Ensemble


Être plusieurs est une chose mais travailler ensemble ca prend une bonne coordination, sinon on se met des bâtons dans les roues
Nuage

 

Ensemble

 

« Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite.  »

Henry Ford

L’amitié très "envahissante" d’un furet et d’un chat


Des animaux de compagnie insolite, un chat et un furet. Un est tranquille, l’autre est vraiment hyperactif. Alors, quand un veut jouer, l’autre au contraire veut la paix. Alors jusqu’à ou le chat va pouvoir rester patient Car c’est bien connu, la patience a des limites
Nuage

L’amitié très « envahissante » d’un furet et d’un chat

 

Les furets sont des animaux sociables qui peuvent parfaitement s’entendre avec un chat si celui-ci est disposé à recevoir quelques coups de griffes de la part d’un mustélidé particulièrement joueur.

Cela semble bien être le cas de ce chat qui paraît s’armer de patience, du moins dans un premier temps !


D’un air blasé, il se laisse embêter par son ami déchaîné qui, visiblement, aimerait bien que son compagnon de jeu soit un peu plus actif.

La patience du chat… a des limites !

Quand soudain, ce chat qui jusque-là encaissait les coups sans ne rien dire, semble exprimer son mécontentement : « bon, ça suffit, ma patience a des limites ! » Saisissant le furet entre ses pattes, il tente de le calmer. Mais cela ne fait qu’amplifier davantage son excitation : le 2ème round commence !

Le furet revient à la charge de plus belle, le chat l’attrape et le plaque au sol, essaie de le maintenir, mais le furet se débat, se relève, est de nouveau à terre… le match est presque terminé, le furet est bientôt K.O, mais le chat, dans un élan de sympathie que lui inspire son amitié pour le furet, finit par relâcher sa proie. Le furet déclare forfait, faisant du chat le vainqueur de la bataille. Mais entre les deux amis, la guerre n’est pas encore finie…

 

http://wamiz.com/

Le Saviez-vous ►Apocalypse(s) ?


Non, ne vous inquiété pas, ce n’est pas une annonce de fin du monde, je pense qu’on a eu notre quota depuis quelque temps. Et il y en aura d’autre Depuis des lustres des gens ont avancé le terme finale de la Terre et nous sommes encore là. Je pense la prédiction qui m’a le plus marqué est le bug de l’an 2000, car on ne connaissait pas grand chose à l’informatique et que beaucoup de domaines avaient bien entamé le transfert informatique
Nuage

 

Apocalypse(s) ?

 

 

 

La fin du monde a été prédite plusieurs fois : quand, par qui, et pour quelles raisons ?

Par Paldari

L’Homme a toujours été fasciné par les prévisions sur la date et les modalités de l’anéantissement de la vie sur Terre, et donc, de la fin du monde. Durant toute notre histoire, de petits groupes d’individus ont alors régulièrement prévu l’apocalypse comme étant imminente, mais ces prédictions se sont toujours révélées être fausses jusqu’à présent, sans quoi nous ne serions pas en train d’en parler !

Voici quelques exemples des supposées catastrophes auxquelles nous avons réchappé ces derniers siècles :

1533 : Le prédicateur anabaptiste et allemand Melchior Hoffmann annonce le retour du Christ à Strasbourg pour le quinzième centenaire de sa mort. Il est emprisonné au printemps 1533 afin de ne pas provoquer une révolution. Il mourra dix ans plus tard en prison, sans que Dieu ne soit descendu sur Terre pour abréger ses souffrances.

1555 : Les Prophéties de Michel de Nostredame (Nostradamus) est publié pour la première fois. Ce livre, écrit en quatrains, est un recueil de prédictions en tous genres qui partagent toutefois la particularité d’être difficilement interprétables. Aujourd’hui encore, certaines personnes, et parfois même des scientifiques, pensent que de nombreuses catastrophes qui ont eu lieu (et donc aussi qui auront lieu) sont prédites dans ce livre.

