Décoder son chat


Un chat communique avec ses maîtres, encore faut-il comprendre son langage surtout quand il se sent nerveux. Chaque chat a son caractère, mais c’est ce qui fait ces félins de très bons compagnons
Nuage

 

Décoder son chat

 

Si seulement votre chat pouvait parler! Sachez que même s'il ne vous  fait pas... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE)

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

STÉPHANIE VALLET
La Presse

Si seulement votre chat pouvait parler! Sachez que même s’il ne vous fait pas la conversation, il communique déjà avec vous clairement par son langage corporel.

Le comportementaliste félin Daniel Fillion, fondateur d’Éduchateur, a donné quelques clés à La Presse pour mieux décoder minou.

Les gestes d’apaisement =«Je ne veux pas d’affrontement»

> Votre chat cligne doucement des yeux en vous regardant, puis détourne le regard: c’est un geste d’apaisement. Vous pouvez communiquer avec lui en l’imitant.

 «Faites comme si vous vous endormiez, les yeux mi-clos, puis regardez ailleurs. On utilise beaucoup cette technique quand on est en présence de chats nerveux pour les apaiser», explique Daniel Fillion.

Il peut aussi se lécher le bout du nez, donner trois lichettes rapides sur le torse ou la patte ou encore bâiller. C’est le genre de comportement que votre chat adoptera devant un autre animal pour lui signifier qu’il ne veut pas de problème.

«Le geste ultime d’apaisement est le massage avec pattes avant. C’est un comportement que le chaton a appris sur le ventre de sa mère pour stimuler l’arrivée du lait. Il va ensuite ronronner pour dire qu’il est rassasié. Le chat va associer cette gestuelle à quelque chose de relaxant et va la répéter une fois adulte, sur un coussin, le ventre ou le bras de quelqu’un», précise le comportementaliste félin.

Le positionnement de la queue

> Dans les airs = heureux.

> En point d’interrogation = heureux, mais curieux.

> Fouette de gauche à droite = pas content.

C’est le meilleur indicateur pour savoir dans quel état d’esprit se trouve votre chat.

«Presque tout le monde sait que quand la queue du chat fouette de gauche à droite, quelque chose le dérange. Pourtant, personne ne respecte cet avertissement», lance le propriétaire d’Éduchateur.

Une situation qui donne lieu au syndrome du «caressé-mordeur» causé par une surstimulation du chat.

«C’est un peu comme quand on chatouille quelqu’un. Quand on caresse le chat, surtout sur les hanches, il peut ronronner, mais se mettre à remuer la queue. C’est le moment d’arrêter avant de se faire mordre!» précise Daniel Fillion.

Le marquage

> Se frotter contre une personne ou un objet = c’est mon territoire, entrez, relaxez, vous êtes le bienvenu.

> Marquage urinaire= chat méchant dans les parages.

> Griffer des objets= terrain privé, entrez à vos risques.

Qu’il se frotte sur vos pieds, vos jambes ou sur une patte de meuble, votre chat ne vous prouve pas son affection, mais dépose des hormones en utilisant des glandes se trouvant sur ses joues, ses griffes, ses hanches et le bout de sa queue.

«En déposant son odeur, le chat identifie des objets ou une personne. Alors quand il se frotte contre vos jambes ou pousse votre main avec sa tête, il détermine en fait son territoire. Souvent, quand son maître sort de la douche, le chat va avoir plus tendance à venir se frotter contre lui pour remettre son odeur sur lui», dit Daniel Fillion.

La peur

Quand votre chat a peur, il peut adopter une posture soumise ou agressive.

> Peur + soumission = le chat va essayer de disparaître de la surface de la Terre en se mettant en petite boule. Ses yeux vont se dilater, ses oreilles vont se coller sur sa tête tout comme ses moustaches, alors que sa queue va rentrer entre ses pattes.

> Peur + agressivité = le chat va tenter de paraître plus imposant pour impressionner le plus possible ce qui lui fait peur, tout en feulant. Plus il est agressif, plus ses yeux vont devenir minces. Le chat va hérisser son poil, se grandir, pointer sa queue vers le sol, mettre ses oreilles de chaque côté de sa tête en corne et pointer ses moustaches vers l’avant.

«Le chat le plus dangereux est sans doute celui qui est soumis: on ne sait jamais quand il va basculer pour « défendre sa vie ». Alors dès qu’il se met en petite boule, éloignez-vous!» conclut Daniel Fillion.

Le 1er juin, Daniel Fillion donnera une conférence sur le comportement félin (45$) à Laval.

 www.educhateur.com

http://www.lapresse.ca

Une réponse à “Décoder son chat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s