Pourquoi les chiens de garde du prince William ont-ils été euthanasiés ?


Je n’aime pas savoir les ragots des gens célèbres et encore moins de la royauté. Cependant, l’histoire d’euthanasié des chiens après le départ du Prince Williams de l’armée m’apparait grotesque et je trouve que les excuses sont bidons .. et je ne crois pas aux problèmes de comportement de ces chiens ..
Nuage

Pourquoi les chiens de garde du prince William ont-ils été euthanasiés ?

 

Par Sophie Le RouxCrédits photo : Flickr – vitto_1973

Pendant des années, Brus et Blade ont assuré la sécurité du prince William, lorsque que celui-ci travaillait au sein de la Royal Air Force. Mais alors que le jeune papa vient de quitter l’armée, les deux chiens n’ont pas été récompensés pour leur dévouement. Non, le Berger Belge âgé de 9 ans et le Berger Allemand de 7 ans ont été euthanasiés.

C’est le vendredi 13 que les deux chiens ont été endormis, dès le lendemain de l’annonce du départ du prince William, qui a travaillé sur la base de la Royale Air Force de l’île d’Anglesey pendant les 3 dernières années.

« Brus et Blade officiaient dans une unité créée spécialement pour assurer la protection de William. Ils patrouillaient dans la station pour protéger le personnel militaire et les équipements. Mais une fois qu’il est parti, l’unité a été fermée«  a révélé une source citée par le Sun. Et au lieu de se voir offrir une paisible retraite, les chiens ont été tués.

Une coïncidence ?

Face à la colère des amoureux et défenseurs des animaux, le ministère de la défense britannique a dû donner des explications. Il affirme que si les chiens ont été euthanasiés le lendemain de l’annonce du départ du prince, il ne s’agit que d’une « coïncidence« .

Le ministère rappelle en outre que Brus et Blade n’étaient pas « chargés exclusivement de la sécurité de William ». Et s’ils ont été endormis, c’est parce qu’ils avaient des problèmes de santé et de comportement. « IIs étaient trop agressifs pour » pouvoir vivre au sein d’une famille d’accueil.

Des explications qui n’apaisent pas la colère des associations de protection animale. D’autant plus que comme le révèle le Sun, près de 300 chiens de l’armée ont été euthanasiés au cours des 3 dernières années. 300 autres ont été placés dans des familles.

Ou une euthanasie de complaisance ?

Tandis que la RSPCA affirme que « toutes les solutions possibles » auraient dû être explorées avant que les deux chiens de garde du prince ne soient tués, le ministère se défend en assurant que l’euthanasie des chiens de l’armée était toujours envisagée en « dernier recours« .

Chose que le comportementaliste animalier Roger Mugford peine à croire.

« Les problèmes de comportements sont souvent avancées comme excuse pour endormir ces chiens. Ce qu’il faudrait faire, c’est travailler à trouver des solutions pour améliorer leur environnement. La seule question à se poser est la suivante : “Est-ce que ces chiens seraient encore en vie si William était toujours en poste ?” Cela ressemble à une euthanasie de complaisance«  déplore-t-il.

http://wamiz.com

7 Façons D’améliorer La Qualité De L’air Dans Votre Maison


L’air dans la maison, ou l’appartement, n’est pas toujours a son meilleur. Nous pouvons améliorer cet air pour que cela soit plus respirable, moins allergènes
Nuage

 

7 Façons D’améliorer La Qualité De L’air Dans Votre Maison

 

Respirez mieux et rendez votre domicile plus sain en vérifiant les points suivants et en prenant quelques mesures simples :

La porte d’entrée

(Crédit photo: Thinkstock)

Utilisez un paillasson robuste pour enlever la saleté de sous les chaussures avant qu’elle n’entrent. Placez le tapis verticalement, au lieu d’horizontalement, afin que toute personne qui entre y fasse plusieurs pas.

Plomb

(Crédit photo: Thinkstock)

Peu à peu, l’ingestion ou l’inhalation de la poussière et des éclats de peinture à base de plomb peut provoquer des lésions cérébrales. Si vous pensez que la peinture dans votre maison contient du plomb, faites-la tester. Si c’est le cas, ne la retirez pas vous-même, mais embauchez un spécialiste.

Les nettoyants domestiques, les pesticides, les peintures et les solvants

(Crédit photo: Thinkstock)

Afin d’éviter les produits chimiques potentiellement nocifs, choisissez des produits biodégradables à base de détergent dont l’étiquette ne porte pas les mentions « danger », « prudence » ou « inflammable ».

