L’essentiel


On croit,  a tord qu’avoir beaucoup de choses matériels nous donnera plus de satisfaction et pourtant plus qu’on amasse moins nous avons le temps pour les gens, les évènements vraiment importants
Nuage

 

L’essentiel

 

« Nous agissons toujours comme si le confort et le luxe étaient essentiels à notre existence, alors qu’il suffit pour être réellement heureux de trouver quelque chose qui nous intéresse passionnément. »

Charles Kingsley

Mettre de l’ordre


C’est ce que je pense depuis plusieurs années, que pour changer les choses, il ne faut pas commencer par l’extérieur mais  de l’intérieur et a commencer par nous-même avant tout le reste viendra peut-être mais nous aurons fait une part importante
Nuage

 

Mettre de l’ordre

 

« Pour mettre de l’ordre dans le monde, nous devons d’abord mettre la nation en ordre ;

pour mettre la nation en ordre, nous devons mettre la famille en ordre.

Pour mettre la famille en ordre, nous devons cultiver notre vie personnelle.

Et pour cultiver notre vie personnelle, nous devons clarifier nos coeurs. »
 
Confucius

Des guépards dans la famille


Comment peut-on laisser des enfants jouer avec des guépards. Même si les parents leur laissent chasser comme les autres guépards dans leur environnement, en vue peut-être de retourner dans la nature ce qui est louable, mais qu’ils habitent avec des jeunes enfants est dramatique. Combien de fois que les animaux sauvages se sont retournés contre l’être humain et a cause de leur instinct et ont été abattu
Nuage

 

Des guépards dans la famille

 

Des guépards dans la famille

Capture d’écran Youtube

Malan, 3 ans et sa petite sœur Kayla ont des amis très particuliers. Les deux petits Sud-africains ne se séparent rarement de Wakku et Skyla, deux beaux guépards.

La fratrie a créé un lien tout particulier avec les deux animaux, partageant même leurs jouets avec eux. Il n’est pas rare de croiser Malan au volant de sa mini camionnette, avec un des guépards comme passager.

Leurs parents, Kim et Hein Schoeman, sont aussi proches de ces félins connus pour être les animaux les plus rapides au monde.

Kim Schoeman a expliqué au quotidien anglais le Daily Mail que ses enfants se comportent avec les guépards comme ils le feraient avec des chiens.

«Ils les serrent comme des gros ours en peluche», dit-elle.

Le couple, qui n’a jamais voulu prendre de risques, a pris des précautions, en expliquant à leurs enfants comment se comporter avec les animaux.

«On leur a dit de ne pas courir partout, et de toujours leur faire face quand ils marchaient. Ils ne doivent jamais leur tourner le dos. Nos enfants sont petits, mais ils pensent qu’ils les dominent. Quand un des « chats » saute, ils le réprimandent en lui disant de ne pas le faire», indique la mère de famille.

Par ailleurs, le père, Hein, a appris aux animaux à chasser par eux même, pour ne pas les couper de leur vraie nature et dans l’espoir qu’ils puissent un jour retourner vivre à l’état sauvage un jour.

Pour regarder un court documentaire sur cette étonnante cohabitation

http://fr.canoe.ca

Soyez prêt à affronter une catastrophe naturelle


Avec toutes les catastrophes que le monde subit, nul ne sait ce que la météo ou même les tensions politiques, les épidémies peuvent se présenter. Il est bon d’avoir une trousse de secours pour tenir quelques jours au cas, en attendant les secouristes puissent venir nous venir en aide
Nuage

 

Soyez prêt à affronter une catastrophe naturelle

 

En août 2012, une micro-rafale avait causé de lourds dégâts à Rosemère. (Crédit photo: Patrick Lévesque)

dimanche 5 mai 2013 à 19:47 – Inondations, tornades, verglas; la météo nous réserve bien des surprises. Pour cette raison, il est important de se préparer à toute éventualité.

