Être à la mode


Bref, rester nous même au lieu de suivre comme des moutons pour faire la même chose que tout le monde …
Nuage

 

 

 

 

Si j’avais du talent, on m’imiterait. Si l’on m’imitait, je deviendrais à la mode. Si je devenais à la mode, je passerais bientôt de mode. Donc, il vaut mieux que je n’aie pas de talent.

Jules Renard

Un papa raconte


C’est le genre de conversation que j’aimerais entretenir avec ma petite fille …  Avec ce regard positif, cette façon de voir les belles choses même dans les pires moments, même si esthétiquement parlant ce n’est pas la beauté ou la perfection ..
Nuage

 

Un papa raconte

 

Un week-end par mois, je réserve une journée pour être
avec lui. Pour le voir s’extasier devant un film, un
spectacle, pour répondre à ses questions d’enfants… de
plus en plus pertinentes. Bref, je fais mon boulot
de papa.

Le week end dernier, je l’ai emmené au restaurant,
puis au zoo. Sa maman devait travailler.

Nous avions choisi de manger méditerranéen. Une petite
fille à la table d’à côté faisait des difficultés pour
terminer son assiette. Sa maman, patiente, lui disait :
« finis au moins ton pain, regarde comme il est doré et
tendre.  »
Mais la fillette répondit : « non, j’aime pas la
croûte, c’est pas beau, c’est comme des crevasses.  »

Au dessert, le serveur amena une coupe de fruits et
cette fois-ci le papa, un peu énervé dit à sa fille :
« et les figues, on peut savoir pourquoi tu n’en manges pas ?
Regarde comme elles sont belles, mures et gonflées. Tu
n’en mangeras certainement pas d’aussi bonnes chez nous en
ville. «
Et la petite fille, butée, de répondre : « elles
sont toutes fendues on dirait qu’elles sont pourries. C’est
pas beau ! »

Alexandre qui avait assisté un peu gêné à la scène me
demanda tout bas : « dis papa, pourquoi les bonnes choses
sont parfois laides ? Pourquoi, si elles sont bonnes pour
nous la nature les a faites moches ? »

J’avoue que je n’ai pas su trouver aussitôt une
explication satisfaisante…
Mais plus tard dans l’après-midi, notre promenade au zoo
m’a donné l’occasion de lui répondre.

Je tenais la main d’Alexandre qui s’extasiait devant la
cage aux singes. Un couple semblait n’avoir d’yeux que pour
critiquer ces braves bêtes : « non mais regarde moi ça !
C’est tout de même affreux ces touffes de poils sur leurs mains.
Et ces dents, ce pli sur leur nez, ces bras trop longs…
Quand on y pense, la nature ne les a pas gâtés ! Quel manque de
grâce. Ils ne mériteraient même pas qu’on les regarde.  »

Je me suis tourné vers Alex, qui avait encore tout
entendu et je lui ai dit :

– « La petite fille du restaurant et ces gens qui n’aiment
rien sont comme des aveugles qui refuseraient de voir même si
on les opérait. Dans la nature, rien n’est laid si on apprend
à regarder. Que serait le pain sans sa croûte savoureuse,
faite de plis, d’accidents, de crevasses ? Et cette pourriture
qui entrouvre les figues ou les olives mûres, n’est-ce pas le
signe que le soleil les a aimées et que le paysan a tout fait
pour qu’elles arrivent à maturité ?

– Oui, c’est vrai.

– Si tu sais regarder, tu ne verras pas de choses laides
dans la nature. C’est sûr que tout n’est pas droit, que les
épis de blés sont courbés, que les branches du pommier penchent
sous le poids des fruits, que le cheval est crotté, que la
bouche des sangliers bave et que les singes ont des de grosses
lèvres plissées qui nous semblent très éloignées de la beauté.
Mais c’est justement parce que ces accidents sont naturels que
nous devons aimer les y voir.  »

Alex n’a rien dit mais il a plissé son petit nez et
froncé les sourcils, signe chez lui d’une intense réflexion…

Ce n’est que 3 jours plus tard qu’il est venu me
voir dans le salon pour me dire : « Tu sais, quand je serai grand
je veux devenir peintre.  »

– Ah. Et que peindras-tu ?

