L’attitude


Encore une fois c’est une question d’attitude De toute façon comment de fois que nous avons cru que la situation était pire que nous pensions et qu’en fait nous aurions pu même en profiter
Nuage

 

L’attitude

 

« Le bonheur ne tient pas à un ensemble de circonstances, mais à un certain ensemble d’attitudes ».


Hugh Downs.

L’attitude émotionnelle


Nous appréhendons souvent les évènements sans prendre de laisser le temps passer .. voir la suite Nos émotions répondent presqu’instantanément par des sentiments et des phrases toutes faites .. alors que notre attitude anticipe et pourtant la réalité pourrait être tout autre si nous laissons le présent agir
Nuage

 

L’attitude émotionnelle

 

 

Parfois on se complique la vie en lui donnant des interprétations qui vont nous nuire.

Pensez que ce ne sont pas les évènements qui influencent vos émotions, mais l’interprétation que nous en faisons.

Un évènement est une réalité, mais nos perceptions émotionnelles de celui ci créeront notre état d’esprit et notre état d’ esprit fera se reproduire les évènements auxquels nous nous sommes « habitués ».

Ils nous seront familiers et nous pourrons dire « je le savais, toujours la même chose ! » avec a l intérieur presque un sentiment de victoire…je le savais ma vie c est toujours la même galère…et le message part  la haut au point central de l univers…au disque dur qui enregistre


Pourquoi ? Vous y avez mis une telle intensité dans cette phrase, une telle  sensation de victoire !!!   Victoire ? Oui, la victoire dans le : « savoir que ça allait ce passer comme cela, comme d  habitude !!! ».

 

 Sarah

info-bonheur

Le Saviez-vous ► Expression : Avoir pignon sur rue


 Avoir pignon sur rue 

 

Maison.XIVe.siecle.


Avoir une maison (ou un commerce) à soi.
Par extension : avoir une notoriété certaine
(pour un commerce ou une entreprise).

Du XVe au XVIIe siècle, la façade des maisons en ville, souvent étroites et construites en bois et torchis, comportait en haut un pignon, généralement triangulaire, destiné à supporter l’extrémité de la poutre principale (faîtière) de la charpente.

Avoir pignon sur rue, c’était donc posséder une maison ou un commerce en ville.

La façade sur la rue et son pignon étant les parties les plus visibles de la maison, les gens aisés ne se privaient pas de la décorer, en fonction de leurs moyens, pour afficher leur niveau de richesse.

Au XVIe siècle, le sens de l’expression a alors évolué pour désigner des gens qui possédaient des immeubles et des biens, ou des riches commerçants.

A partir de 1667 et pendant longtemps, les façades à pignon (et les charpentes associées) ont été interdites suite à l’incendie de Londres dans lequel les flammes s’étaient propagées de proche en proche via les charpentes.

Mais l’expression est restée et son sens a encore évolué pour désigner toute personne, entreprise ou commerce qui a une forte notoriété, avec une connotation d’honnêteté ou de solvabilité.

http://www.expressio.fr

Les «sheng nu», ces Chinoises celibataires «dont personne ne veut»


Être grand parent et perpétué la lignée est une chose mais obliger une personne a se marier en jouant la carte de la manipulation émotionnelle est un coup bas. Je pense ce qui me choque le plus c’est que les hommes chinois plus âgés n’ont pas ce même jugement quand ils sont célibataires Autant ils évoluent sur le plan technologique autant sur l’aspect humain il ont beaucoup de retard
Nuage

 

Les «sheng nu», ces Chinoises célibataires «dont personne ne veut»

 

Une femme prend son petit-déjeuner seule dans un restaurant pendant qu’un homme lave les vitres à l’extérieur de l’immeuble.

PHOTO PETER PARKS, AFP

Virginie Mangin
Agence France-Presse
Pékin

Cela fait presque un an que Xu, jolie Chinoise trentenaire, fréquente le «Jardin de la joie», un club de rencontre de célibataires à Pékin pour échapper à sa condition de «sheng nu», ces femmes, littéralement, «dont personne ne veut» et de plus en plus nombreuses.

