La partie la plus importante du corps


C’est une magnifique histoire remplis de sagesse … Quelle est la partie du corps le plus important .. Je pense que la plus part vont nommer tout autre partie que celle qu’enseigne cette mère a son fils qui a attendu qu’il soit assez mature et par une expérience bien douloureuse qu’il va comprendre toute la porter de ce que sa mère lui a appris
Nuage

 

La partie la plus importante du corps

 

Je me souviens que lorsque j’étais petit, ma mère m’a demandé si je savais quelle partie de mon corps était la plus importante.

Au fil des ans j’ai essayé de deviner et de trouver la bonne réponse.
 
Je me souviens de la première fois où je lui ai répondu ce qui me semblait à l’époque le membre le plus important : « mes oreilles, maman ? »
 
Elle me répondit « Beaucoup de gens sont sourds. Mais persévère, continue à y réfléchir. On en reparlera plus tard. »

Quelques années passèrent. Je n’avais pas oublié sa question, j’y avais réfléchi. Je pensais avoir une bonne réponse quand elle me reposa cette question. C’est alors qu’avec fierté je lui dis : « les yeux maman ! La vue est très importante ! »
 
Elle me regarda avec tendresse et me dit : « Je vois que tu as pris de la maturité. Mais ce n’est pas la bonne réponse. Il y a beaucoup de gens qui sont aveugles. »
 
J’étais déçu… Cependant, intrigué, j’ai continué à chercher. Je lui donnais mes réponses au fil des ans qui passèrent. Et à chaque fois sa réponse était la même : « Non…, tu progresses, mais ce n’est pas ça, continue à chercher. »
 
Puis, quelques années plus tard, mon grand-père nous a quittés. Nous étions tous très affectés par sa disparition. Tout le monde était en pleurs. Même mon père pleurait. C’était la deuxième fois de ma vie que je voyais mon père pleurer.
 
Nous étions, à tour de rôle, autour du cercueil de mon grand-père pour un dernier adieu, quand ma mère me regarda et me chuchota : « sais-tu quelle est la partie du corps le plus importante, mon chéri ? »
J’étais choqué. Cela me semblait inapproprié, pas le bon moment pour me poser cette question… Moi qui considérais cela comme un jeu entre elle et moi. Pourquoi me posait-elle cette question là, à ce moment là ?

Elle remarqua ma confusion et enchaîna : « Mon chéri, cette question est très importante. Trouver la réponse prouve que tu as vécu dans ta vie. A chaque fois que tu m’as donné une partie du corps, je t’ai démontré que ce n’était pas la plus importante. A chaque fois, je t’ai aussi expliqué pourquoi en te donnant un exemple. Mais aujourd’hui, c’est le jour où tu as besoin d’apprendre une leçon d’une grande importance. »

Elle me regarda, comme seule une mère peut le faire. J’ai vu les larmes dans ses yeux rouges quand elle enchaîna : « La partie de ton corps la plus importante, c’est ton épaule mon chéri. »

Je ne comprenais pas bien, je lui répondis : «  Est-ce que c’est parce qu’elle soutient ma tête ? »
 
« Non, me dit-elle, c’est parce qu’elle peut tenir la tête d’un ami ou d’un être cher quand ils pleurent. Tout le monde a besoin d’une épaule sur laquelle il peut pleurer. C’est mon souhait le plus cher pour toi : que tu puisses avoir assez d’amour et d’amis et toujours une épaule sur laquelle tu peux pleurer lorsque tu en as besoin. »
 
C’est alors que j’avais compris que la partie du corps la plus importante n’était pas égoïste, elle n’était pas pour moi mais pour les autres.


Elle sert dans la douleur des autres.
 
Elle continua : « Les gens vont oublier ce que tu dis, ils vont oublier tout ce que tu as pu faire, mais ils n’oublieront jamais ce que tu as pu leur faire sentir. »
 
Les bons amis sont comme des étoiles : On ne peut pas toujours les voir, mais on sait toujours qu’ils sont là.
 
Auteur inconnu.

