Parole d’enfant ► Au voleur


Mais qui a bien pu commettre un vol … Bien sur pour un enfant, perdre quelque chose c’est qu’il y forcément eu un vol …
Nuage

 

Au voleur

 

 

« Un matin en me levant, je m’écrie: « Oula! J’ai perdu 2 kilos ! »
Ma petite fille, Léna, me répond catastrophée: « Je te promets Papi que c’est pas moi qui les ai pris!! » »

Léna 5 ans

Le coeur comme une feuille de papier


Quand on blesse une personne, il est difficile de faire oublier le tord qu’on a fait. Il reste des cicatrices, un arrière-goût …
Nuage

Le coeur comme une feuille de papier

 

Prend une feuille de papier et frosse-la ! ça y est ?

Maintenant essaie de remettre la feuille de papier comme avant, bien lisse.. tu n’y arrives pas ?

Le cœur d’une personne est comme cette feuille de papier : une fois que tu lui a fait du mal, il est difficile de Le retrouver comme tu l’as connu …

Inconnu

Le test de la poupée blanche et la poupée noire


Montrons-nous à nos enfants qu’il n’y a pas de différence entre les enfants de couleurs différentes ? Comment ils réagissent devant une poupée noire ou une poupée blanche ? Les résultats sont surprenants Quand j’avais offert a ma fille une poupée noire, on m’a demandé quelle drôle d’idée que j’ai eue … Au début ma fille a été surprise mais par la suite elle a aimée sa poupée
Nuage

 

Le test de la poupée blanche et la poupée noire

Dans les années 50, dans une Amérique encore ségrégationnaire

Un psychologue Kenneth Clark a conduit une expérience avec des enfants noirs. Il voulait mesurer l’impact que le racisme  avait sur l’image que ces enfants avaient d’eux même.

50 ans plus tard, les résultats sont-ils les mêmes ?

 

 

Le Saviez-vous ► Expression :C’est kif-kif


Cette expression kif-kif est beaucoup employer encore de nos jours. C’est un argot qui nous vient d’une langue étrangère soit de l’arabe qu’on peut comparer aussi a l’expression québécoise  »changer 30 sous pour une piasse »
Nuage

C’est kif-kif 

C’est pareil, c’est la même chose.
Cela revient au même.

Pour certains, le‘kif’, c’est le hashich, cultivé en grande quantité au Maroc, pour le bonheur des paysans qui en tirent quelques revenus plus conséquents qu’avec d’autres cultures (avec un gouvernement qui ferme les yeux pour éviter l’exode rural –  et ).

Mais kif-kif, ce n’est pas une double dose de shit.

Il s’agit d’une expression qui date de 1867 et qui a été empruntée à l’arabe maghrébin et ramenée en France par les soldats des armées d’Afrique du Nord.

C’est un dédoublement du mot arabe ‘kif’ qui signifie ‘comme’.

http://www.expressio.fr/

Faux botox, vrais ravages


Beaucoup de femmes et quelques hommes refusent d’avoir des signes de vieillesses apparentes. Certains sont prêts a n’importe quoi et si cela coute moins cher alors pourquoi pas ? Mais c’est justement une porte ouverte pour les fraudes. Et nous savons pourtant que beaucoup de produit chinois sont des contrebandes et peuvent causer plus de tort que de bien. Des torts pouvant aller à la paralysie, et même la mort. Est-ce que cela valait vraiment la peine pour quelques rides ?
Nuage

 

 

Faux botox, vrais ravages

 

La lutte aux rides coûte cher. Si cher, que dans l'espoir de payer moins, des... (Illustration La Presse)

ILLUSTRATION LA PRESSE

MARIE-CLAUDE MALBOEUF
La Presse

La lutte aux rides coûte cher. Si cher, que dans l’espoir de payer moins, des milliers de Québécois prennent des risques immenses. Faux Botox et faux agents de remplissage. Injections illégales. Rabais de groupe. Cliniques achalandées comme des usines… Le milieu de la santé dénonce les dérives d’un marché anarchique et l’inaction des autorités.

