Le gouffre


Un poème écrit en 2004, guerre, trahison, liberté, espoir de paix ,… les années passent et quelque part dans le monde la guerre existe toujours. Nous apprenons rien de l’histoire du passé …
Nuage

 

Le gouffre

 

 

Je erre dans le noir silence
Le gouffre de la vie s’ensuit
Malgré le savoir et la science
Les heures trottinent sans bruit

C’est l’histoire qui se répète
La plume du poète pleure
Les souvenirs d’amour s’émiettent
L’étincelle toujours se meure

Les vestiges d’antan trahissent
Les murs ont vu et entendu
Les décors laissent cicatrices
Des traîtrises et sous-entendus

Les bévues qu’ont voulait celer
Renaissent de leurs cendres obscures 
Les morts qu’ont voulait camoufler
Viennent hanter sous les couvertures

À quoi sert de revoir l’horreur
De toutes ces guerres du temps
Des tragédies de nos erreurs
Si le meurtre reste excitant

Sans cesse, sans avoir appris
Reviens l’illusion de la paix
Dans les cœurs des hommes en fouillis
Pour rayer la haine à jamais

Pourtant, le cauchemar perdure
Le vent charrie les hurlements
Des bannis du monde en rupture
À quand la fin du règlement

Oui, pleurons devant la misère
Et oublions cette souffrance
Dénonçons toutes les chimères
Puis, retournons dans notre aisance

La guerre pour la liberté
L’attaque pour la protection
Les fables pour la vérité                                               
Le mal pour la bénédiction
  
                                                     

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
7 Avril 2004

3 réponses à “Le gouffre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s