Je suis libre


Imaginez ne pas pouvoir faire des choix et être surveillé constamment par des dirigeants .. Nous oublions souvent que nous sommes libres malgré les aléas de la vie …
Nuage

Je suis libre

 

« Je suis libre car je sais que je suis moralement seul responsable de tous mes actes.  »

Robert Heinlein

5 TRUCS À FAIRE AVEC DU BEURRE


5 trucs avec le beurre, je trouve intéressant pour le chat et le démaquillage de poupée et l’odeur du poisson, mais comme massage ou crème a raser .. je passe mon tour
Nuage

 

5 TRUCS À FAIRE AVEC DU BEURRE

 

La margarine est peut-être faible en gras, mais peut-elle éliminer l’odeur puissante du poisson ou apaiser un chat traumatisé? Découvrez pourquoi le beurre demeure le meilleur avec les 5 trucs qui suivent.

Tiré de Produits ordinaires, usages extraordinaires, Sélection du Reader’s Digest, 2007

 

Le saviez-vous?

Le processus qui nous donne le beurre a été découvert 2500 avant J-C.

Contre les odeurs de poisson

Vous avez touché du poisson et vos mains sentent franchement mauvais ? Frottez-les avec un peu de beurre puis savonnez-les sous l’eau chaude. L’odeur aura disparu comme par miracle !

Crème à raser de secours

Étalez un peu de beurre sur votre peau humidifiée et procédez au rasage comme avec votre crème habituelle.

Démaquiller une poupée

Combien de poupées tant adorées ont été maquillées au stylo ou au feutre par les bons soins d’une esthéticienne en herbe par trop zélée ? Enduisez de beurre les traces disgracieuses, frottez puis exposez le visage de la poupée quelques jours au soleil. Lavez-le à l’eau et au savon.

Massage relaxant pour les pieds

Massez-vous les pieds avec un peu de beurre, enveloppez-les dans une serviette chaude et humide et détendez-vous pendant une dizaine de minutes. Vos pieds seront revivifiés, défatigués… et sentiront un peu le maïs soufflé !

Mettre un chat en confiance

Les déménagements sont souvent traumatisants pour les animaux domestiques. Un bon moyen d’aider un chat adulte à s’habituer à sa nouvelle demeure consiste à étaler un peu de beurre sur le dessus de ses pattes avant. Les chats aiment tellement le beurre qu’ils reviennent pour en réclamer.

http://selection.readersdigest.ca

La maman chat et les bébés Huskies


Des chiots qui ont une gardienne intentionnée .. une chatte qui sait en prendre soin offrant nettoyage et douceur
Nuage

 

La maman chat et les bébés Huskies

 

Il n’est pas rare de voir un animal prendre sous son aile les petits d’un autre, qu’ils soient ou non de la même espèce que lui. Mais on ne se lasse pas d’admirer ces siétonnantes et émouvantes adoptions.

Cette fois, c’est un chat et les petits Huskies pour lesquels il s’est pris d’amour qui nous réchauffent le coeur.

Nous ne pouvons que nous émerveiller devant la jolie petite famille que forment le félin et les chiots.

D’autant plus qu’avec leur pelage noir et blanc, chat et bébés chiens sont en parfaite harmonie !

Quelle douce façon d’entamer la semaine que de regarder cette maman chat prendre soin de ces chiots comme s’ils étaient ses petits ! Un vrai bonheur, pour les yeux, comme pour le coeur !

http://wamiz.com

Comment pensent les optimistes


On reproche souvent aux optimistes de ne voir que le bon côté et de ne pas voir tout ce qui va mal .. En fait, les optimistes sont aussi conscient de leur environnement, des malheurs des autres, des maladies et tout .. mais sans fermer les yeux, ils cherchent la lumière au bout du tunnel
Nuage

 

Comment pensent les optimistes

 

© Antonio Bronic / Reuters/REUTERS

Les optimistes sont d’abord ceux qui se bougent et cherchent de bonnes raisons de se battre dans un environnement qui, lui, a priori, ne va pas s’améliorer.

