Abraham Lincoln, un battant


Il y a des gens qui abandonnent après un ou deux échecs, alors que d’autres se relèvent et réessaient encore et encore. Un des plus beaux exemples est Abraham Lincoln. Il aurait eu toutes les raisons du monde a ne pas avoir été plus loin, mais il crut en lui et a ses capacités. Alors quand nous, on se dit qu’on n’a pas de chance, c’est probablement que nous n’avons pas continué a affronté les obstacles
Nuage

 

Abraham Lincoln, un battant

 

Abraham Lincoln est probablement l’un des meilleurs exemples de persévérance que l’on puisse trouver. Si vous désirez connaître quelqu’un qui ne lâchait pas, ne cherchez pas plus loin.
 
Né dans la pauvreté, Lincoln a dû supporter la défaite toute sa vie.
Il a perdu huit fois les élections, a fait deux faillites d’affaires et a souffert d’une dépression nerveuse.
 
Il aurait pu abandonner plusieurs fois, il aurait pu se trouver suffisamment de raisons pour justifier un abandon ou maudire le sort ou Dieu, mais il ne l’a pas fait. Et parce qu’il n’a jamais abandonné, il est devenu l’un des plus grands présidents des Etats-Unis.
 
Lincoln avait une attitude de champion et il l’est, à force, devenu. Un champion n’abandonne jamais. Voici un aperçu du chemin parcouru par Lincoln avant d’arriver à la Maison Blanche :
 
1816 Les Lincoln sont chassés de leur maison. Abraham doit travailler pour subvenir aux besoins de la famille.
 
1818 Mort de sa mère
 
1831 Première faillite
 
1832 Se présente aux élections législatives ; est battu
 
1832 Perd aussi son emploi ; veut faire son droit mais est refusé au concours d’admission
 
1833 Emprunte de l’argent à un ami pour lancer une affaire et fait faillite avant la fin de l’année. Il passera 17 ans de sa vie à rembourser cette dette.
 
1834 Se présente à nouveau aux élections législatives ; est élu
 
1835 Projet de mariage ; mort de sa fiancée
 
1836 Grave dépression nerveuse ; reste six mois au lit
 
1838 Se porte candidat à la Présidence de la Chambre des Représentants de l’Illinois ; est battu
 
1846 Se présente encore au Congrès ; est élu ; se rend à Washington où il fait du bon travail
 
1848
Sollicite un deuxième mandat au Congrès ; n’est pas réélu
 
1849 Postule l’emploi d’agent des terres de son Etat natal ; ne l’obtient pas
 
1854 Se présente au Sénat des Etats-Unis ; est battu
 
1856 Pose sa candidature pour la vice présidence lors de la convention nationale du parti ; obtient moins de cent votes
 
1858 Se présente encore au Sénat ; est encore battu
 
1860
Est élu Président des Etats-Unis
 
La piste était glissante et la course éreintante. En cours de route mon pied à glissé et j’ai perdu l’équilibre, mais je me suis redressé et je me suis dit : « c’est un faux pas et non une chute ».
 
Peut-être que cette histoire peut vous aider à réaliser que nous pouvons tous être maîtres de notre destin. Il existe beaucoup d' »Abraham Lincoln » parmi nous, peut-être l’êtes-vous sans le savoir…

 
 
Michel Poulaert
sourcedoptimisme.com

Oubli de mot de passe sur Facebook: dispositif entre «amis»


Perdre son mot de passe pour entrer dans un blog, un réseau social ou même son courriel est embêtant. Facebook veut régler ce problème avec des contacts de confiance Reste qu’il faut rester en bon terme avec ses contacts choisi …
Nuage

 

Oubli de mot de passe sur Facebook: dispositif entre «amis»

 

Oubli de mot de passe sur Facebook: dispositif entre «amis»

Photo Hector Guerrero / AFP

Agence France-Presse

 

NEW YORK – Facebook a commencé à mettre en place jeudi un dispositif permettant à ses membres ayant oublié leur mot de passe de retrouver l’accès à leur profil avec l’aide de leurs «amis», les contacts qu’ils ont noués sur le réseau.