Des vendeurs de Botox bidon et de substances censées combler les rides infiltrent depuis peu le marché québécois avec leurs produits douteux, qui ont déjà provoqué des tragédies de l’Australie jusqu’aux États-Unis.

Pendant deux mois, au lieu d’utiliser la marque Botox, une jeune médecin montréalaise a injecté de la toxine botulinique coréenne aux patients d’un réseau d’au moins trois cliniques d’esthétique.

«Ce sont les propriétaires, des hommes d’affaires, qui me la fournissaient et je leur faisais confiance, explique la jeune femme, qui a requis l’anonymat. Je ne savais pas que c’était un produit acheté au rabais et qu’il n’était même pas approuvé par Santé Canada.

«Un jour, poursuit-elle, ils m’ont montré des fioles avec des étiquettes pleines de caractères asiatiques. Ils étaient même prêts à essayer le produit sur eux! Mais pour que j’injecte, il fallait à tout le moins que la bouteille soit lisible.»

Estomaqué, le président sortant de l’Association canadienne de médecine esthétique, Yves Hébert, a dissuadé sa consoeur de recommencer, peu importe la langue d’étiquetage.

«Les produits étrangers ne sont pas soumis au même contrôle de qualité, prévient-il. D’une bouteille à l’autre, ils peuvent être trop concentrés ou pas assez. Et s’ils contiennent des impuretés, ils peuvent causer de graves problèmes: des infections jusqu’au choc anaphylactique et la mort.»

Malgré tout, une infirmière de la couronne nord (qui ne veut pas être nommée) avoue commander régulièrement de la prétendue toxine botulinique et des agents de remplissage de rides, tous fabriqués en Chine, puis vendus en ligne, sans ordonnance. Elle en a déjà injecté à ses amies et s’en injecte toujours elle-même.

«Ça m’inquiète un peu, mais c’est beaucoup moins cher», justifie-t-elle.

Dans les cliniques québécoises, on paie en moyenne 500$ pour se faire injecter du Botox, et au moins autant pour se faire injecter un agent de remplissage. Utiliser soi-même des produits douteux coûte entre quatre et dix fois moins. Mais les risques, eux, sont incalculables. L’infirmière qui le fait a déjà forcé la dose et eu du mal à parler pendant deux mois.

«Sa bouche ne fermait plus, explique l’une de ses amies. Une autre fois, en ouvrant la seringue, on a réalisé que le contenu était beaucoup trop épais et on l’a jeté.»

Paralysie

En Océanie, des femmes ordinaires se sont causé des abcès en s’injectant elles-mêmes des substances vendues sur l’internet avec un DVD explicatif. L’une d’entre elles a même perdu un rein.

Aux États-Unis, des charlatans et des médecins sont allés jusqu’à injecter du faux Botox fait d’huile à moteur ou destiné à des souris de laboratoire. Des patients ont paralysé et ont dû subir une trachéotomie.

À Laval, la dermatologue Suzanne Gagnon souligne qu’aucun médecin canadien n’a été impliqué dans une histoire aussi extrême. Ce qui n’empêche pas les vendeurs louches de vouloir les appâter. Sa clinique, Face au temps, a reçu une télécopie et des courriels lui offrant du faux Botox chinois ou des agents de remplissage à des prix dérisoires. Il y a environ huit mois, une vendeuse non autorisée a même téléphoné, prétendant avoir rendez-vous.

«C’est de la fraude!», s’indigne la dermatologue.

À l’été 2012, un vendeur similaire a pris contact avec une autre clinique lavalloise.

«En faisant des recherches à son sujet, on est tombés sur un site de Botox chinois, indique la technicienne Lucie Beauchemin. On a ensuite appris que d’autres médecins avaient été sondés. C’est illégal.»

La Presse a pu joindre ce vendeur en se faisant passer pour une infirmière. Arrogant et méfiant, le Torontois a affirmé vendre des agents de remplissage plutôt que de la toxine botulinique, puis a refusé d’en dire plus à moins de savoir comment nous l’avions retrouvé.