L’année dernière, des orages avaient provoqué des inondations à Boisbriand. (Crédit photo: Daniel C.)

L'année dernière, des orages avaient provoqué des inondations à Boisbriand. (Crédit photo: Daniel C.)

D’ailleurs, la Semaine de la sécurité civile commence aujourd’hui au Québec sous le thème « La nature ne pardonne pas! Ne soyez pas à sa merci! ».

L’objectif de cette 18e édition est de sensibiliser la population à l’importance de se préparer à faire face à diverses situations d’urgence.

Pour l’occasion, MétéoMédia diffusera une série de capsules sur les moyens d’intervenir en cas de catastrophes naturelles.

Certaines écoles primaires et municipalités du Québec organiseront également des activités au cours de la semaine.

Votre trousse devrait contenir notamment des chandelles et un sifflet.

Votre trousse devrait contenir notamment des chandelles et un sifflet.

Voici les choses utiles à mettre dans une trousse d’urgence :

  • Eau potable : deux litres par personne par jour, pour au moins trois jours
  • Nourriture non périssable : provisions pour au moins trois jours
  • Ouvre-boîte manuel
  • Radio à piles et piles de rechange
  • Lampe de poche et piles de rechange
  • Trousse de premiers soins : bandages adhésifs, compresses de gaze stériles, ciseaux, pince à épiler, épingles, antiseptiques, analgésiques
  • Articles pour l’hygiène : brosses à dents, serviettes, savon, papier hygiénique, sacs à ordures de plastique
  • Couvertures
  • Argent comptant et monnaie
  • Clés pour la voiture et la maison
  • Sifflet (pour signaler votre présence aux secouristes)
  • Chandelles
  • Briquet et/ou allumettes
  • Couteau de poche multifonctionnel
  • Masques antipoussière (pour filtrer l’air contaminé)
  • Photocopies de documents personnels importants : pièces d’identité, polices d’assurance, ordonnances pour les médicaments et les lunettes, plan de sécurité et la liste des personnes à joindre en cas d’urgence.

http://www.meteomedia.com

Petit somme réparateur


Moi qui n’aimais pas dormir dans la journée, mais depuis que je m’occupe de ma petite fille quasi tous les jours, je l’accompagne souvent pour la sieste, alors depuis je suis une pro-sieste.
Nuage

 

Petit somme réparateur

 

Détrompez-vous, la sieste n'est pas que pour les paresseux. Un roupillon d'à... (Photos.com)

PHOTOS.COM

SOPHIE ALLARD
La Presse

Détrompez-vous, la sieste n’est pas que pour les paresseux. Un roupillon d’à peine 20 minutes peut accroître notre performance au travail et compenser des nuits trop courtes. Et si nous troquions momentanément le clavier contre l’oreiller?

C’est presque inévitable: après le lunch, le coup de barre survient, et ce, parfois avec intensité. Devant l’ordinateur, les paupières s’alourdissent. Les doigts s’empêtrent sur le clavier. L’esprit vagabonde : des images de plage, de hamac et de couverture moelleuse s’enchaînent. Qu’est-ce qu’on donnerait pour «piquer un p’tit somme»!

La sieste est plutôt mal vue chez l’adulte. Pourtant, elle n’en est pas moins bénéfique, selon les scientifiques, et pourrait bientôt être la norme.

«Peu importe leurs besoins personnels, nous constatons que, de nos jours, les gens dorment au moins une heure de moins que ce dont ils ont besoin et que cela a des conséquences», indique le docteur Pierre Mayer, directeur de la clinique du sommeil de l’Hôtel-Dieu du CHUM et auteur du livre Dormir, le sommeil raconté.

Ce manque de sommeil est la première cause de somnolence. Qui dit somnolence dit perte de vigilance et baisse de productivité.

