Les fourmis esclavagistes de la côte Est des États-Unis


L’esclavage, la rébellion n’est pas juste propre a l’homme. En effet, il semble que certaines espèces de fourmis semblent partir en guerre dans le but d’acquérir des captives pour en faire les esclaves
Nuage

 

Les fourmis esclavagistes de la côte Est des États-Unis

Bien qu’elle soit plus grosse, cette fourmi esclavagiste a reçu un coup mortel de la part d’une captive. © Mark W. Moffett

Bien qu’elle soit plus grosse, cette fourmi esclavagiste a reçu un coup mortel de la part d’une captive. © Mark W. Moffett

Sur la côte Est des États-Unis, des fourmis esclavagistes (Protomognathus americanus) ont un sombre dessein : mettre à sac les fourmilières voisines et s’emparer des pupes pour en faire leurs bêtes de somme.

Une fois écloses, les jeunes fourmis réduites en esclavage se mettent au travail – l’instinct étant plus fort que les liens de parenté. Elles s’occupent donc de la reine et de la descendance de leurs ravisseuses, et nourrissent même ces dernières, qui sont incapables de le faire elles-mêmes tant elles sont spécialisées dans le pillage.

Toutefois, il arrive périodiquement que les fourmis kidnappées se révoltent, décapitant leurs geôlières et jetant leurs œufs hors du nid pour qu’ils meurent de négligence.

« En théorie, il suffit d’une seule fourmi pour faire éclater la rébellion », explique le biologiste évolutionniste Tobias Pamminger.

Mais ce cycle sans fin semble favoriser les tortionnaires. Au moins 30 % des fourmis esclavagistes survivent toujours à ces soulèvements à la Spartacus, ce qui leur suffit pour poursuivre leurs raids. 

Johnna Rizzo

http://www.nationalgeographic.fr/

5 trucs à faire avec les pommes


C’est le temps des pommes, a part les manger au naturel ou l’utiliser dans les desserts. Il y a aussi quelques trucs en cuisine que les pommes sont un atout
Nuage

 

5 trucs à faire avec les pommes

 

Une pomme par jour peut faire bien plus que d’éloigner le médecin pour toujours. Découvrez comment les pommes peuvent vous aider, entre autres, à devenir un pro derrière les fourneaux!

Tiré de Produits ordinaires, usages extraordinaires

1. Ramollir la cassonade

Placez le bloc qui s’est formé dans un sac à congélation avec une tranche de pomme. Fermez hermétiquement le sac et mettez-le dans un endroit bien sec. Au bout de 1 ou 2 jours, la pomme aura absorbé l’humidité et le sucre aura retrouvé sa consistance poudreuse.

2. Attendrir la chair du poulet rôti

Pour que votre poulet rôti soit moelleux et juteux, farcissez-le avec une pomme avant de l’enfourner.

3. Préserver la fraîcheur d’un gâteau

Pour prolonger la durée de vie d’un gâteau fait maison ou acheté dans le commerce, il suffit de le stocker avec une demi-pomme ; il restera moelleux beaucoup plus longtemps que si vous le rangiez tout simplement au réfrigérateur.

4. Faire mûrir des tomates vertes

Enfermez les tomates encore vertes pendant quelques jours dans un sac en papier avec 1 pomme bien mûre pour 5 ou 6 tomates

5. Neutraliser un excès de sel

Si vous vous apercevez en cours de cuisson que vous avez mis trop de sel dans votre plat de légumes ou de viande, ajoutez-y quelques tranches de pomme (ou de pomme de terre). Retirez-les après une dizaine de minutes de cuisson, elles auront absorbé le sel excédentaire.

http://selection.readersdigest.ca/

Drôles de concours: recettes d’écureuil et lancer du petit pois


Je ne participerais pas a ce genre de concours ou festival. Mon cerveau se rebute de ce genre de cuisine et du gaspillage volontaire d’aliments pour je ne sais quel prix
Nuage

 

Drôles de concours: recettes d’écureuil et lancer du petit pois

 

IStock_000005572409XSmall Il y a de ces concours culinaires qui sauront toujours nous surprendre. Avez-vous entendu parler de celui sur les meilleures recettes à base d’écureuil? Voici cinq festivals et concours culinaires qui mettent à l’honneur des aliments surprenants.

