Quand la chenille s’enroule pour mieux sauter


Si dans un jour par une belle journée d’été, dans un pays asiatique sous un ciel d’azur et que la chaleur s’installe et que vous voyez une feuille d’arbre sauté sur le sol ne soyez pas surpris …
Nuage

 

Quand la chenille s’enroule pour mieux sauter

 

 

La larve d’un papillon de nuit asiatique a trouvé un moyen de locomotion inédit pour fuir la lumière du soleil qui lui est fatale: s’enrouler dans une feuille et s’agiter à l’intérieur pour la faire sauter.

Même si elle est totalement privée d’une vue sur l’extérieur, la petite chenille parvient pourtant à trouver son chemin, qui la mène systématiquement à fuir les rayons du soleil et leur chaleur néfaste, indique une étude publiée mercredi dans les Biology Letters de l’Académie des Sciences britannique.

« Les chenilles de la Calindoea trifascialis ont une tendance prononcée à se déplacer dans la direction opposée à la lumière la plus intense », résument les chercheurs, qui ont cherché la petite bête dans son milieu naturel au Vietnam et en laboratoire.

La raison d’un comportement aussi insolite reste encore mystérieuse pour les chercheurs mais ceux-ci estiment que la larve cherche ainsi désespérément à se maintenir à l’ombre pour éviter d’être déshydratée, même si de nombreux prédateurs, fourmis en tête, s’en prennent à elle une fois au sol.

D’autres larves et chenilles sont connues pour de telles contorsions, à l’instar des fameux pois sauteurs du Mexique, des graines au sein desquelles un papillon carpocapse a pondu ses oeufs et qui sautillent lorsque les larves s’y développent et bougent à l’intérieur.

« Mais aucun autre insecte ne saute en utilisant cette technique, et aucun autre insecte ne construit elle-même son abri sauteur. C’est du jamais vu », assure à l’AFP Kim Humphreys, biologiste à l’Université de Toronto (Canada) et au Musée Royal de l’Ontario.

Et contrairement aux autres insectes, ses mouvements sont tout sauf erratiques. Deux semaines environ après son éclosion, la créature s’enroule dans une feuille d’arbre qu’elle a préalablement découpée en forme de cône, et se laisse tomber au sol où elle commence presque immédiatement à sautiller.

Pour se propulser, la chenille s’accroche tout simplement à l’intérieur de la feuille à l’aide de ses embryons de pattes arrière puis s’arc-boute violemment avec sa tête pour la faire décoller du sol.

Un petit saut de 7,5 mm en moyenne, mais qui à raison d’une fois par seconde peut finir par les mener loin. D’autant plus que les chenilles peuvent sauter ainsi durant trois jours d’affilée, du lever au coucher du soleil, souligne Kim Humphreys, qui a étudié des centaines de larves au cours des dernières années.

« La fréquence des sauts augmente en proportion de la température », précise l’étude.

Après deux semaines de transformation, la chenille laisse place à un papillon de nuit qui émerge du cône de feuille et n’a plus que quelques jours à vivre.

Des vidéos des chenilles sauteuses sont visibles sur la chaîne Youtube du Musée Royal de l’Ontario ( et )

 

http://www.lepoint.fr/

Le Saviez-vous ► Le championnat de lancer de menhir


Tout le monde, enfin presque connait les irréductibles Gaulois dont les deux héros sont Astérix et Obélix. Mais saviez-vous quelque part en Bretagne, on perpétue cette activité sportive de lancer le menhir
Nuage

 

Le championnat de lancer de menhir

 

Le principe ?

En hommage aux irréductibles Gaulois crées par Goscinny et Uderzo, ce petit village breton organise chaque année en août un championnat de lancer de menhirs.


Les concurrents sont répartis en 4 catégories : Idéfix (enfants), Falbala (femmes), Astérix (jeunes) et Obélix (+ de 20 ans) avec pour objectif de projeter le plus loin possible les menhirs qui font respectivement pour ces catégories 10, 15, 20 et 25kg.

Date de création : 2001

Lieu : Guerlesquin (29), patrie de naissance d’Obélix

Record : Obélix reste malheureusement imbattable

http://www.linternaute.com

L’intimidation cause des séquelles à long terme, démontre une étude


Sommes-nous surpris des résultats de cette recherche ? Sachant des conséquences que subissent nos jeunes a l’école, en dehors de l’école et sur le web, il semble difficile d’arrêter les intimidateurs… la seule option, je pense serais de travailler sur la manière de surmonter l’intimidation et ce dès le jeune âge
Nuage

 

L’intimidation cause des séquelles à long terme, démontre une étude

 

Les victimes d'intimidation et celles qui deviennent elles-mêmes... (Photo.com)

Les victimes d’intimidation et celles qui deviennent elles-mêmes intimidatrices ont peiné à tisser des liens sociaux lors de l’étude.

PHOTO.COM

Associated Press

Les enfants victimes d’intimidation sont plus susceptibles de souffrir de graves problèmes de santé à l’âge adulte, conclut une nouvelle étude rendue publique lundi. Ils auront également plus de difficultés à conserver un emploi et à tisser des relations sociales harmonieuses.