Un médecin montréalais a pris le relais à la demande de La Presse. Il s’est vu proposer deux produits reconnus à environ 20% de rabais.

«Mais le premier n’est pas approuvé au Canada et le second devrait plutôt être vendu par une maison de distribution. Dès qu’on ne passe pas par la filière officielle, on peut s’interroger sur la composition réelle du produit et sur ses conditions d’entreposage», dit l’omnipraticien.

500 médecins fautifs

Santé Canada autorise seulement trois marques de toxines botuliniques pour atténuer les rides: Botox cosmétique (du laboratoire californien Allergan), Dysport (fabriqué en Irlande) et Xeomin cosmétique (fabriqué en Allemagne). Puisqu’il s’agit de médicaments, seuls les médecins et les pharmaciens peuvent s’en procurer sans violer la loi. Et seuls les médecins et les infirmières qu’ils forment et délèguent peuvent en injecter.

Allergan, qui détient 85% du marché, a doté ses flacons d’un hologramme, pour les rendre inimitables. La société nous a déclaré qu’elle dénonce les cas d’importation illégale et de contrefaçon à Santé Canada et à la GRC, et qu’elle collabore ensuite à leurs enquêtes.

Il y a quatre mois, les autorités canadiennes ont même été interpellées par la Food and Drug Administration (FDA). L’organisme a alors rendu publics les noms de 350 médecins américains, précisant qu’ils s’étaient procuré du Botox de contrefaçon auprès de fournisseurs appartenant à Canada Drugs, pharmacie en ligne établie à Winnipeg. La FDA reprochait déjà à l’entreprise d’avoir vendu du faux Viagra et un faux médicament contre le cancer fabriqué en Turquie.

L’entreprise n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue, tandis que Santé Canada nous a déclaré, par courriel, n’avoir aucune raison de croire que les Canadiens soient en danger.

«Santé Canada ne protège pas le public contre les médicaments contrefaits», estime au contraire Amir Attaran, professeur aux facultés de droit et de médecine de l’Université d’Ottawa.

À ses yeux, les fonctionnaires canadiens sont trop passifs et les règles internationales ne sont pas assez sévères.

«Les pénalités sont plus grandes pour les fabricants de faux billets de banque que pour les fabricants de faux médicaments, qui peuvent pourtant tuer», résume-t-il.

– Une idée originale de Francis Vailles

***

UN MARCHÉ EN ÉBULLITION ENTRE 2000 ET 2012

680% hausse du nombre d’injections de toxine botulinique

En 2000: 0,786 million

En 2012: 6,1 millions

205% hausse du nombre d’injections d’agents de remplissage

En 2000: 0,652 million

En 2012: 2 millions

– 16% chute parallèle du nombre de traitements esthétiques chirurgicaux

En 2000: 1,9 million

En 2012: 1,6 million

Source 2012: American Society of Plastic Surgeons (ASPS)

EN 2011

1,7 milliard somme dépensée par les Américains pour subir des injections de protéine botulinique ou d’agents de remplissage. Il s’agit des deux traitements les plus populaires de tous chez les 35-50 ans.

91% des adeptes sont des femmes

9% sont des hommes

Après coup, environ deux clients sur trois estiment que ce type de traitement en valait la peine, selon les usagers du site RealSelf.com.

NOMBRE D’ADEPTES PAR TRANCHES D’ÂGE

18 ANS ET MOINS: 0,2%

19-34 ANS: 13,5%

35-50 ANS: 45,9%

51-64 ANS: 30,9%

65 ANS ET PLUS: 9,5%

Source: 15th Annual Cosmetic Surgery National Data Bank Statistics, The American Society for Aesthetic Plastic Surgery

http://www.lapresse.ca

L’astronaute Chris Hadfield de retour sur Terre lundi


S’il n’avait pas eu les nouvelles ayant fait état de ses apparitions sur les médias sociaux, soit en relatant un certains dialogues avec l’Entreprise et le commandant  »Kirk et Spock de Star Strek », ou répondant a des questions via internet il n’aurait pas été aussi connu En tout cas, Bon retour sur Terre
Nuage

 

L’astronaute Chris Hadfield de retour sur Terre lundi

 

L'astronaute canadien Chris Hadfield, à bord de l'ISS.... (Photo: PC)

L’astronaute canadien Chris Hadfield, à bord de l’ISS.

