LA SOCIÉTÉ COMPLEXE ET COOPÉRATIVE DES FOURMIS


Les fourmis vivent en société, je dirais mieux que l’être humain. Ils s’organisent en équipe pour former leur société et chacun a leur rôle et prête a aidé en cas de difficulté. Il n’y a pas de rébellion, ni de jalousie, car tout savent quoi faire
Nuage

 

LA SOCIÉTÉ COMPLEXE ET COOPÉRATIVE DES FOURMIS

Des fourmis tisserandes de Malaisie

Mark W. Moffet

Pour construire leur nid, ces fourmis tisserandes de Malaisie doivent rapprocher les feuilles les unes des autres. Leur long corps (7-8 mm) est un atout, car il leur permet de s’accrocher à l’une d’elles avec leur mâchoire, et à l’extrémité de l’autre avec leurs pattes. Si une seule ouvrière ne suffit pas, différentes fourmis s’emboîtent pour former une chaîne.

Une colonie d’un demi-million d’ouvrières

Mark W. Moffet

Les Oecophylla ont des nids spacieux, chacun pouvant peser aussi lourd qu’un gros chat domestique. Une colonie peut en compter une centaine, disposés sur plusieurs arbres, et abriter un demi-million d’ouvrières. Ce nid-ci, au Cambodge, fait 20 cm de large. D’autres atteignent 60 cm.

Productrice de soie

Mark W. Moffet

Ce spécimen d’Australie écrase une larve comme on presse un tube de colle, produisant de la soie entre ses pattes. La sécrétion visqueuse sert à assembler les feuilles entre elles pour construire le nid. Peu d’animaux sont capables de recourir à des techniques domestiques aussi élaborées.

David vs. Goliath

Mark W. Moffet

Grâce à leur supériorité numérique et leur rapidité, les fourmis tisserandes peuvent clouer au sol scorpions et autres grosses proies. Comme ces chasseresses du Cambodge, qui s’apprêtent à transporter leur victime jusqu’à leur nid, où elle sera dépecée pour nourrir les larves, particulièrement friandes de protéines.

Mission infiltration

Mark W. Moffet

Une araignée sauteuse Cosmophasis a infiltré un nid grâce à un mimétisme chimique.

Rivalités entre fourmis

Mark W. Moffet

Les tisserandes peuvent déchirer une fourmi légionnaire, bien plus grosse qu’elles.

Sous l’oeil de la caméra

Mark W. Moffet

Ces fourmis se dressent, agressives, devant le photographe venu trop près.

http://photo.nationalgeographic.fr

6 réponses à “LA SOCIÉTÉ COMPLEXE ET COOPÉRATIVE DES FOURMIS

  1. Il faut lire « les fourmis  » de B. Werber !

    LES FOURMIS

    LES FOURMIS

    Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis seront nées sur la planète. Sept cents millions d’individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonies, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires… Ses armes aussi. Terriblement destructrices.

    Lorsqu’il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle enthomologiste, Jonathan Wells est loin de se douter qu’il va à leur rencontre. A sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces « infra-terrestres », au fil d’un thriller unique en son genre, où le suspens et l’horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses. Voici pour la première fois un roman dont les héros sont des… fourmis !

    NOTE DE L’AUTEUR
    C’est le premier. Commencé à 16 ans.
    Ecrit avec une discipline de quatre heures et demi tous les matins.
    Le livre est construit sur l’architecture de la cathédrale d’Amiens.
    Pour moi, dans le premier, il y avait tout en germe. Mais tout étant à peine évoqué, effleuré sous-entendu, il fallait poursuivre.

  2. Pingback: LA SOCIÉTÉ COMPLEXE ET COOP&Eacut...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s