Fukushima : 300 tonnes d’eau contaminée dans la mer, chaque jour


Depuis 2011 c’est le cauchemar a la centrale de Fukushima. Comment se fait-il que nous pouvons envoyer des robots sur mars alors que décontaminée une centrale soit plus compliqué .. Est-ce le montant qui cause le problème ? Je pense que c’est un problème que tous les pays devraient faire face car cette centrale nucléaire ne contamine pas juste une zone limite mais aussi la mer .. et tout ce qui y vit
Nuage

 

Fukushima : 300 tonnes d’eau contaminée dans la mer, chaque jour

 

Des experts du nucléaire et des responsables du gouvernement procèdent à une inspection pour essayer de contenir les fuites d'eau contaminée.

Des experts du nucléaire et des responsables du gouvernement procèdent à une inspection pour essayer de contenir les fuites d’eau contaminée. Photo :  AFP/JAPAN POOL

Le gouvernement japonais a fait savoir, mercredi, qu’environ 300 tonnes d’eau contaminée se déversaient chaque jour dans la mer à partir de la centrale de Fukushima.

Le premier ministre, Shinzo Abe, s’est engagé à accentuer les efforts du gouvernement pour limiter les fuites et a ordonné au ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie d’agir en urgence.

Le chef du gouvernement souhaite que Tokyo Electric Power (Tepco), l’exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima endommagée par un séisme et un tsunami en 2011, prenne les mesures nécessaires pour accélérer le nettoyage du site, qui devrait prendre une quarantaine d’années et coûter plus de 11 milliards de dollars.

60 tonnes en décembre

Un responsable du ministère de l’Industrie a dit que les autorités prévoyaient de limiter les fuites à 60 tonnes par jour à partir de décembre.

Il a ajouté que le gouvernement était persuadé que les fuites d’eau contaminée se produisaient depuis deux ans.

Tepco a décidé de prendre diverses mesures pour empêcher les eaux souterraines irradiées de se déverser dans l’océan Pacifique.

Lundi, un responsable de l’Autorité de régulation nucléaire a indiqué qu’il y avait « urgence » et a appelé à agir pour empêcher l’eau de se déverser dans l’océan.

Remontée des nappes phréatiques

Samedi dernier, le quotidien japonais Asahi rapportait que les nappes phréatiques situées sous la centrale montaient à un niveau plus élevé qu’une barrière actuellement construite pour les contenir.

Le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 ont bloqué les systèmes de refroidissement de la centrale de Fukushima-Daiichi, exploitée par Tepco, ce qui a provoqué la fusion du combustible dans trois des six réacteurs du site et une vaste contamination radioactive alentour.

Fukushima est la plus grave catastrophe nucléaire civile depuis Tchernobyl, en avril 1986.

Asahi, qui citait une réunion des autorités japonaises de régulation sur le nucléaire, expliquait que les eaux souterraines contaminées pourraient remonter à la surface d’ici trois semaines.

Tepco injecte un produit chimique souterrain, afin de solidifier les sols et d’éviter que les eaux radioactives soient emportées, mais selon Asahi, il n’est efficace qu’à plus de 1,8 m de profondeur, alors que les nappes phréatiques montent jusqu’à un mètre sous terre.

Après des mois de dénégations, Tepco a reconnu pour la première fois, fin juillet, que des eaux souterraines radioactives s’étaient écoulées dans l’océan Pacifique.

Reuters

http://www.radio-canada.ca/

7 réponses à “Fukushima : 300 tonnes d’eau contaminée dans la mer, chaque jour

  1. Décontaminer une centrale doit couter très cher en effet ….Ce qui explique que Fukushima continue à polluer gravement …..Je ne suis pas expert en la matière , mais je pense que ces déchets radioactifs sont « actifs » très ,très longtemps ..Je ne comprends pas que les japonais ,experts en robotiques n’utilisent pas (comme tu le suggères ) des robots pour « travailler  » à l’assainissement de la région : De toutes façons , quelque soit le produit injecté pour colmater les brèches , l’eau prendra des « chemins détournés  » ……
    Et une fois l’océan contaminé comment feront ils ? Ce ne sera plus un problème national ,japonais mais mondial !

    c’est toujours le même problème quand l’homme joue à l’apprenti sorcier …Il ne pense pas à ce genre  » d’incident  » avant de construire une centrale (ou autre chose )

  2. Oui ,je sais pour Tchernobyl ! Je sais que la radio activité à une durée  » de vie » très longue ! Et ce n’est pas un « sarcophage  » de béton qui va arrêter le problème .

  3. Avec une « pointe d’humour  » :
    Chronique 1 – 27 décembre 2012

    Ça y est, la fin du monde est derrière nous. Merde, encore raté !