Les victimes d’intimidation qui deviennent ensuite des intimidateurs sont les plus susceptibles de souffrir de séquelles à long terme. Elles sont six fois plus à risque de souffrir d’une maladie grave, de fumer régulièrement ou de développer un trouble psychiatrique, en comparaison avec ceux qui n’ont jamais été touchés par l’intimidation.

Autant les victimes d’intimidation que ceux qui s’en rendent coupables auront deux fois plus de difficultés à conserver un emploi ou à économiser leur argent. Ils sont donc plus susceptibles de souffrir de pauvreté au début de l’âge adulte.

Les victimes d’intimidation et celles qui deviennent elles-mêmes intimidatrices ont aussi peiné à tisser des liens sociaux, surtout en ce qui concerne les amitiés à long terme et les relations harmonieuses avec les parents à l’âge adulte.

En revanche, les chercheurs n’ont décelé aucune séquelle négative à long terme chez les intimidateurs.

L’étude a été menée auprès de 1420 participants âgés de 9 à 16 ans et de 24 à 26 ans. Elle a été réalisée par des chercheurs des universités de Warwick (britannique)  et de Duke (américaine). Ses conclusions ont été publiées dans les pages de la revue scientifique «Psychological Science».

http://www.lapresse.ca

Les oiseaux s’adaptent aux limitations de vitesse


Il semble que respecter les limites de vitesses n’est pas juste pour éviter une contravention, mais aussi évité une collision avec les oiseaux. Les oiseaux se fient a la limite de vitesse pour s’envoler à temps
Nuage

 

Les oiseaux s’adaptent aux limitations de vitesse

 

Les chercheurs ont conclu que «les oiseaux ne... (Photo Bob Tymczyszyn, PC)

Les chercheurs ont conclu que «les oiseaux ne réagissaient pas à la vitesse de la voiture, mais à la vitesse moyenne autorisée sur la route», a indiqué un chercheur à l’AFP.

PHOTO BOB TYMCZYSZYN, PC

Agence France-Presse
OTTAWA

Les oiseaux adaptent leur envol aux bords des routes plus en fonction des limitations de vitesse qu’à la vitesse réelle du véhicule à l’approche, selon une étude publiée mercredi.

Comme face à tout risque prédateur, les oiseaux ont donc pris la mesure, dans leur environnement, de la vitesse généralement respectée par les véhicules, selon deux chercheurs qui ont publié leurs travaux dans les lettres de la biologie de la revue britannique Royal Society.

Un tel comportement plaide pour l’application stricte des limitations de vitesse afin de préserver les espèces d’oiseaux menacées, plus particulièrement dans les zones habitées, a estimé Pierre Legagneux, un chercheur spécialisé dans le comportement écologiste à l’Université du Québec à Rimouski.

Avec son confrère Simon Ducatez de l’Université McGill à Montréal, Pierre Legagneux a sillonné au volant de sa petite voiture blanche les routes de campagne, à travers les bois et les villages, dans l’ouest de la France pendant un an.

Les deux chercheurs ont observé le comportement de 21 espèces d’oiseaux dans des zones de vitesse de 20, 50, 90 et 110 km/heure. Leur calcul commence au moment où l’oiseau s’envole pour éviter le véhicule à l’approche, jusqu’au moment où le véhicule atteint la dernière position du volatile au sol.

Les chercheurs ont conclu que «les oiseaux ne réagissaient pas à la vitesse de la voiture, mais à la vitesse moyenne autorisée sur la route», a indiqué Pierre Legagneux à l’AFP.

Les oiseaux «associent les intersections avec des vitesses limitées comme un moyen d’abaisser le risque de collision» et donc de mise en danger, écrivent les chercheurs.

«Il existe des espèces en danger et vulnérables aux collisions» et le respect des limitations de vitesse permettrait d’abaisser la mortalité des oiseaux.

«Quand on dépasse la limite de vitesse, cela devient plus dangereux pour les oiseaux qui n’adaptent pas leurs réponses aux dangers qui arrivent», a-t-il ajouté.

http://www.lapresse.ca

Un nouveau type de fraude sévit sur Facebook


Il en ont qui essaie n’importe quoi pour arnaquer les gens. Et il semble que cette méthode a du succès surtout que la supercherie est assez différente que d’habitude .. donc a faire attention !!
Nuage

 

Un nouveau type de fraude sévit sur Facebook

 

De nombreux Estriens ont été victimes d’une fraude via le réseau social Facebook au cours des derniers jours.

Cette arnaque se décline de plusieurs façons. Entre autres, des gens ont reçu un courriel leur disant qu’on parle d’eux en mal sur une page Facebook et on donne un lien sur lequel il faut cliquer pour voir ce qui en est. En ouvrant la page, les malfaiteurs prennent possession du compte Facebook de la victime.

Ce qui est hors de l’ordinaire, c’est que c’est via une séance de clavardage que la chose se déroule. Les victimes pensaient qu’ils discutaient en temps réel avec leur ami Facebook.