Les utilisateurs de Facebook pourront désormais désigner parmi leurs amis, dans un menu dédié, une liste de «contacts de confiance», des proches qu’ils peuvent joindre en dehors du réseau, par téléphone ou en personne par exemple. Chacun d’entre eux pourra le cas échéant obtenir un code de sécurité. Trois de ces codes seront nécessaires pour accéder à son compte.

«Avec les contacts de confiance, on n’a plus besoin de se souvenir de sa réponse à la question de sécurité, ou de remplir de longs formulaires en ligne pour prouver qui on est», a commenté Facebook dans un de ses blogs.

«On doit juste appeler ses contacts de confiance et leur dire qu’on a besoin d’aide pour regagner l’accès à son compte», a-t-il ajouté.

Facebook revendique un peu plus d’un milliard de membres actifs mensuellement.

http://fr.canoe.ca

Le Saviez-vous ►5 mai 1889. Quatre cents "nègres", Kanaks et Annamites sont les stars de l’Expo universelle


Autre temps, autres moeurs, On est loin des documentaires sur les ethnies d’un pays, d’une région, En ce temps-là c’était une attraction qu’on jugeaient a tord comme des peuples arriérée car ils vivaient bien différemment de l’Occident.
Ce genre de représentation était grotesque et un manque total de respect … Alors que le slogan  liberté, égalité et fraternité n’étaient et est toujours une façade Cela devait être pareil en Amérique avec les amérindiens
Nuage

 

5 mai 1889. Quatre cents « nègres », Kanaks et Annamites sont les stars de l’Expo universelle

 

Se croyant au zoo, les Français se précipitent dans le village indigène reconstitué sous la tour Eiffel pour admirer les sauvages

 

5 mai 1889. Quatre cents "nègres", Kanaks et Annamites sont les stars de l'Expo universelle© DR

FRÉDÉRIC LEWINO ET GWENDOLINE DOS SANTOS
     

Le 5 mai 1889, quelque quatre cents Africains et Asiatiques prennent possession du Champ-de-Mars. Ce n’est pas une manif de sans-papiers avant la lettre, ni une réunion de rappeurs, mais les habitants du village indigène de l’Exposition universelle dont l’ouverture officielle est pour le lendemain. Ces hommes et femmes « importés » des lointaines colonies françaises sont impatients de découvrir les millions de visiteurs blancs attendus. La curiosité vaut dans les deux sens.

Attraction phare de l’Exposition, ces Africains, Kanaks et Annamites ont l’immense honneur (!) d’être les habitants du premier « village indigène » organisé dans le cadre d’une « exhibition ethnologique ». Plusieurs expositions précédentes en Europe et en Amérique ont déjà montré de petits groupes d’individus, ou même des personnes seules, parfois même dans des cages. Mais plusieurs centaines d’indigènes du bout du monde répartis dans plusieurs villages, c’est du jamais-vu. Le gouvernement de Carnot garantit l’authenticité des Sénégalais, Gabonais ou Congolais ramenés de leurs forêts primitives ! On n’est pas allé les chercher à la Goutte-d’Or ou encore dans le 13e arrondissement… Il s’agit de vraies pièces originales ! Approchez, approchez ! Touchez ! Certains savent même parler et, qui plus est, français ! Le jour de l’inauguration, seul Dieudonné brandit une banderole sous les objectifs des caméras : « Stop au continuum colonial et esclavagiste ».

Vingt-huit millions de visiteurs

Les organisateurs de l’Exposition universelle sont finalement animés par les meilleurs sentiments : ce qu’ils désirent avec l’étalage de cette chair fraîche, c’est montrer comment une nation civilisatrice comme la France a tiré de leur obscurantisme ces êtres primitifs entre animaux et hommes. L’Occident tend la main aux maillons manquants de l’évolution humaine !