1843 : Le prédicateur protestant William Miller prévoit l’Apocalypse pour le 3 avril 1843, puis le 7 juillet 1843, le 21 mars 1844 et enfin le 22 octobre 1844. À cette dernière date, 50 000 personnes environ étaient réunies pour attendre le retour du Messie ; ils furent tellement déçus que la fin du monde n’ait pas eu lieu qu’ils donnèrent le nom de « Grand Désappointement » à cet épisode.

1914 : Les Témoins de Jéhovah prédisent en 1910 la bataille d’Armageddon pour l’année 1914. Cette prophétie s’est « presque » réalisée avec le début de la Première Guerre mondiale.

1982 : Dans leur livre The Jupiter Effect, les astrophysiciens John Gribbin et Stephen Plagemann prévoient qu’un alignement de planètes sera responsable d’un séisme qui détruira Los Angeles en mars.

1999 : Diverses prédictions prédisent la fin du monde pour le 11 août, dont certaines issues d’interprétations de quelques quatrains des Prophéties de Nostradamus.

2000 : Beaucoup de prédictions apparaissent pour le passage au troisième millénaire, et notamment sur les conséquences de bugs informatiques, qui entraîneraient un chaos économique total et même une guerre nucléaire du fait de la défaillance des systèmes d’alerte.

2007 : En novembre, 35 membres d’une secte orthodoxe se retirent dans un abri souterrain pour attendre la fin du monde ; ils y resteront plus de six mois. Les derniers en sortiront car ils ne supportaient plus l’odeur des cadavres en décomposition de leur camarades morts au fond de la cave…

Tous ces échecs n’ont pourtant pas démotivé les prédicateurs et nos prochains rendez-vous avec la fin du monde sont encore nombreux.

Plusieurs prophéties se sont recoupées pour annoncer la fin du monde le 21 décembre 2012, que ce soit à cause d’une collision avec la planète Nibiru ou d’un dérèglement climatique causé par une inversion du champs magnétique terrestre.

Par chance nous survivons, mais des scientifiques estiment que l’astéroïde Apophis pourrait nous percuter en avril 2036 et anéantir l’humanité.

Une de ces prédictions sera peut être (enfin ?) la dernière…

http://omnilogie.fr/

Le wapiti victime d’une bourde écologique à Yellowstone


C’est triste de voir que des gens décident de changer le cour de la nature par des intrus qui ne sont pas d’originaire d’une région qu’elle soit sauvage ou non. Et il arrive que ces intrusions ont des conséquences désastreuses pour la chaine alimentaire
Nuage

 

Le wapiti victime d’une bourde écologique à Yellowstone

 

Des wapitis.

PHOTO SIMON DIOTTE, COLLABORATION SPÉCIALE

Agence France-Presse
Paris

L’homme introduit la truite grise, qui mange la truite fardée, et faute de poisson à se mettre sous la dent, le grizzly mange du wapiti: c’est la triste histoire d’une bourde écologique commise dans le parc américain de Yellowstone qui illustre à merveille le fonctionnement de la chaîne alimentaire et ses répercussions insoupçonnées.

Des biologistes américains cherchaient à comprendre pourquoi la population de cervidés sauvages évoluant dans la région de Yellowstone avait décliné aussi rapidement au cours des vingt dernières années.

Selon eux, les principaux responsables sont l’homme et la truite grise, aussi appelée omble du Canada (Salvelinus namaycush), qu’il a introduite illégalement dans le lac de Yellowstone.

Les dizaines d’ours grizzly qui vivent dans le parc national sont omnivores et se nourrissaient traditionnellement au printemps des truites fardées (Oncorhynchus clarkii) natives des eaux de Yellowstone et de quelques jeunes wapitis âgés d’une à deux semaines, explique à l’AFP Arthur Middleton, zoologue qui a dirigé l’étude.

Mais voici plusieurs décennies, l’homme a introduit dans le parc des ombles du Canada, qui se nourrissent eux aussi de truite fardée, dont ils ont décimé la population.