– Les choses comme elles sont, pour qu’on apprenne à les
trouver belles.  »

Gadget ►Un cadenas pour crème glacée


Un gadget a l’abri des gourmands qui filent a pas feutré prendre une, deux pis non tout le pot de crème glacée … Efficace .. tout dépend du gourmand et de sa volonté de dérobée ce dessert glacée, car avouons que si le cadenas est a tout épreuve, le contenant ne l’est pas
Nuage

 

Un cadenas pour crème glacée

 

Ben & Jerry’s a mis en place tout un dispositif pour éviter que votre pot de crème glacée s’évapore comme par magie et empêcher les gourmands invétérés à se faire un peu trop plaisir: un cadenas à crème glacée! Avec l’Euphori-Lock, votre dessert favori se retrouvera en sécurité et à l’abri des mangeurs en cachette.

Benjerrys2

Le cadenas fonctionne avec un code à chiffres et, grâce à sa forme d’anneau rigide, il se fixe parfaitement au couvercle des pots de crème glacée Ben & Jerry’s. D’ailleurs, l’inscription sur ce gadget en dit long sur son usage:

«I’m terrible sorry, but there’s no « u » in « my pint »» («Je suis terriblement désolé, mais il n’y a pas de « toi » dans ma « pinte »».

Pratique pour le bureau, la maison, l’appart en colocation, mais un peu égoïste aussi, vous ne trouvez pas?

Euphori-Lock-Ben-and-Jerry-ice-cream-2

En vente sur le site officiel du fabricant, il se détaille à 6,94 $. Mais rappelez-vous d’utiliser une combinaison facile à vous remémorer en cas d’envie intense en pleine nuit!

http://lafouinecuisine.ca

ALIMENTATION Des entreprises qui trichent


Il y a t’il un endroit, une entreprise au Québec, qui soit fiable .. Sommes nous rendus que tout ce que l’ont touche soit rendu fraude, tricherie, mensonge et que le seul but est de faire de l’argent sur le dos des consommateur ?
Nuage

 

ALIMENTATION

Des entreprises qui trichent

 

STÉPHAN DUSSAULT

 

Trente-sept entreprises ont été condamnées depuis un an à verser plus de 300 000 $ d’amendes pour avoir contrevenu aux règles de l’Agence cana­dienne d’inspection des aliments.

Filets mignons auxquels on a ajouté de l’acide sulfureux pour cacher leur manque de fraîcheur, huile d’olive coupée avec de l’huile de tournesol, dates de péremption trafiquées pour pouvoir vendre le produit; les enquêteurs de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) en voient de toutes les couleurs.

Les consommateurs, eux, n’y voient que du feu puisque ces fraudes sont le plus souvent impossibles à détecter à l’épicerie.

La pointe de l’iceberg

Depuis un an, l’ACIA a fait condamner 37 entreprises canadiennes qui ont tenté de flouer leurs clients pour sauver de l’argent, en faire davantage ou s’épargner des tracasseries administratives. Total des amendes: 313 400 $.

« Et ce n’est que la pointe de l’iceberg. Un plus grand nombre d’entreprises reçoivent plutôt une sanction administrative pécuniaire (SAP), information qui n’est pas accessible au public », dit Mélanie Boivin, du service des enquêtes à la section québécoise de l’Agence.

« Même pour les condamnations, nous en disons assez peu. Le but n’est pas de nuire aux entreprises, mais de montrer à d’autres les conséquences de ces infractions », ajoute Mme Boivin.

Moins d’inspections

Justement, avec les coupes annoncées dans le dernier budget fédéral de 100 postes d’inspecteurs sur les 1 200 qui vérifient les étiquettes et la salubrité des aliments au pays, plusieurs craignent que les entreprises à l’éthique douteuse soient encore moins embêtées.

« En 2008, tout juste après la crise de la listériose, on a ajouté 70 inspecteurs. Là, on vient d’en enlever 100 », se désole Raphaël Tarasco, de l’Alliance de la fonction publique du Canada et inspecteur à l’ACIA.

Rappelons qu’il y a quatre ans, 38 personnes ont été malades et deux sont mortes après avoir consommé du fromage infecté par une bactérie.

Mélanie Boivin précise que son service d’enquêteurs est épargné par les coupes. C’est plutôt le service d’inspecteurs qui risque d’être touché. Or, ces inspecteurs sont ceux qui vérifient la conformité des produits et alimentent les enquêteurs, qui ont le mandat de creuser ces cas.

