Choisir les gens qui nous entourent…


Je pense qu’il est important de choisir les personnes avec qui nous avons des affinités car il est clair que nous sommes influençable
Nuage

 

Choisir les gens qui nous entourent…

 

Un proverbe chinois affirme : « Quand on suit quelqu’un de bon, on apprend à devenir bon ; quand on suit un tigre, on apprend à mordre. »

Cela me rappelle cette autre pensée qui arrive à la même finalité mais en prenant les choses par l’autre bout… « Qui se ressemble s’assemble »

Oui, je pense sincèrement que l’on devrait choisir avec plus de soin les gens qui nous entourent et surtout ceux que l’on prend consciemment ou inconsciemment comme « modèle ».

On dit aussi que les « contraires » s’attirent ?
 
Christine R.

Le «Épic burger» Le hamburger dangereux pour la santé débarque à Laval


Je ne comprends pas comment on peut offrir une telle quantité de nourriture tout en sachant qu’il est dangereux pour la santé. C’est irresponsable autant pour le restaurateur que pour le client qui veut relever un défit .. sans compter que plusieurs ont de la misère a joindre les deux bouts surtout avec le panier d’épicerie qui augmente et que la faim … sévit toujours dans le monde ..
Nuage

 

Le «Épic burger»

Le hamburger dangereux pour la santé débarque à Laval

 

Le hamburger dangereux pour la santé débarque à Laval

Crédit photo : Agence QMI

Par Cédérick Caron | Agence QMI

Un hamburger qui renferme plus de calories qu’il n’en faut dans une journée, c’est ce que propose un nouveau restaurant du Centropolis, non sans risque pour la santé.

Vingt-quatre onces de viande hachée, une saucisse, six tranches de bacon, six tranches de fromage cheddar, des champignons sautés, de la laitue, des tomates et de la sauce BBQ, voilà de quoi est composé le burger surnommé la « crise cardiaque » au restaurant La belle et la bœuf.

Le chef de La belle et la bœuf, Bobby Dimitriadis, présentant la «crise cardiaque». (Agence QMI)

Selon la nutritionniste Véronique Nantel, ce burger contiendrait environ 3350 calories.

«C’est démesuré, surtout lorsqu’on considère qu’un homme moyen doit consommer 2 000 calories par jour, a dit Mme Nantel. Un hamburger avec fromage renferme généralement 350 calories.»

Selon la collaboratrice à l’émission Les Docteurs, ce burger contiendrait environ 350 g de gras, près de neuf fois la quantité quotidienne qu’un homme moyen devrait ingérer.

«Manger ce sandwich affecte certainement tout le système cardiovasculaire et fait augmenter le taux de mauvais cholestérol, a ajouté la nutritionniste. Il pourrait même y avoir des risques pour une personne qui souffre déjà de problématique cardiaque à manger complètement ce burger.»

Copropriétaire de l’endroit, Robert Kaspo raconte qu’il a déjà dû réveiller un client qui s’était endormi après avoir mangé la «crise cardiaque» parce que sa digestion demandait trop d’énergie.

«On en prépare plusieurs par semaine, mais ce n’est pas tout le monde qui le finit et qui a sa photo sur notre mur des célébrités», a indiqué M. Kaspo.

Un burger encore plus gros, de 20 000 calories

 

« Trop de gens le finissaient. C’est pour ça que nous préparons maintenant le Épic burger », a expliqué le chef du restaurant, Bobby Dimitriadis.

Ce dernier sandwich contiendrait environ 20 000 calories selon le menu du restaurant. Trente-deux onces de viande hachée, du fromage brie, beaucoup de bacon et du chocolat au beurre d’arachide fondu font partie des éléments du burger.

Populaires aux États-Unis et de plus en plus visibles au Québec, les énormes sandwichs ont de plus en plus la cote chez les amateurs d’expérience culinaire extrême.

«En tant que spécialiste de la santé, tout ce que je peux recommander c’est de manger ce type de burger en groupe si on veut y goûter. C’est beaucoup trop pour une seule personne», a conclu Mme Nantel.

 

.http://tvanouvelles.ca

L’ébrouement des animaux, un mécanisme impressionnant


Savez-vous ce qu’est l’ébrouement ? Donner un bain a un chien et vous aurez une démonstration assuré !!! De gauche a droite et de droite a gauche le chien et d’autres animaux se secoue pour enlever l’eau sur leur poils … et en même temps vous retrouvez tout mouillé !!!
Nuage

 

L’ébrouement des animaux, un mécanisme impressionnant

 

 

Impressionnant : quand un chien s’ébroue, il perd 70% de l’eau de sa fourrure en 4 secondes seulement ! De notre côté il nous faut bien plusieurs minutes pour nous sécher et ce à l’aide d’une serviette ! Les chiens nous épaterons toujours. A tel point que des chercheurs tentent de s’inspirer d’eux pour concevoir de nouveaux systèmes de…sèche-linge !

Des études scientifiques pour comprendre

Quand un chien sort de l’eau et qu’il souhaite se débarrasser de toute l’eau emprisonnée dans sa fourrure,il s’ébroue. C’est-à-dire qu’il se secoue en tous sens pour évacuer l’eau de ses poils. Ainsi, un chien éjecte une très grande quantité d’eau en très peu de temps, si bien que si l’on se trouve à ses côtés, on se fait littéralement tremper !