«J’espère y trouver un mari», raconte-t-elle installée devant une table de majong où elle attend son rendez-vous de la soirée, un célibataire trié sur le volet par sa «coach», l’employée du club qui suit son dossier.

«Je cherche juste quelqu’un avec qui j’aie des affinités mais aussi qui soit dans une meilleure situation financière que moi», explique cette directrice de marketing, propriétaire de son logement et qui gagne très bien sa vie.

Xu, qui préfère ne donner ni son nom, ni son âge, est l’une des milliers de «sheng nu» qui viennent au club régulièrement dans l’espoir d’y trouver leur futur mari.

Les «sheng nu», ces centaines de milliers de femmes sans homme, surtout citadines, diplômées et indépendantes financièrement, sont devenues un véritable phénomène de société en Chine. Le terme à connotation très péjorative peut être traduit par «celles qui restent» ou «celles dont on ne veut plus».

Ouvert en 2003, le «Jardin de la joie» compte aujourd’hui deux emplacements à Pékin et plus d’une dizaine de milliers de membres. Une centaine de célibataires viennent s’y inscrire chaque semaine dans le but d’échapper au stigmate.

«Pour rien au monde je n’aimerais être appelée sheng nu», explique Summer, 26 ans, qui vient au club pour la première fois.

«Les hommes ne veulent pas d’une femme de 30 ans», un âge considérée comme déjà avancé pour le mariage en Chine. «C’est important pour eux qu’elle soit encore jolie».

Le terme – dont l’équivalent masculin n’existe pas – est apparu pour la première fois en 2007. Depuis le gouvernement l’a inscrit officiellement dans son lexique comme «toute femme célibataire de plus de 27 ans».

Un sondage très médiatisé publié en 2010 a entériné définitivement le nouveau phénomène sociologique. Organisé par la Fédération chinoise de la femme, le sondage révèlait qu’il y avait 180 millions d’hommes et femmes célibataires en Chine et que 92% des hommes interrogés estimaient qu’une femme devait se marier avant l’âge de 27 ans.

Depuis, livres et films sur le sujet fleurissent et les magazines féminins ne se lassent d’expliquer pourquoi tant de Chinoises restent sur le carreau dans un pays qui compte bien plus d’hommes que de femmes.

«L’apparition du phénomène a plusieurs origines. D’une part les jeunes aujourd’hui travaillent beaucoup et ont peu de lieux de rencontre en dehors de leur travail», explique Wu Di, sociologue, qui vend ses conseils 130 dollars la séance et vient de publier un livre sur le sujet.

«D’autre part, on dit traditionnellement en Chine qu’on doit « se contenter » d’être marié. Le mariage n’a jamais été synonyme de bonheur. Or, dans la nouvelle génération de femmes, beaucoup vivent très bien seules et ne voient pas l’intérêt d’abaisser leur niveau de vie pour se marier», ajoute la sociologue.

Pourtant la pression sur ces femmes est énorme. Conscient des déséquilibres démographiques liés à la politique de l’enfant unique, le gouvernement lance régulièrement des campagnes qui promeuvent un mariage jeune.

Il n’est pas rare de voir des femmes arrêter leur carrière à 30 ans et tout lâcher pour faire plaisir à leur entourage soucieux de voir leur seul enfant fonder une famille à son tour.

«La vraie raison pour laquelle je viens au club, c’est pour ne pas décevoir mes parents. J’aimerais les rendre heureux», raconte Xu.

D’ailleurs le slogan du «Jardin de la joie» joue sur cette corde filiale pour attirer ses membres. « Tu es célibataire ? Pense aux sentiments de papa/maman. Ne les inquiète plus», peut-on lire sur une pancarte à l’entrée.

Shelly a 34 ans. Ultra diplômée, cette consultante dans une entreprise de relations publiques, revient tout juste des États-Unis.