On a longtemps cru que la capacité de voir la vie du bon côté était un talent donné au hasard. Ce n’est pas forcément vrai.

Dans notre environnement morose (les Français ont récemment décroché la palme du pays le plus pessimiste, loin derrière les Irakiens ou les Nigérians), il faudrait mettre les optimistes, ces spécimens rares, sous verre. Pourtant, ceux qui diffusent enthousiasme et espoir autour d’eux sont plus souvent objets de moquerie. On relève essentiellement leur côté naïf, «à côté de la plaque» avec, en plus, une tournure d’esprit qui ne dépend pas d’eux mais semble une grâce tombée du ciel.

Depuis une vingtaine d’années, la psychologie positive s’attachant à décrypter le fonctionnement des «personnalités qui réussissent», il devient possible de comprendre avec plus de précision comment pensent et vivent les adeptes du «verre à moitié plein».

Pour Philippe Gabilliet, psychosociologue professeur à l’ESCP Europe et auteur d’un Éloge de l’optimisme(Éd. Saint-Simon), se disant lui-même «égaré dans le monde désenchanté de l’entreprise où les gestionnaires et les esprits les plus réalistes l’emportent désormais en influence», les optimistes sont d’abord ceux qui se bougent et cherchent de bonnes raisons de se battre dans un environnement qui, lui, a priori, ne va pas s’améliorer.

«C’est vraiment le propre de ces personnalités: ils fonctionnent essentiellement en mode potentiel, explique-t-il. Dans n’importe quelle situation, ils voient d’abord ce qu’il est possible de faire. Un pessimiste, même très intelligent, se contentera de constater, éventuellement d’analyser. Mais il restera dans une posture passive, voire de victime.»

Faire du mieux possible malgré ce qui leur arrive

 

À l’inverse, l’optimiste, chercheur de mouvement, de liberté, ira même parfois jusqu’à «faire comme si» (faire comme si j’allais guérir de cette maladie incurable, retrouver un travail prochainement…) pour ne pas stagner dans le fatalisme.

«Ils ont une confiance non négociable dans le pouvoir de leur volonté», rappelle Philippe Gabilliet.

C’est là un autre de leur mode de fonctionnement: l’optimisation. Faire du mieux possible malgré ce qui leur arrive. Yves de Montbron, administrateur du site de la Ligue des Optimistes et créateur de manager-positif.com, cite en exemple ce père de famille croisé il y a quelques années dans un port des Antilles.

«Il avait emmené toute sa famille faire un tour du monde en voilier après avoir été sauvagement licencié, raconte-t-il. Et il disait: “Ce patron que j’ai tellement haï il y a un an, si je le rencontrais aujourd’hui, je sauterais dans ses bras. Grâce à lui, j’ai réalisé un des rêves de ma vie.”»

Martin Seligman, professeur à l’université de Pennsylvanie et «pape» de la psychologie positive, a précisé le mode de pensée optimiste. Ceux qui adoptent cette «attitude mentale» voient la dimension transitoire des événements, quand les pessimistes en voient le caractère permanent. Les premiers disent «un régime ne marche pas quand on déjeune souvent au restaurant», alors que les seconds affirment: «Ça ne sert à rien de faire un régime.» Autre manière d’envisager la réalité qui plombe les pessimistes: la généralisation. Ils affirment «la lecture, c’est nul» quand les esprits positifs disent «ce livre n’est pas terrible».

Et lorsque les événements difficiles arrivent, les optimistes n’en sont pas épargnés, mais ils parviennent à ne pas contaminer toute leur existence avec un problème: s’ils ont une crise de couple, ils ne laissent pas celle-ci envahir aussi leur vie professionnelle ou leurs relations avec leurs enfants. Ils savent compartimenter.

«Les coups de blues me tombent aussi dessus, confie Philippe Gabilliet, qui se définit plutôt bien loti en «optimisme de tempérament». Mais lorsque cela arrive, je sais que cela va passer.»