Pendant près de 6 mois, 28 millions de voyeurs défilent sur les Invalides pour épier ces hommes primitifs répartis dans une demi-douzaine de villages indigènes prétendument reconstitués à l’identique. Les brochures expliquent aux visiteurs que leurs habitants vivent, travaillent et s’amusent exactement comme au pays. Il y a là des Arabes, des Kanaks, des Gabonais, des Congolais, des Javanais, des Sénégalais… et Harry Roselmack en immersion… Les visiteurs mais aussi les scientifiques se précipitent. Pour une fois qu’ils ont l’occasion d’observer, de palper, de parler à ces primitifs sans avoir à courir à l’autre extrémité du monde.

Fantasmes du Blanc

À vrai dire, les villages ne sont pas construits avec un grand souci d’authenticité. Décors, costumes, accessoires… sont censés représenter leur « milieu naturel », mais tout est mis en scène, caricaturé, stéréotypé. Par exemple, le village pahouin (tribu habitant la rive droite de l’Ogooué) n’est pas habité par des Pahouins, mais par des Adoumas et des Okandas.

« Au premier abord, on ne percevra pas grande différence entre ces deux races, et tous ces nègres sembleront appartenir au même type », note alors le géographe et archéologue Louis Rousselet.

À propos du village sénégalais, le même auteur remarque :

« Ici, c’est la mare où nous voyons accroupie une des femmes du village, dont les attributions sont de laver le linge des habitants. Et vous pouvez être certains qu’elle ne chôme pas. Les nègres sont propres et aiment à porter des vêtements toujours frais. »

On demande même parfois aux indigènes de jouer la comédie ! Ici, des femmes aux seins nus se livrent à des danses soi-disant guerrières. Un panneau stipule qu’elles appartiennent à la tribu des Femen… Là, des hommes battent tambours en inventant carrément des rituels pour l’occasion. Ce qui marche très bien auprès des visiteurs, ce sont les combats, forcément simulés… Pas question de décevoir le public venu chercher de l’exotisme. On leur demanderait presque de se bouffer entre eux juste pour confirmer aux Blancs qu’ils ont raison de les croire cannibales.

Liberté, égalité, fraternité

Pour autant, les indigènes présentés ne sont pas des comédiens engagés pour l’occasion. Ils ont été recrutés dans leurs pays d’origine par des imprésarios ou des chefs d’expédition, aidés souvent par des chefs de village, les fixeurs de l’époque… Ils sélectionnent les beaux spécimens, leur font passer de véritables castings. Le public de l’Exposition universelle se croit souvent au zoo, n’hésitant pas à railler à voix haute les traits simiesques. On compare ces sauvages à des singes, montrant du doigt leurs lèvres énormes, leur teint huileux, leurs cheveux crépus. D’ailleurs, comme devant la cage d’un singe, certains visiteurs jettent de la nourriture, des babioles. Ils se moquent des indigènes malades, tremblant à la porte de leur case… Ils sont là pour se marrer, ils n’ont sûrement pas payé pour pleurer sur leur sort.

En marge de l’Exposition, loin du cadre officiel, des petits malins ont compris qu’il y avait de l’argent à se faire en exhibant eux aussi des sauvages. C’est le cas du Hollandais Godefroy, qui rassemble des Angolais rue Laffitte. Tandis qu’un certain Gravier installe 18 Accréens (des Ghanéens de la région d’Accra) au 62 quai de Billy (actuel quai Branly). Il les avait déjà montrés à Amsterdam en 1880, mais, fait curieux, ils étaient alors 23. Que sont devenus les cinq manquants ? Nombreux sont les participants à ce genre d’exhibition qui ne rentreront jamais chez eux, victimes de maladies occidentales comme la variole, la tuberculose… Des victimes collatérales… On oublie alors que l’Exposition universelle de 1889 est censée symboliser le centenaire de la prise de la Bastille, et la devise républicaine : liberté, égalité et fraternité.

