Le saviez-vous ► Expression : Les carottes sont cuites


Chez nous ont connait bien cette expression, mais au Québec nous avons plus tendance a dire ton chien est mort … qui veux dire la même chose
Nuage

 

Les carottes sont cuites 

 

Tout est perdu.
Il n’y a plus aucun espoir.

Pourquoi ces carottes sont-elles cuites lorsqu’il n’y a plus rien à faire pour sauver la situation ?

Remontons d’abord au XVIIe siècle.

A cette époque et encore longtemps après, la carotte est considérée comme un aliment pauvre. Mais, du fait d’une forme similaire et d’une prononciation très proche (paronymie), elle est aussi associée à la ‘crotte’. On disait d’ailleurs de quelqu’un de constipé qu’il « chiait des carottes », ce qui est extrêmement vulgaire.

Un peu plus tard, « ne vivre que de carottes », c’était « vivre très chichement ».


Cette valeur péjorative liée à la carotte est restée et, à la fin du XIXe siècle, « avoir ses carottes cuites », c’était « être mourant », mais sans qu’on sache exactement le pourquoi de cette association du bientôt mort avec ces légumes cuits, peut-être était-ce par allusion au fait que, dans les familles pauvres, les plats de viande -donc d’animal mort- étaient souvent accompagnés de carottes également cuites ?.

Toujours est-il que c’est cette notion de carottes qui marquent un état sans espoir, où on ne peut plus rien, qui est arrivée jusqu’à nous.

http://www.expressio.fr

Papillons qui papillonnent


Papillons papillonnant d’un feuilles a l’autre, a travers un pays, se laissant bercer par le vent, se posant de fleur en fleur .. pour profiter d’une vie bien éphémère
Nuage

 

Papillons qui papillonnent

 

Papillon dit 88 Brésil

Photographie par Joel Sartore

Le plus grand d’Australie qui se confond aisément avec une feuille

Photographie par Nicole Duplaix

 

Le papillon Kamehameha est l’un des deux seules espèces de papillons indigènes à Hawaï.

Photographie par Chris Johns

 

Le pipevine du papillon du machaon

Photographie par Darlyne A. Murawski

 

 

Papillon morpho bleu

 

Photographie par Cary Wolinsky

 

Papillon paon

Photographie par Tim Laman

 

Papillon zébré

Photographie par Joel Sartore

 

Papillon Morpho

Photographie par Tim Laman

 

Papillon machaon benjoin

Photograph by Joel Sartore

 

http://photography.nationalgeographic.com

La météo des méduses arrive sur les plages


Les vacances, certains chanceux iront vers la mer … baignade, coups de soleil .. mais aussi des mauvaises rencontre comme des méduses laissant quelques blessures et de mauvais souvenirs .. Normalement la météo sert au bon et mauvais temps .. mais pourquoi pas pour certaines régions du globes a des bulletins d’alertes pour les méduses
Nuage

 

La météo des méduses arrive sur les plages

 

Pelagia noctiluca © Fabien Lombard - 2012 Observatoire d'Océanographie de Villefranche-sur-Mer

Pelagia noctiluca © Fabien Lombard – 2012 Observatoire d’Océanographie de Villefranche-sur-Mer

Grâce au nouveau  dispositif Medazur“, il est désormais possible de prévoir l’arrivée des méduses le long de la Côte d’Azur. Une initiative qui devrait rassurer les touristes.

Elle répond au doux nom de “Pelagia noctiluca“. Redoutée par les vacanciers du littoral, cette méduse méditerranéenne est un véritable calvaire qui sévit le long de la côte. Pour faire face à ce fléau, le LOV  (Laboratoire d’Océanographie de Villefranche-sur-Mer) a mit en place le projet “Medazur“. Son objectif : localiser les déplacements des mollusques urticants et annoncer gratuitement les prévisions d’échouage. Consultables sur le site internet, ces bulletins d’alerte sont publiés chaque jour avec une échelle de couleur : rouge pour un risque élevé, vert pour un risque modéré et bleu pour une menace quasi nulle.

