Femme


Ce n’est surement pas moi qui va contredire cette citation.  Et je pense qu’avec ce que nous voyons dans le monde pour les injustices envers les femmes, leur société est malade
Nuage

 

Femme

 

« Partout où l’homme a dégradé la femme, il s’est dégradé lui-même.  »

Charles Fourier

Haiko, le Jack Russell qui a plus d’un tour dans son sac !


Éduquer un chien pour qu’il fasse quelques tours, c’est possible pour tout maitre patient. Mais ce qui est ici plus surprenant, c’est que le chien a seulement un an … et sa maitresse que 15 ans quand elle a commencé donc a 16 ans elle est arrivé à ce résultat Chapeau !!
Nuage

 

Haiko, le Jack Russell qui a plus d’un tour dans son sac !

 

Eduquer un Jack Russell, ça n’est pas si simple, surtout quand on est jeune, et peu expérimenté avec les chiens. Mais du haut de ses 15 ans, Ameline nous prouve que tout est possible !

Cette jeune fille a su nouer une relation unique avec son meilleur à 4 pattes, Haiko. Leur complicité est incroyable, et ensemble, ils sont bien décidés à nous en mettre plein la vue !

« Mon rêve ce n’est pas d’avoir un chien intelligent qui gagne à tous les concours d’obé, d’agility ou du cani mais c’est de partager tous ces moments magiques à ses côtés«  nous a confié Ameline.

Le Jack Russell a seulement un an, mais déjà, il sait accomplir de nombreux tours. Fermer un tiroir, ranger ses affaires, boucler sa valise, défaire les lacets de chaussures… et même faire la lessive ! Ce petit chien est une vraie perle, aussi doué qu’adorable !

 

http://wamiz.com

Le Saviez-vous ► Expression : S.O.S et May Day


Un langage international pour quiconque est en danger ou perdu compris par tous pour avoir de l’aide
Nuage

 

SOS et May Day

 

D’où viennent les signaux de détresse SOS et MayDay ?

 

S.O.S est passé dans le langage courant, mais que signifie-t-il en réalité ?


Ce sigle signifie Save Our Souls, soit « sauvez nos âmes ».

En fait, il s’agit d’un signal simple dont n’importe qui peut se souvenir et envoyer même sans réelle connaissance du code morse : il s’agit de trois points, trois traits et trois points (… — …). Il peut aisément être utilisé avec des signaux lumineux, des coups de sirènes, un sifflet…

Il s’agit du message envoyé par radio-télégraphe depuis le Titanic,  après qu’un iceberg eut éventré le navire.

Pour mémoire, la phonie utilise l’indicatif de secours MayDay que certains rapprochent de « M’aidez ! M’aidez ! ». En tout cas, MayDay est un indicatif compris distinctement dans quasiment toutes les langues.

http://omnilogie.fr

L’ONU s’inquiète de la multiplication des catastrophes naturelles


Cela fait combien d’année que l’on presse les gouvernements d’agir, aux entreprises de prendre leurs responsabilités pour lutter contre les changements climatiques ? Alors l’ONU qui s’inquiète, est-ce que cela va faire enfin bouger les choses ? J’en doute .. Il faut qu’ils en parlent dans leurs petites réunions, puis pèsent le pour et le contre, surtout sur le plan financier .. Puis comme l’unanimité ne fait pas l’unisson alors on recommence ..
Nuage

 

L’ONU s’inquiète de la multiplication des catastrophes naturelles

 

Le chef du panel intergouvernemental sur les changements... (PHOTO ALONZO ADAMS, AP)

Le chef du panel intergouvernemental sur les changements climatiques, Rajendra Pachauri a exclu que la tornade qui vient de frapper l’État de l’Oklahoma soit une conséquence des changements climatiques. «Personne ne peut lier un évènement de cette nature à l’évolution du climat suite à l’activité humaine», a-t-il dit aux journalistes. «Ce n’est pas possible et scientifiquement ce n’est pas valable», selon lui.

PHOTO ALONZO ADAMS, AP

Agence France-Presse
Genève

Le monde doit se réveiller face au risque de multiplication des catastrophes naturelles suite au réchauffement climatique pour limiter les pertes humaines et économiques, a averti mardi le Secrétaire général adjoint de l’ONU Jan Eliasson.

À l’ouverture à Genève d’une conférence sur la réduction des risques avec près de 4000 représentants des gouvernements, organisations internationales, universités et du secteur privé,

M. Eliasson a estimé que «nous vivons à une époque de désastres naturels massifs rendus plus néfastes par les changements climatiques».  «Ils sont plus fréquents et plus graves», a-t-il averti.

Il a appelé à définir une stratégie internationale pour diminuer les risques, et à laquelle doit être associé le secteur privé, non seulement pour sauver des vies, mais aussi pour limiter les pertes économiques et l’impact sur le développement.

«Les changements qui interviennent incluent l’augmentation des vagues de chaleur à la fois en intensité et en fréquence, les pluies extrêmes et les conséquences de la hausse du niveau de la mer», a souligné Rajendra Pachauri, chef du panel intergouvernemental sur les changements climatiques.

