Parole d’enfant ► Le mystère du paiement par internet


Peut-être un jour les enfants vont croire que les parents vivant au temps des dinosaures quand nous allons raconter que nous utilisions aussi des billet en papier …
Nuage

 

Le mystère du paiement par internet

 

« Un jour lorsque je faisait un achat sur internet mon fils me demande comment cela se passe.

Je lui explique qu’il faut que je paie à ordinateur et ensuite on recevra notre achat par la poste.

Lui de me répondre tout étonné :

« Mais le billet tu le mets où ?? dans l’imprimante ??? » »

Lenny 4 ans

Le livre de la vie


Chaque jours nous écrivons notre propre vie … et chaque jour doit se prendre comme une nouvelle page, une nouvelle étape
Nuage

Le livre de la vie

 

La vie est comme un livre dont nous sommes l’écrivain. Nous remplissons les pages à venir qui sont encore vierges.

Cependant, il est impossible de commencer le prochain chapitre de votre vie si vus continuez sans cesse à lire le dernier

Michel Poulaert
sourcedoptimiste.com

Quand un Labrador vole au secours d’un Bouledogue Français


L’entraide n’est pas juste une affaire humaine, mais peut aussi être observé chez certains animaux … même chez les chiens … pour permettre a un plus petit d’attraper un jouet
Nuage

 

Quand un Labrador vole au secours d’un Bouledogue Français

 

Les Labradors sont de merveilleux compagnons, et ce n’est pas un hasard s’ils sont utilisés comme chiens d’assistance.

Aider les autres, qu’ils soient des humains ou des animaux, semble être chez eux une seconde nature. C’est du moins le cas de ce gentil toutou, (un Labradorable !), qui vole au secours de son petit copain le Bouledogue Français

Quelque peu empêtré dans la neige, ce dernier ne parvient pas à aller chercher son frisbee, et ce malgré les vifs encouragements de son maître.

Le Labrador, tel un grand frère un peu blasé mais attendri, vient alors à sa rescousse. Il ramasse le frisbee, et le dépose devant les papattes de son congénère.

http://wamiz.com

Le saviez-vous ► QUELLE EST VOTRE PERSONNALITÉ CUPCAKE?


Je ne suis pas adepte du sucrée mais après avoir goûter aux cupcakes a Ottawa .. je suis addict a leur cupcakes et je n’ai pas goûter ailleurs des ces petits gâteaux aussi bon … Reste a savoir si notre personnalité est vraiment influencer a une saveur .. Je pense que cela reste a voir .. moi, je suis ambivalente .. ils sont tous bons … mais j’ai quand même quelques préférés
Nuage

 

QUELLE EST VOTRE PERSONNALITÉ CUPCAKE?

 

Cupcake Lounge (Ottawa)

 

Préférez-vous vous régaler d’un cupcake rouge velours ou d’un cupcake aux carottes? Sophie LaMontagne et Katherine Kallinis, les animatrices de la série DC Cupcakes diffusée sur les ondes de TLC, expliquent ce qui se cachent derrières vos préférences!

Par Lauren Gniazdowski

1. Carotte

 

Crédit photo: Thinkstock/Photodisc

Votre personnalité: terre à terre

Analyse : « Un adepte de gâteau aux carottes prend des décisions d’un point de vue rationnel », précise Sophie LaMontagne. « Il combine ainsi gâterie et portion de légumes ».

2. Vanille

 

Crédit Photo: Dayna Smith

Votre personnalité: traditionnelle

Analyse: Ce cupcake s’adresse à ceux qui désirent quelque chose de sucré, mais veulent toutefois rester raisonnables, précise Sophie LaMontagne (si vous optez pour un glaçage au chocolat, cela signifie que vous êtes plus enclin à prendre des risques).

3. Chocolat

 

Crédit Photo: Dayna Smith

Votre personnalité: intense

Analyse: « Ce cupcake s’adresse aux personnes sérieuses et concentrées », indique Katherine Kallinis. « Les grands penseurs optent généralement pour l’option double chocolat. ». (Les adeptes de glaçage à la vanille sont quelque peu moins intenses).