Concours de recettes d’écureuil

En Arkansas aux États-Unis, le World Championship Coof Off est un événement qui en est à sa deuxième année. Pas moins de 30 équipes de neuf États différents se sont livrées à une compétition: cuisiner le meilleur plat à base d’écureuil! Rouleaux façon asiatique, jerk caribéen, avec du jalapeño… peu importe la façon dont il est cuisiné, c’est ce petit animal qui avait la vedette dans les assiettes. Le fondateur Joe Wilson a même créé en 2006 l’organisation Squirrels Unlimited, où les membres, tous des chasseurs, peuvent échanger recettes et trucs de chasse. L’événement a lieu à Bentonville, une ville qui veut devenir la capitale de la haute cuisine à l’écureuil…

Le lancer du petit pois

Depuis 1971 en Angleterre, les habitants du village de Witcham fêtent le World Pea Shooting Championships, un concours qui consiste à souffler un pois le plus loin possible (à l’aide de sarbacanes) et où la précision fait toute la différence. Les fonds amassés sont ensuite remis à la municipalité. C’est un enseignant qui a eu l’idée de cet événement devenu international, après avoir surpris ses élèves en train de tirer des petits pois sur leurs amis.

Festival de cuisine de testicules d’animaux

En Serbie, c’est avec beaucoup d’humour et une ambiance bon enfant qu’on entame ce festival en septembre, et ce depuis plus de 20 ans. Le but? Faire la promotion des testicules d’animaux divers (béliers, veaux, taureaux, chevaux, ânes…). Un millier de participants se réunissent pour cet événement, la plupart venus de l’étranger, qu’ils soient de simples curieux ou des chefs de restaurants. Il semblerait que le goût s’apparente à celui du poulet. Cette année, on retrouvait la cinéaste américaine Anna Wexler parmi le jury, qui assiste au festival depuis 2009.

Le lancer du boudin noir

Les Anglais ont le sens du spectacle! La ville de Bury accueille, quant à elle, le World Black Pudding Throwing Championships, soit le Championnat du monde du lancer du boudin noir. L’objectif? Lancer la saucisse sur des Yorkshire puddings (sorte de pain brioché traditionnel) accrochés sur le mur d’un pub, à 6 mètres de hauteur. Celui qui est capable de renverser les puddings avec son lancer est le vainqueur!

http://lafouinecuisine.ca

Les mères trop envahissantes peuvent nuire à la sociabilité de leurs filles


Les relations mère-fille sont importe pour l’avenir de la fille. Il faut faire confiance à nos enfants. C’est sûr qu’ils vont se frapper un mur, qu’ils vont se tromper, mais si nous avons de bons contacts, c’est eux qui vont venir à nous en cas de besoin. Il sert a rien d’anticiper sinon risque d’un effet contraire. Bien sur, on peut donner notre avis, certaines critiques constructives, mais elles doivent faire leur propre route
Nuage

 

Les mères trop envahissantes peuvent nuire à la sociabilité de leurs filles

 

Une étude américaine montre que les mères trop critiques et toujours prêtes à... (Photos.com)

PHOTOS.COM

RelaxNews

Une étude américaine montre que les mères trop critiques et toujours prêtes à donner leur avis, même lorsqu’on ne leur demande pas, peuvent entraîner des troubles de comportement et alimentaires chez leurs filles.

Pour une équipe de chercheurs de l’université de Georgie aux États-Unis, plus que les dynamiques familiales dans leur ensemble, ce sont les relations mère-fille qui déterminent le développement personnel et surtout les compétences sociales de ces dernières.