Lorsque manque de sommeil et boulot exigeant vont de pair, le risque d’erreur, voire d’accident, augmente. Ça donne parfois lieu à des catastrophes. Selon les commissions d’enquête, la somnolence expliquerait notamment l’explosion du réacteur nucléaire de Tchernobyl et celle de la navette Challenger.

«C’est comme être en état d’ébriété», affirmait en entrevue le Dr Mayer, l’an dernier, lors de la sortie de son livre.

«Chez les adultes en manque de sommeil, la sieste aide assurément à compenser, affirme la docteure Diane B. Boivin, directrice du Centre d’étude et de traitement des rythmes circadiens humains à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. C’est particulièrement vrai pour les travailleurs de nuit, à qui l’on recommande des siestes préventives avant un quart de travail. La sieste peut améliorer la performance et la vigilance pendant plusieurs heures. Quand la fatigue s’installe, il peut aussi être bon de faire une sieste récupératrice pour rétablir l’état d’alerte.»

Prendre un moment de recul

Qu’en est-il des travailleurs de jour?

«Il est prouvé qu’une sieste a un effet bénéfique sur certaines capacités cognitives, telles que la mémoire et le temps de réaction. Par exemple, les contrôleurs aériens qui font la sieste voient leur concentration et leur état d’alerte améliorés», explique Denis Morin, professeur en gestion des ressources humaines à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

La sieste est aussi bonne pour l’humeur et contre le stress. Selon une étude américaine publiée en 2012, un roupillon d’à peine 8,4 minutes a un effet revigorant!

«Faire une courte sieste le jour peut améliorer la créativité au travail, ajoute Diane B. Boivin. Les gens croient à tort qu’ils sont productifs parce qu’ils roulent à vive allure toute la journée sans s’arrêter. Certains mangent même devant leur ordinateur, c’est très mauvais et très fatigant pour le cerveau.»

Si la sieste est si bénéfique, pourquoi n’est-elle pas valorisée dans les entreprises?

«Dans un monde où la performance est mise de l’avant, la sieste au travail est perçue comme une perte de temps, dit Denis Morin. On veut maximiser chacune des minutes au bureau. Les travailleurs qui osent prendre un moment pour s’assoupir sont vus comme des paresseux. La dimension culturelle est extrêmement importante.»

La sieste oui, mais pas pour tout le monde

En Espagne et en Italie, la tradition de la sieste, même si elle semble s’étioler, demeure présente. En Chine, le droit à la sieste (xiu-xi) fait partie du droit constitutionnel pour tous les travailleurs depuis 1949, tandis qu’au Japon, les grandes entreprises obligent les employés à faire un somme pour améliorer la productivité en soirée. Dans les années 80, les Péruviens ont même fait la grève (avec succès!) pour s’opposer à la suppression de la pause légale de la sieste chez les fonctionnaires, selon ce que rapporte Libération.

Denis Morin croit néanmoins que la sieste finira par trouver sa place dans les milieux de travail québécois propices.

«On valorise de plus en plus le bien-être des employés. On leur propose des services de massothérapie sur chaise, des salles de détente et de conditionnement physique. Dans 20 ans, je crois que la sieste sera incluse dans plusieurs organisations. La main-d’oeuvre est vieillissante et, à 60 ans, on n’a pas l’énergie de nos 20 ans!»

Attention, la sieste n’a pas que des bienfaits.

«Il faut décourager la sieste chez certaines personnes, comme les patients au sommeil excessif lié à un tableau dépressif, souligne Diane B. Boivin. Les patients qui souffrent d’insomnie ou qui peinent à s’endormir auraient plutôt avantage à faire du ménage dans leurs habitudes de sommeil. L’accumulation de fatigue au cours de la journée est un mécanisme important qui nous permet de nous endormir le soir suivant.»

 Si on bouleverse notre cycle veille-sommeil, on peut facilement aggraver nos problèmes de sommeil. Plus la sieste est longue et tardive, plus l’impact sera grand.