http://www.lepoint.fr/

Quand le cerveau n’a rien de musical


C’est rare, mais certaines personnes ont de la difficulté a chanté une chanson ou de reconnaitre une musique. La science a réussi a mieux comprendre ce problème et peut-être un éventuel traitement
Nuage

 

Quand le cerveau n’a rien de musical

 

Un homme chante 

Photo :  iStockphoto

Vos talents de chanteurs sont la risée de votre cercle d’amis? Vous êtes incapable de reconnaître des mélodies pourtant très familières?

Vous souffrez peut-être d’amusie congénitale, un trouble caractérisé par des compétences musicales diminuées qui frappe de 2 % à 4 % de la population.

Une personne qui souffre d’amusie est incapable de saisir le rythme, la mélodie ou les accords d’une musique. Certaines d’entre elles affirment ressentir la musique comme une langue étrangère ou comme un simple bruit.

L’amusie n’est due à aucun problème auditif ou psychologique et ne semble pas liée à d’autres troubles neurologiques.

Les bases neuronales de ce déficit se précisent depuis quelques années. Des chercheurs français de l’Université Claude Bernard Lyon 1 ont découvert que les personnes amusiques présentaient un traitement altéré de l’information musicale dans deux régions cérébrales :

  • le cortex auditif;
  • le cortex frontal, surtout dans l’hémisphère cérébral droit.

Selon la chercheuse Barbara Tillmann et ses collègues, ces altérations semblent liées à des anomalies anatomiques dans ces mêmes cortex.

Ainsi, par rapport aux personnes non-amusiques, leur activité cérébrale est retardée et diminuée dans ces aires spécifiques au moment de l’encodage des notes musicales. Ces anomalies surviennent dès 100 millisecondes après le début d’une note.

Le recours à l’imagerie par résonance magnétique confirme une observation anatomique réalisée par les chercheurs : chez les personnes amusiques, au niveau du cortex frontal inférieur, on trouve un excès de matière grise accompagné d’un déficit en matière blanche, dont l’un des constituants essentiels est la myéline. Celle-ci entoure et protège les axones des neurones, permettant au signal nerveux de se propager rapidement.

De plus, les chercheurs ont aussi observé des anomalies anatomiques dans le cortex auditif.

Ces informations renforcent l’hypothèse selon laquelle l’amusie serait due à un dysfonctionnement de la communication entre le cortex auditif et le cortex frontal.

L’amusie serait ainsi liée à un traitement neuronal déficitaire dès les toutes premières étapes du traitement d’un son dans le système nerveux auditif.

Un programme de réhabilitation de ces difficultés musicales qui cible les étapes précoces du traitement des sons par le cerveau et de leur mémorisation pourrait éventuellement être mis au point.

Le détail de leurs travaux est publié dans la revue Brain.

De précédents travaux ont montré que les personnes amusiques présentent une grande difficulté à percevoir la hauteur des notes, c’est-à-dire leur caractère grave ou aigu. De plus, même si elles retiennent tout à fait normalement des suites de mots, elles mémorisent difficilement des suites de notes.

Le saviez-vous?
Dans les années 1990, la neuropsychologue Isabelle Peretz et ses collègues de l’Université de Montréal ont conçu une batterie de tests qui permet d’évaluer l’amusie.

http://www.radio-canada.ca

5 découvertes pour rester jeunes


Rendu à un certain âge, on dirait que tout ralenti, que notre corps est plus fatigué et peine à faire certaines tâches. Il semble pourtant que nous pouvons aider a repoussé les contraintes du vieillissement en prenant de bonnes habitudes alimentaires et physiques
Nuage

 

5 découvertes pour rester jeunes

 

Maîtriser son anxiété, s’entraîner à haute intensité, boire du thé vert… Voici les plus récentes astuces répertoriées par des chercheurs pour prolonger son espérance de vie.

