Bilan 2012 Année sombre pour les jeunes sur nos routes


Des accidents mortels sur nos routes qui auraient pus être évités Des jeunes avec l’avenir devant eux .. on préféré la témérité,. la vitesse et la rencontre dramatique avec la mort …
Nuage

 

Bilan 2012

Année sombre pour les jeunes sur nos routes

 

Année sombre pour les jeunes sur nos routes

Crédit photo : Photomontage TVANouvelles

L’alcool était en cause dans 45 % des accidents mortels impliquant des conducteurs de 16 à 24 ans au cours des dernières années, selon la SAAQ.

Par Jean-Nicolas Blanchet | Journal de Montréal

Après une nette diminution en 2011, le bilan des jeunes victimes mortes sur les routes a grimpé au cours de la dernière année, en raison principalement de la vitesse et de la témérité des conducteurs de 16 à 24 ans.

Les données compilées par TVA Nouvelles montrent que 70 jeunes ont péri sur les routes en 2012, une augmentation de 15% par rapport à 2011 (61 morts). Il s’agit toutefois d’une année moins tragique qu’en 2010, où 93 décès étaient survenus.

Les routes de campagne ont encore une fois été beaucoup plus meurtrières cette année. (Archives Agence QMI)

En scrutant la liste des accidents, le Journal constate que la témérité et l’imprudence sont à l’origine du retour à la hausse de ce bilan routier. Manœuvre dangereuse, dépassement illégal, vitesse excessive dans une courbe, circulation en sens inverse, course avec un autre véhicule sont les principales causes figurant sur les rapports de police liés à ces accidents.

Nouvelle bataille

Parmi les 70 décès, plus d’une cinquantaine sont attribuables à une conduite téméraire ou à une imprudence d’un jeune conducteur, alors que seulement huit d’entre eux (11 %) sont morts dans des drames où l’alcool ou la drogue pouvaient être en cause.

Ces données pourraient toutefois encore changer, puisque plusieurs cas sont toujours sous enquête par des coroners. À titre de comparaison, l’alcool était en cause dans 45% des accidents mortels impliquant des conducteurs de 16 à 24 ans au cours des dernières années, selon la SAAQ.

Selon plusieurs experts, l’inexpérience s’avère souvent une cause importante des accidents mortels. (archives Agence QMI)

Jean-Marie De Koninck, président de la Table québécoise de la sécurité routière, estime d’ailleurs que les jeunes sont maintenant davantage conscients des dangers reliés à la conduite avec les facultés affaiblies. Selon lui, il est temps de s’attaquer à un autre fléau.

«Maintenant, la bataille à faire, c’est contre la vitesse et la témérité des jeunes conducteurs. L’alcool au volant, c’est toujours le plus grand problème en général pour la sécurité routière, mais chez les jeunes, ce n’est plus le problème numéro un», confirme-t-il.

Un avis que partage le coroner André Dandavino, qui évalue que l’inexpérience s’avère souvent une cause importante des accidents mortels.

«Quand le jeune n’a jamais vécu une situation dangereuse au volant et qu’il n’a jamais eu peur, il ne connaît pas les risques. Il pense être invulnérable. C’est la génération des jeux vidéo. Les jeunes sont habitués de peser sur ‘’reset » pour recommencer.»

En campagne

Par ailleurs, les routes de campagne ont encore une fois été beaucoup plus meurtrières. Moins du quart des 70 victimes ont perdu la vie dans des secteurs urbains ou sur une autoroute.

Les autres sont mortes dans des zones rurales, soit dans des rangs, des chemins ou des routes numérotées. Un décès est survenu sur l’île de Montréal et aucun dans la région de Québec.

Deux fois plus de femmes

Aussi téméraires que les hommes, les jeunes femmes décédées au volant ont été deux fois plus nombreuses en 2012 que l’année précédente.

Vingt-six femmes âgées entre 16 et 24 ans ont perdu la vie durant la dernière année, comparativement à douze en 2011.

«On n’a pas uniquement remarqué ça chez les jeunes. Les femmes sont davantage impliquées dans les accidents qu’elles l’étaient auparavant. Ce n’est plus rare, d’ailleurs, de voir des femmes nous dépasser sur l’autoroute. On ne voyait pas ça autant avant», explique Jean-Marie De Koninck, qui ignore pour l’instant si ce phénomène peut être considéré comme une tendance.

Le coroner Yvon Garneau n’écarte pas que les femmes, comme les hommes, soient de plus en plus tenté par la témérité, un comportement qui devient asexué, à son avis.

Celui qui a déjà fait valoir que les jeux vidéo pouvaient influencer le comportement routier des conducteurs en alimentant leur sentiment d’invincibilité, juge que les femmes «n’échappent pas non plus à cette influence».

http://tvanouvelles.ca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s