Mode de pensées


Difficile de changer le résultats de ce que nous rêvons si nous n’acceptons pas de faire les efforts pour y arriver
Nuage

 

Mode de pensées

 

Une des raisons pour lesquelles les gens ne réalisent pas leurs rêves, c’est qu’ils souhaitent changer leurs résultats sans avoir à changer leur mode de pensée.

John C. Maxwell

Lâcher prise


Il y a des moments que les choses ne tournent pas toujours comme on le veut … mais on ne peut pas réussir a tout affronter, à tout résoudre et cela ne sert a rien de taper du pied … le temps passe … et continuera a passer
Nuage

Lâcher prise

 

Ne vous laissez pas toucher par les choses que vous ne maîtrisez pas ou plus. Apprenez à lâcher prise

C’est un peu comme une béquille : On s’en sert le temps qu’un os cassé se régénère Une fois guéri, il serait insensé de continuer à marcher avec,.

Considérez les choses passées comme indispensables à l’époque mais plus utiles aujourd’hui,

Avancez !

Michel Poulaert
Source d’optimiste

Une sécheuse sachant sécher


Avec le temps froid, il est moins tentant de faire sécher les vêtements sur la corde a linge alors la sécheuse est un outil indispensable, Cependant bien utiliser la sécheuse permet une économie d’énergie et d’argent
Nuage

Une sécheuse sachant sécher

 

trucs secheuse

Photo :istockphoto.com

Martine Gingras, Coup de pouce,

 

Avec le temps qui rafraîchit, on redécouvre notre sécheuse. Six astuces pour sécher sans s’échiner.

1. On vide le filtre à charpie après chaque brassée.

2. On n’oublie pas le tuyau d’évacuation situé derrière, où la charpie s’accumule aussi. Pour sécher à pleine puissance tout en prévenant les risques d’incendie, on le nettoie à fond tous les deux ou trois ans.

3. Pour économiser l’énergie, on planifie des brassées de séchage successives. On profite ainsi de la chaleur emmagasinée au lieu de démarrer chaque fois à froid.

4. On ne surcharge pas l’appareil, qui risquerait de surchauffer: les vêtements doivent bouger librement.

5. On ne devrait jamais utiliser la sécheuse à puissance maximale: c’est dommageable pour les tissus, en plus de fixer à tout jamais les taches.

6. On évite d’utiliser le séchage par minuterie, qui risque de prolonger inutilement le temps de séchage. Si notre sécheuse est munie d’un capteur d’humidité, c’est l’idéal: le culbutage cessera aussitôt que les vêtements sont secs.

http://www.coupdepouce.com

La marijuana désormais légale dans l’État de Washington


Et voilà ca commence .. Je n’ose penser aux répercussions dans les années a venir .. l’accoutumance, imaginez qu’on fait des pieds et des mains pour interdire et arrêter de fumer la cigarettes alors on autorise la mari … Les répercussions sur le cerveau, sur les enfants en devenir (sur le sperme et les ovules) Il va falloir des lois de tolérance zéro sur la drogue sur la route ..
Nuage

 

La marijuana désormais légale dans l’État de Washington

 

De nombreux États américains autorisent déjà la consommation... (PHOTO ANTHONY BOLANTE, ARCHIVES REUTERS)

De nombreux États américains autorisent déjà la consommation de cannabis à des fins médicales, mais aucun n’avait jusqu’alors étendu la légalisation de la consommation récréative en privé.

PHOTO ANTHONY BOLANTE, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Washington

Le texte dépénalisant sous conditions l’usage récréatif du cannabis, approuvé par référendum le mois dernier, est entré jeudi en vigueur dans l’État de Washington, une première aux États-Unis.

La légalisation de l’usage de la marijuana a été approuvée par un vote populaire tenu en même temps que l’élection présidentielle le 6 novembre dernier, dans les États de Washington et du Colorado.

Le texte entrera en vigueur dans le Colorado le 5 janvier.

Dans l’État de Washington, il est désormais légal de détenir jusqu’à 28 grammes (une once) de cannabis si la personne est âgée de 21 ans et plus.

Fumer en public reste néanmoins interdit, sous peine d’amende de 50$, et les autorités ne vont pas légiférer avant un an ni sur la culture ni sur la vente du cannabis.

L’application de ce nouveau texte suscitait ainsi nombre d’interrogations, alors qu’il entre en contradiction avec la loi fédérale.

Le procureur de l’État de Washington a ainsi rappelé que la loi fédérale sur la drogue restait «sans changement», aucun texte voté par un État ne pouvant outrepasser la loi votée au Congrès des États-Unis.

«Faire pousser, vendre ou posséder n’importe quelle quantité de cannabis reste illégal selon la loi fédérale», a indiqué un communiqué.

Les «personnes doivent également se rappeler qu’il va à l’encontre de la loi fédérale d’introduire n’importe quelle quantité de marijuana dans une propriété fédérale, dont les immeubles fédéraux, les parcs nationaux, les installations militaires et les tribunaux».

Cet avertissement n’avait pas empêché des fumeurs de joints de fêter l’événement à minuit jeudi matin dans le centre de Seattle, brandissant leur cigarette – interdite en public – devant les caméras de CBS.