La Sherbrookoise Sylvie-Luce Bergeron a vu son compte Facebook être piraté cette semaine. Quelqu’un a pris le contrôle de sa page et a envoyé divers messages à ses amis Facebook. Celle qui occupe le poste de présidente du Conseil de la culture de l’Estrie croit que la moitié de ses 2000 amis Facebook ont reçu une tentative de fraude.

Mélanie Goulet est l’une de celles qui ont répondu aux demandes du fraudeur. Elle a voulu venir en aide à son amie Sylvie-Luce Bergeron à qui elle croyait parler via une séance de clavardage. Le fraudeur lui a demandé d’appeler à un numéro pour débloquer son téléphone cellulaire qui éprouvait des problèmes. Sa tentative pour « aider » Sylvie-Luce Bergeron aura coûté 20 $ à Mélanie Goulet.

D’autres amis de Sylvie-Luce Bergeron ont aussi été piégés et une personne aurait appelé plus d’une vingtaine de fois pour débloquer le téléphone cellulaire de Mme Bergeron.

Selon le Centre antifraude de la Gendarmerie royale du Canada, les fraudeurs seraient situés en Europe de l’Est et ils utiliseraient des sites de traduction en ligne pour discuter en direct avec les gens en français.

La GRC rappelle qu’il est important de se doter d’un bon logiciel antivirus, de faire le tri dans ses amis Facebook, de se déconnecter chaque fois que l’on termine sa session et de ne jamais appeler à un numéro qui commence par 1-900.

Il est aussi possible de porter plainte au Centre antifraude en composant le 1 888 495-8501. (Canada)

http://www.radio-canada.ca

Un musée suédois récupère un astrolabe de 1590


J’imagine le soulagement de revoir cet astrolabe, j’aimerais bien en voir un de près et de savoir comment ce truc fonctionne, En tout cas, a cet époque loin de notre technologie, les gens avaient du savoir-faire
Nuage

 

Un musée suédois récupère un astrolabe de 1590

 

Un astrolabe permet de représenter en deux dimensions... (PHOTO BLOOMBERG)

Un astrolabe permet de représenter en deux dimensions les trois dimensions de l’univers.

PHOTO BLOOMBERG

Associated Press
AMSTERDAM

Un rare instrument scientifique datant du 16e siècle et utilisé pour prendre des mesures astronomiques a été retrouvé, plus d’une décennie après sa disparition d’un musée suédois.

L’astrolabe de cuivre et d’argent a été construit en 1590 et sa valeur est épinglée à quelque 750 000 dollars. Il a été retrouvé quand un collectionneur italien qui avait l’objet en sa possession a découvert qu’il était porté disparu.

L’astrolabe sera de nouveau présenté au public au musée du château de Skokloster, au nord de Stockholm.

Une experte a expliqué qu’un astrolabe permet de représenter en deux dimensions les trois dimensions de l’univers.

Moins de 2000 astrolabes existent toujours.

http://www.lapresse.ca/

La nouvelle vie de Justin, un chaton brûlé, et miraculé


Quand une personne est rendue de torturer un animal et en plus le laissé dans de terrible souffrance, cette personne n’a aucune moralité, ni pitié Peut-être même qu’il ou elle a des troubles de comportement envers ses semblables
Nuage

 

La nouvelle vie de Justin, un chaton brûlé, et miraculé

 

Justin, c’est le nom d’un chaton miraculé, qui après avoir été victime de la cruauté humaine, a découvert qu’il existait aussi des hommes bons.

Brûlé sur une grande partie de son corps, l’animal a été trouvé en avril dernier par un homme au grand coeur, Damaris Sanabria, qui lui  a sauvé la vie, et lui a offert une nouvelle chance de mener une merveilleuse existence de chat.

Gravement brûlé, mais sauvé

Justin n’avait que 5 semaines quand il a été découvert dans une rue de Philadelphie. Les trois quarts de son petit corps étaient brûlés aux second et troisième degrés.

Que lui est-il arrivé ? Nul ne le sait, hormis celui qui lui a infligé cette torture.

Confié à l’association Animal Alliance, il a passé plusieurs jours dans une clinique vétérinaire. Le courageux chaton a subi de nombreuses chirurgies, et au fil des semaines, a repris du poil le bête.

« Un chaton plein de vie et d’amour« 

Puis le mois dernier, c’est en pleine santé qu’il a enfin pu rejoindre sa nouvelle maison, où il coule depuis des jours heureux. En atteste sa page Facebook, suivie par plus de 15 000 personnes, touchées par l’histoire de cette innocente boule de poils.

Justin a perdu une grande partie de ses oreilles, et son pelage a été ravagé par le feu… Mais ses poils ont repoussé, et sa maîtresse, Kelley, affirme qu’il entend très bien, surtout lorsqu’il est l’heure de manger !

« Un chaton plein de vie et d’amour«  c’est ainsi que le petit Justin est décrit par son humaine.

Par Sophie Le RouxCrédits photo : Facebook – Justin, Fire Survivor

http://wamiz.com