PHOTO: PC

La Presse Canadienne

L’astronaute canadien Chris Hadfield s’apprête à quitter la Station spatiale internationale (ISS).

C’est à bord d’une capsule russe Soyouz que Chris Hadfield, commandant de l’ISS depuis la mi-mars, effectuera lundi soir son retour sur Terre, en compagnie de deux autres astronautes. L’atterrissage se fera au Kazakhstan.

Premier Canadien à avoir marché dans l’espace, Chris Hadfield est à bord de la Station spatiale internationale depuis cinq mois. Il a mené plusieurs expériences scientifiques, piloté le Canadarm-2 et effectué de nombreuses tâches de robotique.

Chris Hadfield s’est beaucoup servi des médias sociaux pour communiquer avec la Terre pendant ses 146 jours dans l’ISS. Guitariste et chanteur accompli, il a aussi donné quelques «spectacles spatiaux» pendant sa mission.

C’est le cosmonaute russe Pavel Vinogradov qui prendra la relève comme commandant de l’ISS.

http://www.lapresse.ca

É-U: un garçon de 12 ans arrêté pour le meurtre de sa petite soeur


Encore un drame aux États-Unis, bon ce n’est pas avec une arme a feu mais il s’agit quand même d’un jeune garçon qui a tué sa petite soeur. Qu’est-ce qui s’est passé dans sa tête. Comment les policiers ont compris que l’intrus n’a jamais existé ?
Nuage

 

É-U: un garçon de 12 ans arrêté pour le meurtre de sa petite soeur

 

La police américaine a arrêté samedi en Californie un garçon de 12 ans  pour le... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE)

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

Agence France-Presse
LOS ANGELES

La police américaine a arrêté samedi en Californie un garçon de 12 ans pour le meurtre de sa petite soeur de 8 ans, retrouvée poignardée il y a quinze jours dans la maison familiale.

Le meurtre de la fillette avait fortement mobilisé la police qui avait lancé une véritable chasse à l’homme pour retrouver un coupable, et suscité beaucoup d’émotion dans le village de Valley Springs, au pied de la Sierra Nevada.

«Les enquêteurs du bureau de shérif du comté de Calaveras ont arrêté le frère de Leila (Fowler), âgé de 12 ans, pour homicide», a indiqué le bureau du shérif de Calaveras, au sud-est de San Francisco, dans un communiqué publié samedi soir.

«Nous avons passé plus de 2000 heures à enquêter afin d’apporter des réponses à la famille de Leila Fowler», a ajouté le shérif Gary Kuntz, lors d’une conférence de presse.

Leila est morte le 27 avril quand elle et son frère, dont le nom n’a pas été publié, se trouvaient seuls dans leur maison de Valley Springs.

Le frère de Leila a raconté à la police qu’il avait vu un intrus pénétrer dans la maison et que, peu après, il avait découvert sa soeur poignardée. Le garçon avait alors téléphoné à ses parents qui avaient appelé les urgences, mais Leila était décédée peu après à l’hôpital, selon le journal local Sacramento Bee.

La police a alors cherché le présumé intrus, lors d’une véritable chasse à l’homme, y compris à l’école élémentaire de Leila et sur les routes empruntées par les bus scolaires.

Le shérif n’a pas donné de détails sur l’arrestation du garçon, faisant valoir que l’enquête était «en cours».

«Les habitants de Calaveras pourront mieux dormir cette nuit», s’est-il contenté de déclarer.

http://www.lapresse.ca