Les oiseaux de proies


Parmi les oiseaux qui font rêver, les oiseaux aux chants magiques, aux oiseaux colorés et de toutes beautés par leur fragilité, il y a aussi des oiseaux puissants par leur statures, aux regards menaçants et l’oeil alertes, ces oiseaux sont des prédateurs et malgré tout on un grand charme même les moins jolis
Nuage

 

Les oiseaux de proies


Aiglon

Photographie par Jacky Gerritsen


Duc d’Amérique

Photographie par Joe Dubberly


Vautour

Photographie par Marcello Spiazzi,


Grand hibou à cornes

Photographie par James Galletto


Duc d’Amérique

Photographie par Steven Besserman


Pygargue à tête blanche

Photographie par Ellen Shannon,


Trois bébés balbuzards

Photographie par Doc Baldwin


Épervier de Cooper

Photographie par Mary Ann Bridge


Faucon pèlerin

Photographie par Terry Piotraschke


Épervier de Cooper

Photographie par Katie Barnes


Nourrir les oiseaux

Photographie par Agnes Kiss,


Le roi vautour

Photographie par Jacky Gerritsen


Poule et Coq de Guinée

Photographie par Armando Mejia


Super Faucon

Photographie par Luc Ormand


http://animals.nationalgeographic.com

Des «inondations censurées» en Chine


Quoi penser quand les autorités décident ce que les médias peuvent écrire ou non que l’information sur Internet est censuré dans un pays. Donner que de bonnes nouvelles lors d’une catastrophes a-il été une des causes des morts dû aux pluies torrentielles n’ayant pas été prévenue a temps pour échapper a l’inondations .. ? Alors pour toutes nouvelles qui pourraient dérangés les autorités en place est-il censurées ?
Nuage

 

Des «inondations censurées» en Chine

 

Le grand responsable de la censure chinoise, Lu Wei, a ordonné à la presse de ne rapporter que des « accomplissements méritant des éloges et des larmes » comme des actions héroïques des services secours ou de certains habitants, a rapporté mardi le quotidien Jinghua Shibao.

PHOTO AFP

Agence France-Presse
Pékin

Le plus haut responsable de la propagande à Pékin a donné l’ordre aux médias de s’en tenir aux bonnes nouvelles concernant les suites des inondations qui ont fait 37 morts la fin de semaine dernière dans la capitale chinoise et déclenché un flot de critiques contre le gouvernement.

Lu Wei a intimé à la presse de ne rapporter que des « accomplissements méritant des éloges et des larmes » comme des actions héroïques des services secours ou de certains habitants, a rapporté mardi le quotidien Jinghua Shibao.

Certains décès auraient pu être évités si des mises en garde avaient été adressées à la population et les systèmes d’évacuation des eaux modernisés, selon des habitants qui ont exprimé leur colère à travers des microblogues.

Mardi, les censeurs étaient à l’oeuvre pour supprimer les plus critiques de ces messages.

La plupart des microblogues censurés au cours des deux derniers jours en Chine étaient consacrés aux inondations de Pékin, selon David Bandurski, spécialiste de l’internet chinois au China Media Project à Hong Kong.

« Il peut y avoir plusieurs raisons pour cela, mais la principale est probablement le changement à venir de la direction (du Parti communiste) au 18e congrès » prévu cet automne, selon M. Bandurski.

Pour la première fois depuis une décennie, une nouvelle génération de dirigeants chinois doit accéder au sommet du pouvoir à l’occasion de ce congrès.

Dans un tel contexte, les dirigeants au niveau local sont nerveux et ont peur d’endosser la responsabilité pour la mauvaise gestion d’une crise, d’après M. Bandurski.

Des habitants de Fangshan, un arrondissement montagneux situé au sud-ouest de la ville, se sont plaints auprès de l’AFP du manque d’aide fourni par les autorités pour les aider à retrouver leurs proches disparus.

« Le gouvernement n’est d’aucun secours, chaque famille doit se débrouiller pour retrouver les siens », selon Wang Baoxiang, dont le neveu âgé de 30 ans a disparu depuis les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Pékin samedi, 16 heures durant.