« Le jour, les méduses descendent dans les profondeurs pour se protéger du soleil. Elles remontent à la surface la nuit. Nous utilisons ensuite des calculs mathématiques pour parvenir à des prévisions » indique Gabriel Gorsky,  directeur de l’Observatoire océanologique de Villefranche-Sur-Mer.

Pour arriver à ces résultats, les équipes du LOV mènent des expéditions en mer afin de localiser les amas de méduses et déterminer leurs conditions de pullulation. Une bouée munie d’une caméra a aussi été placée dans la rade de Villefranche. Située à l’entrée des courants, elle permet de quantifier le passage des méduses dans sa zone. En combinant ces données aux résultats des études de courantologie et de salinité, les scientifiques peuvent ainsi comprendre les déplacements des Pelagia et les anticiper.

Cette méthode révolutionnaire pourrait bien permettre de limiter les risques de brûlures. L’année dernière, prés de 5000 interventions de pompiers ont été nécessaires pour soigner les vacanciers, ou secourir des plaisanciers cernés par les méduses.

Pour l’instant, la zone de documentation est restreinte à une zone située entre Menton et Antibes, mais devrait être élargie d’ici la fin de l’année. Un soulagement pour les estivants.

Sylvia Guirand

http://www.nationalgeographic.fr

Deux sans-abri trouvent 10 000 dollars et les remettent à la police


Des gens honnête ca existe encore et cela est encore plus spectaculaire quand ces gens honnêtes sont très pauvres  Ils auraient pu profiter de cette manne mais pour eux cela serait considéré comme un vol
Nuage

 

Deux sans-abri trouvent 10 000 dollars et les remettent à la police

 

PHOTO: REUTERS

Agence France-Presse
Sao Paulo

Un couple brésilien qui vit sous les ponts à Sao Paulo, la mégapole du Brésil, a trouvé lundi 20 000 reais (10 000 $) dans un sac de poubelle sur un trottoir et les a remis à la police, a indiqué une source policière.

Le couple déambulait à l’aube dans les rues quand il a entendu sonner une alarme et s’est approché pour voir de quoi il s’agissait. Découvrant une mallette et un sac de poubelle rempli d’enveloppes avec de l’argent, il a demandé à un vigile d’une entreprise à proximité d’appeler la police.

«Quand nous sommes arrivés les SDF nous ont remis l’argent. Il pourrait s’agir de l’argent volé la semaine dernière dans un restaurant japonais», a dit un porte-parole de la police militaire, Bruno dos Santos, au site G1 de Globo.

Le montant du butin s’élevait à 20 000 reais (10 000 $), 17 000 reias en billets et le reste en pièces de monnaie.

«Ces gens qui sont dans le besoin auraient pu s’enfuir avec l’argent mais ils ont appelé la police», a dit incrédule dos Santos.

Jesus Silva Santos, l’homme qui a trouvé l’argent, a dit à la presse qu’il gagnait un peu plus de 7 $ par jour à recycler des ordures.

«Ma mère m’a appris à ne pas » a dit dos Santos qui vit avec sa femme sous un pont de cette ville de 18 millions d’habitants.

http://www.lapresse.ca

Des poissons morts inquiètent à l’Î-P-É


 Il arrivent trop souvent des morts en masse chez les animaux surtout les poissons et oiseaux dans le monde et encore une fois des poissons victimes dont on ne sait pas trop quoi  sauf qu’il semble que la cause soit des pesticides.
Nuage

 

Des poissons morts inquiètent à l’Î-P-É

 

 

COLEMAN, Î.-P.-É. – La découverte de centaines de poissons morts à l’Île-du-Prince-Édouard soulève des craintes chez les environnementalistes concernant l’utilisation de pesticides au sein de l’industrie agricole provinciale.

Selon Dale Cameron de Trout Unlimited, plus de 2000 poissons ont été retirés d’une zone longue de trois kilomètres à Coleman, depuis jeudi, à la suite de fortes pluies.