Ils ont remarqué que lorsque les mères sont trop investies et ouvertement critiques, leurs filles ont tendance à développer de moins bonnes aptitudes sociales, ce qui en retour peut entraîner des troubles alimentaires et une moindre estime de soi.

Pour leur étude, parue dans la revue Communication Monographe, les scientifiques ont recensé des données concernant 286 «triades» familiales, soit une mère, une jeune adulte (de 21 ans en moyenne) et un autre adulte de la famille.

On demanda aux filles d’évaluer leurs schémas d’interaction avec les membres de leur famille. Les mères ont chacune noté les aptitudes sociales de leur fille et les plus jeunes ont aussi évalué leurs aptitudes et leurs capacités à créer des relations positives avec d’autres.

On demanda aussi aux filles de quantifier leur niveau de dépression, d’amour propre, de solitude, d’alimentation et de préoccupations alimentaires.

Il en ressort que les mères trop investies et critiques risquent de saboter les résultats personnels de leurs filles.

D’autres études britanniques avaient précédemment montré que les filles avaient un risque plus élevé de dépression si leurs parents n’entretenaient pas une relation sereine ou si la relation mère-fille était négative.

http://www.lapresse.ca

ARTHROSE : IL N’Y A PAS QUE L’ÂGE EN CAUSE !


Avec l’âge certain maux apparaissent, comme l’arthrose. Cependant, cette maladie a aussi d’autres causes. Il est important pour minimiser les conséquences de se tenir en forme
Nuage

 

Arthrose : Il n’y a pas pas que l’âge en cause!

 

L’arthrose est une maladie fréquente qui entraîne une usure anormale des articulations.

Elle est beaucoup plus fréquente après la cinquantaine… mais il ne faut pas en déduire qu’elle est uniquement liée à l’âge.

Le poids et les mouvements répétitifs sont aussi des facteurs de risque.

L’arthrose est liée à l’âge… mais pas seulement

L’arthrose, une usure excessive du cartilage dans une articulation.

Normalement, les cellules cartilagineuses sont capables de reproduire le cartilage pour répondre à l’usure. Quand l’arthrose s’installe, c’est que la destruction du cartilage devient trop importante pour que ce mécanisme permette de redresser la situation.

En conséquence, le cartilage disparaît, et dans l’articulation les os frottent l’un contre l’autre et s’abîment, avec plusieurs conséquences :

Parfois, la réparation ne se fait pas de manière harmonieuse.

Des excroissances apparaissent alors sur l’os.

Il peut aussi arriver que très petits fragments d’os se détachent et se retrouvent à l’intérieur de l’articulation.

Ils peuvent alors entraîner un blocage de l’articulation ou une inflammation.

Le surpoids, un autre facteur de l’arthrose

Puisque l’arthrose est une usure de l’articulation, il est évident qu’elle est liée à l’âge : chacun de nos mouvements abîme un peu nos articulations. Cependant il n’y a pas que l’âge. Le surpoids joue aussi un rôle important, en tout cas sur les articulations des membres inférieurs (hanches, genoux, chevilles). En effet, nos jambes et nos pieds doivent supporter tout notre poids plusieurs dizaines de fois par jour; et plus encore si nous courons ou portons des charges.

C’est pour cela que l’arthrose est devenue une complication reconnue de l’obésité.

A tel point que souvent, le premier conseil que donne un rhumatologue est de perdre du poids…

Les mouvements répétitifs sont aussi à éviter contre l’arthrose

Les mouvements répétitifs, une cause d’arthrose

Ils font travailler la même articulation de façon répétée et parfois excessive. L’arthrose fait donc partie des risques de tous les métiers qui font faire le même geste encore et encore, des ouvriers aux caissières.