De nombreux États américains autorisent déjà la consommation de cannabis à des fins médicales, notamment pour les patients atteints de maladies graves, mais aucun n’avait jusqu’alors étendu la légalisation de la consommation récréative en privé.

http://www.lapresse.ca

Vos émotions passent d’abord par votre corps


Notre visage est certes un indice de nos émotions mais en réalité, tout le corps a un langage a ceux qui savent observer et il est peut-être facile de contrôler la voix pour exprimer une émotion mais contrôler le corps c’est pas évident
Nuage

 

Vos émotions passent d’abord par votre corps

 

Le visage arrive bon deuxième lorsque vient le temps de lire l’état émotif d’une personne. Des psychologues de l’Université de Princeton, aux États-Unis, affirment en effet que la lecture de l’état émotionnel d’une personne dépend d’indices contextuels venant de tout le corps, et non seulement du visage.

Selon le Dr Hiller Aviezer et ses collègues, cette nouvelle connaissance aide à mieux comprendre comment la communication sociale se déroule au cours de situations tendues et potentiellement dangereuses.

De plus, elle pourrait faciliter l’intervention auprès de certaines personnes, comme celles qui présentent un trouble du spectre autistique, par exemple.

Les travaux

Les chercheurs ont montré que lorsque les gens ne voient que le visage des joueurs de tennis qui viennent de gagner ou de perdre un point important, ils ne peuvent distinguer les gagnants des perdants.

Les participants devinaient toutefois correctement l’émotion d’un joueur s’ils voyaient également son corps. Ces résultats ont été vérifiés avec d’autres photos de gens qui éprouvaient des émotions dans des situations différentes.

Les chercheurs ont ensuite transposé numériquement le visage de joueurs qui gagnaient un point sur le corps de joueurs qui en perdaient un et vice versa pour confirmer que la perception changeait vraiment en fonction de la vue du corps.

Toutefois, au lieu d’évaluer les visages, les participants devaient prendre la pose et mimer les expressions faciales vues sur les photos. Ces poses étaient influencées par le corps de joueurs, mais pas par leur visage.

Encore une fois, les résultats ont montré que les humains évaluaient les émotions intenses largement à l’aide des informations communiquées par le corps.

« Ces résultats montrent que, lorsque les émotions deviennent extrêmement intenses, la différence entre la réaction positive et négative est difficile à faire avec l’expression du visage. » — Dr Hiller Aviezer

Les résultats, selon les auteurs, remettent en question les modèles classiques de comportement dans les neurosciences, la psychologie sociale et l’économie.

http://www.radio-canada.ca

Zones à haut risque pour les mégaséismes


Mieux comprendre les séismes permettra peut-être a mieux préserver les vies humaines .. Ce serait une grande avancée mais reste que la nature aime bien contre dire le savoir de l’homme
Nuage

 

Zones à haut risque pour les mégaséismes

 

Désolation dans le village de Kesennuma après le séisme... (Photo archives Reuters)

Désolation dans le village de Kesennuma après le séisme qui a touché le Japon en 2011.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Paris, France

Des chercheurs affirment avoir identifié les zones de la croûte terrestre les plus exposées aux mégaséismes, comme ceux qui ont dévasté l’Indonésie et le Japon ces dernières années.

«Nous avons découvert que 87% des 15 plus forts séismes enregistrés au siècle dernier (d’une magnitude de 8,6 ou plus) sont associés à des régions situées à l’intersection entre une zone de fracture océanique et une zone de subduction», résume Dietmar Müller, chercheur à l’Université australienne de Sydney.

Cette corrélation avec les fractures océaniques, sortes de «cicatrices» situées au fond des océans, et les zones de subduction, là où une plaque de l’écorce terrestre s’enfonce sous une autre, est présente dans 50% des cas si l’on retient les 50 séismes les plus puissants du XXe siècle (magnitude supérieure ou égale à 8,4).

Pour les besoins de leur étude, publiée mercredi dans la revue européenne Solid Earth, les chercheurs ont pris en compte quelque 1500 séismes au total. Ils les ont ensuite croisés avec des données cartographiques à l’aide d’un algorithme conçu à l’origine pour analyser les préférences des internautes.

«Si l’association que nous avons découverte était due à un simple hasard, seuls environ 25% des grands séismes de subduction coïncideraient avec ces environnements tectoniques spécifiques», assure Dietmar Müller.

Les séismes étant provoqués par des mécanismes incroyablement complexes, les spécialistes ne sont pas en mesure d’expliquer précisément pourquoi ils afficheraient une telle préférence.

Il pourrait s’agir des propriétés physiques particulières de ces environnements tectoniques, capables d’accumuler de fortes tensions sur une longue période avant de les libérer, provoquant un tremblement de terre d’autant plus puissant que le cycle est long.

La découverte pourrait permettre d’améliorer la fiabilité des cartes de zones à fort risque sismique.

Conçues essentiellement à partir de données collectées après 1900, ces cartes négligent en effet souvent des régions où aucune secousse importante n’a été récemment enregistrée. Raison pour laquelle la zone où est survenu le tremblement de terre de Tohoku-Oki (magnitude de 9), qui a dévasté le Japon en mars 2011, n’avait pas été signalée comme étant à haut risque.

«Même si nous ne comprenons pas pleinement la physique des cycles sismiques longs, toute amélioration apportée par l’analyse des données statistiques doit être prise en compte, car elle peut contribuer à réduire les dégâts et les pertes humaines», estime M. Müller.

http://www.lapresse.ca