Et comme l’omble du Canada vit en eau profonde, contrairement à la truite fardée qui fréquente les petits cours d’eau, le grizzly ne peut les pêcher facilement et a dû se rabattre sur d’autres proies. Il a donc tout naturellement augmenté sa consommation de jeunes wapitis, estiment les chercheurs.

Selon les observations des scientifiques, environ 12% des jeunes wapitis étaient dévorés par des grizzlys ou des ours noirs à la fin des années 1980, alors que ce taux atteignait 41% au milieu des années 2000.

«Cela suggère que même dans un milieu aussi sauvage que le Yellowstone, une bourde humaine commise dans le milieu aquatique voici des années a des répercussions très profondes, forçant un prédateur omnivore à chercher de nouvelles sources de nourriture dans le milieu terrestre», souligne M. Middleton.

L’étude est publiée mercredi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.

http://www.lapresse.ca

Découverte de poches d’eau de 1,5 milliard d’années en Ontario


Le Canada contient beaucoup d’eau douce, c’est bien connu, mais ce qui a été découvert c’est une eau vieille depuis plus d’un milliard d’années. Ce qui est encore plus fantastique, c’est que cette eau contiendrait tout ce qu’il faut pour que la vie se développe et ce même sans la lumière du jour. Peut-être que dans ce milieu extrême existe aussi sur Mars
Nuage

 

Découverte de poches d’eau de 1,5 milliard d’années en Ontario

 

Des scientifiques ont trouvé au fond d'une mine canadienne des poches d'eau... (Archives La Tribune)

ARCHIVES LA TRIBUNE

Agence France-Presse

Des scientifiques ont trouvé au fond d’une mine canadienne des poches d’eau vieille d’au moins 1,5 milliard d’années, qui pourrait selon eux contenir des microbes préhistoriques mais dont les descendants sont toujours bien vivants.

D’après leur étude, publiée mercredi, une telle trouvaille ravive l’espoir que de l’eau propice à la vie puisse avoir été préservée également sous la surface de Mars.

C’est par 2,4 km de fond, dans la mine de Timmins en Ontario, que des chercheurs britanniques et canadiens ont découvert cette eau, restée totalement isolée du monde extérieur depuis le Précambrien (période qui court de la formation de la Terre, voici 4,5 milliards d’années, à 540 millions d’années environ).

Après l’avoir analysée, ils se sont rendus compte qu’elle était riche en gaz dissous, comme l’hydrogène, le méthane et différentes formes atomiques (isotopes) de gaz rares tel l’hélium, le néon, l’argon ou le xénon.

Or tous ces gaz ont le potentiel pour fournir l’énergie nécessaire à des microbes tenus à l’écart du Soleil durant des milliards d’années. C’est exactement ce qui permet actuellement aux abords des sources d’eau chaude situées au fond des océans de grouiller d’une vie microscopique.

En comparant la teneur de cette eau en certains isotopes de xénon avec celle de l’atmosphère préhistorique, les chercheurs estiment que cette eau est piégée sous terre depuis au moins 1,5 milliard d’années. Mais d’autres indices laissent penser qu’elle pourrait être vieille de près de 2,7 milliards d’années, un âge proche des roches qui la retiennent prisonnière.

«C’est d’un intérêt majeur pour les scientifiques qui cherchent à comprendre comment les microbes évoluent en isolement. Et c’est au coeur de toutes les questions sur l’origine de la vie, de son développement, et de la survie dans des milieux extrêmes ou d’autres planètes», souligne dans un communiqué Chris Ballentine, de l’Université britannique de Manchester, qui a participé à l’étude.

Avant cette découverte, des traces d’eau aussi ancienne avaient bien été identifiées mais elles se limitaient à de petites bulles piégées dans la roche, incapables d’alimenter une quelconque forme de vie.