Caractère éphémère et précieux de la vie

Cette conscience de l’impermanence de tout est aussi une ressource fondatrice pour les «optimistes paradoxaux» comme Yves de Montbron qui avoue, lui, ne pas voir spontanément le côté rose des événements.

«Lorsque le niveau du moral baisse un peu, avoue-t-il, je me reconnecte à mon réseau d’amis, je pratique la gratitude et – notamment à la fin de ma journée – je note les trois ou quatre faits qui m’ont procuré de la satisfaction.»

Autant de stratégies qui laissent penser que les optimistes, bien loin d’être benêts, sont hautement conscients du caractère éphémère et précieux de la vie. Et leur mission inconsciente, le rôle qu’ils se donnent, est de diffuser cette découverte autour d’eux.

«La posture optimiste, c’est le carburant numéro un pour maintenir de la cohésion dans une équipe professionnelle, une famille ou une association», estime Philippe Gabilliet.

Cela tombe bien, les optimistes ont besoin de liens, de relations riches, d’amitiés. Une autre de leur particularité qui fait dire au psychosociologue que

«ce qui les différencie le plus des pessimistes, ce n’est peut-être pas leur intelligence, mais leur générosité».

http://sante.lefigaro.fr

Un bol de soupe anti-solitude!


Voilà une façon de faire ancrer de bien mauvaises habitudes avec un bol a soupe … Rester brancher au téléphone même en mangeant seul n’aide pas a mieux savourer le repas Enfin .. non merci pas pour moi ce bol
Nuage

 

Un bol de soupe anti-solitude!

 

Pensé pour ceux qui se retrouvent à manger en solitaire, le bol à soupe rāmen anti-solitude est doté d’un compartiment pour y placer… son téléphone intelligent!

Untitled-1-519

Il nous faudra attendre un peu avant de pouvoir nous procurer un bol, car la compagnie Miso Soup Design, à l’origine de ce gadget, n’est qu’à l’étape de prototype.

Les designers Minni Jan et Daisuke Nagatomo ont eu l’idée de ce bol high-tech après avoir vu un Taiwanais manger au restaurant seul et accompagné de son téléphone qu’il tenait d’une main et qu’il ne pouvait quitter des yeux.

«On l’a fait pour s’amuser, c’est sarcastique. On ne fait pas la promotion du téléphone», a dit Daisuke Nagatomo au Daily News de New York.

L’invention tombe à point, car ici comme aux États-Unis, on découvre tranquillement les soupes miso aux nouilles rāmen. D’origine japonaise, la soupe rāmen est un bouillon avec des nouilles à base de poisson ou de viande et assaissonée de miso. Elle peut être accompagnée de viande et de légumes. À Montréal, on peut en déguster dans les restaurants isakaya comme Big in Japan etImadake, mais aussi au restaurant Ramen Misoya (qui en fait une franchise), située sur la rue Bishop au centre-ville. 

http://lafouinecuisine.ca

Des messages textes au service des patients


On trop souvent des patients qui oublient prendre leur médication .. Une idée qui pourrait faire son chemin même chez nous .. Les textos auraient au moins une très bonne utilité
Nuage

 

Des messages textes au service des patients

 

Photo Fotolia

Voici une nouvelle idée ingénieuse qui risque fort de faire des petits. C’est le professeur Jean-Louis Bonnet, du service de cardiologie de l’Hôpital de la Timone, qui lance un nouveau concept technologique pour aider ses patients.

Il s’agit d’un système de messages textes, rapporte Top Santé, qui envoie des rappels aux patients afin qu’ils n’oublient pas leur médication, par exemple.<

Des patients qui sortent de chirurgie et qui reprennent le chemin de la maison pour poursuivre leur convalescence pourraient notamment bénéficier de ce système. Plus question alors d’oublier ses traitements ou sa médication!

Et il semble que le stratagème porte déjà ses fruits.