4. Fudge au beurre d’arachide

 

Crédit photo: Thinkstock/Photodisc

Votre personnalité : aventureuse

Analyse : Selon Sophie LaMontagne, « le choix d’une saveur de glaçage riche et salissante indique que vous sautez à pieds joints dans de nouvelles activités. Chez vous, nulle trace d’hésitation ou de préoccupation. ».

5. Citron-baie

 

Crédit photo: Thinkstock/Photodisc

Votre personnalité : audacieuse

Analyse : « Nous avons découvert que les personnes enclines à choisir des glaçages et des saveurs colorés avaient tendance à voir la vie de façon très optimiste », précise Katherine Kallinis. « Pour elles, l’existence est remplie de plaisir. ».

6. Rouge-velours

 

Crédit photo: Thinkstock/Photodisc

Votre personnalité : romantique

Analyse : « C’est le premier choix de toute personne d’humeur amoureuse », précise  Katherine Kallinis. « De la teinte rouge profond au petit cœur sur le dessus, c’est le cupcake à choisir et à partager avec un être cher. ».

8. Caramel salé

 

Crédit photo: Thinkstock/Photodisc

Votre personnalité : impulsive

Analyse : Déchiré entre le salé et le sucré? « Après avoir pesé le pour et le contre, vous vous lancerez, sans plus d’hésitations », explique Katherine Kallinis.

9. Noix de coco

 

Crédit photo: Thinkstock/Photodisc

Votre personnalité : sociable

Analyse : « La noix de coco est sans conteste pour les extrovertis, probablement parce qu’il s’agit d’une saveur prononcée, joyeuse et festive », indique  Sophie LaMontagne.

http://selection.readersdigest.ca

INTOXICATIONS ALIMENTAIRES : Comment limiter les risques ?


Les intoxications alimentaires semblent être de plus en plus fréquents, étrange quand même quand on sait qu’avant la technologie de la conservation étaient plus archaïque Juste un point .. il faut certes surveiller les dates de péremption mais il faut aussi s’assurer que l’aliment est vraiment périmé
Nuage

 

INTOXICATIONS ALIMENTAIRES : Comment limiter les risques ?

 

La prévention nécessite hygiène et attention à tous les stades de la chaîne alimentaire, de la production à la préparation des aliments.

Les grands principes de précaution :

  • vérifier les dates de péremption des aliments ;
  • ne pas rompre la chaîne du froid ;
  • veiller à la propreté des mains et de la vaisselle ;
  • respecter les consignes de conservations indiquées sur les emballages ;
  • jeter les conserves bombées ;
  • emballer de façon hermétique chaque aliment ou plat entamé, afin d’éviter les contaminations croisées ;
  • ne pas utiliser d’œufs fêlés pour une consommation sans cuisson ;
  • laver et désinfecter votre réfrigérateur une fois par mois ;
  • changer ou nettoyer la vaisselle, les ustensiles de cuisine et les surfaces de travail entre chaque préparation d’aliments crus ;
  • se laver les mains avant toute préparation (utiliser du savon, de l’eau chaude et une serviette propre) ;
  • recouvrir toute blessure d’un pansement imperméable, ou porter un gant de caoutchouc jetable propre.

Lorsque vous faites vos courses, achetez les surgelés en dernier et placez-les dans des sacs isothermes. Éviter de laisser vos achats dans la voiture et rangez immédiatement les denrées périssables au frais.

Attention au réfrigérateur :

  • refermez vite ses portes ;
  • n’y placez jamais d’aliment chaud ou tiède ;
  • éviter de le surcharger pour faciliter la circulation de l’air froid ;
  • contrôler sa température : 0° à 4° pour les denrées fragiles (viandes, poissons) ; 4° à 8° pour les moins fragiles.

Attention également au congélateur :

  • dégivrez–le (le givre accumulé sur les parois freine le refroidissement) et nettoyez-le soigneusement une fois par an ;
  • ne congelez que les aliments très frais, enveloppés dans des emballages de qualité alimentaire, fermés après avoir chassé l’air ;
  • refermez bien les emballages des produits que vous ne consommez pas en une seule fois.

