosystème.

Avec l’aide d’un taxidermiste de Cairns, la créatrice récupère les dépouilles «dont le traitement nécessite 14 étapes avant de pouvoir les teindre et les travailler».

C’est dans un atelier de maroquinerie de luxe de Romainville, en banlieue parisienne, qu’entre les mains d’Hacen, de Fafa et de Béja, les crapauds deviennent sacs, porte-monnaie ou ceinture de luxe, fabriqués à la main et «made in France».

Auparavant, ils sont teints à Millau, à la mégisserie (tannerie de petites peaux) Alric, spécialisée dans la coloration des peaux d’agneau.

«Lorsque j’ai appelé Jean-Charles Duchêne (patron de la mégisserie) pour un devis, il a cru à une blague», raconte Monika.

M. Duchêne, qui travaille avec les maisons de luxe françaises et européennes, comprend qu’il va devoir «apprivoiser la bête».

«J’ai été surpris, mais ses créations ont plu et j’ai voulu l’aider. C’était un challenge à relever, car on a dû s’adapter à la matière», explique-t-il. «Le crapaud est plus dense que l’agneau, le colorant se fixe plus vite et il en faut moins».

Symbole de fertilité et de prospérité, «le crapaud est aussi lié à la sorcellerie», rappelle Monika en triant une centaine de crapauds desséchés et tannés qui viennent d’arriver d’Australie.

Elle réexpédiera à Millau ces sortes de mini-carpettes de 10 à 20 cm de long, gris pâle, où trônent les têtes comme celles de tigres.

«Je ne mise pas sur le gothique, ce qui m’intéresse c’est le conte de fées, le crapaud qui se transforme en prince charmant…», assure-t-elle en embrassant l’un des batraciens turquoise, transformé en porte-monnaie.

Celui-ci coûte entre 220 et 250 euros selon le pays où il est vendu (Japon, États-Unis, Chine, France, Allemagne), un grand sac, 1200 euros.

Après un galop d’e

ssai dans une galerie d’art, Monika a lancé sa marque, Kobja (verlan de l’affectueux  »petite grenouille » polonais).

Vendus dans des boutiques de luxe ou concept stores à Tokyo, Pékin, New York, Paris et Berlin, les crapauds buffle ont acquis un statut «d’objets fétiches».

Certains de leurs propriétaires, parmi lesquels des célébrités donnent régulièrement à Monika des nouvelles de leurs «Sacha» et «Rosa».

http://www.lapresse.ca/

2 réponses à “Quand un nuisible crapaud-buffle devient une «fashion victim»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s