Le mot merci….


Dire merci c’est pas compliqué et cela ne fait pas mal a personne .. mais n prend tellement pour acquis que les autres nous rendent service volontairement ou non qu’on n’oubli ce simple petit mot .. Si les gens savaient dire merci, il y aurait quelque sourires de plus …
Nuage

 

Le mot merci….

 

» Dis merci à la dame « …. Une petite phrase beaucoup répétée par nos parents lorsque l’on était enfant !

Au-delà d’une simple politesse, MERCI est aussi l’expression d’un sentiment noble : la reconnaissance….

Si les petites attentions semblent naturelles envers nos proches, il nous arrive parfois d’oublier de leur dire merci….

Et pourtant ce simple mot peut ouvrir de nombreuses portes et notamment celle de notre sérénité intérieure….

En fait,  je dirais plutôt….que trois mots rythment notre existence : merci, pardon, s’il- vous -plait… et pourtant ils passent presque inaperçus….mais quand ils manquent…nous le ressentons profondément….

Employer ces mots est avant tout une pédagogie pour arriver à ce que notre vie soit en accord avec eux. et avec nous-mêmes…alors pourquoi se priver de leur bienfait ?

Christine R.

Les forêts les plus extraordinaires du monde


Ces forêts, ces arbres qui se laissent bercer par le vent chuchotant milles et un secret a travers les branches. Ces forêts qui sont les poumons et que nous détruisons .. c’est tout un écosystème qui s’effondre
Nuage

 

Les forêts les plus extraordinaires du monde

 

Les feuillus du Québec sont devenus l’emblème de leur pays.

© Marie Laurier

La forêt de Mononoké, sur l’île de Yakushima au Japon

© tororo reaction – Fotolia.com

Les sequoias géants de Californie

© Galyna Andrushko – Fotolia.com

La forêt tropicale humide de Bornéo est touchée par une déforestation massive 

© tiero – Fotolia.com

Les pinacles dressés de Madagascar

© Eric Masson

Drôle de bayou au bord du Mississippi

© pollux – Fotolia.com

Le souffle de la Rain Forest

© Smithore – Fotolia.com

Des gorilles et des volcans au Rwanda

© Yvon Chiarini

Les légendes de Brocéliande

© Bertrand Camus

Silencieuse forêt d’Anlier

© Ginette Boullot

Les cèdres du Liban

© MajusC00L – Fotolia.com

Le majestueux Parc National de Banff

© Laurent Delarue

Tropicale Guyane

© Pascal Dumas

http://www.linternaute.com

Des cercueils pas comme les autres


Je trouve intéressant les œuvres de cet artisan Bon, certain trouverons cela morbide, mais c’est une activité comme une autre et pourquoi qu’une tombe servirais juste pour les enterrements surtout qu’il semble que l’industrie des tombes … éprouvent quelques baisse de clientèle ..
Nuage

 

Des cercueils pas comme les autres

 

Un drôle de trip, fabriquer des cercueils? Kent... (Photo: François Roy, La Presse)

Un drôle de trip, fabriquer des cercueils? Kent Leclerc hausse les épaules. «C’est sûr qu’il y a un côté morbide. Les gens pensent que c’est bizarre. Mais la mort c’est standard. C’est comme les taxes. Ça arrive à tout le monde.»

PHOTO: FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

JEAN-CHRISTOPHE LAURENCE
La Presse

Qui dit novembre dit mois des morts. Et qui dit mort dit pompes funèbres. Rencontre avec Kent Leclerc, un fabricant de cercueils pas comme les autres.

Petit, Kent Leclerc était déjà différent. Alors que la plupart de ses amis jouaient au ballon, lui était obsédé par Dracula et Frankenstein.

«Walt Disney, ça ne m’intéressait pas, dit-il. J’ai toujours trippé sur le morbide.»

Avec l’âge, rien n’a changé. Cet ancien photographe continue d’être fasciné par la mort. Tellement fasciné, qu’il a même fondé sa propre fabrique de cercueils, Kustom Koffins, une petite entreprise qu’il dirige de chez lui, dans le quartier Rosemont.