Soyez vigilant en cas de coupure de courant.

Si vous êtes prévenus à l’avance d’une coupure de plusieurs heures, enfoncez l’interrupteur de congélation rapide juste avant la coupure, afin d’abaisser la température au maximum.

Si la panne excède 24h, faites décongeler les produits dans le réfrigérateur et consommez les dans les 24 heures. Tous les produits non consommés devront être jetés.

Les aliments ont peuvent aussi se décongeler et se recongeler à votre insu…

Pour détecter une éventuelle panne, placez au congélateur une petite bouteille d’eau à moitié remplie. Une fois l’eau congelée, retournez la bouteille. Si, à votre retour, l’eau est en bas, c’est qu’elle a fondu et s’est recongelée durant votre absence. Il y a donc eu une panne.

http://sante.lefigaro.fr

Exploiter les minerais des astéroïdes


Je peux comprendre la convoitise des astéroïdes, la recherches, les connaissances … et même les avancées en médecine et de la vie de tous les jours grâces a l’exploration de l’espace, mais ramener des gros cailloux et tout les risques, les difficultés cela vaut-il vraiment la peine de dépenser autant alors qu’il y a des besoins criants ici sur Terre
Nuage

 

Exploiter les minerais des astéroïdes

 

Deep Space Industries est l’une des deux entreprises qui projettent d’exploiter les minerais présents sur les astéroïdes. Crédits photo : Bryan Versteeg

Deux entreprises américaines ambitionnent d’exploiter les astéroïdes qui tournent par milliers autour du soleil pour en exploiter les métaux précieux et les terres rares. C’est encore du rêve mais pas de la science-fiction affirme l’astrophysicien Patrick Michel.

Elles prétendent cueillir les astéroïdes dans le ciel, ou presque! Deux entreprises américaines (Deep Space Industries et Planetary Ressources dont Google est l’un des investisseurs) ont l’intention d’exploiter ces cailloux célestes de toutes tailles qui tournent par milliers autour du Soleil.

Sur le papier, l’idée est terriblement attrayante: les astéroïdes sont potentiellement riches en métaux précieux, en terres rares ou en glace.

«Ce n’est pas tout à fait de la science-fiction mais pour le moment cela reste du rêve», affirme l’astrophysicien Patrick Michel, de l’Observatoire de la Côte d’Azur (CNRS).

Du coup, quand l’une des deux entreprises annonce qu’elle va lancer en 2016 des sondes suffisamment lourdes (32 kg) pour rapporter sur Terre après un périple de deux à quatre ans des échantillons de 27 à 68 kg, il émet de sérieux doutes.

À ce jour, seule une mission japonaise (Hayabusa 1) a permis de rapporter quelques microgrammes de poussières d’un astéroïde. Et il existe trois grands projets scientifiques élaborés respectivement par la Nasa (Osiris Rex), par l’agence spatiale japonaise (Hayabusa 2), sans oublier le programme MarcoPolo-R de l’Agence spatiale européenne (ESA), encore en phase de sélection, auquel participe Patrick Michel. Objectif? Arracher une centaine de grammes d’un astéroïde. Coût? Plusieurs centaines de millions d’euros!

Plus de 9000 astéroïdes dans le voisinage de la terre

 

«Pour une exploitation commerciale, cela veut dire qu’il faudra beaucoup plus d’argent», insiste Patrick Michel et surtout mettre au point des techniques très sophistiquées.

«Réussir à prendre un peu de matière sur un astéroïde est très difficile», poursuit le scientifique.

«Tout objet qui tente de toucher un astéroïde est immédiatement éjecté» en raison du manque quasi total d’attractivité.

«Si un jour on veut creuser dans un astéroïde, il faudra se poser, s’ancrer et c’est extrêmement délicat.» C’est la raison pour laquelle les techniques de récolte imaginées à ce jour durent à peine quelques secondes.

L’entreprise Planetary Ressources envisagerait pour sa part de capturer des pierres entières d’environ un mètre de diamètre pour les placer en orbite autour de la Terre ou les rapprocher des stations spatiales.