«Il faut comprendre qu’il y a des différences individuelles dans la capacité de faire une sieste dans la journée, dit l’experte. Certaines personnes ont une capacité de sommeil assez surprenante, tandis que d’autres ont un tonus d’éveil plus fort et ont tendance à avoir un sommeil plus fragile et plus de difficulté à s’endormir.»

Faite pour nous, la sieste? Allez, on teste! Prière de ne pas déranger: roupillon en cours. Zzz….

http://www.lapresse.ca

La maladie de Lyme progresse au Québec


Une maladie transmit par les tiques infectées de la maladie de Lyme qu’on ne voyait pas, il y une dizaine années ou du moins, elle ne faisait pas la une au Québec. Mais a cause de divers facteurs comme les changements climatiques, elle devient de plus en plus présente dans la province
Nuage

 

La maladie de Lyme progresse au Québec

 

La maladie de Lyme cause généralement des rougeurs... (Photo: archives PC)

La maladie de Lyme cause généralement des rougeurs sur le corps.

PHOTO: ARCHIVES PC

MARIE-MICHÈLE SIOUI
La Presse

Prudence dans les boisés québécois cette année: les tiques portant la maladie de Lyme sont de plus en plus nombreuses dans la province, en particulier en Montérégie.

À quelques jours du dévoilement du bulletin qu’il prépare pour le ministère de la Santé au sujet de la maladie de Lyme, le docteur François Milord rapporte que les cas rapportés en Montérégie sont passés de 10, de 2004 à 2011, à 13 en 2012 seulement. Au Québec, 15 cas avaient été dénombrés de 2004 à 2011. En 2012, ce chiffre est passé à 17. Au pays, la maladie de Lyme est devenue une maladie à déclaration obligatoire en 2009. À l’international, des milliers de personnes l’ont contractée, notamment aux États-Unis et en Australie. Aujourd’hui, tous auront les yeux tournés vers la tour du CN, à Toronto, ou encore vers le Federation Square, à Melbourne, car ils feront partie des lieux publics illuminés en vert lime pour souligner le mois de sensibilisation à la maladie.

Jusqu’à la paralysie

Transportées par les animaux, qui font fi de la frontière canado-américaine, et prolifiques grâce au réchauffement climatique, les tiques infectées à la bactérie Borrelia burgdorferi, qui cause la maladie de Lyme, transmettent l’infection aux humains en les piquant.

Ses symptômes sont nombreux et complexes, allant d’une rougeur accompagnée de fièvre à la paralysie, dans les cas les plus sévères. La bonne nouvelle, c’est que l’infection n’est pas automatique.

«Mieux vaut s’examiner après une randonnée et retirer la tique le plus rapidement possible, recommande François Milord, qui est également médecin-conseil pour l’Institut national de santé publique du Québec. Les recherches montrent qu’une tique infectée prendra de 36 à 48 heures pour transmettre la bactérie, donc si elle est retirée la même journée, il n’y aura pas de transmission.»

Autrement, vivre avec la maladie peut être cauchemardesque, selon Caroline Carrier, qui a dépensé 80 000$ en traitements aux États-Unis depuis qu’elle et ses enfants ont été piqués par une tique infectée, en 2006, à Mont-Saint-Hilaire.

Elle a d’abord cru à une grippe; on lui a ensuite diagnostiqué une labyrinthite. Puis, on a soupçonné la sclérose en plaques, jusqu’à ce que des problèmes neurologiques, cardiaques et articulaires la mènent à l’hôpital, où un traitement aux antibiotiques a fini par la soulager… pour trois jours.

Puisqu’elle affirme avoir été balancée entre des bureaux d’infectiologues, de physiothérapeutes et de microbiologistes qui peinaient à mettre fin à ses maux, Caroline Carrier a fini par se rendre au Vermont, où un médecin l’a traitée pendant trois ans.