Les sportifs de haut niveau concernée par l’arthrose

Paradoxalement, les sportifs de haut niveau, puisqu’eux aussi doivent répéter les mêmes gestes pendant des heures pour arriver à améliorer leurs performances. Pourtant, l’exercice physique modéré et régulier est l’une des meilleures solutions contre l’arthrose

Marion Garteiser, journaliste santé

http://www.e-sante.be/

Pesant 35 kg à 2 ans, un garçon subit une chirurgie bariatrique


À deux ans subir une telle opération sans savoir les conséquences dans le futur. Bien qu’on sache chez les adultes, aucune littérature médicale n’a d’enseignement sur ce sujet. Est-ce que toutes les solutions avaient été envisagées avant d’aller à cet acte ultime ?
Nuage

 

Pesant 35 kg à 2 ans, un garçon subit une chirurgie bariatrique

 

Atteint d’obésité morbide, un enfant de 2 ans est devenu la plus jeune personne au monde à subir une intervention chirurgicale visant à réduire l’absorption des aliments. Un cas qui a surpris les experts internationaux.

35 kg et un indice de masse corporelle (IMC) de 41 : voilà les surprenantes mensurations d’un enfant de deux ans. Atteint d’obésité morbide, le garçon souffrait de graves apnées du sommeil. Ses parents, originaires d’Arabie Saoudite, avaient tenté à deux reprises de lui faire perdre du poids, en vain. Les chirurgiens ont décidé de lui faire subir une gastrectomie longitudinale laparascopique (LSG, abréviation anglaise) : une intervention qui consiste à enlever la partie externe de l’estomac (60 à 80%), pour ne laisser qu’un mince tube digestif de la taille et la forme d’une banane.

Un cas « choquant » et « très inhabituel »

« A notre connaissance, une LSG n’avait jamais été essayée sur un enfant aussi jeune », ont précisé les chirurgiens dans leur rapport. « Nous sommes probablement en présence du premier cas réussi d’opération de ce genre sur un enfant de deux ans souffrant d’obésité morbide ».

Deux ans plus tard, l’enfant est descendu à environ 19,5 kg et un IMC de 24 -dans la plage moyenne.

Le Pr Paul Zimmett, de la Baker IDI Heart and Diabetes Insitute d’Australie a cependant souligné qu’ils n’ont aucune idée des effets de l’opération sur la croissance de l’enfant, et à moins qu’il n’ait un suivi personnalisé, il pourrait avoir des carences en vitamines.

http://sante.planet.fr/

Le cerveau d’un psychopathe démystifié


Peut-on guérir un psychopathe quand  pour lui la douleur des autres est une source de récompense ?
Nuage

Le cerveau d’un psychopathe démystifié

 

Photo Fotolia

Des chercheurs analysent le cerveau de détenus pour mieux comprendre le phénomène des psychopathes, grâce à des tests par résonnance magnétique.

The National Library of Medicine rapporte les résultats de cette recherche, qui s’est effectuée en milieu carcéral auprès de 121 détenus volontaires.

Se déroulant dans une prison à sécurité modérée des États-Unis, les analyses ont été effectuées sous forme de tests par résonnance magnétique, qui cherchaient à définir le type de réponse observable au cerveau des sujets, lorsque ceux-ci étaient placés devant diverses situations imaginaires.

En plaçant des photographies dures et décrivant de la douleur humaine physique devant les sujets, les chercheurs pouvaient ensuite définir quelles zones du cerveau s’activaient, selon les circonstances.

Il est troublant de constater, dans le rapport publié dans le Frontiers in Human Neuroscience, que les détenus diagnostiqués comme psychopathes ne réagissent pas de la même façon qu’un humain considéré comme normal, mais plutôt de la même façon que lorsqu’ils sont placés en situation positive ou de récompense.

Ces résultats démontrent non seulement la véracité des théories précédemment avancées, mais pourraient également permettre la création de traitements pour aider ces biens tristes patients.

On estime à 1 % le nombre de psychopathes présents dans la population, un chiffre qui grimperait à 23 % en milieu carcéral.

http://sante.canoe.ca