À l’inverse, l’eau de cette mine canadienne s’écoule d’un trou de forage à raison de deux litres par minute. Et elle présente des caractéristiques similaires à une eau – bien plus jeune celle-là – trouvée au fond d’une mine sud-africaine par 2,8 km de fond et qui, quant à elle, abrite bien une vie microbienne.

«Nos collègues canadiens sont en train d’essayer de voir si l’eau contient une forme de vie. Mais ce dont on est déjà sûr, c’est que nous avons identifié comment les planètes peuvent créer et préserver durant des milliards d’années un environnement propice à la vie microbienne, aussi inhospitalière que soit leur surface», explique Greg Holland, de l’Université de Lancaster, qui a dirigé ces recherches, financées pour partie par le gouvernement britannique.

«Si des fluides aussi anciens, présentant de telles concentrations en hydrogène et en méthane, sont préservés profondément sous la croûte terrestre pendant des milliards d’années, peut-être des milieux similaires ont-ils été préservés sous la surface de Mars», conclut l’étude, publiée par la revue scientifique Nature.

http://www.lapresse.ca

Inde: opération réussie pour Roona Begum, la fillette hydrocéphale


Le droit aux soins de santé devrait être accessible pour tous et encore plus pour les gens pauvres des pays en développement. Mais heureusement, pour cette petite fille, Internet est venu en aide pour aider la famille a redonné une vie normale a une petite fille avec une levé de fond pour payer l’opération et les soins requis post-opératoire. Cependant, quand il est question d’argent, on doit toujours se fier a des sites fiables pour transmettre les liens sur les réseaux sociaux
Nuage

 

Inde: opération réussie pour Roona Begum, la fillette hydrocéphale

 


Des médecins indiens ont réussi mercredi l’opération d’une fillette de 15 mois souffrant d’une maladie rare qui a presque fait doubler sa tête, et dont le sort a suscité un élan de solidarité en raison de l’extrême pauvreté de ses parents, a dit à l’AFP un neurochirurgien.

« L’opération s’est déroulée parfaitement, beaucoup mieux que prévu », a déclaré Sandeep Vaishya à l’issue de l’opération de la petite Roona Begum.

« C’est un succès mais il est trop tôt pour dire comment sera la qualité de sa vie future », a-t-il ajouté, interrogé en exclusivité par l’AFP dans la salle d’opération d’un hôpital près de New Delhi.

Roona Begum est née avec une grave anomalie neurologique qui s’est traduite par l’augmentation du volume des espaces contenant le liquide céphalorachidien et provoque une pression sur le cerveau.

La circonférence de sa tête avait ainsi atteint 94 centimètres, soit près de deux fois plus que la normale pour une enfant de son âge, empêchant la fillette de se tenir droite ou même de marcher à quatre pattes. Cette anomalie affectait aussi la vision de l’enfant, ses pupilles étant très enfoncées dans les orbites.

L’opération consistait en une « dérivation crânienne », la procédure habituelle dans ce type de pathologie consistant à drainer un excès de liquide céphalorachidien hors du cerveau vers un autre organe.

Roona Begum, une jeune Indienne hydrocéphale, opérée à New Delhi le 15 mai 2013 (Photo Sajjad Hussain/AFP)

Agrandir la photo

La diffusion de photos de la fillette prises par un photographe de l’AFP début avril dans une région reculée du nord-est de l’Inde, l’Etat du Tripura, avait suscité l’émoi de lecteurs et d’internautes à l’étranger. Certains avaient lancé une campagne de collecte de fonds pour financer son opération.

Un hôpital réputé près de New Delhi, appartenant à la chaîne Fortis Healthcare, avait aussi proposer d’examiner gratuitement l’enfant.

Le Dr Vaishya, qui dirige le service de neurochirurgie de cet hôpital, a indiqué que Roona aurait toutefois encore besoin de « kinésithérapie intensive » pour qu’elle puisse vivre une vie sans handicap.