    Ça devient rageant à la fin, toutes ces apocalypses annoncées qui foirent lamentablement !… On doit en être au moins à la 128ème depuis le moyen-âge, et pas une qui ait vraiment marché… On avait bien eu de vagues espoirs avec la peste, surtout la première vague, au 14ème , qui était très prometteuse. Hélas, au final un bide total, et encore pire pour le choléra et autres pandémies qui ont tenté (mais sans conviction) de prendre le relais.nucléaire
    Bon, au 20ème , ça semblait bien parti, une, puis deux guerres mondiales, et là, on avait mis les moyens : du lourd, du technologique bien gras et bien dodu, avec en conclusion une guerre froide à faire baver d’envie tous les prophètes de malheur : des têtes nucléaires dans tous les coins, des virus vicelards aiguisant avec appétit leurs toxines dans les sous-sols du Kremlin et du Pentagone, et pour emballer le tout, des petits gaz bien mimis, sarins, Vx et j’en passe, qui te transforment en deux temps trois mouvements le sommet de l’évolution en une masse baveuse et tremblotante sur la moquette du salon.
    Bref, ça roulait, y’avait plus qu’à allumer la mèche…
    Et vlan, voilà-t-y pas que le mur s’effondre, que la guerre froide tiédit, que les diplomates diplomatisent, que les peuples fraternisent (plus ou moins, n’exagérons rien).

    Bon, les gaz, les crobes et les fusées sont toujours là, qu’on se rassure, et toujours en quantités suffisante pour détruire la planète, (voire même, allez, tiens, pour le même prix, je vous fais aussi la Lune et Mars), mais le cœur n’y est plus, mon bon monsieur… Même Al Quaïda et ses méchants barbus-gnafrons, là, on le sent bien, c’est pas du très solide, le marketing a beau mettre le paquet, on doute, on doute…

    Alors, quoi faire?
    C’est là que je voulais en venir, un peu de patience !
    Nous, dans le Bugey, on est des winners, on y croit, on se bagarre…
    On s’est dit : la fin du monde, ça nous tombera pas tout cuit dans le bec. Faut bosser chacun dans son coin, puis réunir les bonnes initiatives et aller au charbon (Ah! Le charbon… encore un qui nous a donné de faux espoirs…). Bref, on s’est dit, on a déjà la Centrale avec ses 4 réacteurs, mais ça suffit pas. Faut assurer le coup, faut mieux que ça, faut aller plus loin! C’est vrai, faut bien dire, une centrale qui pète, c’est quoi ? Après Tcherno et Fuku, on commence à avoir des estimations scientifiques fiables : à tout casser 2000 ou 3000 km² de foutus pour quelques milliers d’années? C’est un début, certes, mais ça manque un peu d’envergure (j’allais dire de panache, mais là, faut reconnaître qu’on peut pas leur reprocher ça, vu que le panache en question a diffusé peu ou prou, un peu partout).
    Bon, bref, comment aller plus loin, qu’on s’est dit ? La voie des airs c’est fait. Reste la mer, on a vu à Fuku que c’est vachement efficace, seulement voilà, nous, dans le Bugey, on a plein de trucs, mais on a pas la mer…
    Ah, ça y est, vous me voyez venir : on a pas la mer, mais on a presque mieux : on a un fleuve! Et pas n’importe lequel, tiens. On a le RHÔNE !

    Alors voilà, on tenait notre plan. On s’est dit : on va faire ICEDA ! C’est-y pas de la balle, mon gars ? 5000 tonnes de déchets radioactifs entreposés pendant au moins trente ans (un minimum) à quelques mètres de notre beau fleuve national, qui n’attendront que le moment propice pour s’infiltrer, se diluer, s’épancher, se fondre, bref pour contaminer cette magnifique voie de communication. Un vrai bonheur! Quelques fissures par ci par là, une petite inondation de derrière les fagots (avec le réchauffement climatique, tous les espoirs sont permis) un barrage qui pète (on a même prévu le coup, on a Vouglans juste en dessus, le béton dans les starting-block blocs, t’as vu un peu les pros ?), bref, c’est pas les occases qui vont manquer, pas d’inquiétude…

    Et après, vogue la galère : avec un débit de 800 m3 a la seconde, Lyon a trente bornes en aval et la vallée du Rhône en embuscade juste après, pas besoin de sortir les calculettes pour voir qu’on peut faire un très, très gros coup!! 400 km de berges radioactives, hein, les gars, ça viendra d’où? De chez bibi! du Bugey!
    Je vois d’ici les regards admiratifs, les commentaires élogieux, les manchettes de journaux envieuses dans le monde entier… Ah mes amis, y’en a qui vont en crever de jalousie, moi je vous le dis!
    En plus, on a fait ça bien, hein, scientifiquement, s’il vous plait! Par exemple, récemment, on a fait un test grandeur nature avec du tritium, pour voir si ça s’infiltrait bien dans le sous-sol : nickel, mec! Maintenant, y’en a plein la nappe phréatique sous la centrale, on a même dépassé les objectifs, on est a plus de vingt fois la norme, hein, qui dit mieux ?…

  4. Je crois que des techniciens du monde devraient les aidés pour trouver une solution, mais c’est toujours parail personne se bougera sans l’argent, du genre égoiste on ne fait pas mieux, on préfère faire semblant de ne rien voir, même si des gens meurent et que l’Océan Pacifique soit polué pour des milliers d’années.
    Notre société vie au jour le jour et ils se foutent pas mal de l’avenir c’est de l’argent tout de suite et maintenant, c’est écœurant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s