Les troubles bipolaires (maniaco-dépression)


Les maladies mentales gagnent à être connues pour délaisser les préjugés et ainsi mieux accepté les gens qui ont besoin de soins pour mieux vivre Avant de prétendre d’être bipolaire, il faut d’abord qu’il soit diagnostiqué par un médecin …
Nuage

 

Les troubles bipolaires (maniaco-dépression)

 

Il arrive à tout le monde de vivre des périodes de bonheur, de tristesse, d’excitation et d’être confronté à certaines difficultés. Mais, pour certaines personnes, les sautes d’humeur sont démesurées et s’étendent bien au-delà de ce qui est normal, jusqu’à devenir des épisodes de manie et de dépression. Le diagnostic et le traitement des troubles bipolaires restent un défi et la sensibilisation auprès du grand public est importante afin d’aider les personnes qui en sont affectées.

Les troubles bipolaires, qui sont aussi connu sous le nom de psychose maniacodépressive, font partie des troubles de l’humeur. C’est une condition médicale qui est caractérisée par des changements dans le fonctionnement du cerveau.

Les personnes qui en sont atteintes présentent d’importantes sautes d’humeur et peuvent passer d’un état d’euphorie à celui de tristesse intense. Incontrôlables, ces sautes d’humeur ne sont pas nécessairement associées à un événement particulier.

Les principaux symptômes des troubles bipolaires (maniaco-dépression) sont les suivants:

La manie : caractérisée par une énergie débordante et un bonheur intense ou une irritabilité excessive, les périodes de manie peuvent varier en intensité. Une humeur anormalement exaltée ou irritable durant plus d’une semaine, accompagnée de signes tels qu’un sentiment exagéré d’estime de soi, un moins grand besoin de sommeil, une élocution rapide, des idées qui défilent, de la distraction, des comportements sexuels ou financiers à risque, indiquent habituellement un épisode de manie. Les personnes affectées peuvent également faire l’expérience d’idées délirantes (des croyances fermes, mais impossibles) et d’hallucinations.

L’hypomanie : ces épisodes sont moins extrêmes, mais ils persistent pendant au moins quatre jours et présentent sensiblement les mêmes symptômes que la période de manie. La différence tient au fait que l’hypomanie cause moins de problèmes et n’inclut jamais d’hallucinations ou d’idées délirantes.

La dépression : les symptômes de la dépression se manifestent de façon intense et comprennent un sentiment de tristesse, un manque d’intérêt pour les activités quotidiennes, une perte d’appétit, des problèmes de sommeil tels que des cauchemars, de la difficulté à se concentrer ou des problèmes de mémoire, un soudain retrait social ou des comportements agressifs subits ainsi que des tendances suicidaires.

Qui peut-être atteint ? 

 

De 3 % à 4 % de la population souffre de troubles bipolaires.

Cent mille Québécois souffrent de troubles bipolaires et seulement 10 % d’entre eux ont reçu un diagnostic et suivent un traitement.

Les premiers symptômes se déclenchent généralement entre l’âge de 15 et 25 ans. Par contre, les symptômes plus graves apparaissent habituellement vers l’âge de 30 ans.

Autant d’hommes que de femmes sont atteints de troubles bipolaires.

Quelles sont les causes ? 

 

Les troubles bipolaires ne sont pas encore tout à fait compris par les chercheurs. Par contre, certaines évidences démontrent que ces troubles impliquent plusieurs gènes, rendant ainsi les symptômes et les traitements différents pour chaque individu, et expliquent l’incidence plus élevée dans une même famille.

Les déclencheurs de la maladie chez les personnes vulnérables génétiquement comprennent l’utilisation de stimulants ou de drogues, un niveau élevé de stress et un manque de sommeil.

Avec un traitement approprié, la plupart des personnes bipolaires peuvent vivre une vie satisfaisante et fonctionnent bien à la maison et au travail.

Une médication agissant sur différents systèmes du cerveau est une partie importante du traitement des troubles bipolaires. En plus de traiter les manies, les antipsychotiques de nouvelle génération ont maintenant des propriétés antidépressives stabilisatrices et permettent donc de traiter les deux facettes des troubles bipolaires.

Le traitement inclut souvent de la psychothérapie (thérapie verbale) dans le but de développer des stratégies d’adaptation ou de prévenir les épisodes de manie en régulant le sommeil, l’alimentation et la pratique d’activités physiques.

Vous trouverez plus d’information sur les troubles bipolaires ainsi que diverses ressources, entre autres pour la famille et les proches, sur le site de l’Institut Douglas.

:L’humeur en montagnes russes – Bipolaire ou borderline ?

de l’Institut Douglas. Par les professeurs Serge Beaulieu et Suzane Renaud. 2011

Toute l’information a été validée par les spécialistes de l’Institut Douglas.

http://www.passeportsante.net

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s