Thanatologue aux pratiques contestées Corps laissé sur le «bord du chemin»


On est vraiment peu de chose quand nous mourons, et je trouve que le comportement du thanatologue est répréhensible et vraiment inadéquat,. Cependant, j’avais déjà eu connaissance que les salons funéraires est une affaire de gros sous. Il est donc difficile pour des gens d’avoir une entreprise et de se lancer dans ce genre d’activité sans que les coopératives mettent des bâtons dans les roues ..
Nuage

 

Thanatologue aux pratiques contestées

Corps laissé sur le «bord du chemin»

 

Corps laissé sur le «bord du chemin»

Crédit photo : archives AFP

Deux sœurs ont eu toute une surprise en apprenant que le corps de leur mère avait été abandonné sur le «bord du chemin» lors de son transfert d’une maison funéraire à une autre, à Rimouski.

Adrienne Jean est décédée en décembre dernier à Rimouski. Ses filles, Suzanne et Nathalie Élément, qui n’habitent pas la région, se sont tournées vers le salon Le Parcours pour assurer les arrangements de leur mère. Dès leur arrivée, les deux femmes se sont montrées plutôt surprises en constatant que le corps de leur mère était resté dans le corbillard.

Ne faisant ni une ni deux, le propriétaire, Martin Marquis, leur a avoué qu’il était en «conflit» avec les «autres salons funéraires» parce que ses prix étaient moins élevés que la concurrence.

Il leur a aussi confié qu’il était impossible pour lui d’incinérer le corps à Rimouski, puisqu’il n’avait plus accès au four crématoire de la région et qu’il faudrait transporter la dépouille à Rivière-du-Loup.

Plus la rencontre avançait, moins les sœurs Élément se sentaient à l’aise, surtout que M. Marquis insistait beaucoup à savoir si leur mère «avait de l’argent».

«Ce qui a fait déborder le vase, c’est quand il nous a amenées dans la pièce où il embaumait pour nous montrer ses urnes, a dit Suzanne Élément. Il y avait la table, les produits, un appareil, l’urne était dans le fond sur une tablette, toute poussiéreuse. C’était trop. Il n’était pas question que le corps de maman reste là.»

Bord du chemin

Les deux femmes se sont donc tournées vers la Coopérative funéraire du Bas-Saint-Laurent, située à quelques pas du Parcours. La nouvelle maison funéraire s’est proposée pour aller chercher la dépouille, ce que M. Marquis a refusé.

«Il ne voulait pas que personne mette un pied sur son terrain. Il a dit qu’il irait porter le corps», a dit Mme Élément.

Lorsqu’elles sont parties, Martin Marquis est monté à bord de son corbillard et a abandonné la dépouille dans son contenant en carton, sur un chariot, devant la coopérative, sur le bord du chemin. Le propriétaire du Parcours est ensuite retourné chez lui, avant de revenir à pied avec une facture pour le transport.

Ce sont des clients qui passaient par là qui ont dû avertir des employés de la maison funéraire de la situation.

«Imaginez la réaction des clients qui voient ça! Elle n’est pas restée longtemps. Mais si personne ne l’avait vu faire, maman serait restée là», a déploré Mme Élément.

Faits saillants

La version des faits de Suzanne Élément a été confirmée par la directrice de la Coopérative funéraire du Bas-Saint-Laurent. Cette dernière n’a pas voulu commenter davantage puisqu’elle a récemment porté plainte au criminel contre Martin Marquis.

À la suite de ces événements, la Coopérative funéraire du Bas-Saint-Laurent a déposé une plainte au ministère de la Santé. Le ministère a fait enquête, mais aucune sanction n’a été donnée, puisqu’il n’a noté aucune infraction à la Loi sur les laboratoires médicaux. Le dossier est clos.

«Tout est légal»

Sans nier les faits relatés par les sœurs Élément, le propriétaire du salon funéraire Le Parcours dit n’avoir rien à se reprocher dans le transfert du corps de leur mère.

 

Martin Marquis se souvient «très bien» de l’histoire entourant la dépouille d’Adrienne Jean. Le thanatologue, détenteur des permis de directeur de funérailles et d’embaumeur, tous deux délivrés par le ministère de la Santé, confirme bel et bien être allé porter le corps de la défunte chez son concurrent, de l’autre côté de la rue.

«J’ai préféré aller le porter. Je ne veux pas voir ces gens-là chez nous, a laissé tomber d’entrée de jeu M. Marquis. J’ai laissé la dépouille dans son contenant de crémation à l’entrée de la coopérative, à côté de l’entrée du garage, pour qu’ils puissent la prendre. Le contenant de carton était sur un chariot.»

À la différence des versions de Suzanne Élément, M. Marquis aurait attendu qu’un employé de la coopérative prenne possession du corps avant de quitter les lieux.

«J’ai attendu en bordure, avec mon corbillard, a-t-il affirmé. Je ne vois pas en quoi il y a problème là-dedans. Il faisait beau. Il n’y avait pas de tempête. Il a pris le chariot.»

Concurrence

À ses yeux, la «concurrence» entre son organisation et la coopérative pousserait cette dernière à «amplifier tous les phénomènes».

«La coopérative dit que c’est illégal ce que je fais, mais tout est légal, a-t-il précisé. Mes affaires sont bien effectuées.»

Selon lui, l’industrie locale de Rimouski ferait d’ailleurs «tout» pour le bloquer depuis son ouverture, en 2010. De son propre aveu, Martin Marquis affirme qu’il n’a plus accès au four crématoire de la région, ne peut plus publier dans les avis de décès du journal du quartier et n’est plus en mesure de commander ses urnes et cercueils au Québec. Il n’est pas non plus membre de la Corporation des thanatologues, qui ne cherche qu’à «faire des profits».

«Le Parcours, c’est un projet pour venir en aide aux démunis dans le rituel funéraire, mais l’industrie n’accepte pas mes prix», a maintenu Martin Marquis.

Resserrer les règles

La famille de Suzanne Élément a porté plainte à la Corporation des thanatologues du Québec pour dénoncer les manières de faire de Martin Marquis. Bien au courant des événements, la directrice générale de l’association, Nathalie Samson, ne peut que dénoncer la situation, le thanatologue n’étant pas membre de son association.

http://tvanouvelles.ca

2 réponses à “Thanatologue aux pratiques contestées Corps laissé sur le «bord du chemin»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s