Découverte d’une hache vieille de 4000 ans


La découverte d’une hache a l’intérieur des terres dans une région Québéçoise peut paraitre banal mais pas cette fois-ci. Une hache qui aurait 4 mille ans a son actif Disons que pour une fois qu’une découverte n’est pas dans les vieux continents … faut tout de même le souligné Clignement d'œil
Nuage

 

Découverte d’une hache vieille de 4000 ans

 

Hache

PHOTO AGENCE QMI, YANN CANNO

L’archéologue Michel Gagné a été en mesure de connaître l’âge de cette pièce par sa forme. Elle proviendrait de la période archaïque.

L’artefact a été trouvé à Saint-Mathieu-de-Belœil

LISA MARIE FLEURENT

Une hache vieille de 4000 ans a été découverte à Saint-Mathieu-de-Belœil dans un quartier résidentiel. Cette fortuite trouvaille révèle le caractère jusque-là insoupçonné de la Municipalité régionale de comté (MRC) de la Vallée-du-Richelieu pour les objets préhistoriques.

Cette hache se terrait, depuis tout ce temps, à côté du champ de tir à l’intérieur des terres, à plusieurs kilomètres de la rivière Richelieu à Belœil. Le résident qui l’a trouvé a remis à l’archéologue grandbasilois, Michel Gagné, l’artefact en question.

Pour ce passionné, qui a déjà découvert plus de 4000 artefacts, c’est comme si on venait de lui révéler l’existence de la caverne d’Ali Baba dans son arrière-cour.

ADAPTATION DE L’HUMAIN

Impossible de savoir à quelle tribu cette hache a appartenu. M. Gagné a été en mesure de connaître l’âge de cette pièce par sa forme. Elle proviendrait de la période archaïque, soit environ 5000 ans avant aujourd’hui. À quoi servait-elle?

«Ce n’est pas nécessairement un outil de guerre», précise l’archéologue. «C’est le tournevis multifonction de l’époque».

Cet objet nous révèle l’incommensurable capacité de l’être humain à s’adapter à son environnement, conclut M. Gagné. De quoi nous nourrir d’un peu d’espoir pour l’avenir de notre espèce.

La rivière Richelieu a été une rivière très importante, durant la préhistoire, soit avant l’arrivée des premiers Européens.

«Le potentiel sur la rivière Richelieu est énorme. Ça, c’est la pointe de l’iceberg qu’on voit ici. […] [Cette découverte] amène de l’eau au moulin, ça nous dit que la section entre Sorel et Chambly a été très fréquentée. Il y a sûrement plein de sites. Probablement que ce n’est pas pour rien qu’ils sont venus ici», estime l’archéologue. Son intuition d’expert lui susurre d’aller faire des recherches près de Saint-Amable.

TROUVAILLE « INUSITÉE »

De manière générale, on retrouve des traces de vie près des cours d’eau, car les rives étaient très achalandées par nos ancêtres. Ils établissaient des camps permanents à proximité de l’eau et ils parcouraient de grandes distances par la navigation à travers les rivières.

« [Cette hache] a été trouvée très loin à l’intérieur des terres. Ça, c’est vraiment inusité», soutient l’archéologue.

Selon lui, cette trouvaille prouverait que les habitants datant de la préhistoire savaient qu’au pied du mont Saint-Bruno se trouvait de la roche utile pour la fabrication d’outils robustes. Cela témoigne d’une connaissance accrue du territoire.

http://www.journaldemontreal.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s