L’expérience


Une belle métaphore pour démonter que l’âge aide a affronter les événements alors que dans la jeunesse un rien énerve … mais a mesure qu’ils vieilliront, avec la patience et un brin de sagesse … ils auront a leur tour des réserves
Nuage

 

L’expérience

 

 « Durant l’absence de pluie, ce sont les jeunes arbres qui jaunissent les premiers. Les vieux ont des cachettes souterraines qu’on appelle expérience.  »

Félix Leclerc

Le sourire comme un parfum


La simplicité nous ferait sans doute sourire un peu plus …
Nuage

 

Le sourire comme un parfum

 

Le sourire est comme le parfum d’une fleur qui embaume le milieu où elle se trouve.

La fleur ne se préoccuppe pas de savoir qui aura le bonheur de savourer son parfum, elle parfume, voilà tout.

Pour le sourire, faisons de même, sourions. »

La révolution du juste sourire.

Le chat birman


De très beau chat qu’une dame quelque part en Asie, a décidé de promouvoir la race pour redonner une belle lignée a la descendances ces chats. Dans un pays pauvre, elle réussit a bien s’occuper de sa passion pour cette race
Nuage

 

Le chat birman

 

Le chat birman

Un chat birman
Photo: AFP

Ils ressemblent aux chats siamois, du moins pour les néophytes, et sont inconnus ou presque de leurs contemporains, mais les chats birmans existent: il en reste une poignée en État shan, dans l’est du pays dont ils portent le nom.

La légende affirme qu’ils avaient la faveur des familles royales et des gardiens de temples. L’espèce a pourtant quasiment disparu d’Asie du sud-est jusqu’à ce que quelques enthousiastes y ramènent une poignée d’individus.

Yin Myo Su, une hôtelière, a développé un projet destiné à rendre cette espèce raffinée à sa terre d’origine, en créant un petit sanctuaire posé sur pilotis sur les bords du lac Inle, où les touristes sont de plus en plus nombreux depuis que le régime politique s’ouvre sur l’extérieur.

En quête de publicité, elle a offert un chat à l’opposante devenue députée, Aung San Suu Kyi. Mais la lauréate du prix Nobel de la paix a dû choisir entre le délicat félin et Taichido, son chien notoirement possessif, «jaloux» de la place prise par ce nouveau compère au sang si noble.

«Donc nous prenons soin de son chat, si un jour elle peut le ramener chez elle», a expliqué Yin Myo Su à l’AFP.

Les sept chats importés en Birmanie en 2008, dont quelques uns achetés dans le célèbre grand magasin londonien Harrods, ont lancé une colonie qui compte désormais quelque 50 matous.

Ils sont en majorité de couleur brune foncée, avec de saisissants yeux verts. Mais le pelage court et brillant existe aussi en dégradé, du bleu argenté au crème. Dix-sept autres ont été donnés à des amateurs en État Shan ou à Rangoun.

Yin Myo Su, qui mène son entreprise malgré une légère allergie aux chats, donne ses félins aux Birmans et les vend 500 000 kyats (580 dollars) aux étrangers.

Yin Myo Su et les chats de son sanctuaire.
Photo: AFP

Mille ans d’histoire

L’idée de leur rapatriement sur le continent vient de la Société de recherche et d’exploration de Chine (CERS), une surprenante ONG qui compte parmi ses projets la recherche d’une nouvelle source au fleuve Yangtze et la promotion dans le Yunnan (sud de la Chine) de l’industrie naissante du fromage de yak.

Elle affirme que le chat birman, très semblable au siamois, a mille ans d’existence. La race a été peu à peu confrontée à l’introduction de nouvelles espèces au 19e et 20e siècles, mis à part quelques individus de sang pur emmenés en Grande-Bretagne à l’époque coloniale.

L’association internationale du chat (TICA) affirme pour sa part que la majorité des individus en vie aujourd’hui descendent de Wong Mau, une femelle emmenée en 1930 aux États-Unis.

«Nous sommes assez contents de la reproduction, car nous avons obtenu en majorité la couleur originale», explique Yin Myo Su, qui dirige par ailleurs le luxueux hôtel Inle Princess.

Elle a deux de ces chats chez elle, un «mini-zoo» selon ses propres termes, qui compte aussi des canards, des cochons, des chèvres, une oie et même un singe qu’elle a dû garder: c’était «un cadeau d’un moine».

Projets de conservation

Et elle mène d’autres projets de conservation dans la région, affirmant vouloir faire de sa Maison des Chats autre chose qu’une halte pittoresque pour amateurs attendris.

Elle balaye les critiques qui jugeraient futile de s’occuper d’animaux de compagnie dans un pays dont une majorité de la population est extrêmement pauvre. Elle a même ouvert un restaurant de cuisine traditionnelle qui participe au financement du projet,  800 dollars par mois tout de même, une fortune au regard du niveau de vie local.