Le système d’évacuation des eaux « laisse beaucoup à désirer » a reconnu dans un éditorial leChina Daily, quotidien de langue anglaise qui s’adresse à un lectorat avant tout étranger.

Mais la majorité des médias s’abstenait de toute critique, préférant par exemple se focaliser sur l’aide entre voisins face au désastre.

Lors d’une réunion d’urgence lundi soir, les dirigeants de la capitale ont appelé à une intensification des efforts pour retrouver les disparus, identifier les corps et réparer les routes endommagées par la soudaine montée des eaux.

Ces pluies « étaient un désastre naturel d’une dimension extrême, rarement vue à Pékin… qui a provoqué des pertes importantes en vies humaines et en biens matériels », selon le maire de la capitale, Guo Jinlong, cité par le Quotidien de Pékin.

Le pire orage enregistré depuis 1951 a fait des dégâts considérables évalués à 10 milliards de yuans (1,54 milliard de dollars) et près de 66 000 personnes ont dû être évacuées.

« Toutes les couches de la société s’inquiètent du nombre de victimes, et il faut établir les causes des décès », a ajouté M. Guo, qui a demandé à ce que toute aggravation du bilan soit rapportée immédiatement.

À travers l’ensemble de la Chine, les inondations, les glissements de terrain, les coulées de boue et la grêle ont fait 111 morts et 47 disparus depuis vendredi, a rapporté de son côté le ministère des Affaires civiles.

http://www.lapresse.ca

Boucherville : Une fillette frôle la mort à cause d’une bactérie méconnue


Se battre avec une grave maladie est déjà pénible mais quand en plus il faut combattre une batérie qui n’est pas très connu, alors c’est un combat sans merci qu’une jeune fille a remporter la victoire .. mais reste une autre victoire a conquérir …
Nuage

 

Boucherville : Une fillette frôle la mort à cause d’une bactérie méconnue

 

Une fillette frôle la mort à cause d'une bactérie méconnue

Crédit photo : gracieuseté

Maelle Adenot est passée près de la mort après avoir été infectée par une bactérie méconnue, la Campylobacter Jejuni, en juin 2012. Sur la photo: Maelle Adenot et sa mère, Catherine Kozminski.

Par Martine Veillette | Agence QMI

Une bactérie méconnue, la Campylobacter Jejuni, a failli tuer une fillette de neuf ans, à Boucherville, en Montérégie.

La petite Maelle a un système immunitaire très faible en raison des traitements anticancéreux qu’elle subit afin de stabiliser sa maladie, la myasthénie grave.

En juin, elle a été prise de poussées de fièvre et de vomissements, et une septicémie a failli lui coûter la vie.

La docteure Patricia Hudson, de l’Agence de santé et des services sociaux de la Montérégie, a expliqué qu’il s’agit d’une maladie gastro-intestinale qui peut être contractée de différentes manières, et qu’il est donc difficile de retracer la source pour chacun des cas. Il y aurait entre 400 et 450 cas par année dans la région.

«Tout ce qui peut être ingéré peut représenter un risque, par exemple l’eau de la piscine. Le contact avec les mains que l’on porte à la bouche peut aussi être une source d’infection», a indiqué Dre Hudson.

D’après la spécialiste, la plupart des cas d’infection à cette bactérie présentent les symptômes d’une gastro-entérite et ne nécessitent pas la prise d’antibiotiques. Certaines personnes peuvent avoir besoin d’être hospitalisées. Ceux qui ont un système immunitaire affaibli ont plus de risques d’être plus gravement affectés et de développer d’autres maladies.

Selon Santé Canada, la bactérie Campylobacter Jejuni peut dégénérer en différentes maladies, dont le syndrome de Guillain-Barré, la méningite ou la septicémie, une infection du système sanguin dont a été victime Maelle.

