Les médias sociaux mis en cause dans le suicide d’une adolescente d’Halifax


Jusque ou va cette liberté d’expression quand une jeune fille se suicide après avoir été violée lors d’une soirée entre adolescents et qu’une photo explicite circule sur les réseaux sociaux ? On a harcelé cette jeune fille en la traitant de pute alors que les gars eux n’ont pas ce genre d’insulte.  De quel droit, des gens peuvent se donner le droit de juger une victime
Nuage

 

Les médias sociaux mis en cause dans le suicide d’une adolescente d’Halifax

 

Rehtaeh Parsons... (Photo La Presse Canadienne)

Rehtaeh Parsons

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

MICHEL VIATTEAU
Agence France-Presse
Montréal

Une nouvelle affaire de suicide d’adolescente, brisée par la parution sur internet d’une photo de ce qu’elle avait vécu comme un viol lors d’une soirée arrosée, met en émoi le Canada, choqué par ce nouveau cas de cyber-intimidation.

La photo de Rehtaeh Parsons, belle jeune fille rousse à lunettes, morte dimanche dernier à Halifax, sur la côte atlantique, après avoir cherché à se suicider trois jours plus tôt, ne quitte plus les écrans des téléviseurs, ni les sites web canadiens.

Selon sa mère, sa mort est la conséquence d’un viol collectif, dont l’adolescente avait été victime en 2011, à l’âge de 15 ans, alors qu’elle était en état d’ébriété complète, voire inconsciente, lors d’une soirée. L’un des quatre garçons qui y ont participé a pris une photo qui a commencé à circuler parmi les élèves quelques jours plus tard. La cyber-intimidation a suivi, tandis qu’à l’école certains jeunes la traitaient de «pute».

Rapidement, elle a fini par tout dire à sa mère. Mais l’enquête policière, qui a duré près d’un an, n’a pas permis de réunir des preuves suffisantes pour inculper les responsables: il n’y avait que sa parole contre celles de ses agresseurs, a confirmé un porte-parole de la police à la suite de la mort de la jeune fille.

Selon sa famille, on lui a déclaré que la prise d’images de ce que Rehtaeh avait subi n’était pas en soi un délit.

Les Parsons ont déménagé, mais sans aller très loin et le calvaire de la jeune fille s’est poursuivi.

«On ne la laissait jamais tranquille», a dit sa mère citée par la chaîne publique CBC. «Ses amis étaient contre elle, des garçons inconnus lui envoyaient des textos et des messages sur Facebook pour lui demander de coucher avec eux… puisqu’elle l’avait fait avec leurs copains. Cela ne s’arrêtait jamais», a dit Mme Parsons.

Cri de détresse

Elle a fait une tentative de suicide jeudi dernier. Elle a été maintenue artificiellement en vie jusqu’à dimanche.

Sa mère a créé une page Facebook pour raconter le drame de sa fille.

Une pétition demandant que la décision de clore l’enquête sur le viol présumé soit examinée à nouveau a recueilli plus de 2.000 signatures en ligne, tandis que le ministre provincial de la Justice, Ross Landry, exprimant sa «tristesse», a indiqué qu’il chercherait à revoir le comportement des instances judiciaires impliquées dans l’affaire.

Celle-ci a rappelé aux Canadiens le suicide très médiatisé d’Amanda Todd, survenu en octobre dernier dans l’ouest du pays, à l’âge de 15 ans.

Trois ans plus tôt, manquant d’amis, la jeune fille en avait cherché sur des sites de discussion. Un prédateur l’avait incitée à lui montrer sa poitrine via une webcam, puis, ne pouvant obtenir davantage, avait affiché sa photo sur internet. Cible aussi de messages d’intimidation sur Facebook, venant apparemment de ses camarades d’école, c’est sur internet qu’elle avait lancé son dernier cri de détresse, en affichant une série de cartons décrivant en quelques mots son calvaire.

Sa mère, Carol Todd, a envoyé un message de soutien à la mère de Rehtaeh Parsons.

L’opinion publique, la police et la justice au Canada deviennent de plus en plus conscientes de la puissance que les médias sociaux offrent à toute personne voulant diffuser un message, y compris sans en mesurer la portée.

Chaque cas relance le débat sur la liberté d’expression qui risque d’entrer en conflit avec la loi destinée à protéger la vie privée et empêcher le harcèlement.

Le dernier en date est celui d’une jeune Montréalaise, arrêtée et inculpée de «harcèlement criminel» pour avoir publié sur internet la photo d’un graffiti représentant un porte-parole de la police avec une blessure saignante au milieu du front.

http://www.lapresse.ca

3 réponses à “Les médias sociaux mis en cause dans le suicide d’une adolescente d’Halifax

  1. C’est tout le problème de la liberté d’expression qui est remis en cause….Je n’aime pas « facebook » (mais çà c’est mon opinion ) …Sur le net (blogs ou autre ) se connectent des gens ,on ne sait jamais vraiment qui se « cache » derrière le pseudo.
    Ceci pour dire que les jeunes (surtout les filles à mon avis) , se confient ,se font des « mais » ,mettent des photos etc….sans mesurer les conséquences….
    Ensuite,les « lecteurs » en tirent des conclusions selon leur personnalité ….Ici , cette pauvre fille avait besoin de se confier,de sortir d’elle ce qu’elle avait subi et des imbéciles se sont servi de çà pour la harceler….(imbéciles est faible comme mot)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s