«Au départ, c’est parce que j’en voulais un chez moi, raconte-t-il. Après, quand mes amis ont vu ce que j’avais fait, ils m’ont demandé d’en faire un pareil pour eux. Ça a commencé comme ça. Un après l’autre…»

Autodidacte, Kent Leclerc a appris à fabriquer des cercueils sur Google. Mais il n’a pas tardé à développer son propre style, inspiré des vieux westerns. Contrairement aux cercueils qu’on trouve habituellement dans les salons funéraires, les siens ne sont pas rectangulaires, mais de forme hexagonale.

«Comme les croque-morts dans les vieux films de cowboys» précise-t-il. Le tout est ensuite recouvert de tissu, à l’intérieur comme à l’extérieur. Une technique assez originale, qui lui permet de donner de la personnalité à ses «oeuvres».

«Un cercueil générique, c’est déprimant, lance ce grand excentrique, passionné d’antiquités et de culture gothique. Moi j’aime la mort avec du style.»

Kent Leclerc fabrique en moyenne de trois à cinq cercueils par semaine. Quand il ne loue pas pour le cinéma, le théâtre ou des partys d’Halloween, il vend à d’autres «bizarres», qui appartiennent pour la plupart à la scène gothique, rockabilly ou fétichiste. Et, non, il ne fournit pas les chaînes.

Fait à noter: ses cercueils ne sont pas tous de grandeur nature. Il en fabrique de tous les formats et surtout, pour tous les usages. Tables à café, bibliothèques, valises, haut-parleurs et amplificateurs en forme de cercueils font partie de sa production régulière.

Mais son plus gros vendeur c’est le «cercueil pour chat», souligne-t-il, le plus sérieusement du monde.

Pour les vrais morts, c’est une autre histoire. Même si «le marché est là», comme il dit, Kent Leclerc n’a jamais trop poussé de ce côté. En cinq ans, ses cercueils n’ont servi qu’à trois enterrements.

La première fois, c’était une commande spéciale. Un homme cherchait quelque chose d’original pour sa femme décédée.

«On a choisi le tissu ensemble. Il m’a montré une photo de sa femme. Ça m’a donné des frissons», dit-il, encore ému par l’expérience.

La deuxième fois, c’est quand il a vendu ses produits à une Enterprise de pompes funèbres. Les deux cercueils ont trouvé preneurs. Mais quand la compagnie est venue le voir pour lui en commander d’autres, Kent a reculé d’un pas. Fabriquer des cercueils oui, mais en série? Pas sûr.

Il faut savoir que Kent Leclerc fabrique tous ses cercueils lui-même, dans sa cour arrière. Quand les voisins se sont plaint du bruit, il est passée de la scie mécanique à la scie à main.

«C’est cool, ça me rend plus proche des gens qui en fabriquaient dans le temps».

Alors pour ce qui est d’augmenter la production, pas sûr. L’homme de 43 ans, qui se décrit comme un artisan plutôt que comme un homme d’affaires, se trouve très bien comme il est.

«Je ne me vois pas faire du 9 à 5. Je suis satisfait de mes horaires. Je gagne ce qu’il faut pour vivre. J’ai encore beaucoup de fun, je ne voudrais pas que ça tombe dans la corvée.»

Pas vendeur pour deux sous, Kent Leclerc a toujours fonctionné par le bouche à oreille. Il compte toutefois assister à un congrès de pompes funèbres l’automne prochain à Toronto, question de présenter ses produits.

D’ici là, peut-être aura-t-il développé sa nouvelle ligne d’urnes… en forme de cercueils. Ironique, dites-vous? Pas autant que ses dernières volontés.

«Avant je pensais que je voulais être enterré dans un cercueil en léopard, dit-il. Mais finalement j’ai changé d’idée. Tu vas trouver ça weird, mais je veux être incinéré…»

PHOTO: FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Fabricant de cercueils : une mort annoncée?

Au Québec, on comptait 10 fabricants de cercueils il y a cinq ans. Aujourd’hui, il n’en reste que six. Si la tendance se maintient, ce chiffre pourrait chuter encore.

Avec la popularité croissante de la crémation, la demande est effectivement en baisse. De plus en plus de gens se contentent de l’urne, ou louent un cercueil le temps de l’exposition au salon funéraire.