Or «ramener un astéroïde dans l’atmosphère sans qu’il brûle ou s’écrase au sol constitue là encore un véritable défi», tempère Patrick Michel.

Sur plus de 9000 astéroïdes recensés par la Nasa dont l’orbite passe dans le voisinage de la Terre, plus de 1500 sont d’un accès aussi facile que la Lune selon les investisseurs privés.

«C’est bien qu’il y ait de l’ambition sur ces questions, s’enthousiasme Patrick Michel. Cela permet de faire vivre l’idée d’autant que les agences spatiales qui dépendent des États ont de moins en moins les capacités financières pour soutenir des projets aussi onéreux et qui nécessitent des collaborations internationales, voire des fonds privés.»

Si les astrophysiciens réussissent à rapporter les cent grammes tant convoités «cela ouvrira un monde infini de recherche».

Les 350 kg de roches lunaires rapportés par les missions Apollo livrent encore leurs secrets grâce, notamment, aux technologies qui ne cessent de s’améliorer.

«C’est la raison pour laquelle on devrait garder au moins 70 % des échantillons pour les recherches futures», rappelle le scientifique.

Les cent petits grammes permettraient non seulement de savoir si les richesses espérées sont bien présentes dans les astéroïdes mais aussi offriraient une mine d’informations sur la formation des planètes et l’émergence de la vie sur Terre. En bref, «sur nos origines».

http://www.lefigaro.fr

Les moules au secours de la médecine pour leurs vertus adhésives


Les moules ont une substance adhésive qui a de très grandes propriétés autant en milieu sec qu’en milieu humide … et qui pourrait d’être une aide considérable en médecine
Nuage

 

Les moules au secours de la médecine pour leurs vertus adhésives

 

Les moules sécrètent une substance adhésive très résistante pour rester... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

JEAN-LOUIS SANTINI
Agence France-Presse
Boston

Les moules sécrètent une substance adhésive très résistante pour rester accrochées sur des rochers balayés par les vagues et une version synthétique de cette colle a d’importantes applications médicales et en chirurgie, ont expliqué ce week-end des scientifiques.

Ces moules ordinaires (Mytilus edulis) peuvent grâce à cet adhésif durable résister à de très fortes pressions de l’eau.

«Une paire de ces mollusques est capable de soutenir le poids d’un homme», a précisé devant la presse samedi Herbert Waite, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Californie en marge de la conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS).

Le pied de la moule, appelé le byssus, produit une substance adhésive capable de coller avec une ténacité inégalée sur quasiment toutes surfaces, inorganiques comme organiques, sèches ou mouillées.

«C’est un processus remarquable consistant dans la sécrétion de protéines uniques avec une forte concentration d’un acide aminé appelé DOPA qui forment une colle liquide qui durcit rapidement et est résistante à l’eau», a expliqué Phillip Messersmith, professeur d’ingénierie biomédicale à l’université Northwestern près de Chicago.

Il a percé le secret de cet adhésif et développé avec son équipe de recherche une version synthétique également résistante à l’eau.

«Plusieurs aspects de ce processus ont inspiré le développement de versions synthétiques de cette colle avec des applications médicales pratiques», a poursuivi le scientifique citant «la réparation ou la reconstruction de tissus dans le corps humain qui sont difficiles vu qu’il s’agit d’un environnement baigné de liquides».

Ces chercheurs travaillent sur plusieurs applications, dont la réparation de trou dans la membrane foetale responsable de fausses-couches, de naissances prématurées ou de complications, actuellement très difficile à traiter.

Phillip Messersmith et son équipe collaborent avec des chercheurs en Europe pour mener des essais cliniques.

Les autres applications sont des hydrogels antibactériens et des polymères résistants à l’eau pour acheminer des anticancéreux dans les tumeurs, capables de rester inactifs dans le sang jusqu’à ce qu’ils atteignent leur cible.

Le professeur Waite a également indiqué que d’autres groupes de recherche travaillaient au développement de versions synthétique de cette colle de moule pour réparer des os ou des dents fracturés.

«Ces colles sont bien tolérées par l’organisme et sont résistantes à l’eau ce qui est idéal pour effectuer des réparations à l’intérieur du corps», a-t-il souligné.