Depuis son retour, elle n’ose plus voir sa famille en province et fuit même ses amies proches qui ne cessent d’arranger pour elle des rendez-vous galants.

«J’ai de la pression de tous les côtés. Je sens bien que ma mère est déçue et triste lorsqu’elle voit les petits-enfants de ses copines», dit-elle.

Shelly s’apprête à retourner aux États-Unis pour faire une deuxième maîtrise. En partie pour échapper au regard de ses collègues, parents et amis.

«Je pense rentrer en Chine à 40 ans. J’espère qu’à ce moment je serai tellement âgée, tellement « incasable » qu’on me laissera tranquille», lance-t-elle.

http://www.lapresse.ca

Boule de tortue


Une mine qui vaut une petite mine d’or en paléontologie et ce sans jeu de mots. Une belle trouvaille qui s’ajoute a d’autres surprenantes voir géantes découvertes au même endroit
Nuage

 

 

Boule de tortue

 

tortue2

Carlos Jaramillo devant l’un des fossiles découvert.

Coline Dangerfield

Plusieurs fossiles de tortues ont été retrouvés dans la mine colombienne de Cerrejón. Leur particularité ? Ils appartiennent à une espèce dont la carapace est presque parfaitement circulaire !

Une tortue avec une carapace toute ronde, on n’avait jamais vu ça ! En mai dernier pourtant, une équipe de paléontologues de l’Institutde Recherche Tropicale Smithsoniana (Panama) a découvert de tels fossiles, dans la mine de charbon à ciel ouvert de Cerrejon, au nord de la Colombie.

Ces tortues disparues, qui vivaient il y a 60 millions d’années,  sont les premières, appartenant au Paléocène, retrouvées en zone tropicale. L’équipe dirigée par le paléontologue Carlos Jaramillo a ainsi retrouvé une partie d’un crâne et plusieurs carapaces (trois quasi-complètes et six partielles), appartenant à la famille des Bothremys.

Cette nouvelle espèce éteinte de tortue d’eau douce a été baptisée Puentemys mushaisaensis – en référence à Puente Pit près de Mushaisa, lieu de la découverte.

D’après ces restes, cette tortue aurait eu une carapace proche d’un cercle parfait d’1,51m de diamètre. Un habitacle suffisamment large pour lui permettre de se protéger des prédateurs. Une fois exposée au soleil, l’importante surface de cette carapace devait rendre plus efficace le réchauffement du corps de l’animal. Jusqu’à lui faire atteindre une température optimale pour son activité.

dessin d'artiste de l'espèce Puentemys mushaisaensis 

Dessin d’artiste de Puentemys mushaisaensis

La mine de charbon de 69 000 hectares où a été faite cette découverte n’en est pas à son premier « trésor » exhumé. D’autres spécimens fossiles des plus intéressants y ont déjà été révélés.

Le serpent Titanoboacerrejonensis de 13 mètres de long par exemple. Avec de telles mensurations il est la plus grande espèce de serpent fossile au monde.

La mine avait révélé aussi Carbonemys cofrini, une tortue de la taille… d’une Smart. Ses 172 centimètres de long font qu’elle non plus, n’avait rien à craindre des prédateurs. D’après les spécialistes, elle aurait même eu les capacités pour dévorer un crocodile de temps en temps.

Au palmarès de cette drôle de mine s’ajoute donc cette nouvelle découverte qui nous permet de mieux cerner l’évolution de la biodiversité tropicale après la disparition des dinosaures.

http://www.nationalgeographic.fr

 

Tout comme l’ordinateur, l’humain devient lui aussi multitache


Avant l’ère de l’ordinateur et tout ce qui a suivi, il était fréquent qu’au salon le soir, la famille était réuni devant la télévision. Aujourd’hui, cela a bien changé. La télévision prend moins de place dans la vie des gens mais souvent il est obliger de partager sa place avec d’autres technologies
Nuage

 

Tout comme l’ordinateur, l’humain devient lui aussi multitâche

 

 

Fabien Deglise

La symbiose entre l’homme et la machine se confirme. Après avoir mis au point des environnements informatiques multitâches, qui permettent de mener plusieurs activités simultanément, l’humain est en train de se laisser emporter lui même par cette logique du tout, tout de suite et en même temps, surtout lorsqu’il se trouve devant la télévision.