«On m’a fait des prises de sang pour la maladie de Lyme et ses co-infections, et ils sont revenus positifs. Mais ces tests-là ne sont pas reconnus au Canada, relate-t-elle. Mon médecin m’a dit que c’est devenu chronique, car la maladie est restée non traitée pendant trop longtemps.»

Un traitement marginal

Pour Caroline Carrier, il ne fait donc aucun doute: le Canada doit adhérer aux traitements suggérés par la Société internationale de Lyme et d’autres infections, l’ILADS, qui prône notamment l’utilisation d’antibiotiques jusqu’à la disparition des symptômes.

Le hic, cependant, c’est que ce traitement demeure marginal, car il diffère de la ligne de conduite de grands organismes de maladies infectieuses comme la Société des maladies infectieuses de l’Amérique, l’IDSA.

«Il y a un débat entre un groupe de médecins majoritaire et un groupe minoritaire, reconnaît François Milord. Malheureusement, nous ne sommes pas dans une position pour débattre de la supériorité d’un traitement, parce qu’on n’en a pas assez ici. Le débat devra se faire aux États-Unis.»

http://www.lapresse.ca/

Figure 1 - Tiques à pattes noires femelles à divers stades d'engorgement

Figure 1 : Cette image, qui illustre la taille et la couleur de tiques à pattes noires femelles à divers stades d’engorgement, comporte cinq tiques femelles superposées sur une règle de plastique à côté d’une pièce de 10 cents.

La photographie permet de constater que les tiques femelles sont d’un brun rougeâtre froncé lorsqu’elles sont à jeun, que leur couleur devient brun pâle ou jaune lorsqu’elles commencent à s’engorger, qu’elle tire vers le gris lorsqu’elles continuent de s’engorger et qu’elle devient brun-gris foncé lorsqu’elles sont complètement gorgées.

Lorsque les tiques s’engorgent, leur abdomen grossit, de sorte que la taille de la tique à jeun, qui est d’environ 0,3 cm, passe à 0,6 cm lorsque la tique est partiellement engorgée. Lorsque les tiques sont complètement gorgées, elles mesurent environ 1 cm de long et ont une forme ovoïde.

Figure 2 - Nymphes de tique à pattes noires à jeun, partiellement gorgées et entièrement gorgée

Figure 2 : Cette image, qui illustre la taille et la couleur des nymphes de la tique à pattes noires à différents stades d’engorgement, comporte trois nymphes superposées sur une règle de plastique à côté d’une pièce de 10 cents.

La photographie permet de constater que les nymphes à jeun sont très petites (0,15 cm de long) et qu’elles sont gris-brun. Lorsqu’elles s’engorgent, leur abdomen grossit et fonce. La nymphe complètement gorgée mesure environ 0,3 cm de long, elle est presque noire et elle a une forme ovoïde.

http://www.phac-aspc.gc.ca

La première noire à la tête d’un ministère italien est la cible d’attaques racistes


Comment se fait-il qu’en 2013, on est encore au stade d’intolérance entre les ethnies dans les postes important. Je lève mon chapeau à cette femme qui est fière d’être noire et continue son chemin dans son poste au sein du gouvernement italien … Mais, je me demande, comment les Italiens auraient réagi si le pape avait été noir …??? Enfin, il est peut-être temps que les italiens évoluent
Nuage

 

La première noire à la tête d’un ministère italien est la cible d’attaques racistes

Mariée à un Italien et mère de deux... (Photo : Domenico Stinellis, archives AP)

Mariée à un Italien et mère de deux enfants, Cécile Kyenge milite pour les échanges interculturels et pour les droits des immigrés depuis 10 ans.

PHOTO : DOMENICO STINELLIS, ARCHIVES AP

MALI ILSE PAQUIN

Collaboration spéciale

La Presse

(Rome) Cécile Kyenge est entrée dans l’Histoire en devenant la première personne de race noire à obtenir les clés d’un ministère en Italie. Mais les réjouissances pour ce «grand pas en avant» ont été troublées par un barrage d’insultes. De quoi donner des munitions à la ministre de l’Intégration et militante des droits des immigrés, qui se dit «noire et fière de l’être».

