Recrudescence de sites pro-anorexie


Comment il se fait que des troubles alimentaires peuvent apparaitre dès l’âge de 6 ans ? Et qu’avec Internet elles peuvent aller chercher des moyens pour accentuer ce désordres alimentaires avec des conseils et des trucs.
Nuage

Recrudescence de sites pro-anorexie

 

Recrudescence de sites pro-anorexie

Photo: Fotolia

Malgré la volonté des autorités de certains pays à limiter les blogues et la publication de photos de femmes extrêmement maigres, une étude anglaise montre que plus de 500 000 personnes à travers le monde, surtout des jeunes filles, visitent des sites pro-anorexie chaque année.

Un rapport, publié le 28 novembre par une équipe de chercheurs de l’University Campus Suffolk, montre qu’une jeune fille sur cinq ayant visité un site de type «thinspiration» (contraction de «thin» qui signifie mince en anglais et inspiration – qui idolâtre la minceur) avait entre six et onze ans.

Le Dr Emma Bond, qui a mené cette étude, estime qu’il existe entre 400 et 500 sites faisant l’apologie de l’extrême minceur. Certains ont plus de 2600 adhérents, et l’on dénombre près de 1600 sujets évoqués dans au moins 15 000 billets sur ces sites.

Les sites pro-anorexie proposent des conseils et encouragent à adopter la boulimie ou l’anorexie. De nombreux sites montrent par exemple des photos ou des vidéos de mannequins et de célébrités excessivement maigres et dispensent des conseils pour cacher les symptômes de ses désordres alimentaires à ses proches. D’autres vont même jusqu’à proposer des conseils pour limiter son apport calorique à seulement 400 ou 500 calories par jour, soit le quart de régime alimentaire normal, ou proposent de trouver une copine anorexique pour s’encourager mutuellement.

«Les troubles de l’alimentation ne disparaissent pas, au contraire, ils se banalisent», commente le docteur Bond.

«Nous devons alerter le public sur les dangers que représente le contenu de ces sites internet.»

Et d’ajouter: «Chacun doit mieux comprendre les risques que l’on court sur la toile et le mal que causent les troubles de l’alimentation chez les jeunes.»

http://fr.canoe.ca/

Les chiens militaires souffrent eux aussi de traumatismes


Des chiens guide, des chien sauveteur, chien d’accompagnement, ce sont des animaux fantastiques mais quand les hommes les utilisent pour la guerre, c’est l’horreur et je qualifie cela de cruauté animale pour éduquer les chiens aux bêtises de l’homme
Nuage

 

Les chiens militaires souffrent eux aussi de traumatismes

 

Si l’on a mené de nombreuses études, et beaucoup écrit au sujet des troubles post-traumatiques dont souffrent les soldats de retour de mission, les chiens militaires, envoyés en zones de guerre pour flairer les explosifs et détecter toutes sortes de danger, étaient jusqu’alors hélas bien souvent oubliés.

Des chiens métamorphosés

Pourtant, ils souffrent eux aussi. L’anxiété, les fortes émotions, les bruits et la mort toujours présente autour d’eux engendrent chez les chiens de vrais traumatismes.

Chose confirmée par une récente étude menée sur des animaux mobilisés en Irak par l’armée américaine.

Des chercheurs et vétérinaires se sont en effet penchés sur cette question alors que d’importants changements de comportement ont été observés chez nombre de chiens militaires.

Des animaux doux et calmes se sont réellement métamorphosés, devenant anxieux, agressifs, peureux.

C’est le cas de Cora. Après avoir passé des mois en Irak et participé à des dizaines de patrouilles de combat, la chienne a changé.

L’animal autrefois si gentil s’est notamment mis à grogner de plus en plus souvent, et a commencé à se battre avec d’autres chiens militaires.

Un mal enfin reconnu

Quand Cora est rentrée aux États-Unis, il y a deux ans, il n’existait pas encore de terme pour décrire ce dont elle souffrait. Mais aujourd’hui, il y en a un, médicalement reconnu : la chienne a développé des troubles de stress post-traumatique.

Comme les humains, les chiens militaires peuvent alors avoir besoin d’un traitement médical pour apaiser ces troubles.

Mais certains sont si affectés qu’ils ne sont plus jamais envoyés en zone de guerre. Ils sont réorientés vers d’autres départements d’Etat, tels que les douanes.

D’autres, particulièrement troublés, comme Cara, méritent simplement d’être traités et honorés comme des vétérans. Mis à la retraite et proposés à l’adoption, ils se voient offrir une fin de vie paisible.

Menée dans la base militaire de Lackland, installée à San Antonio au Texas, cette étude révèle que 10% des centaines de chiens mobilisés sur les fronts afghans et irakiens souffrent du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) lorsqu’ils reviennent de mission.