« Selon une étude que nous venons de terminer, ce service est extrêmement efficace. On réduit de moitié le nombre de patients qui oublient de prendre leur traitement. Ils apprécient ce rappel, qui est perçu comme un lien persistant avec le milieu médical et qui les rassure », explique le Dr Thomas Cuisset, du même service de cardiologie.

Verra-t-on ce système être implanté au Québec? Peu de chance, diront les plus cyniques.

http://sante.canoe.ca

Ce que votre teint peut révéler sur votre état de santé


Avoir bon teint est signe de santé mais quand le teint prend des couleurs qui ne sont pas synonyme de bonne santé, il pourrait indiquer divers maladie que seul un médecin pourra donner un diagnostique
Nuage

 

Ce que votre teint peut révéler sur votre état de santé

 

PAR LUCIE TURGEON  | PHOTO: SHUTTERSTOCK

Excellent indicateur de notre état intérieur, notre teint peut parfois signaler un problème de santé. Que dit le vôtre?

Un teint pâle

La pâleur de la peau indique souvent un problème d’anémie. Cette condition se manifeste lorsque le sang ne contient pas suffisamment d’hémoglobine, une protéine contenue dans nos globules rouges qui sert à transporter l’oxygène des poumons vers le reste du corps. Dans ce cas, la pâleur s’accompagne généralement de symptômes comme une sensation de faiblesse, de la fatigue, des vertiges, des maux de tête, un essoufflement et des palpitations.

Cela dit, l’anémie n’est pas une maladie en soi, mais plutôt le signe d’un problème de santé. Elle peut être causée par des carences alimentaires (en fer, en vitamine B12 ou en acide folique), des troubles héréditaires, des pertes de sang importantes (d’origines diverses telles des menstruations abondantes, des hémorragies gastriques, etc.) ou des affections chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde, l’insuffisance rénale ou le VIH (virus d’immunodéficience humaine), d’où l’intérêt de consulter un médecin afin d’obtenir un diagnostic précis et un traitement adéquat.

Un teint jaunâtre

Une coloration jaune de la peau témoigne le plus souvent d’une jaunisse, particulièrement si le blanc des yeux a également viré au jaune. Cette condition survient lorsque le sang contient trop de bilirubine, un pigment de la bile qui résulte de la dégradation des globules rouges. Généralement, ce pigment est traité par le foie et éliminé dans les urines et les selles. La jaunisse peut s’accompagner de divers symptômes: fièvre, frissons, nausées, vomissements, perte d’appétit, amaigrissement, douleur inhabituelle au foie, selles pâles et urines foncées (pouvant avoir la couleur du thé).

Lorsqu’une personne a la jaunisse, c’est qu’elle produit trop de bilirubine ou que son foie ne s’en débarrasse pas assez rapidement. Le plus souvent, une maladie du foie (hépatite virale, cirrhose, tumeur) ou de la vésicule biliaire (calculs biliaires, tumeur) est à l’origine d’une jaunisse. Les affections qui entraînent une destruction excessive des globules rouges, comme le paludisme et l’anémie hémolytique, peuvent aussi causer une jaunisse, car elles provoquent une libération importante de bilirubine. Bref, comme les causes sont multiples, mieux vaut consulter un médecin dès que l’on constate l’apparition d’une jaunisse.

Un teint rouge

Un visage qui prend une coloration rouge peut révéler une rosacée, une affection cutanée évolutive pouvant s’avérer très dommageable. Chez la plupart des gens, la rosacée commence par l’apparition de rougeurs intermittentes aux joues, au nez, au menton ou au front. À ce stade précoce, les symptômes de la maladie sont souvent considérés comme de simples problèmes de teint ou de légers coups de soleil.

Or, en l’absence de traitement, ces rougeurs deviennent de plus en plus persistantes et de petits vaisseaux sanguins peuvent se dilater à la surface de la peau, puis on constate souvent l’apparition de papules et de pustules. Si notre teint devient rouge, il faut consulter un médecin. Bien que la rosacée soit incurable, il est cependant possible d’en atténuer les symptômes et d’en freiner la progression en appliquant un traitement médical et en changeant quelques habitudes.