Outre les applications médicales, ce mécanisme adhésif de la moule semble être un bon indicateur des changements dans l’environnement surtout au réchauffement, selon une autre étude présentée à la conférence de l’AAAS.

Des expériences en laboratoire menées par Emily Carrington, professeur de biologie à l’Université de Washington à Seattle ont montré que le pied de ces moules était nettement moins adhésif quand la température montait.

Ainsi la résistance de ces fibres, au maximum dans des eaux de 10 à 18 degrés, diminue de 60 % quand la température atteint 25 degrés.

Des scientifiques avaient déjà observé que le pied des moules faiblissait à la fin de l’été et au début de l’automne au moment de la saison des ouragans, avant de regagner leur force.

«Nous essayons d’élucider les causes de cet affaiblissement saisonnier et de déterminer s’il est lié à un temps plus chaud, à leur cycle de reproduction ou à d’autres facteurs», a dit devant la presse cette biologiste.

«Nous voulons savoir si un accroissement des fluctuations environnementales présente un risque pour l’espèce», qui est importante pour l’écosystème, a-t-elle lancé.

http://www.lapresse.ca

Vos phobies vous gâchent-elles la vie ?


Vivre avec une ou plusieurs phobies ne doit pas être évident surtout si ces phobies sont parfois incontournables .. Certaines phobies sont vraiment handicapantes alors important de chercher un moyen pour se guérir
Nuage

Vos phobies vous gâchent-elles la vie ?

PAR FRANCE LÉCUYER, INFIRMIÈRE ET PSYCHOTHÉRAPEUTE  | PHOTO: ISTOCK

Prendre un avion, recevoir une injection ou tomber nez à nez avec une araignée sont, pour certaines personnes, des situations qui provoquent une peur irraisonnée. Mais il y a de l’espoir…

Une phobie est une peur persistante, intense et irraisonnée déclenchée par la présence d’un objet, la survenance d’une situation particulière ou son anticipation. Toutes les phobies entraînent un phénomène d’évitement, qui est le seul moyen de se soustraire à la situation anxiogène. Si l’évitement paraît être une réponse plus aisée que l’affrontement, il ne garantit toutefois pas une vie normale. En effet, l’évitement entraîne un handicap lorsqu’il réduit l’autonomie d’une personne de façon importante ou qu’il altère la qualité de ses rapports sociaux.

Le contexte familial peut jouer un rôle majeur dans l’apparition d’une phobie, car l’enfant apprend un grand nombre de comportements auprès de ses parents. S’il voit sa mère ou son père réagir de façon démesurée devant tel ou tel objet, il aura tendance à reproduire ce comportement. Les discours verbal et non verbal ont également leur importance. Les anecdotes du genre: «Le voisin s’est fait mordre par un chien…», les commentaires tels que: «Fais attention, tu vas te noyer!», et les expressions faciales (une expression d’horreur à la vue d’une araignée, par exemple) sont autant d’apprentissages pour l’enfant.

En somme, lorsque le modèle donné par les parents est dysfonctionnel, l’enfant voit son risque de développer une phobie multiplié par trois.


Les phobies spécifiques peuvent également trouver leur origine dans un traumatisme ou une expérience désagréable, comme une morsure d’insecte ou de chien, une chute ou un accident de voiture. Toutefois, le nombre de phobies qui résultent d’un choc n’est pas très élevé, puisque d’autres facteurs entrent en ligne de compte. En effet, les schémas de danger sont aussi transmis génétiquement: la crainte des hauteurs, de l’obscurité, des animaux prédateurs ou des lieux inconnus est liée à une forme d’instinct ancestral de survie de l’espèce humaine. Ces peurs ont été justifiées à un moment ou à un autre de l’histoire et elles ont favorisé l’adaptation de l’individu à son environnement. Ainsi, dans une situation donnée, un comportement systématique de survie refait surface, ce qui entraîne une émotion intense et un réflexe d’évitement. Les contextes familiaux et environnementaux facilitent l’émergence de ce schéma inadapté à la vie actuelle.