C’est le Pew Research Center aux États-Unis qui le dit. Dans une étude dévoilée hier, le groupe de recherche estime en effet que plus de la moitié des Américains — 52 % pour être précis — n’est plus capable aujourd’hui de regarder la télévision sans faire autre chose au même moment avec un autre écran, celui d’une tablette, d’un ordinateur ou d’un téléphone dit intelligent.


L’organisme parle d’ailleurs de l’émergence d’un téléspectateur connecté qui, dans une proportion de 38%, alimente cette ubiquité pour se tenir occupé lorsque les publicités apparaissent dans ou entre son émission préférée ou encore pour confirmer la véracité d’un fait auquel il vient d’être exposé sur son petit écran (22%).

Un autre 6 % passe d’un écran à un autre pour entrer en interaction avec l’émission en cours.

Sans surprise, les jeunes (18-24 ans) sont les plus perméables à cette tendance: 81 % d’entre eux peuvent être considérés, selon le Pew Research Center, comme des téléspectateurs multitâches. Cette proportion est de 16% chez les plus de 60 ans. Tout de même.

http://www.ledevoir.com

Tuerie au Colorado Rattrapée par le destin


Ca laisse des frissons dans le dos .. une jeune femme qui a échappée a une fusillade au Canada en juin dernier dans un lieu public, meurt dans une autre fusillade aux USA dans un autre lieu public est assez inusité. Comme si on ne peut fuir son destin. Tout de suite j’ai pensé a la séries de films Destination Ultime Enfin ce qui est le plus bizarre c’est quelle parle de Toronto juste avant celle d’Aurora. C’est vrai qu’il ne faut jamais prendre la vie pour acquis
Nuage

 

Tuerie au Colorado Rattrapée par le destin

Rattrapée par le destin

Crédit photo : Twitter

Jessica Ghawi

L’une des victimes de la tuerie survenue lors de la première du film Batman : L’ascension du chevalier noir, dans un cinéma d’Aurora, au Colorado, avait échappé de peu à l’attentat du Centre Eaton à Toronto survenu au début du mois de juin.

Jessica Ghawi, une jeune femme qui aspirait à devenir journaliste sportive a été tuée, ont confirmé ses parents à la station de télévision KSAT-TV, de San Antonio, au Texas.

La jeune femme avait récemment déménagé à Denver.

Dans le dernier gazouillis de son compte Twitter @JessicaRedfiled, elle a écrit, tout juste après 22h30, heure locale, jeudi soir:

«Le film commence dans 20 minutes», plaisantant avec une autre personne à propos de son absence à la première du film.

Étrange coïncidence, la dernière signature de Ghawi sur son blogue personnel portait sur sa présence dans l’aire de restauration du Centre Eaton à Toronto, juste avant que les coups de feu ne retentissent lors de l’attentat du 2 juin dernier.

«Les crimes par arme à feu sont relativement fréquents où j’ai grandi, au Texas, mais je n’aurais jamais pensé être présente lors d’un crime violent», a-t-elle écrit le 5 juin.

Le coupon de caisse du repas qu’elle a pris au Centre Eaton a été imprimé à 18h20. Les coups de feu ont éclaté quelques minutes plus tard.

Dans son blogue, concernant l’attentat du Centre Eaton, elle avait écrit:

«Qui peut bien aller dans un centre d’achat bondé par plusieurs milliers de personnes et ouvrir le feu? Est-ce vraiment le monde dans lequel nous vivons?»