M. Pachauri a toutefois exclu que la tornade qui vient de frapper l’État de l’Oklahoma soit une conséquence des changements climatiques.

«Personne ne peut lier un évènement de cette nature à l’évolution du climat suite à l’activité humaine», a-t-il dit aux journalistes. «Ce n’est pas possible et scientifiquement ce n’est pas valable», selon lui.

«Mais nous pourrions être mieux préparés», a-t-il ajouté en notant qu’il était «très difficile de dire à ce stade» ce qui devrait être mieux préparé.

http://www.lapresse.ca

Le suicide pourrait être contagieux chez les ados


Quand un jeune adolescent se suicide, il semble que cela cause un effet d’entrainement qui peuvent faire d’autres cas de suicides dans un espace de temps de plus ou moins deux ans. Il est clair que des méthodes de préventions pourraient probablement diminuer cette incidence
Nuage

 

Le suicide pourrait être contagieux chez les ados

Une nouvelle étude conclut que les adolescents dont un camarade de  classe... (Archives La Tribune)

ARCHIVES LA TRIBUNE

La Presse Canadienne

Une nouvelle étude conclut que les adolescents dont un camarade de classe s’est suicidé sont plus susceptibles de tenter aussi de s’enlever la vie.

Les chercheurs expliquent que l’effet de «suicide par contagion» peut perdurer pendant plus de deux ans.

L’étude a compilé des données de Statistique Canada de 1998-2007 concernant plus de 22 000 jeunes Canadiens de 12 à 17 ans.

On y apprend que c’est chez les enfants de 12 et 13 ans que le risque de suicide est plus élevé lorsqu’un de leurs camarades de classe s’est enlevé la vie. Ils sont alors cinq fois plus susceptibles d’avoir des pensées suicidaires, et 7,5 pour cent d’entre eux ont essayé de se suicider à leur tour.

Dans les mêmes circonstances, les adolescents de 14 et 15 ans étaient trois fois plus susceptibles de s’enlever la vie, alors que les probabilités étaient deux fois plus élevées chez les 16 et 17 ans.

Selon le chercheur principal, Ian Colman, de l’Université d’Ottawa, les résultats de l’étude suggèrent que les stratégies pour contrer le suicide par contagion devraient cibler non seulement les amis proches mais tous les élèves.

Dans le Journal de l’Association médicale canadienne, les chercheurs préviennent les directions d’écoles du risque élevé de nouveaux cas pendant au moins deux ans après le suicide d’un élève, et suggèrent de mettre en place un vaste plan d’intervention s’adressant à toute leur clientèle.

http://www.lapresse.ca/

Âge de pierre: les changements climatiques liés aux avancées technologiques


Si au temps de l’homo sapiens les changements du climat étaient relié aux avancées autant dans la nourriture, les outils, les bijoux … Alors imaginer rendu a notre époque …
Nuage

 

Âge de pierre: les changements climatiques liés aux avancées technologiques

 

D'après l'archéologie et la génétique, l'homme anatomiquement moderne,... (PHOTO SHANON STAPLETON, ARCHIVE REUTERS)

D’après l’archéologie et la génétique, l’homme anatomiquement moderne, Homo sapiens, est apparu en Afrique au cours du Paléolithique moyen, une longue période qui s’étend de 280 000 à 30 000 ans avant le présent.

PHOTO SHANON STAPLETON, ARCHIVE REUTERS

Agence France-Presse
Paris

Les sauts technologiques accomplis par l’humain durant l’Âge de pierre en Afrique du Sud ont coïncidé avec de brusques changements climatiques qui ont favorisé des environnements plus humides dans la région, indique une étude publiée mardi.

D’après l’archéologie et la génétique, l’homme anatomiquement moderne, Homo sapiens, est apparu en Afrique au cours du Paléolithique moyen, une longue période qui s’étend de 280 000 à 30 000 ans avant le présent.

Les archéologues ont identifié plusieurs sauts technologiques majeurs dans l’art de la pierre taillée, des ruptures brusques dont les causes ne sont pas connues avec certitude et font toujours débat entre les spécialistes.

C’est notamment le cas en Afrique du Sud, aux environs de 71 500 ans avant notre ère et entre -64 000 et -59 000. Ces périodes de progrès techniques ont probablement accompagné aussi un développement du langage et de l’identité culturelle, avec l’émergence de gravures, d’objets en os ou de bijoux en coquillages, souligne l’étude, publiée dans la revue britanniqueNature Communications.

Selon Martin Ziegler, qui a dirigé cette étude pour l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), la question qui taraude les archéologues est la suivante:

«Pourquoi ces premières périodes d’innovation culturelle se produisent-elles par coups successifs, avec des industries qui émergent brusquement en Afrique du Sud pour disparaître tout aussi subitement après quelques milliers d’années?».

Afin d’y répondre, M. Ziegler et son équipe ont étudié les sédiments marins des côtes sud-africaines pour reconstruire les variations climatiques dans la région au cours des 100 000 dernières années.