« Avec moins de vérifications, il y aura moins d’enquêtes », craint Raphaël Tarasco.

 

http://www.journaldemontreal.com

Du sel fabriqué avec des larmes humaines?


Qu’est ce qui ne faut pas inventé pour faire un coup de commerciale et se faire fructifier ses ventes … ? Ce sont des ruses pour faire plus d’argent .. donc basé sur le mensonges quoique .. même vrai, je ne serais pas du tout intéressé !!!
Nuage

 

Du sel fabriqué avec des larmes humaines?

 

« Un peu plus de larmes de colère pour assaisonner votre poulet? »

C’est le genre de question que vous pourriez poser à vos convives. Une compagnie britannique vient de lancer sur le marché la gamme de sel Salt Made From Tears: du sel fabriqué à partir de larmes humaines. Vraiment?

Salt-group_large

Vous pouvez commander sur le site monstersupplies.org l’une des quatre émotions «cueillies» : larmes de colère, larmes produites par la coupe d’oignons, larmes d’éternuement, larmes de rire et larmes de tristesse. Glauque, vous dites? Hoxton Street Monster Supplies affirme sur son site web les avoir cuites lentement. Elles auraient ensuite été cristallisées avant d’être récoltées à la main et rincées dans la saumure…

Rassurez-vous! En fait, il s’agit bel et bien de sel de mer (provenant du producteur Halen Môn) au goût de poivre, d’oignons, de lavande… La compagnie pour le moins excentrique veut simplement attirer les foodies en quête de nouveauté. Et le coup de marketing fonctionne car les bouteilles sont en rupture de stock!

Donc, oui, la ruse est efficace, mais c’est aussi une façon originale d’exploiter la tendance du mood food, un courant gastronomique qui consiste à améliorer l’humeur et l’état d’esprit au moyen d’aliments riches en nutriments pour diminuer le stress, stimuler le cerveau, lutter contre la déprime, etc.

http://lafouinecuisine.ca

Un pacemaker miniature sans pile


Quand il faut une aide pour faire fonctionner le moteur du corps humain, les stimulateurs cardiaques sont une belles inventions … mais la science en cardiologique ne s’arrête pas là … elle peaufine ses appareils pour rendre l’utilisation plus naturelle
Nuage

 

Un pacemaker miniature sans pile

 

Un pacemaker miniature sans pile

Photo Fotolia

Des chercheurs français associés au groupe italien Sorin travaillent à la conception d’un stimulateur cardiaque (pacemaker) huit fois moins gros que les modèles actuels et dépourvu de pile.

 

D’une taille de seulement 1 cm3, ce pacemaker pourra être installé directement dans le coeur du patient, au contraire des modèles actuels qui sont placés sous la peau et envoient des impulsions électriques au coeur par le biais de sondes, ont-ils annoncé jeudi au cours d’une conférence de presse.

La réduction de sa taille est rendue possible par un système de génération d’énergie intégré.

«Aujourd’hui, le plus petit stimulateur cardiaque au monde mesure 8 cm3 et les deux tiers du volume sont constitués par la pile qu’il faut changer régulièrement» (tous les 6 ou 10 ans), a en effet souligné Jean-Jacques Chaillot, chercheur au CEA-Leti de Grenoble, en marge d’une conférence de presse du pôle de compétitivité Minalogic.

Alimenté par les mouvements du patient

 

Le pacemaker en cours de développement, dépourvu de pile, sera alimenté grâce à l’énergie mécanique générée par le «mouvement du coeur ou les mouvements du patient», a-t-il ajouté.

Un démonstrateur devrait être présenté en septembre 2013.

«L’objectif est de le commercialiser dans 5 ou 10 ans, le temps d’obtenir les autorisations nécessaires», a indiqué Martin Deterre, ingénieur chez Sorin, un groupe spécialiste des technologies cardiovasculaires.

Le coût de l’appareil devrait être assez proche des modèles actuels (quelques centaines de dollars) et son implantation devrait être plus aisée en raison de la disparition des sondes, a-t-il expliqué.

Baptisé HBS (Heart Beat Scavenger), le projet est développé par Sorin, les laboratoires grenoblois CEA-Leti et Tima et les PME Cedrat Technologies, EASii IC et Tronic’s Microsystems.

http://fr.canoe.ca/