«J’ai vu combien la vie ne tient qu’à un fil, samedi, a-t-elle écrit sur son blogue quelques jours plus tard. Ça m’a rappelé que l’on ignore quand et où notre temps sur Terre se terminera.»

Le massacre au Colorado a fait 11 autres victimes et des dizaines de blessés.

http://tvanouvelles.ca

Fusillade dans un cinéma du Colorado: 12 morts et 50 blessés


Un autre malade qui ont ne sait encore pour quelle raison a décider de prendre les armes et de tirer sur des spectateurs dans un cinéma pendant une première du dernier film de la trilogie de Batman.
Nuage

 

Fusillade dans un cinéma du Colorado: 12 morts et 50 blessés

 

Agence France-Presse
Denver, Colorado

 

Un tireur solitaire à ouvert le feu dans la nuit de jeudi à vendredi dans un cinéma bondé de la banlieue de Denver lors d’une première du tout nouveau Batman (The Dark Knight Rises), tuant 12 personnes et en blessant une cinquantaine, à quelques kilomètres à peine du site du massacre du lycée de Columbine en 1999.

Un précédent bilan faisait état de 14 morts, mais la police a révisé à la baisse le nombre de décès.

L’attaque a provoqué la panique parmi les centaines de spectateurs venus pour la toute première séance à minuit de The dark Knight rises, dernier volet de la trilogie Batman dont la sortie était attendue par des millions de fans.

Selon Dan Oates, chef de la police d’Aurora, des témoins ont indiqué que le tireur avait lâché ce qui pourrait être une bombe lacrymogène ou fumigène:

«ils ont entendu un sifflement, puis une sorte de gaz est apparu et le tireur a ouvert le feu».

De premières informations de presse avaient fait état de la présence de deux assaillants, ayant agi dans deux salles différentes d’un multiplexe, mais selon le chef Oates, il n’y a «aucune preuve» de la présence d’un second tireur.

Le responsable policier a indiqué qu’une perquisition était en cours au domicile du suspect, qui avait assuré disposer d’explosifs à son appartement. L’immeuble a été évacué.

> En vidéo: la confusion après la tuerie d’Aurora

 

Obama « choqué et attristé »

Le président des États unis Barack Obama s’est dit « choqué » par la fusillade « atroce et tragique » qui s’est déroulée dans la nuit de jeudi à vendredi au Colorado et a promis que justice serait faite.

« Michelle (son épouse NDLR) et moi sommes choqués et attristés par la fusillade atroce et tragique au Colorado (…) Mon administration fera tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir les habitants d’Aurora en ce moment extraordinairement difficile », a affirmé M. Obama.

« Nous nous engageons à ce que les responsables rendent des comptes devant la justice, à assurer la sécurité de nos compatriotes et à prendre soin des blessés », a ajouté le président dans un communiqué diffusé depuis la Floride où il a passé la nuit.

« Comme nous le faisons lorsque nous nous retrouvons face à des moments sombres et difficiles, nous devons nous rassembler, comme une grande famille américaine. Nous devons tous penser aux habitants d’Aurora et prier pour eux, alors qu’ils doivent affronter la perte de parents, d’amis et de voisins, et nous devons être solidaires d’eux dans les heures et jours difficiles à venir », a conclu M. Obama.

Plus tôt vendredi, la Maison-Blanche avait fait savoir que M. Obama avait été informé à l’aube de cette fusillade à Palm Beach, en Floride, État-clé où il effectue une tournée électorale de deux jours à trois mois et demi de la présidentielle.

« Le président a été mis au courant de la fusillade à Aurora au Colorado par son conseiller pour la sécurité intérieure, John Brennan, à 5 h 26 ce matin », a déclaré son porte-parole, Jay Carney.

La Maison-Blanche n’a pas dit dans l’immédiat si le programme de M. Obama vendredi serait modifié. Le président était attendu dans les villes floridiennes de Fort Myers et Orlando pour des réunions publiques en vue de la présidentielle du 6 novembre.