La Dre Hudson a rappelé que pour prévenir l’infection, l’important est de toujours bien se laver les mains et de bien laver les surfaces de travail lorsqu’on cuisine. Il est aussi important de bien faire cuire la viande qui a subi des manipulations.

http://tvanouvelles.ca

L’odeur de l’espace recréée par un scientifique


Quelle odeur a l’espace .. framboise peut-être .. ? Si l’odeur de notre galaxie demeure un mystère celle des stations spatiales est plutôt nauséabonde .. Pensez-y des gens qui passent un certains temps sans prendre une bonne douche sans compter le reste d’odeur qui peut planer .. on rentre … de reculons
Nuage

 

L’odeur de l’espace recréée par un scientifique

 

Les stations et vaisseaux spatiaux sont des lieux idéals pour la formation de mauvaises odeurs.

Les stations et vaisseaux spatiaux sont des lieux idéals pour la formation de mauvaises odeurs. Crédits photo : HO/AFP

Un scientifique britannique serait parvenu à reproduire l’odeur à bord de la station spatiale Mir, un «mélange de transpiration et d’essence». La Nasa s’intéresse à ses travaux et aimerait préparer les futurs astronautes à l’odeur de l’espace.

Avec son flair 1000 fois plus développé que celui des humains, la chienne Laïka, qui était le premier être vivant envoyé en orbite en 1957, a dû vivre un moment pénible. Car évoluer dans l’espace serait une épreuve aussi pour l’odorat, à en croire les travaux du scientifique britannique Steve Pearce. Celui-ci a recréé l’odeur à bord de la station spatiale Mir lors d’une exposition olfactive.

Pour s’en faire une idée, il faut imaginer «l’odeur de transpiration des pieds, un corps qui dégage un parfum rance et mélanger le tout avec du dissolvant et de l’essence», explique-t-il dans une interview sur Discovery Space 

 La Nasa, qui a entendu parler de l’expérience menée par le chimiste, lui a demandé de reproduire cette odeur pour l’utiliser dans le cadre des entraînements d’acclimatation.

«Presque comme un vestiaire de footballeurs»

 

Jean-François Clervoy a effectué trois voyages dans l'espace. Crédits photo: capture d'écran.
Jean-François Clervoy a effectué trois voyages dans l’espace. Crédits photo: capture d’écran.

Les astronautes ne pouvant pas se doucher et l’air circulant en circuit fermé, les stations et vaisseaux spatiaux sont des lieux idéals pour la formation d’odeurs désagréables.

«Nous ne réalisons pas que ça sent mauvais à bord», raconte au Figaro l’astronaute parti trois fois dans l’espace, Jean-François Clervoy. «Mais, au retour sur Terre, quand un astronaute de l’équipe de soutien au sol entre dans la capsule, il a souvent un mouvement de recul! Ça sent l’humain, presque comme dans un vestiaire de footballeurs.»

Pour limiter les sources potentielles de mauvaises odeurs, les équipes évitent certains plats à bord.

 «Nous pouvons emmener des fruits frais pour les premiers jours de mission. Les bananes sont souvent proscrites, car elles pourrissent très vite. Certains commandants de bord demandent aussi d’éviter la salade de thon.»

«Lors de mon deuxième voyage dans l’espace , en 1997, nous nous sommes rendus à bord de la station spatiale Mir, qui avait à l’époque un problème de circuit de régulation thermique. Ça sentait la cave humide, certains de mes collègues ne pouvaient pas y rester plus que de quelques minutes sans se sentir mal», poursuit l’astronaute.

«Celui qui prend l’avion ne connaît pas l’odeur du ciel»

 

S’il est possible de chercher à connaître l’odeur à bord des vaisseaux spatiaux, celle de l’espace reste mystérieuse. Les astronautes respirent en effet un oxygène ramené de la Terre.

«Celui qui prend l’avion ne connaît pas l’odeur du ciel», explique Bernardo Patti, le responsable du programme ISS à l’Agence spatiale européenne (ESA), au Figaro. Car l’espace, lui, est composé majoritairement de vide, de poussières et de débris. «Comment savoir si le vide a une odeur», s’interroge Brigitte Godard, médecin rattachée à l’ESA.

Certains scientifiques assurent toutefois qu’un vaste nuage évoluant au milieu de notre galaxie aurait, grâce à la présence de formiate d’éthyle, une odeur de rhum et de framboise.

http://www.lefigaro.fr/