Pour les maîtres chiens et autres spécialistes de la base de Lackland, il était urgent de reconnaître enfin cette réalité.

http://wamiz.com

De l’eau glacée découverte sur Mercure


De l’eau sur Mercure … mais glacée … Une découverte qui laisse peut-être rêver certains scientifiques d’une possibilité d’installer une colonie sur la planète .. en tout cas je ne suis pas volontaire
Nuage

 

De l’eau glacée découverte sur Mercure

 

De l'eau glacée se trouverait piégée sous certains cratères du pôle nord de Mercure.

De l’eau glacée se trouverait piégée sous certains cratères du pôle nord de Mercure. NASA/OHNS HOPKINS UNIVERSITY APPLIED PHYSICS LABORATORY/CARNEGIE INSTITUTION OF WASHINGTON/NATIONAL ASTRONOMY AND IONOSPHERE CENTER, ARECIBO OBSERVATORY

SCIENCES La Nasa l’a annoncé ce jeudi lors d’une conférence…

Dans l’enfer de Mercure, la Nasa a confirmé une découverte surprenante, ce jeudi: la présence d’eau glacée, piégée dans des cratères du pôle nord.

«Attention, on ne dit pas qu’il peut y avoir de la vie. C’est même sans doute improbable», a précisé l’Agence lors d’une conférence tenue à son QG de Washington.

Mais la présence d’eau pourrait relancer l’intérêt d’une mission à la surface de la planète la plus proche du Soleil, et aider à mieux comprendre comment la vie s’est formée sur Terre.

Sur Mercure, située trois fois plus près du Soleil que la Terre, la température au sol peut atteindre 400°C. Mais parce que la planète n’a presque pas d’atmosphère, il y fait froid la nuit. Surtout, à cause d’une inclinaison de son axe quasi-nulle (angle de 1°, contre 23° pour la Terre), une large zone du pôle nord n’est jamais touchée par les rayons du Soleil, avec des températures flirtant avec les -170°.

Des comètes impliquées

L’eau glacée n’a pas été détectée directement mais en mesurant la réflectivité de la surface via un spectromètre à neutrons. Selon les résultats, une couche riche en hydrogène de plusieurs dizaines de centimètres est enterrée sous environ 15cm d’un composé noir, sans doute organique.

Traduction de de la Nasa: de l’eau glacée «presque pure» se trouve sous une couche «d’un truc collant».

Selon l’Agence, cette découverte confirme les théories actuelles: l’eau et les composés organiques –ce cocktail nécessaire à l’éclosion de la vie– auraient été amenés par des comètes ayant bombardé la surface des planètes du système solaire.

Il y aurait entre 100 et 1.000 milliards de tonnes de glace, soit des centaines de milliers de fois moins qu’au pôle nord sur Terre. Mais, précise la Nasa c’est largement suffisant pour les besoins d’une colonie terrestre qui vivrait enterrée quelques mètres sous la surface, bien au chaud.

Philippe Berry

http://www.20minutes.fr

Les océans font mentir les prévisions


La Terre non plutôt la mer reprends ses droits .. après avoir été bafouer, polluer, elle reprend du terrain et c’est l’être humain qui en paiera les frais
Nuage

 

Les océans font mentir les prévisions

 

Le niveau des océans

Photo :  iStockphoto

Le niveau des océans monte 60 % plus vite que ne l’avait projeté le groupe d’experts de l’ONU sur le climat, le GIEC. Selon une nouvelle étude menée par des experts américains et allemands, l’eau des mers monte en moyenne de 3,2 mm par an.

La dernière projection, publiée en 2007 et décrite comme la plus fiable par le GIEC, prévoyait une hausse de 2 mm par an d’ici 2010. Elle était toutefois basée sur des données de 2003. Le GIEC estimait à ce moment que la hausse atteindrait de 18 à 59 cm d’ici à la fin du siècle, en raison notamment de la dilatation de l’eau, liée au réchauffement.

Or, l’élévation atteindra probablement 1 m et peut-être plus, selon les auteurs de ces travaux, publiés dans la revue Environmental Research Letters.

« Cela signifie que les zones situées à moins de 1 mètre au-dessus du niveau de la mer, où il y a une grande concentration de population, comme au Bangladesh, vont disparaître. » — Grant Foster, coauteur

Une catastrophe en devenir

Selon Grant Foster, de l’entreprise Tempo Analytics, ce changement entraînera le déplacement de centaines de millions de réfugiés, sans parler des conflits potentiels pour l’accès aux ressources que cela pourra susciter.

En outre, les grandes villes côtières comme New York ne seront pas épargnées. Elles devront affronter des phénomènes climatiques, comme l’ouragan Sandy, plus fréquemment.

La mauvaise estimation du GIEC sur la hausse du niveau des océans s’explique en partie par l’ampleur de la fonte des calottes glacières ou de glaciers plus modestes, qui avait été sous-estimée.

De plus, les données dataient d’avant 2003, alors que les mesures par satellite étaient encore relativement nouvelles, si bien que les scientifiques manquaient de recul pour évaluer leur fiabilité.

Le saviez-vous?

Le cinquième rapport du GIEC sera publié en trois parties, en septembre 2013, en mars 2014 et en avril 2014.

http://www.radio-canada.ca