Son adversaire républicain à l’élection, Mitt Romney, s’est dit pour sa part « profondément attristé par la nouvelle de la violence insensée » au Colorado.

« Nous prions pour les proches et les amis des victimes en ce moment de traumatisme et de grand chagrin. Nous espérons que la personne responsable de ce crime affreux rendra rapidement des comptes devant la justice », a ajouté M. Romney dans un communiqué.

Vives réactions sur les réseaux sociaux

Le drame d’Aurora a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, devenant notamment le sujet de l’heure sur Twitter, où les commentaires et les messages de sympathie se multipliaient ce matin.

Un porte-parole de la police, Frank Fania, a déclaré à CNN que le tireur était un homme d’une vingtaine d’années, muni d’un fusil et de deux armes de poing et qui portait un gilet pare-balle.

Selon des responsables policiers s’exprimant sur des télévisions, le suspect a été interpellé sur un parking derrière le cinéma et n’a pas opposé de résistance.

L’attaque a débuté au beau milieu d’une scène de fusillade du film, ce qui a ajouté à la confusion, puis à la panique générale, selon des témoins interrogés par des télévisions.

«On a juste continué à regarder le film pendant un moment», a indiqué à ABC un témoin, identifié uniquement comme «Jack». Puis, réalisant que quelqu’un tirait réellement dans la salle «tout le monde a commencé à paniquer».

Les gens ont ensuite commencé à quitter le cinéma en courant et il y a eu des coups de feu alors que les policiers arrivés sur les lieux criaient «baissez-vous», selon un autre témoin, Banjamin Fernandez, 30 ans, cité par le Denver Post.

La présence de nombreux fans déguisés aurait pu permettre au tueur de se fondre plus facilement dans la foule, certaines informations ayant indiqué qu’il portait également un masque à gaz.

Des dizaines de véhicules de police et de secours ont convergé sur place dans la nuit, prenant position tout autour du multiplexe.

Dix des victimes sont décédées sur place, et quatre autres ont succombé des suites de leur blessures à l’hôpital, selon le chef Oates.

La police n’a donné aucune indication sur les victimes, mais les Batman, dont le dernier volet est déconseillé au moins de 13 ans, attire un public majoritairement composé d’adolescents et jeunes adultes.

De nombreux cinémas à travers les États-Unis avaient organisé des séances spéciales à minuit vendredi pour la sortie de The dark Knight rises, ultime volet de la franchise à succès et une des principales sorties cinématographiques de l’été, dont les recettes attendues se montent à des centaines de millions de dollars.

La station de Denver KDVR, antenne locale de la chaîne de télévision Fox, avait ainsi diffusé jeudi un reportage sur les milliers de fans, souvent déguisées en personnages de la célèbre bande dessinée, se préparant à assister aux premières séances, pour lesquelles les billets se revendaient au marché noir jusqu’à 80 dollars. Certains multiplexes de la région de Denver proposaient le film dans huit salles, selon KDVR.

Projection parisienne annulée

La tuerie d’Aurora a causé une véritable onde de choc qui s’est fait ressentir jusque de l’autre côté de l’Atlantique, alors que la promotion parisienne de The Dark Knight Rises a été annulée en urgence, à la suite de l’annonce de la fusillade qui a fait au moins 12 victimes, rapporte plusieurs médias français dont Le Nouvel Observateur.

Réunis au très chic hôtel parisien, le Bristol, l’équipe du dernier Batman, dont les acteurs Marion Cotillard et Christian Bale et le réalisateur Christopher Nolan, a annulé toutes les entrevues prévues ce matin.

L’avant-première parisienne du film, qui devait avoir lieu aujourd’hui au Gaumont-Champs-Élysée a également été annulée.

Aurora se trouve à une trentaine de kilomètres à peine de Columbine, théâtre en 1999 d’un massacre quand deux adolescents avaient abattu dans un lycée 13 personnes et en avait blessé 24, avant de se donner la mort.

http://www.lapresse.ca