Les fenêtres hermétiquement fermées

(Crédit photo: Thinkstock)

Gardez quelques fenêtres entrouvertes toute l’année pour laisser s’échapper les vapeurs dégagées par les produits de nettoyage puissants et un mobilier chargé de produits chimiques, réduire l’humidité qui favorise la moisissure et diminuer le niveau des gaz dangereux. Si vous avez des allergies, pensez à acheter un purificateur d’air HEPA (à haute efficacité). Contre la fumée du tabac, songez à vous procurer un purificateur d’air avec filtre à charbon activé. 

Les produits forestiers, tels que le contreplaqué et les panneaux de particules

(Crédit photo: Thinkstock)

Les matériaux de construction, les étagères, les meubles, les lambris, les meubles de rangement et autres produits fabriqués avec ces bois sont assemblés avec des colles d’urée formaldéhyde et des adhésifs jugés potentiellement cancérigènes. Le formaldéhyde irrite les voies respiratoires et peut provoquer ou aggraver des réactions allergiques. Optez pour des meubles et des armoires faits de bois dur ou de métal. 

Les poêles à bois et cheminées

(Crédit photo: Thinkstock)

En plus de produire des gaz de combustion et des sous-produits toxiques et irritants, les poêles à bois et les cheminées peuvent envoyer dans l’air des particules dangereuses si vous brûlez autre chose que du bois franc. Brûler du bois humide peut libérer des spores irritantes. 

Les climatiseurs

(Crédit photo: Thinkstock)

Les climatiseurs, qu’ils soient centraux et de fenêtres, peuvent abriter des moisissures, surtout lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Vidangez l’eau et changez les filtres régulièrement.

http://selection.readersdigest.ca/

Une mamie de 80 ans met en fuite son agresseur


Il faut se méfier des grands-mamans, des fois, elles paraissent des proies faciles, mais quand on les provoque… Attention !!
Nuage

Une mamie de 80 ans met en fuite son agresseur

 

Dimanche dernier à huit heures du matin, une mamie de 80 ans s’est faite agresser à Cannes. Un voleur a tenté de lui dérober sa chaîne en or qu’elle portait au cou. Par chance, elle l’a fait fuir… en le mordant.

Le voleur n’a pas fait le poids face à cette vieille dame. Pourtant ceinturée par derrière, Pierrette, une mamie de 80, ne s’est pas laissée impressionner par l’homme qui tentait de lui voler son collier. Elle l’a assommé de coups, l’a mordu et l’a griffé. Dérouté par cette réaction inattendue, l’agresseur a pris la fuite sans demander son reste.

« Il s’est débarrassé de moi et je suis tombée sur le côté, tandis que ma chaîne glissait dans mon soutien-gorge. J’ai essayé de le rattraper, mais il courait quand même plus vite que moi. On aurait dit qu’il avait le diable à ses trousses ! » raconte Pierrette à Nice Matin.

Mais ce n’est pas tout, avant de le laisser filer, elle a traité son voleur de « Fils de Truie ».

« Super mamie n’a pas eu peur »

 

Malgré son âge et sa condition physique, Pierrette a été très réactive et n’a même pas eu le temps d’avoir peur.

« J’ai eu tout de suite une bouffée d’adrénaline » assure-t-elle.

 Et après coup, elle regrette même de ne pas en avoir fait assez.

« Je me suis même dit que je n’en avais pas fait assez. J’avais presque envie de prendre la voiture pour l’écraser contre un mur! ».

Ironiquement, Pierrette est une ancienne avocate qui connaît bien ses droits. Cependant, même si cette super mamie sait

 « ce qu’est la légitime défense », il n’est pas question pour elle de « se faire justice soi-même. […] sinon, c’est le far west ».

Pierrette a eu beaucoup de courage ! Aujourd’hui tous ses compagnons de maison de retraite son fiers de son action.

http://www.aufeminin.com

Laval : Un premier gala québécois de mini-Miss


 

Moi, je n’ai rien contre les concours ou les personnes doivent montré leurs talents, mais quand vient un genre de défilé en paradant dans ses plus beaux atours que l’on veuille ou pas l’apparence prend les dessus, et ce, malgré qu’on prétend le contraire, je trouve bien que la France a dit non pour ce genre d’évènement.
Nuage

 

Laval : Un premier gala québécois de mini-Miss

 

Mini-miss

PHOTO REUTERS

Cet évènement servira de ronde préliminaire pour les finales provinciales québécoises, qui devront se tenir au printemps

CHRISTOPHER NARDI / AGENCE QMI

 

LAVAL – Les parents jaloux du succès retentissant de la jeune Honey Boo Boo n’auront bientôt rien à envier à la vedette de concours américaine. En effet, le premier concours québécois de mini-Miss, ouvert aux filles de 0 à 19 ans, sera présenté sur le territoire lavallois le 24 novembre.