Un teint bleuâtre

Appelée cyanose, une coloration bleue de la peau témoigne d’une diminution de la teneur en oxygène dans le sang. Lorsqu’il est appauvri en oxygène, le sang circulant dans les capillaires sous l’épiderme est plus bleu que rouge, ce qui donne une teinte bleutée à la peau. La cyanose est souvent due à un problème circulatoire ou respiratoire qui mène à une oxygénation insuffisante de l’organisme, comme une malformation cardiaque ou une insuffisance respiratoire. Dans tous les cas, on doit consulter rapidement un médecin, car un tel signe n’augure rien de bon. Une cyanose peut indiquer un grave problème de santé. Elle se manifeste notamment au moment d’une crise cardiaque ou d’une embolie pulmonaire.

Un teint brunâtre

Une coloration brune de la peau sans exposition au soleil est souvent associée à la maladie d’Addison, une affection endocrinienne rare. Celle-ci provient généralement d’une sécrétion insuffisante d’hormones par les glandes surrénales. Elle peut aussi être attribuable à une autre maladie, comme la tuberculose ou la syphilis. La pigmentation brunâtre de la peau apparaît d’abord aux plis de flexion découverts et là où il y a des cicatrices. Puis, elle s’étend progressivement sur toute la peau. Elle s’accompagne souvent d’une fatigue profonde, de palpitations, de vertiges et de troubles digestifs. Sans traitement, cette maladie est mortelle, d’où l’importance de consulter rapidement un médecin. Seule la prise quotidienne d’hormones artificielles sous la forme de comprimés permet de maintenir l’équilibre hormonal.

http://www.moietcie.ca

Les phoques savent dormir avec une moitié de leur cerveau


Les phoques, c’est animaux formidable sont capable de mettre leur cerveau en sommeil comme nous … quand le danger est moindre mais dans l’eau avec tous les prédateurs qui rodent, ils sont capable de dormir qu’un côté du cerveau …
Nuage

 

Les phoques savent dormir avec une moitié de leur cerveau

 

Les phoques savent dormir avec une moitié de leur cerveau

Photo AFP

Les phoques savent dormir dans l’eau en mettant en mode «sommeil» la moitié gauche de leur cerveau pendant que la moitié droite reste en éveil.

 

C’est ce qu’ont annoncé mercredi des chercheurs de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) et de celle de Toronto.

Leur étude, publiée dans le «Journal of Neuroscience», identifie les substances chimiques qui permettent de maintenir une partie du cerveau en éveil, alors que l’autre partie dort.

«C’est stupéfiant du point de vue biologique», a dit l’un des auteurs de la recherche, le professeur John Peever de Toronto, cité dans un communiqué. «Les phoques dorment de cette manière quand ils sont dans l’eau, mais ils dorment comme les humains quand ils sont à terre, et notre recherche peut expliquer ce phénomène unique».

Le principal auteur de l’étude, la doctorante de Toronto Jennifer Lapierre, l’avait découvert en mesurant les changements touchant les différentes substances chimiques dans le cerveau. Elle a vu que le niveau d’acétylcholine, un neurotransmetteur important, était bas dans la partie dormante et élevé dans la partie éveillée, ce qui laisse supposer que cette substance stimule l’activité de cette dernière.

En même temps, les chercheurs ont vu avec surprise qu’une autre substance importante, la sérotonine, gardait le même taux, que le phoque soit endormi ou non, alors que les biologistes pensaient que c’était elle qui stimulait l’activité du cerveau.

Ces découvertes peuvent avoir à terme une certaine importance pour les humains, dans la mesure où elles font avancer la recherche sur les mécanismes du sommeil. Or, environ 40% des Américains souffrent de problèmes de sommeil, relève un autre auteur de l’étude, Jerome Siegel, de l’Institut de recherches sur le cerveau de l’UCLA.

http://fr.canoe.ca