Pour comprendre ce mécanisme puissant dont est capable le chien, des chercheurs de Georgia Techont décidé d’étudier cette technique impressionnante. Utilisant la vidéographie à haute vitesse du mouvement oscillatoire, les scientifiques ont alors observé ce mouvement chez plusieurs races de chiens, ainsi que chez des rongeurs comme la souris ou encore chez les ours. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Royal Society Journal Interface.

Un séchage ultra-rapide et ultra-efficace

Grâce à ces recherches, il a été démontré que les fréquences d’oscillations sont inversement proportionnelles à la masse de l’animal. Ces fréquences varient d’une espèce à une autre, par exemple :

– Un Labrador: se secoue à une fréquence de 4 oscillations par seconde
– Un chat : 9 oscillations par seconde
– Un rat: 18 oscillations par seconde
– Une Souris: 30 oscillations par seconde

Rapides ces animaux ! Mais plus incroyable encore, tous, sans exception, maintiennent exactement la bonne fréquence d’oscillations selon leur espèce.

La masse corporelle de l’animal permet ainsi de déterminer la fréquence d’oscillation de l’animal, mais également l’élasticité de la peau qui multiplie la force des oscillations et facilite l’éjection de l’eau.

L’ébrouement, un mécanisme d’adaptation des animaux ?

 

D’après les chercheurs, ce mécanisme serait le résultat d’une adaptation des animaux à leur milieu naturel. Dans les contrées froides, durant l’ère glaciaire, si un animal tombait dans l’eau, il allait de sa survie de se sécher au plus vite.

De la même manière, les chercheurs font remarquer que les animaux vivant dans les régions chaudes du globe comme les éléphants d’Afrique ou les kangourous d’Australie, ne s’ébrouent pas pour se sécher. Le climat ne favorise pas le mécanisme qui demande de l’énergie.

http://wamiz.com

Voici le lesula!


Un nouveau singe, enfin pour nous, car il est connu dans certaines régions du Congo Il a un visage très différents de ce que l’on connait des singes .. qui malheureusement, certains indigènes s’en nourrissent ..ce qui peut-être le met en danger pour sa population
Nuage

 

Voici le lesula!

 

Une nouvelle espèce de singe arboricole qui vit en République démocratique du Congo a été décrite par des chercheurs américains.

Il était connu par certaines populations locales, mais n’avait jamais été identifié formellement par la science.

Le lesula, son nom usuel, a reçu le nom scientifique de Cercopithecus lomamiensis. Il s’agit d’un singe élancé et de taille moyenne. Cet animal herbivore habite dans la forêt pluviale et se nourrit au sol et dans la voûte des grands arbres.

Ses découvreurs affirment que le primate est chassé pour sa viande, et que sa survie suscite déjà des inquiétudes.

Le détail de cette découverte est décrit dans la revue PLoS One.

 

http://www.youtube.com

Tendance à l’automutilation en hausse chez les ados


Qu’est ce qui se passe avec nos jeunes ? Ce mal-être semble empirer et accentué leur angoisse, et faire violence sur eux-même .. Est-ce que les générations avenirs seront encore plus mal ou nous pourrons les aider a devenir des adultes équilibrés
Nuage

 

Tendance à l’automutilation en hausse chez les ados

 

Selon un psychiatre ►Tendance à l’automutilation en hausse chez les ados

De plus en plus d'adolescents québécois se tourneraient... (Photo: David Boily, Archives La Presse)

De plus en plus d’adolescents québécois se tourneraient vers l’automutilation pour composer avec le tumulte intérieur qui les habite.

PHOTO: DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

La Presse Canadienne
Montréal

De plus en plus d’adolescents québécois se tourneraient vers l’automutilation pour composer avec le tumulte intérieur qui les habite.

C’est ce que soutient le psychiatre en chef de l’Hôpital de Montréal pour enfants, Martin Gauthier.

Ainsi, le nombre d’adolescents qui mutilent leur corps de manière délibérée et répétée en «tailladant, coupant ou mordant» leur chair augmenterait à un rythme alarmant.

Au début de sa pratique, il y a 25 ans, le docteur Gauthier explique que les jeunes qui s’automutilaient étaient généralement des psychotiques, des déficients intellectuels ou des autistes. Aujourd’hui, le problème s’est étendu.

Le psychiatre affirme qu’environ la moitié des patients adolescents dont il s’occupe aujourd’hui s’automutilent. Il souligne que, dans la population en général, certains sondages laissent entendre qu’un adolescent sur trois s’inflige des blessures volontaires.

L’automutilation serait pratiquée également par les garçons et les filles de tous groupes raciaux et socioéconomiques.

Le docteur Gauthier croit que l’automutilation est rarement un symptôme de maladie mentale grave ou un mode de suicide. En fait, elle serait souvent le fait d’un tumulte intérieur causé par des expériences douloureuses ou non résolues, comme une profonde angoisse ou un contrecoup émotionnel dû à l’intimidation, la violence sexuelle ou physique ou la cruauté mentale.

La plupart des adolescents qui se mutilent le feraient parce qu’ils chercheraient à se «sentir mieux». L’automutilation les aiderait à soulager la tension et à reprendre leurs activités normales.

http://www.lapresse.ca