C’est le National Canadian Girl (NCG), organisme basé en Colombie-Britannique, qui organise le gala. Cet évènement servira de ronde préliminaire pour les finales provinciales québécoises, qui devront se tenir au printemps.

En dépit de l’incertitude du lieu de la compétition sur le site Internet du NCG, les organisatrices ont confirmé à L’Écho de Laval que «c’est certain» que le gala se déroulera à Laval.

En entrevue téléphonique, Liz McKinnon, directrice nationale de NCG et Valérie Fortin, directrice de la section Québec, ont tenu à préciser d’emblée que leur gala n’a rien des éléments superficiels qui marquent la populaire émission américaineToddlers and Tiaras.

«On refuse d’utiliser le nom « concours de beauté » parce que [les candidates] ne sont pas jugées sur la beauté, a expliqué Mme Fortin.

C’est vraiment la personnalité et les réponses aux questions sur scène qui sont évaluées. Il n’y a pas de maquillage permis et les filles s’habillent dans des robes qu’elles porteraient à des mariages ou à l’église.»

«Le but du gala est de renforcer l’estime de soi et la confiance des jeunes filles qui se présentent, pas de juger leurs apparences, a martelé Mme McKinnon. Toutes les filles remportent une couronne et plusieurs autres prix pour s’assurer que tout le monde gagne.»

Une fois sur scène, les participantes âgées de plus de quatre ans devront présenter un discours introductif et répondre à des questions posées par les juges et faire bonne impression. Celles inscrites dans la catégorie «talents» seront également évaluées sur la qualité de leur performance. Une apparence soignée sur scène est toutefois de rigueur.

«C’est certain que si une fille arrive et elle est décoiffée et ses vêtements sont sales, elle va perdre des points, a concédé Mme Fortin. On demande une apparence soignée, mais dans des mesures raisonnables.»

Les organisatrices s’attendent à un minimum de 20 inscriptions au premier évènement à Laval, mais indiquent que le nombre d’une trentaine de participantes est plus probable.

Interdiction en France

Pendant que Laval s’apprête à recevoir le premier gala mini-Miss québécois, le Sénat français a décidé de mettre fin à tous les concours de beauté pour filles de moins de 16 ans. Selon les législateurs, cette mesure serait un effort pour réduire la sexualisation prématurée des jeunes filles.

«À cet âge, les enfants doivent se concentrer sur l’acquisition de connaissances, a déclaré l’auteure de l’amendement, la députée Chantal Jouanno, selon l’Associated Press. Mais avec les concours de mini-Miss et ces autres types d’événements, nous braquons les projecteurs sur leur apparence physique. J’ai de la difficulté à voir comment ces compétitions peuvent être dans l’intérêt des enfants.»

En vertu de cette mesure, toute personne en France inscrivant un enfant à ce type de concours pourrait écoper jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros (41 000 $ CAN) en amende.

http://www.journaldemontreal.com

La présence actuelle de vie sur Mars est remise en question


Je ne sais pas si cela pouvait être un obstacle à la colonisation de la planète Mars qui est à mon avis, trop risqué et trop onéreux mais bon, il est intéressant quand même de voir que malgré la distance, le robot Curiosity nous transmet des informations intéressantes sur la planète rouge
Nuage

 

La présence actuelle de vie sur Mars est remise en question

 

Surface de la planète Mars.... (Photo archives AFP)

Surface de la planète Mars.

PHOTO ARCHIVES AFP

JEAN-LOUIS SANTINI
Agence France-Presse
WASHINGTON

La sonde américaine Curiosity a mis à mal la probabilité de la présence actuelle de vie sur Mars, en ne détectant pas de méthane – un gaz qui est souvent le signe d’activités biologiques – dans l’atmosphère de la Planète Rouge.

Selon les mesures effectuées par le robot, ce gaz, produit à 95% par des microbes sur Terre, s’il existe dans l’environnement martien, ne peut pas représenter plus de 1,3 partie par milliard en volume sur Mars, soit à peine un sixième du niveau précédemment estimé, ont précisé des chercheurs dans une étude publiée jeudi par la revue américaine Science.

Depuis 10 ans, des scientifiques avaient fait part d’observations de panaches de méthane dans l’atmosphère martienne. En mars 2003, un groupe avait ainsi mesuré un nuage de méthane de 19 000 tonnes près de l’équateur de la planète.

Mais ces observations avaient été faites depuis la Terre ou par des orbiteurs tournant autour de Mars.

Dans la mesure où le méthane, le plus abondant hydrocarbure dans le système solaire, peut être la signature d’activités biologiques, ces annonces avaient nourri des controverses sur l’origine de ce gaz et suscité l’espoir de la présence de vie sur Mars.