Photo : iStock

Photo : iStock

1. RESPIRER PAR LE NEZ

Apprendre à maîtriser ses anxiétés prolongerait la vie. Des chercheurs de Harvard et du Brigham and Women’s Hospital, à Boston, ont analysé des échantillons de sang prélevés auprès de 5 243 femmes de 42 à 69 ans, afin de mesurer la longueur de leurs télomères — ces chaînes d’ADN qu’on trouve à l’extrémité des chromosomes et qui raccourcissent avec l’âge. Chez les femmes qui disaient souffrir de phobies (peur des foules, des hauteurs, etc.), les télomères étaient sensiblement plus courts, comme si elles avaient vieilli prématurément.

« Le raccour-cis-se-ment moyen correspond à six années de vie », résume la Dre Olivia Okereke, qui a publié ces résultats dans la revue scientifique PLoS One.

2. TONUS PLUS

Photo : iStock

Photo : iStock

Un octogénaire qui soulève des haltères comme un jeune ? C’est ce que laisse espérer un article publié dans Nature, selon lequel la dégénérescence musculaire pourrait être ralentie. Après une séance d’exercice intensif ou à la suite d’une blessure, les muscles puisent dans leurs réserves de cellules souches pour refaire leurs forces. Or, avec les années, ces réserves s’amenuisent.


Des scientifiques anglais ont découvert que la protéine FGF2,
à l’origine de la division des cellules souches, devenait hyperactive avec l’âge.
Elle les pousserait à se différencier avant l’heure : un vrai gaspillage. L’équipe cherche donc le moyen de calmer l’activité de cette protéine.

3. L’HEURE DU THÉ

Photo : iStock

Photo : iStock

Yasutake Tomata et ses collègues de l’Université du Tohoku ont interrogé 13 988 Japonais de 65 ans et plus à propos de leur consommation de thé vert.

Près de 13 % de ceux qui en avalaient moins d’une tasse par jour butaient contre des déficiences fonctionnelles — difficulté à se vêtir,
à se laver, etc. En revanche, seulement 7 % de ceux qui en buvaient quotidiennement cinq tasses ou plus étaient aux prises avec ce genre d’incapacité.

« Les gens qui en boivent ont aussi tendance à manger plus de fruits, de légumes et de poissons ainsi qu’à moins fumer, convient le professeur. Mais même en éliminant ces facteurs, le thé vert semble avoir un léger effet bénéfique. De toute façon, pourquoi se priver d’une boisson aussi divine ? »

4. COURIR POUR SE SOUVENIR

Se défoncer à la course aide à muscler le cerveau. Une étude menée à Montréal par l’Institut de cardiologie et l’Institut universitaire de gériatrie a révélé qu’un entraînement par intervalles à haute intensité (30 secondes de sprint suivies de 30 secondes de marche) améliorait les capacités cognitives d’adultes dans la force de l’âge. L’équipe du Dr Anil Nigam a recruté six volontaires en surpoids qui ont participé à des exercices deux fois par semaine. Après quatre mois, ils mémorisaient plus facilement des séries de chiffres ou de symboles. L’exercice physique, expliquent les scientifiques, améliore la capacité du corps à oxygéner le cerveau.

Photo : iStock

Photo : iStock

5. SOUPLE COMME UN JEUNOT

 

Au Texas, des chercheurs ont réussi à protéger les articulations de souris contre le vieillissement. Leur arme : la lubricine, une protéine qui prévient l’usure du cartilage. L’équipe a injecté le gène codant pour cette protéine dans les jointures de souris.

« Les rongeurs se sont mis à produire de la lubricine en dose plus élevée que la normale, résume le généticien Brendan Lee. Le cartilage des vieilles souris qui avaient reçu le gène était parfaitement semblable à celui de jeunes souris fringantes. »

http://www.lactualite.com/

Redécouvrez… l’araignée la plus venimeuse au monde !