« Les muscles de son cou sont très sous-développés, donc elle va avoir besoin d’une meilleure nutrition et d’une kinésithérapie intensive pour être plus solide. Son corps va devoir grandir pour qu’elle puisse s’asseoir et bouger et avoir une vie normale », a-t-il confié.

Le Dr Vaishya estimait que le poids du liquide dans sa tête représentait la moitié de son poids total, lui faisant craindre que son corps ait du mal à absorber tout ce liquide lors du processus de dérivation crânienne.

Roona avait en outre développé une infection cutanée à la base de la tête et l’équipe médicale craignait que cette opération transperce le cuir chevelu et que le liquide se répande dans la peau, entraînant de nouvelles complications.

Le Dr Vaishya a décidé de drainer le liquide de son cerveau vers un sac plastique externe et a continué le processus jusqu’à ce que la circonférence de sa tête rétrécisse pour atteindre environ 60 cm, lui permettant alors d’opérer.

L’AFP a obtenu l’autorisation de filmer l’opération, qui a duré une heure et consistait en l’insertion d’un cathéter pour drainer le liquide hors du cerveau et le faire dériver vers l’abdomen, où il pourra être absorbé facilement par le flux sanguin.

Le processus de drainage a entraîné une perte de poids de la fillette, qui est passée de 14 à 10 kg en dépit des améliorations de son régime alimentaire.

Le père de Roona Begum, Abdul Rahman, est un paysan illettré de 18 ans qui gagne 150 roupies (2,10 euros, 2,75 dollars) par jour et n’aurait donc jamais pu faire soigner son enfant.

Deux étudiants norvégiens, Jonas Borchgrevink et Nathalie Krantz, ont lancé une campagne de collecte de fonds qui a réuni 52.000 dollars (40.000 euros). Ces fonds visent à aider la famille à financer les soins post-opératoires.

Les étudiants ont indiqué à l’AFP qu’ils étaient en contact avec un site internet local dans l’Etat du Tripura pour envoyer l’argent à la famille.

http://www.linternaute.com

En 24 heures Trois grandes éruptions solaires en 24h, dont la plus puissante


Le soleil s’emporte, bouillonne et explose. Des éruptions solaires ont été détectés depuis 24 heures. Phénomène normale mais la technologie peut-être affecté comme cela a déjà arrivé .. Par contre, cette fois ces éruptions semblent avoir pris une autre direction que la terre
Nuage

 

En 24 heures

Trois grandes éruptions solaires en 24h, dont la plus puissante

 

En 24 heures - Trois grandes éruptions solaires en 24h, dont la plus puissante

Photo AFP / NASA

WASHINGTON – Trois grandes éruptions solaires se sont produites en 24 heures, dont la plus puissante à ce jour cette année, indique la Nasa, qui montre sur son site des images spectaculaires de ces phénomènes.

La précédente plus importante éruption solaire de 2013 a eu lieu en avril.

Les trois dernières éruptions observées lundi et mardi étaient de catégorie dite X, qui correspond à la plus grande intensité de ces phénomènes. Ce sont les premières de ce groupe cette année, précise l’agence spatiale américaine.

Ces explosions ou éjections de masse coronale (EMC) projettent du plasma ionisé dans l’espace à de grandes vitesses, dont la dernière observée mardi à 2250 km par seconde, ce qui est particulièrement rapide, souligne la Nasa.

Ces trois dernières éjections coronales vont former un nuage de matériaux solaire qui pourrait affecter le fonctionnement des deux satellites STEREO-B et Epoxi qui surveillent les tempêtes solaires et les comètes.

«Les membres du personnel responsable de ces satellites ont été avertis et si nécessaire ils prendront des mesures de sauvegarde des instruments», indique encore la Nasa.

L’accroissement du nombre et de l’intensité de ces éruptions solaires correspond au début du nouveau cycle d’activité du Soleil qui atteindra son maximum en 2013. Le Soleil connaît alternativement des cycles de onze ans d’activité et de calme.

Les vents solaires chargés de puissantes radiations résultant de ces éjections de masse coronale provoquent des orages géomagnétiques en interagissant avec le champ magnétique terrestre.