M. Cameron, qui a découvert les cadavres de poissons, affirme qu’il s’agit de plus du triple du nombre de poissons qui se sont échoués sur les plages de la région en juillet dernier, bien que la nouvelle découverte soit concentrée dans une zone plus petite.

La chef du Parti vert provincial Sharon Labchuk a déclaré que la loi qui oblige le développement de zones tampon entre les cours d’eau et les champs agricoles ne fonctionne pas.

Elle affirme que les pesticides devraient être éliminés de l’industrie agricole de la province, puisque les écoulements de pesticides ont, par le passé, été un facteur important dans la mort de poissons, bien que la cause de cet incident particulier ne soit pas encore connue.

Au dire de Gretchen Fitzgerald, du Sierra Club Canada, la mort de poissons, l’an passé, avait poussé le gouvernement provincial à présenter des changements aux règles existantes, modifications qui, espère-t-elle, seront présentées au Parlement cet automne.

http://actualites.ca.msn.com

Le Québec serait le paradis de la cruauté animale au Canada


Il n’a pas de quoi a être fier comme classement !!! Pourtant la population réclame la fermeture définitif des usines a chiots et des lois beaucoup plus sévère a ceux qui maltraitent les animaux .. Car nous avons toujours cet impression de sentence bonbons
Nuage

 

Le Québec serait le paradis de la cruauté animale au Canada

 

Le Québec serait le paradis de la cruauté animale au Canada

Photo Fotolia

Un organisme américain de protection des animaux à but non lucratif qualifie le Québec de «meilleure province pour un auteur de violence envers les animaux».

Dans un nouveau rapport publié par Animal Legal Defense Fund (ALDF), l’organisation basée à San Francisco nomme également le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest et l’Île-du-Prince-Édouard comme des juridictions qui devraient avoir honte de leur dossier de cruauté animale.

«Malgré quelques améliorations à sa loi de protection des animaux depuis le rapport de l’année dernière, y compris un élargissement des espèces couvertes et la promulgation de nouvelles normes de soins pour les chiens et les chats, le Québec est toujours en tête en tant que province avec la plus faible législation sur la protection des animaux», a indiqué le rapport.

Le document souligne un certain nombre de façons afin d’améliorer la situation au Québec, y compris une loi visant à interdire les combats d’animaux, l’imposition d’amendes plus élevées, la saisie obligatoire des animaux maltraités et l’obligation pour les vétérinaires de signaler tous les cas suspects de cruauté animale.

L’organisme américain publie pour une cinquième année un rapport sur la législation portant sur la cruauté animale au Canada.

Les provinces qui assurent la meilleure protection envers les animaux sont le Manitoba, la Colombie-Britannique, l’Ontario et la Nouvelle-Écosse. Le rapport note «une amélioration significative» à Terre-Neuve et Labrador au cours de la dernière année.

«La province a élargi sa gamme de protections, a rendu obligatoire pour les vétérinaires soupçonnant de la violence de produire un rapport, a adopté de nouvelles dispositions de lutte contre les animaux et a haussé de façon spectaculaire les peines maximales (l’amende maximale est passée de 500$ à 50 000$)», a mentionné le rapport.

L’Animal Legal Defense Fund a enfin souligné «une nette amélioration» au Canada depuis 2008, mais «il continue d’y avoir un large éventail de disparités à travers le pays, alors que certaines juridictions font d’importantes avancées pendant que d’autres sont à la traîne».

http://fr.canoe.ca

Internet: le chaos redouté n’a pas eu lieu


Bonne nouvelle, le chaos tant annoncé n’a pas eu l’air d’avoir fait des victimes que le FBI pensait .. mais je pense le fait que les serveurs le savaient d’avance, ils ont pu réagir assez vite ..
Nuage

 

Internet: le chaos redouté n’a pas eu lieu

 

Tous les ordinateurs encore infectés par le virus «DNS Changer», ayant sévi entre 2007 et 2011, étaient susceptibles de subir une panne totale d’internet à partir de lundi matin.