1. Les phobies simples ou spécifiques sont les plus fréquentes (elles touchent de 6 à 7 % de la population). Parmi elles, on retrouve…

  • … les phobies situationnelles (avion, voiture, tunnels, ponts, orages, hauteurs, eau, endroits clos, etc.)
  • … les phobies du sang, des blessures, des piqûres et des interventions médicales
  • … les phobies des animaux

2. L’agoraphobie se caractérise par la peur de s’éloigner d’un lieu familier, d’avoir un malaise dans un lieu public, d’utiliser les transports en commun ou de se retrouver dans une foule.

3. Les phobies sociales concernent la crainte d’être jugé ou observé par un autre, de donner le spectacle d’un comportement inadapté ou d’une réaction anxieuse, la peur de parler en public, etc.

… des chiens: puisqu’un chien sent la peur qu’éprouve une personne, on prend une grande inspiration, on se détend et on le laisse s’approcher de nous et renifler notre main.
… des insectes: on manipule des insectes en caoutchouc très réalistes pour s’habituer à leur aspect. Ensuite, on visite un insectarium et on apprivoise la présence d’insectes.
… des reptiles: on visionne régulièrement des documentaires sur les serpents, jusqu’à ce qu’on se sente confortable. Ensuite, on visite un jardin zoologique qui abrite de vrais reptiles.
… de l’avion: dès qu’on se trouve à bord, on se distrait en parlant avec son voisin, en lisant un bon roman ou en écoutant une musique apaisante.
… de parler en public: avant le jour J, on imagine un scénario dans lequel notre présentation se déroule à merveille et on se le repasse souvent.
… de l’eau: on suit un cours de natation à son rythme. Au début, on se tient au bord de la piscine, puis on avance dans l’eau à une distance qui nous convient.
… des ascenseurs: on monte les quatre premiers étages afin d’apprivoiser nos sensations, puis on monte au neuvième et toujours plus haut. Pendant l’élévation, on se répète des choses telles que: «Les portes vont s’ouvrir» ou
«J’ai tout l’air dont j’ai besoin.»

http://www.moietcie.ca

Royaume-Uni Jeune, blonde, mais plus brillante qu’Einstein


De quoi a clouer le bec a ceux qui pensent que les blondes ne sont pas intelligentes … et de faire taire les stéréotype ..,. De plus, elle viens d’un milieu modeste, elle montre aussi que l’intelligence n’est pas juste pour les gens des milieux aisés. Elle a l’embarras du choix pour faire une belle carrière
Nuage

Royaume-Uni : Jeune, blonde, mais plus brillante qu’Einstein

 

Jeune, blonde, mais plus brillante qu'Einstein

Crédit photo : Agence QMI

Agence QMI

Une jolie adolescente blonde britannique a un QI plus élevé que Stephen Hawking, Bill Gates et Albert Einstein.

Lauren Marbe, 16 ans, a décidé de prendre le test de QI Mensa, pour rigoler avec ses amies, avant de récolter un score fulgurant de 161, soit un point de plus que les trois génies mentionnés plus haut, selon ce que rapporte le journal britannique The Daily Mail.

Ce résultat place la jeune fille parmi le 1% de gens les plus intelligents de la planète.

«Je suis blonde, je porte du maquillage et je fais des sorties, a dit Lauren Marbe à The Daily Mail. En plus, j’adore mon bronzage de salon et mes faux ongles!» a-t-elle ajouté.

L’adolescente, qui vient de Essex, au nord-est de Londres, affirme avoir l’habitude d’être sous-estimée.

«Mes enseignants savaient que j’étais assez brillante grâce à mes notes, mais ils ont toujours pensé que j’étais une blonde écervelée, a dit la jeune fille. Maintenant, ils n’arrêtent pas de me dire « Je ne réalisais pas que tu étais si intelligente ».»

Lauren Marbe est bien heureuse de défaire les perceptions préconçues qu’avaient les gens d’elle, mais aussi de sa ville.

Lorsqu’elle graduera, la jeune génie, fille d’un chauffeur de taxi, prévoit étudier à l’Université Cambridge pour devenir architecte, ou encore devenir comédienne dans le populaire quartier londonien du West End.

http://tvanouvelles.ca