Ils produisent des aurores boréales et australes mais peuvent aussi perturber temporairement le réseau électrique, les communications satellite et radio.

Le plus souvent le champ magnétique terrestre permet de protéger la planète.

L’éruption solaire observée en avril, qui avait entraîné des perturbations des télécommunications, était bien plus faible que celles de ces deux derniers jours.

Mais celles-ci ne se sont pas produites en direction de la Terre.

La première éruption solaire de catégorie X de ce cycle d’activité maximale du Soleil s’était produite en février 2011 et la plus puissante en août 2011.

http://fr.canoe.ca

Le « trunking » ou la nouvelle horrible mode des combats de chiens


Je ne sais pas quel mot dire pour rester polie, mais en tout cas imaginez  C’est abominable ce que des personnes peuvent faire à des animaux juste par plaisir. C’est de la haute cruauté, inimaginable
Nuage

 

Le « trunking » ou la nouvelle horrible mode des combats de chiens

 

Il n’y a pas de mot pour décrire l’horreur absolue que représente cette nouvelle tendance. On l’appelle le « trunking » parce qu’elle consiste à enfermer des chiens dans le coffre (« trunk » en anglais) d’une voiture et à les laisser se battre à mort pendant que le véhicule roule.

C’est à Miami aux Etats-Unis que cet ignoble phénomène prend, hélas, de plus en plus d’ampleur.

 

Dahlia Canes de l’association Miami Coalition Against Breef Specific Legislation explique ainsi : « Ils mettent les chiens dans le coffre d’une voiture, le ferment à clé, se mettent à rouler avec la musique à fond pour que personne ne puisse entendre les cris des chiens. Après 10 ou 15 minutes, ils s’arrêtent. Ils jettent le chien mort et le vainqueur continue la route »… jusqu’au prochain combat.

Cela ne pourrait être qu’un mythe urbain, et pourtant, c’est bel et bien la réalité. Deux personnes travaillant au Miami-Dade Animal Services Department de Floride ont confirmé l’existence de cette pratique en affirmant qu’ils avaient été témoins de plusieurs cas.

Une horrible découverte

Il y a deux semaines, un homme a contacté l’agence pour la mettre sur la piste d’un homme suspecté de pratiquer le trunking. L’homme a assuré avoir vu ce suspect jeter des chiens dans le coffre de sa voiture pour se battre plusieurs fois. Les autorités ont alors mené l’enquête et ont découvert 5 chiens adultes et 4 chiots dans de terribles conditions au domicile du suspect.

« Les animaux n’avaient ni eau ni nourriture ni abris adéquat » témoigne Luis Salgado du Miami-Dade County Animal Services. Et de préciser : « ils étaient dans leurs excréments et leur urine ! »

Ces pauvres chiens laissés affamés pour pouvoir se battre avec davantage de férocité en eux ont été découverts dans un bien piètre état, couverts de cicatrices, de plaies béantes, des membres cassés et de marques de dents.

Les autorités n’ont pas encore trouvé le propriétaire de ces chiens mais ce qui est certain, c’est que les charges qui seront retenues contre lui seront celles d’un véritable crime.

Chien victime du trunking

Ils n’attendent plus que de l’amour !

Heureusement, les chiens semblent aller bien mentalement. Très sympathiques avec les vétérinaires, ils n’ont montré aucun signe d’agressivité envers l’homme. Un chien a même remué sa queue avec gaieté alors que l’on soignait ses blessures.

Parmi les chiens trouvés, on compte un Pitbull Or, le Miami-Dade a interdit la possession des Pitbulls dans l’Etat il y a 23 ans. Alors que les chiens sont actuellement soignés en attendant d’être adoptés par un nouveau maître aimant, ce Pitbull devra quant à lui être accueilli par une famille hors de la Floride.

Espérons que les cœurs de ces chiens soient très vite remplis d’amour, et non plus de haine.

http://wamiz.com