Parmi ses autres projets, figure un centre de préservation d’une espèce de poisson typique du lac Inle. Elle reconnaît comme un scepticisme de son entourage sur le dossier.

«Ils se moquent de moi et me demandent: c’est de la nourriture pour chat?».

http://fr.canoe.ca

Les cigarettes électroniques nuiraient aux poumons


Je ne sais pas si ces cigarettes permettent de moins fumer, si ce n’est qu’elle serait toléré chez les non fumeurs voir même dans des endroits publics .. mais pour une personne qui a arrêter cela ne serait pas une bonne idée, pas juste pour les effets ici mentionné mais pour une nouvelle accoutumance a la cigarette, alors j’imagine pour un non fumeur, cela serait très néfaste a la longue
Nuage

 

Les cigarettes électroniques nuiraient aux poumons

 

Si certains fumeurs les utilisent pour se sevrer, les cigarettes électroniques ne seraient pas complètement inoffensives pour l’appareil respiratoire, selon les conclusions d’une récente étude grecque.

Les cigarettes électroniques sont de plus en plus populaires. Un prix en baisse, des allégations qui les rendraient meilleures pour la santé que les cigarettes classiques… Elles ne manquent pas d’atouts. Toutefois, leur usage n’a jamais été recommandé par les autorités de santé françaises en raison d’un manque d’études concernant leur innocuité.

Des effets néfastes

A ce propos, une récente étude grecque présentée lors du congrès de la Société européenne des maladies respiratoires a observé leurs effets sur les poumons. Et les résultats montrent que la e-cigarette, qui contient divers solvants et parfois de la nicotine  en plus ou moins grande quantité selon les modèles, n’est pas inoffensive. L’étude s’est portée sur 8 non-fumeurs et 24 fumeurs. Les scientifiques ont fait fumer une cigarette électronique aux participants durant 10 minutes. Ils ont constaté chez chacun d’entre eux une résistance des voies aériennes immédiatement après l’utilisation, c’est-à-dire que leurs poumons étaient moins oxygénés.

Les auteurs de l’étude expliquent que de plus amples recherches sont nécessaires pour savoir si ces effets se confirment sur le long terme.

Source : ERS congress 2012

http://sante.journaldesfemmes.com

Un juge autorise le début du profilage racial en Arizona


Vous imaginez donner le droit a un tel profilage racial, comment des gens vont être tourmenté sans raison,. Il risque à mon avis d’avoir beaucoup de droits violés pour un oui ou pour un non . il y aura sûrement de la ségrégation et beaucoup d’exagération
Nuage

 

 

Un juge autorise le début du profilage racial en Arizona

 

Un juge fédéral a donné son feu vert aux contrôles d’identité axé sur le profilage racial en Arizona pour lutter contre l’immigration clandestine. Sur cette photo d’archives, un immigrant clandestin est déporté vers son pays d’origine depuis l’aéroport Phoenix-Mesa Gateway, à Mesa en Arizona.

PHOTO CARLOS BARRIA, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Washington

Un juge fédéral a donné son feu vert aux contrôles d’identité axé sur le profilage racial en Arizona pour lutter contre l’immigration clandestine, rejetant une plainte d’organisations de défense des droits de l’homme, selon le jugement obtenu jeudi.

Cette disposition est la plus controversée qui subsiste d’une loi des plus répressives jamais votée contre les sans-papiers aux États-Unis, que la Cour suprême a invalidée dans sa quasi-totalité en juin.

L’Union américaine contre les libertés civiles (ACLU) et d’autres organisations de défense des immigrés avaient demandé à la justice qu’elle soit bloquée dans l’attente de jugements au fond sur la constitutionnalité des contrôles d’identité.

En rendant sa décision en juin, la plus haute juridiction du pays avait autorisé les contrôles du statut migratoire de toute personne, même sans motif, mais laissé la porte ouverte à d’éventuels recours en justice concernant de possibles violations des droits de l’homme.

« Ce tribunal ne peut pas ignorer l’indication claire » donnée par la Cour suprême que cette disposition « ne peut pas faire l’objet d’un recours tant que la loi n’est pas entrée en application », a estimé la juge Susan Bolton du tribunal de Phoenix (Arizona).

« Comme l’a affirmé la Cour suprême, les plaignants ainsi que les États-Unis pourront contester cette disposition pour d’autres motifs ou pour des raisons constitutionnelles (…) après son application », a-t-elle ajouté dans sa décision rendue mercredi dont l’AFP a obtenu une copie.

L’ACLU a regretté, dans un communiqué, que le tribunal ait pris ce jugement sans avoir « examiné les nouvelles preuves significatives montrant que (cette disposition) a été votée avec une motivation discriminatoire ».

« Cette décision impose d’énormes contraintes sur d’innombrables habitants d’Arizona qui seront les victimes d’un contrôle racial d’identité et de rétentions illégales, en raison de cette loi », a souligné Cecillia Wang, chargée des droits des immigrés à l’ACLU.