«Aujourd’hui, 80% de mes clients se font incinérer, confirme Philippe Rajotte, du Complexe funéraire Rajotte. Là-dessus, j’en ai près de la moitié qui louent le cercueil au lieu de l’acheter.»

Tradition familiale oblige: Philippe Rajotte ne tient que des cercueils fabriqués au Québec. Ses principaux fournisseurs sont Cercueils Magog et Fourniture funéraires Victoriaville, les deux importants fabricants de cercueils au Québec, en plus de l’américaine Batesville. Avec les moeurs funéraires qui changent, il constate toutefois que ses fournisseurs «patinent». Pour se renouveler, certaines ont commencé à offrir des produits dans l’air du temps, comme des cercueils écolo biodégradables.

En vain. «Ça ne marche pas pantoute, dit l’entrepreneur en pompes funébres. Le monde trouve que ça fait trop rustique. Il est peut-être trop tôt. Il va falloir attendre la prochaine génération. Après les boomers, qui ne sont pas les moins pollueurs.»

Il y a aussi la concurrence chinoise, qui nuit énormément à l’industrie québécoise depuis le milieu des années 2000. Leurs cercueils bas de gamme, offerts au prix d’une location, sont une alternative intéressante pour les familles moins nanties. Dans certains cas, même pas besoin de passer par le salon funéraire: on peut acheter directement du fournisseur.

Pour rester concurentiels, les fabricants de cercueils québécois se sont lancés dans l’exportation. Fournitures funéraires Victoriaville par exemple, vend au Canada et aux États-Unis. La forte croissance de décès, annoncée au Canada pour 2015, freinera peut-être leur déclin.

http://www.lapresse.ca

Sandy et les changements climatiques: un certain lien, selon des scientifiques


Est-ce que l’ouragan Sandy est une conséquences du réchauffement climatique? Ce n’est sans doute pas la première fois que ce genre de catastrophe arrive mais avec les installations fait par l’homme cela parait plus dévastateurs .. Cependant, je pense qu’on ne peut pas écarté la probabilité que les réchauffements climatiques y ont quelques choses a voir …
Nuage

 

Sandy et les changements climatiques: un certain lien, selon des scientifiques

 

La température de l'eau bat des records cette... (PHOTO DOUG MILLS, AFP)

La température de l’eau bat des records cette année dans l’Atlantique, au large de l’Amérique du Nord. Et une eau plus chaude donne plus d’énergie aux ouragans. Sur la photo, les dommages causés par le passage de Sandy dans la ville de Seaside Heights, au New Jersey.

PHOTO DOUG MILLS, AFP

CHARLES CÔTÉ
La Presse

L’ampleur sans précédent et la trajectoire inhabituelle de l’ouragan Sandy stimulent le débat sur les changements climatiques aux États-Unis, alors que le sujet a largement été ignoré pendant la campagne électorale qui s’achève.

Quelques commentateurs politiques l’ont souligné et un sondage montre que l’événement frappe l’imaginaire: 51% pensent qu’il y a un lien entre Sandy et le réchauffement de la planète.

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a affirmé que la «fréquence des événements extrêmes augmente».

Mais qu’en disent les scientifiques?

La climatologue Katharine Hayhoe, de l’Université Texas Tech, a eu plusieurs échanges sur Twitter, surtout pour exprimer des mises en garde contre des conclusions hâtives.

Mais elle a aussi affirmé que la trajectoire de Sandy a probablement été «affectée» par les changements climatiques.

«De grands ouragans ne sont pas inhabituels à ce temps-ci de l’année, a-t-elle écrit. Son existence est très normale. Son virage à gauche ne l’est pas. Les causes de ce virage sont à déterminer.»

Une chose est sûre: la température de l’eau bat des records cette année dans l’Atlantique, au large de l’Amérique du Nord, et une eau plus chaude donne plus d’énergie aux ouragans.

C’est ce que souligne Kevin Trenberth, climatologue au Centre national de recherche atmosphérique des États-Unis, dans une entrevue au journal web Slate.

«L’air au-dessus de l’océan est plus chaud et plus humide, et cela alimente la tempête et ajoute en particulier aux risques de pluies abondantes et d’inondations», dit M. Trenberth.