«Guenon congolaise». «Zouloue». «Ministre bonga bonga».

Depuis sa nomination le 27 avril dernier, la première ministre noire de l’histoire de l’Italie, Cécile Kyenge, est couverte d’insultes par des groupes d’extrême droite. Signe du chemin à parcourir avant que l’Italie ne soit «plus intégrationniste et vraiment multiculturelle», comme l’a promis le nouveau premier ministre démocrate Enrico Letta à l’embauche de l’ophtalmologue d’origine congolaise.

Encore mercredi, l’inscription «Kyenge, retourne au Congo» est apparue à l’entrée du bureau de la femme de 48 ans, établie en Italie depuis 1983. Les auteurs de la bannière n’ont pas cru nécessaire de se cacher: elle était signée «Forza Nuova», un parti néo-fasciste homophobe et xénophobe.

La volée de bois vert ne provient pas seulement de la frange d’extrême droite. Un parlementaire de la Ligue du Nord, parti de droite proche de Silvio Berlusconi, a déclaré que Cécile Kyenge ferait une meilleure femme de ménage qu’une ministre. Mario Borghezio, député au Parlement européen, a ajouté qu’elle imposerait ses «traditions tribales du Congo» aux Italiens.

Le politicien faisait allusion au père polygame de la ministre de l’Intégration. Elle a grandi dans une famille de 38 enfants nés des quatre femmes de son père catholique. Une question sur laquelle elle a été interrogée dès le début d’une longue entrevue sur la télévision d’État Rai, le 5 mai.

Cependant, la principale intéressée encaisse le coup avec le sourire. Mariée à un Italien et mère de deux enfants, Cécile Kyenge milite pour les échanges interculturels et pour les droits des immigrés depuis 10 ans. L’année dernière, elle a fait intensément campagne pour que les enfants d’immigrants deviennent citoyens italiens dès la naissance, plutôt qu’à l’âge de 18 ans, un projet de loi qu’elle espère faire adopter pendant son mandat.

«Je ne suis pas une femme de couleur, je suis noire et je le dis avec fierté», a affirmé la ministre de l’Intégration le 3 mai en conférence de presse.

Elle a refusé de répliquer à ses détracteurs, préférant se concentrer sur les qualités de sa terre d’accueil.

«L’Italie a une grande tradition d’hospitalité. Il faut s’efforcer de la garder vivante», a-t-elle dit.

»Une plaie en Italie»

Dans un pays où des footballeurs noirs sont parfois accueillis par des cris de singe dans les gradins, la nomination de Cécile Kyenge allait forcément faire des vagues.

«Le racisme est une plaie en Italie», avait écrit en 2010 le journal du Vatican, l’Osservatore Romano, suite à des attaques contre des ouvriers africains.

«Je me fais traiter de nègre presque chaque jour dans la rue», dit à La Presse un vendeur sénégalais ambulant de 38 ans qui désire garder l’anonymat.

L’afflux d’immigrants en Italie est un phénomène relativement récent en comparaison au reste de l’Europe. En 1991, 1 résidant sur 100 détenait un passeport étranger, contre 1 sur 12 aujourd’hui.

Cécile Kyenge peut se consoler: elle a de bons amis au Parlement. La présidente de la Chambre des représentants, Laura Boldrini, avait salué son entrée dans le cabinet comme «un grand pas en avant».

Et la ministre de l’Égalité, Josefa Idem, a ordonné une enquête afin de déterminer si les auteurs des insultes contre Kyenge pouvaient être poursuivis en justice. Il faut dire que la ministre Idem est elle-même une Italienne d’adoption originaire d’Allemagne. Mais ça, personne ne l’a reproché à la grande blonde…

http://www.lapresse.ca