PHOTO: AFP

Rob Lever
Agence France-Presse
Washington

Le chaos informatique redouté pour des dizaines de milliers d’internautes ne s’est pas concrétisé lundi malgré l’expiration d’un programme de protection mis au point par le FBI contre un virus découvert en 2007.

Les entreprises de sécurité sur internet n’ont signalé aucune coupure importante liée au virus «DNS Changer». Beaucoup de fournisseurs d’accès avaient pris les devants en améliorant la sécurité de leurs systèmes et en contactant leurs clients pour leur permettre d’anticiper d’éventuels problèmes.

Tous les ordinateurs encore infectés par le virus «DNS Changer», ayant sévi entre 2007 et 2011, étaient susceptibles de subir une panne totale d’internet à partir de lundi matin quand arrivait à expiration l’autorisation judiciaire obtenue par le FBI pour mettre au point des serveurs de remplacement qui permettaient jusque-là aux machines infectées d’avoir un trafic normal.

Le virus, qui modifie les paramètres associant noms de domaine et adresses IP, a été véhiculé par des cybercriminels – six Estoniens et un Russe inculpés en novembre – sous forme d’arnaque publicitaire visant à rediriger les usagers de certains sites vers d’autres noms de domaine.

Il aurait pu toucher 4 millions d’ordinateurs dans le monde, et 210 000 seraient toujours infectés, selon des chiffres publiés par un groupe de travail créé pour gérer la menace.

La majorité d’entre eux se trouve aux États-Unis (41 000), les autres se répartissent dans une dizaine de pays (Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Canada, Inde, Australie, etc.). Environ 7800 ordinateurs sont concernés en France, selon le groupe de travail.

Lundi, les serveurs temporaires mis au point par le FBI pour gérer les connexions, même pour les ordinateurs infectés par le virus, ont été éteints sans que cela pose problème.

«Aucun problème n’a été signalé», a assuré à l’AFP une porte-parole du FBI, Jenny Shearer.

Virus assez ancien

«Beaucoup de gros fournisseurs d’accès ont réussi à maintenir la connexion de leurs utilisateurs touchés par le virus, même après l’arrêt des serveurs du FBI», a dit sur Twitter Mikko Hypponen, directeur de recherche de l’entreprise F-Secure, basée en Finlande.

«Bien que ce ne soit pas encore terminé, je crois qu’on peut dire que l’affaire DNS Changer se termine bien», a-t-il ajouté.

Johannes Ullrich, chercheur à l’institut SANS Security, a expliqué que les ordinateurs équipés du logiciel Windows et touchés par le virus pouvaient «revenir à une configuration par défaut lorsque les serveurs temporaires seront éteints».

«Et si vous étiez connectés aux mauvais serveurs, il y a de bonnes chances que les fournisseurs d’accès aient tenté de vous contacter», a-t-il ajouté en soulignant que le virus était assez ancien pour que les antivirus utilisés aujourd’hui le reconnaissent.

Le groupe de travail chargé de surveiller le «DNS Changer» a lancé un site pour expliquer aux utilisateurs comment détecter le virus et résoudre les problèmes.

Si un ordinateur est infecté, les experts pensent qu’il est toujours possible d’accéder à internet en reconfigurant la manière de se connecter: par exemple au lieu d’entrer un nom de site, il est possible d’utiliser son adresse masquée, qui consiste en une série de chiffres, explique Marco Preuss, de l’entreprise de sécurité russe Kaspersky, sur le blog Securelist.

«Si vous connaissez l’adresse du serveur, vous pouvez vous en servir au lieu de taper le nom du site, par exemple les numéros 195.122.169.23 correspondent à securelist.com», précise-t-il, concédant que ce n’est pas une solution très simple.

D’autres manoeuvres plus compliquées existent aussi qui permettent de reconfigurer son ordinateur.

http://www.lapresse.ca