«Nous montrons pour la première fois que l’apparition et la disparition de ces périodes d’innovation ont coïncidé avec de brusques changements du climat», résume M. Ziegler pour l’AFP.

«Nous avons trouvé que l’Afrique du Sud connaissait des conditions plus humides au cours de ces périodes de progrès culturel. Au même moment, de grandes zones en Afrique subsaharienne connaissaient un climat plus sec, de sorte que l’Afrique du Sud pouvait servir de refuge aux premiers humains», explique-t-il.

Dans le même temps, l’hémisphère nord subissait un climat extrêmement froid.

«Cette correspondance suggère que les améliorations climatiques ont joué un rôle clef dans l’émergence des innovations culturelles», estime le chercheur, pour qui il est très peu probable que cette corrélation entre vestiges archéologiques et climat soit le seul fruit du hasard.

Car si l’apparition des nouvelles techniques correspond à un climat plus favorable, leur disparition survient également au moment où le climat se dégrade, et ceci à plusieurs reprises au cours du Paléolithique moyen, relève l’étude.

En Afrique du Sud et dans d’autres régions du monde, «ces sursauts impulsés par le climat ont probablement été fondamentaux dans l’émergence des éléments clefs du comportement humain en Afrique, puis dans la diffusion d’Homo sapiens hors de son berceau ancestral», conclut l’étude.

http://www.lapresse.ca

La tornade de Moore était de la catégorie la plus puissante


Il y a environs 1200 tornades en moyenne par an aux États-Unis, Une tornade de catégorie F5 est assez rare mais quand elle survient elle rafle tout sur son passage et ce encore plus quand elle survient dans une zone habitée
Nuage

 

La tornade de Moore était de la catégorie la plus puissante

 

Avec 1200 tornades en moyenne par an, les... (Photo: Reuters)

Avec 1200 tornades en moyenne par an, les États-Unis sont le pays qui subit le plus grand nombre de tornades dans le monde.

PHOTO: REUTERS

Agence France-Presse
Washington

Les tornades sont courantes dans les grandes plaines des États-Unis, mais celle qui a fait au moins 24 morts et semé la destruction lundi dans une banlieue d’Oklahoma City était de la catégorie la plus puissante et chose peu fréquente a frappé une ville, relèvent des experts.

«C’est une tornade de catégorie EF-5, le maximum dans l’échelle du classement» avec des vents de plus de 320 km/heure, a indiqué à l’AFP Kelly Pirtle du laboratoire national des tempêtes de fortes puissance à l’agence océanographique et atmosphérique américaine (NOAA).

«Au vu de l’ampleur des dégâts, nous avons déterminé qu’il s’agissait d’une tornade de force EF-5», a-t-elle précisé depuis Norman dans l’Oklahoma.

Cela signifie que cette tornade qui a réduit à néant nombre d’habitations, deux écoles et un hôpital «avait des vents de plus de 320 Km/heure», a-t-elle ajouté.

La dépression avait été initialement classée EF-4, soit une vitesse de vents entre 260 et 320 km/h.

Ce phénomène est relativement courant aux Etats-Unis, souligne la NOAA. La plupart se produisent dans les États des grandes plaines: Texas, Oklahoma, Kansas mais aussi en Floride.

Avec 1200 tornades en moyenne par an, les États-Unis sont le pays qui subit le plus grand nombre de tornades dans le monde. Après eux, arrivent l’Argentine et le Bangladesh, précise l’agence.

«Seulement 2% des tornades aux États-Unis atteignent ce niveau», avait souligné plus tôt Andrew Barrett, météorologue à l’Université de Reading (Royaume-Uni).

Comble de malchance, elle a frappé une ville, un phénomène heureusement beaucoup plus rare que les tornades elles-mêmes.

Les grandes plaines américaines sont des zones plus propices aux orages, «donc statistiquement plus propices à l’apparition des tornades», a expliqué à l’AFP Jean-Marie Carrière, directeur de la prévision à Météo-France.

Les tornades sont en effet toujours associées à des phénomènes orageux très violents, appelés «orages super-cellulaires», un phénomène complexe qui fait encore l’objet de recherches. Car si on connaît bien le contexte dans lequel peuvent naître les tornades, en particulier la présence de «cisaillements de vents» qui entraînent la formation d’un tourbillon, elles restent difficiles à prévoir avec précision.

«Il y a des cas où tous les ingrédients sont réunis et elles ne se produisent pas», a souligné M. Carrière.

Ce phénomène météorologique existe aussi en Europe. Des dépressions de niveau EF-4 ou EF-5 se sont déjà produites dans l’Hexagone.En revanche, «rien ne permet d’affirmer que les tornades deviennent plus fréquentes ou plus graves», a assuré Ross Reynolds. «Il y a une grande variation d’une année à l’autre».

Selon les spécialistes, il est «très difficile» de dire si le changement climatique accroît la fréquence ou la puissance des tornades.

http://past.meteomedia.com/weather/caqc0177