Sachant que les océans ont absorbé jusqu’ici environ 90% du réchauffement qui s’est produit depuis 50 ans, une partie de la force de l’ouragan Sandy est probablement liée à ce réchauffement.

Niveau des océans

D’ailleurs, une étude publiée récemment a conclu que les ouragans sont deux fois plus fréquents les années où l’eau est plus chaude que la normale.

La science climatique est aussi très solide sur un autre point: le réchauffement cause la hausse du niveau des océans. La hausse s’est accélérée à environ 3 mm par année et elle totalisera au moins 90 cm d’ici la fin du siècle.

Peut-être est-ce l’un des facteurs derrière l’ampleur de la catastrophe qui frappe New York? Notons qu’en 2006, la NASA avait souligné la vulnérabilité de New York à l’effet combiné de la hausse des océans et des ouragans. L’effet combiné de Sandy et de la pleine lune a fait en sorte que la vague de tempête qui a frappé New York mesurait 13 pi, soit près de 4 m.

Un point demeure inconnu: est-ce que les changements climatiques augmentent les probabilités d’une tempête «hybride», où un ouragan rencontre une tempête hivernale? Selon le climatologue Kerry Emanuel, du Massachusetts Institute of Technology, interviewé par Slate, on ne le sait tout simplement pas.

Sandy a réchauffé le Québec 

Le redoux des derniers jours est dû à Sandy, selon André Cantin, météorologue à Environnement Canada. «Il y a assurément un lien avec Sandy.

L’air très chaud pour la saison a été amené par l’ouragan. L’air a remonté à l’est de la tempête. Depuis dimanche, on est très loin de la normale, qui est de 10 degrés à la fin du mois d’octobre.»

Les records de chaleur des 26 et 30 octobre, qui dataient respectivement de 1977 et 1989, ont été surpassés.

-Avec Mathieu Perrault

http://www.lapresse.ca

Une grenouille à trois doigts


Une belle petite grenouille s’est vu être une nouvelle star dans le monde des découvertes animales. Maintenant il faut juste espérer que cette espèce ne soit pas en danger de disparaitre
Nuage

 

Une grenouille à trois doigts

 

La nouvelle espèce de grenouille à trois doigts découverte dans le sud du Brésil en 2007.  Photo :  AFP-Andre M. X. Lima

Une petite grenouille à trois doigts observée pour la première fois au Brésil en 2007 appartient bel et bien à une espèce inconnue à ce jour.

Le biologiste brésilien Michel Garey a aperçu le spécimen alors qu’il était en randonnée dans la réserve Salto Morato, située dans l’État du Parana, au sud du pays.

« On était avec deux amis au sommet d’une colline de la réserve quand on a vu cette petite grenouille à trois doigts seulement. C’était le 14 février 2007, le jour de mon anniversaire. Quel cadeau! » — Michel Garey

Ce n’est que cette année que l’espèce a été officiellement baptisée Brachycephalus tridactylus et que sa description a été publiée dans la revue Herpertologica.

« À l’époque, je faisais une étude sur l’environnement et je me suis dit que cela pouvait attendre, puisqu’aucun expert en grenouilles n’aurait accès à la réserve. » — Michel Garey

Le scientifique a depuis collecté sept de ces nouvelles grenouilles et les a comparées avec d’autres espèces.

La petite Brachycephalus tridactylus a été découverte à 900 mètres au-dessus du niveau de la mer. Sa principale caractéristique est l’absence d’un quatrième doigt aux pattes arrière. Selon le biologiste, cette particularité est attribuable à un processus évolutif.

Elle est presque entièrement orange et mesure moins de 1,5 cm avec des petites taches rondes olivâtres.

Le mâle peut émettre quelque 30 cris par jour en période de reproduction.

Sa population reste à déterminer.

La grenouille fait partie des 43 espèces d’amphibiens trouvés dans cette réserve de 2253 hectares à Guaraqueçaba, la ville la plus à l’est de l’État du Parana.

Le saviez-vous?
On recense 950 espèces d’amphibiens – grenouilles, crapauds , salamandres au Brésil – et quelque 6700 dans le monde. Un tiers de ces espèces sont menacées de disparition, selon les experts, et depuis 1980, plus de 120 espèces ont complètement disparu

http://www.radio-canada.ca/