Mais les nombreuses mesures de l’atmosphère effectuées par un spectromètre laser très sensible à bord de Curiosity, qui s’est posé sur Mars au début août 2012, n’ont pas abouti à la détection de traces de méthane – à la grande surprise des scientifiques.

«Ce résultat important va aider à rediriger nos efforts pour examiner la possibilité de vie actuelle sur Mars», explique Michael Meyer, responsable scientifique de l’exploration de Mars à la NASA.

«Cela réduit la probabilité de l’existence actuelle de microbes martiens produisant du méthane, mais il ne s’agit là que d’un seul type de métabolisme bactérien, car nous savons que sur Terre il existe de nombreux micro-organismes qui ne produisent pas de méthane», souligne-t-il.

«Pas de signe de méthane»

«Il aurait été formidable de trouver du méthane, mais nous sommes très confiants dans l’exactitude de nos mesures», ajoute Chris Webster, du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa: «Nous avons fait des prélèvements répétés du printemps à la fin de l’été, mais il n’y a pas de signe de méthane».

L’équipe de Curiosity va utiliser une méthode permettant de détecter la présence de méthane sous une partie par milliard.

Les précédentes observations de panaches de méthane sur Mars donnaient des concentrations allant jusqu’à 45 parties par milliard. Même si ce méthane s’était dispersé, il y aurait encore des traces mesurables, insistent ces scientifiques.

«On ne connaît pas de processus naturel par lequel le méthane peut rapidement disparaître de l’atmosphère», explique Sushil Atreya de l’Université du Michigan, un des coauteurs de ces travaux.

«Le méthane est persistant et resterait des centaines d’années dans l’atmosphère martienne», insiste-t-il, précisant que ce gaz peut aussi avoir une origine géologique ou être produit par la dégradation de matériaux organiques transportés par des météorites.

La plus forte concentration de méthane qui pourrait être présente dans l’atmosphère de Mars sans être détectée par le spectromètre laser de Curiosity ne pourrait pas dépasser 10 à 20 tonnes par an, selon Sushil Atreya. Ces volumes sont environ 50 millions de fois moins grands que le taux de méthane entrant dans l’atmosphère terrestre.

Arrivé sur l’équateur martien le 6 août 2012, Curiosity le robot explorateur à six roues le plus sophistiqué jamais envoyé sur une autre planète, a déjà établi que la Planète Rouge avait été propice à la vie microbienne dans son lointain passé.

Ces dernières semaines, le robot a repris sa route vers le mont Sharp, distant de huit kilomètres et principale cible d’exploration de la mission de deux ans. Son périple durera plusieurs mois, d’autant que Curiosity s’arrêtera en chemin pour analyser des formations géologiques intéressantes.

Le pied du mont Sharp suscite un grand intérêt en raison de différentes couches sédimentaires qui pourraient permettre de dater les périodes durant lesquelles Mars était propice à la vie, indique la Nasa.

http://www.lapresse.ca

Cliquer «J’aime» fait partie de la libre expression


Franchement, quand tu perds ton travail parce que tu as fait like sur une page Facebook que le patron n’aime pas c’est vraiment de l’abus.
Nuage

 

Cliquer «J’aime» fait partie de la libre expression

 

WASHINGTON – Presser le bouton «J’aime» sur Facebook fait partie du droit à la liberté d’expression protégé par la Constitution américaine, a estimé mercredi une cour d’appel fédérale.

La cour basée à Richmond, en Virginie, se prononçait dans l’affaire d’un employé des services du shérif de cet État de l’est des États-Unis, qui disait avoir été licencié pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression, en l’occurrence en «aimant» la page Facebook d’un opposant politique de son patron.

«Son acte peut être assimilé à un moyen d’expression», a indiqué la cour dans sa décision de plus de 80 pages, qui renvoie l’affaire à un tribunal inférieur pour examiner à nouveau ces questions.

«En somme, aimer la page (Facebook) d’un candidat politique signifie que l’on approuve ce candidat et que l’on soutient sa campagne en associant son nom à ce dernier. De cette façon, il s’agit de l’équivalent sur internet d’une pancarte politique que l’on mettrait dans son jardin, ce que la Cour suprême a clairement défini comme un moyen d’expression», poursuit le texte.

Le puissant syndicat américain des libertés civiles ACLU, ainsi que Facebook, se sont félicités de cette décision.

L’ACLU a notamment estimé «qu’aimer» un contenu sur Facebook «exprime un message clair – reconnu par des millions d’utilisateurs de Facebook tout comme des non-utilisateurs – et constitue un moyen d’expression net et symbolique qui justifie une protection constitutionnelle».

http://fr.canoe.ca