Ce n’est pas pour vous donner la frousse de votre vie et évitez de manger des bananes … mais qu’importe le fruit que nous apprêtons a manger mieux vaut … vérifier avant s’il n’y aurait pas un indésirable qui aurait tôt fait de se défendre
Nuage

 

Redécouvrez… l’araignée la plus venimeuse au monde !

 

La Phoneutria nigriventer est une machine à secréter la mort : 0,05 mg de son poison suffit pour un homme de 80 kg tandis que le venin de la veuve noire n’est mortel qu’à partir de 0,16 mg…

Elle a été répertoriée par le Guiness des records comme l’araignée la plus venimeuse au monde.

Il n’est pas impossible que vous trouviez une de ces Phoneutria, un jour dans votre cuisine car certaines de ces araignées, dont les pattes sont grandes de 130 à 150 mm pour un diamètre de 17 à 48 mm2, parviennent parfois à se cacher dans les régimes de banane qui arrivent en Europe…

La bestiole appartient à la famille des Cnetidae, originaire du brésil. Dans ce genre, la phoneutria est considéré comme l’une des variantes les plus dangereuses car son agressivité est sans limites.

Une araignée viagra
Seul élément de consolation : quand un homme est piqué par la Phoneutria nigriventer, la morsure de l’araignée provoque une érection qui tourne au priapisme.

L’élément responsable se trouve dans le venin de l’araignée. Il s’agit de la toxine Tx2-6. Elle produit un effet vasodilatateur. Il détend les muscles souples du pénis en permettant aux corps caverneux de se gorger de sang !

Les autres composantes du poison de l’araignée sont moins aimables. On trouve un neurotoxique extrêmement puissant, qui entraine une perte sévère du contrôle musculaire pouvant amener à la suffocation, puis à l’asphyxie.

Pour améliorer sa performance, le poison de la phoneutria provoque une inflammation des nerfs sensitifs qui augmente la production d’une substance décuplant la sensation de douleur. L’araignée à pour coutume de se cacher à l’intérieur des maisons, des vêtements, des bottes, et des voitures… Aussi, la prochaine fois que vous manger une banane, prenez garde à ce que rien n’en tombe…

http://www.planet.fr

Merveille médicale Des triplets naissent à huit jours d’intervalle


Déjà avoir un enfant, c’est une grande expérience en avoir trois, c’est exigent. Mais quand après la naissance d’un triplet, la mère a attendu quelques jours pour les autres cela a dû être épuisant
Nuage

 

Merveille médicale : Des triplets naissent à huit jours d’intervalle

 

Des triplets naissent à huit jours d'intervalle

Crédit photo : gracieuseté

Des triplets australiens sont maintenant considérés comme des merveilles médicales, après être nés à huit jours d’intervalle

Des triplets australiens sont maintenant considérés comme des merveilles médicales, après être nés à huit jours d’intervalle.

Sarita Saltmarsh a d’abord eu des contractions le 28 février et a rapidement donné naissance à Yasmin à la maison, a rapporté le journal Herald Sun de Melbourne. Des équipes d’urgence ont été dépêchées sur place en attente de la naissance rapide des deux autres enfants, mais ce n’est pas ce qui s’est produit.

Mme Saltmarsh a plutôt passé huit jours à l’hôpital avant de donner naissance le 8 mars à un garçon, Suntaj et à une autre fille, Zarine.

Les médecins ont estimé préférable que les deux derniers bébés restent dans le ventre de leur mère de façon à ce qu’ils aient plus de temps pour leur croissance, a indiqué le journal.

«Nous nous considérons extrêmement chanceux d’avoir reporté leur naissance. Même seulement huit jours font toute une différence. Ils sont plus gros et plus forts», a déclaré Mme Saltmarsh.

La plupart des naissances multiples se produisent en 30 minutes de façon naturelle ou en quelques minutes par césarienne.

Les enfants sont toujours hospitalisés en raison de leur naissance prématurée.

http://tvanouvelles.ca