Le ministère américain de la Justice avait annoncé le lancement d’une ligne téléphonique spéciale pour dénoncer d’éventuelles violations des droits de l’homme en Arizona après l’autorisation par la Cour suprême des contrôles au faciès dans cet État.

http://www.lapresse.ca

Les nuits éclairées et notre mode de vie nocturne nous feraient prendre du poids


Une étude intéressante qui démontre comment notre vie a changer avec les années avec l’invention de l’ampoule électrique et ce qui a suivi grâce a l’électricité. Avec la lumière artificiel nous n’avons plus besoin de la clarté et notre horloge interne se retrouve déséquilibré et des modifications en plus de la sédentarité et notre alimentation pourrait être un autre facteur de l’obésité a travers le monde
Nuage

 

Les nuits éclairées et notre mode de vie nocturne nous feraient prendre du poids

 

Hong_Kong_Night_Skyline

Mégapole de Hong Kong de nuit
©
Base64, retouché par CarolSpears

 

La lumière électrique nous a longtemps permis de travailler, de nous reposer et de jouer 24h/24 et 7 jours/7, en défiant les rotations naturelles de la Terre qui définissent le jour et la nuit. Mais quand Thomas Edison a testé la première ampoule électrique en 1879, il n’imaginait probablement pas que cette invention pourrait un jour contribuer à l’épidémie de l’obésité mondiale.

Le nouveau rapport d’une chercheuse basée à l’université d’Aberdeen au Royaume-Uni suggère justement cela. Dans son article pour la revue BioEssays, le Dr Cathy Wyse, de l’institut de science biologique et environnementale de l’université, présente les résultats de sa recherche sur l’effet des cycles de lumière artificielle sur notre santé, et plus spécifiquement sur notre poids.

Notre cycle quotidien sommeil-éveil est contrôlé par une horloge moléculaire présente dans chaque cellule du corps humain. Cette horloge possède son propre rythme inné de presque 24 heures exactement, en lui permettant de demeurer parfaitement en accord avec le cycle quotidien généré par la rotation de la Terre.

Mais dans notre monde moderne, l’horloge humaine doit lutter pour rester en accord avec le cycle de rotation quotidien de la Terre : coupables en sont l’exposition à des cycles de lumière artificielle, et l’irrégularité des repas, des heures de travail et de sommeil dans les pays développés. Les chercheurs appellent ce déséquilibre entre les rythmes circadiens naturels de nos corps et l’environnement, la « désynchronisation circadienne », et le Dr Wyse pense qu’il s’agit d’un facteur contribuant à la prise de poids générale.

« La raison de l’augmentation relativement brusque de l’obésité mondiale dans le monde développé semble être plus compliquée que simplement le régime et l’activité physique. Il y a d’autres facteurs impliqués, et la désynchronisation circadienne mérite davantage d’attention », explique le chercheur.

Son étude explore comment la désynchronisation circadienne affecte la santé humaine en perturbant les systèmes cérébraux qui régulent le métabolisme, menant ainsi à une possibilité accrue de développer l’obésité et du diabète.

Dr Wyse de poursuivre : « La lumière électrique a permis à l’homme de prendre le dessus sur la synchronisation naturelle entre le rythme de l’horloge humaine et l’environnement, et au cours du dernier siècle, les rythmes quotidiens des repas, du sommeil et du travail ont progressivement disparu de nos vies. L’horloge humaine fait des efforts pour rester en accord avec nos modes de vie très irréguliers, et je pense que cela cause des problèmes de métabolisme et de santé, tout en augmentant les risques d’obésité. »

L’horloge humaine étant contrôlée par nos gènes, l’étude suggère que certaines personnes sont plus sujettes aux effets de la désynchronisation circadienne que d’autres. Par exemple, les personnes originaires des régions équatoriales peuvent avoir des horloges très régulières, éventuellement plus sensibles aux effets de la désynchronisation circadienne.

Le Dr Wyse a fondé la majeure partie de ses travaux en étudiant les microbes, les plantes et les animaux présentant une synchronisation de l’horloge interne avec les rythmes environnementaux qui est importante pour la santé et la survie ; cela est fort possible pour les êtres humains également.

Bien que les modèles fluctuants de travail et les modes de vie sur 24 heures soient devenus les bases du monde développé actuel, les rythmes circadiens sains peuvent être maintenus en gardant des heures de repas régulières, une nuit de sommeil sans interruption dans l’obscurité totale, et en profitant d’un maximum de lumière solaire pendant les heures de la journée.

Référence

Wyse, C., Does human evolution in different latitudes influence susceptibility to obesity via the circadian pacemaker ?, BioEssays, 2012. doi:10.1002/bies.201200067

Auteur

© Communautés européennes, 1990-2012 / CORDIS, http://cordis.europa.eu/